Parc locatif social : les bailleurs sociaux confortent leur dynamisme

De
Publié par

Au 1er janvier 2011, le patrimoine locatif social de l’Aquitaine s’élève à 144 500 logements, soit une progression de 2,1 % sur un an comme l’année précédente. La région confirme son dynamisme et figure parmi les quatre régions métropolitaines où cet accroissement est supérieur à 2 %. Le parc se compose aux trois quarts d’immeubles collectifs. En janvier 2011, le loyer moyen mensuel pratiqué par mètre carré de surface corrigée est de 2,96 €. Les trois quarts du parc se concentrent dans les unités urbaines de plus de 50 000 habitants. L’offre locative toujours sous le signe de l’effort Des loyers proches de la moyenne des régions Trois quarts du parc dans les unités urbaines de plus de 50 000 habitants Encadrés De EPLS à RPLS Le logement social : un élément du développement économique régional
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 47
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

HABITAT
Parc locatif social : les bailleurs sociaux confortent leur dynamisme
erAu 1 janvier 2011, le patrimoine locatif social de l’Aquitaine s’élève à 144 500 logements, soit une progression de
2,1 % sur un an comme l’année précédente. La région confirme son dynamisme et figure parmi les quatre régions
métropolitaines où cet accroissement est supérieur à 2 %. Le parc se compose aux trois quarts d’immeubles collec-
tifs. En janvier 2011, le loyer moyen mensuel pratiqué par mètre carré de surface corrigée est de 2,96€.
Les trois quarts du parc se concentrent dans les unités urbaines de plus de 50 000 habitants.
erAu 1 janvier 2011, le parc locatif social s’accroît de 2,1 % pour la Dans le parc locatif social mis en service, l’habitat collectif reste
deuxième année consécutive et compte 144 500 logements, soit dominant avec une part de 77 %. Les logements sociaux sont
3,2 % du parc France entière. L’Aquitaine se classe au quatrième plutôt de taille moyenne : sur dix logements, sept sont compo-
rang des régions dont la progression du parc est supérieure à 2 %, sés de 3 ou 4 pièces, deux de 1 ou 2 pièces et à peine un dispose
derrière Midi-Pyrénées, Bretagne et Languedoc-Roussillon. de 5 pièces ou plus.
De EPLS à RPLS Des loyers proches de la moyenne des régions■
Le répertoire du parc locatif des bailleurs sociaux (RPLS) a été mis en
er En janvier 2011, le loyer moyen mensuel régional tous modesplace au 1 janvier 2011. Il succède à l’enquête sur le parc locatif social
(EPLS) qui a été réalisée pour la dernière fois en 2010. Cette évolution de financement confondus est de 2,96€/m² de surface corrigée
s’accompagne notamment d’un changement du champ des organismes (2,94€/m² en France de province). La région compte 28 % de
et des logements.
logements avec un loyer supérieur à 3,30€/m² et seulement
Du fait des changements de définition et de mode de collecte, les résul-
7 % d’entre eux ont un loyer inférieur à 2,30€/m².tats RPLS 2011 et EPLS au 1er janvier 2010 et les années antérieures ne
sont pas directement comparables.
Le plus fort taux de vacance en Dordogne
Le parc aquitain compte 10,3 logements sociaux pour 100 résiden- Loyer* au
Taux de vacance Taux de mobilité01/01/2011
totale (%) (%)ces principales ; sa densité est de 45,5 logements pour 1 000 habi- (en euros)
tants (72 logements pour 1 000 habitants en France métropolitaine). Dordogne. . . . . . . . . . . 2,81 4,9 13,1
Gironde . . . . . . . . . . . . 3,08 1,6 9,7La Gironde et les Pyrénées-Atlantiques abritent plus des trois
Landes . . . . . . . . . . . . . 2,89 2,5 13,2quarts du parc aquitain et les densités de logements pour
Lot-et-Garonne. . . . . . . 2,85 3,6 11,91 000 habitants y sont les plus fortes. Dans les autres départe-
Pyrénées-Atlantiques . . 2,90 2,3 9,0
ments les densités sont proches de 30 ‰.
Aquitaine . . . . . . . . . . . 2,96 2,2 10,3
Source : SOeS, RPLS au 01/01/2011
Plus de dynamisme à l’ouest qu’à l’est de la région * Loyer mensuel moyen par m² de surface corrigée
Parc locatif Parc/Résidences Densité Évolution
Partsocial au principales pour 1 000 2010-2011 erAu 1 janvier 2011, 3 180 logements sont déclarés vacants, soit(%)01/01/2011 TH09 (%) habitants (%)
2,2 % du parc proposé à la location. En France métropolitaine
Dordogne . . . . 13 005 9,0 7,1 31,8 - 0,4
3,2 % du parc locatif est vacant.
Gironde . . . . . 81 333 56,3 12,8 57,2 2,6
Landes . . . . . . 11 227 7,8 6,9 30,1 1,8 Au cours de l’année 2010, 14 840 emménagements ont eu lieu
Lot-et-Garonne. 9 577 6,6 6,7 29,3 0,3 dans le parc en service, soit un taux de mobilité de 10,3 %. Les
Pyr-Atlantiques. 29 342 20,3 10,3 45,3 2,5 Landes présentent le plus fort taux avec 13,2 % d’emménage-
Aquitaine . . . . 144 484 100,0 10,3 45,5 2,1
ments, soit 1 500 logements concernés. En Gironde, ce taux est
Sources : SOeS, RPLS au 01/01/2011 - Insee, Population municipale 2008 -
DGI, TH09 moindre, 9,7 %, mais cinq fois plus de logements y ont fait l’ob-
jet d’un emménagement en 2010.
L’offre locative toujours sous le signe de l’effort■
Trois quarts du parc dans les unités urbaines■En 2011, 141 000 logements, soit 98 % du parc, sont offerts à la
de plus de 50 000 habitantslocation. Les 3 510 logements restants sont soit loués à des asso-
ciations, soit laissés vides en attente de réhabilitation, de démo- Les grandes unités urbaines de plus de 50 000 habitants qui ras-
lition ou de vente. semblent 48 % de la population régionale concentrent 75 % du
parc des logements sociaux pour une densité moyenne de 71 lo-Près de 4 600 nouveaux logements, dont trois sur quatre sont
gements pour 1 000 habitants. Cette densité atteint 80 ‰ danscollectifs, ont été mis en service en 2011. La grande majorité
sont des logements neufs construits par les organismes gestion- l’unité urbaine de Bordeaux et 79 ‰ dans celle de Périgueux .
Elle est de 61 ‰ dans l’unité urbaine de Pau et de 59 ‰ dansnaires : 86 % d’entre eux, contre 78 % en France métropoli-
celle de Bayonne. L’unité urbaine de La Teste-de-Buch - Arca-taine. Les 14 % restants ont été acquis par ces organismes hors
chon ferme la marche avec une densité de 45 ‰.❒parc social. L’effort de mise en location, c’est-à-dire la part des
mises en service dans le parc, est de 3,2 % dont la moitié sup-
Philippe NEUILLY
portée par les SA HLM. Les offices publics HLM assurent 35 %
Dreal Aquitaine
des mises en service.
INSEE AQUITAINE 12 L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2011 EN AQUITAINEHABITAT
Le logement social : un élément du développement économique régional
Le financement du parc public marque un nouvel essor en Aquitaine. Le œuvre de la politique “le logement d’abord”. Parallèlement, le nombre de
nombre de logements financés, tous produits confondus, connaît une structures destinées à accueillir des publics fragiles, nécessitant d’être ac-
croissance annuelle moyenne de 12 % entre 2004 et 2011. Par rapport au compagnés dans leur parcours vers un logement autonome, a augmenté
bilan des financements réalisés en France métropolitaine, hors depuis 2009 (300 logements financés en moyenne dans des projets de ré-
Île-de-France, l’Aquitaine se hisse au deuxième rang des régions derrière sidences sociales, foyers de jeunes travailleurs, pensions de famille).
Rhône-Alpes, devançant Provence - Alpes - Côte d’Azur et Nord - En 2009, le Plan de relance soutient l’activité du bâtiment. Affectée priori-
Pas-de-Calais, et représente 6,4 % de la production nationale métropoli- tairement sur des PLUS et des PLAi, la VEFA (vente en l’état futur
taine. d’achèvement), a été développée pour du logement familial. En permet-
tant l’achat de logements au sein des opérations privées par des bailleurs
publics, elle constitue le moyen d’assurer de la mixité sociale et de remé-De plus en plus de logements sociaux financés
dier à la raréfaction du foncier disponible.
Montée en puissance des politiques locales de l’habitat8 060Objectifs DGALN PLUS PLAi PLS
7475 dans les agglomérations
6 700Production 6 5006 400 6 227 6 2916 2696 093 À partir de 2008, plus de 80 % de la production se recentre sur les zones
5 381 5 163 3les plus tendues (zones B1 et B2) .4 729 4 690
4 190 Certaines collectivités en zone tendue, et en particulier dans les agglomé-
3 362
rations accusant un déficit de logements sociaux au titre de l’article 55 de2 713
4la loi SRU , se sont engagées dans des politiques d’aménagement permet-
tant le développement d’opérations mixtes public-privé afin de stimuler
l’émergence de logements sociaux :
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 - mise en œuvre d’opérations d’urbanisme opérationnel : ZAC, …
DGALN : Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature - articulation des documents d’urbanisme avec les programmes locaux de
PLUS : Prêt locatif à usage social l’habitat (PLH) : aménagement des droits à construire, servitude de mixité
PLAi : Prêt locatif aidé d’intégration
sociale,…PLS : Prêt locatif social
Cette dernière disposition impose à toute opération immobilière un pour-
Objectifs et production de logements sociaux centage de logements sociaux. Le développement de l’offre nouvelle de
Source : Dreal Aquitaine - SALD-DHL
logements sociaux s’opère ainsi de plus en plus à travers la VEFA ou par
l’achat de droits à construire, ce qui permet de remédier à l’insuffisance de
La politique de l’État, impulsée par le Plan de cohésion sociale entre 2005
réserves foncières et de renforcer la mixité sociale. Certains territoires réa-
et 2009, s’est appuyée sur des objectifs et une loi de programmation sur
lisent entre 30 % à 40 % de leur production sociale en partenariat avec le
5 ans procurant un cadre juridique et financier relativement stable pour
privé.
les opérateurs jusqu’en 2009. Relayé par les délégataires de compéten-
Le logement social, loin d’être en concurrence, s’affirme comme un élé-1ces , ce nouvel élan a permis d’accélérer les financements des opérations.
ment du développement économique de la région, non négligeable pour
Le processus a connu un léger ralentissement entre 2007 et 2008, le temps
l’activité de la filière du BTP.
pour les collectivités et les organismes sociaux de mettre en place des po-
litiques ou stratégies foncières et d’aménagement. La nouvelle dyna- Roselyne DELPHIN
mique constatée depuis 2009, soutenue par le Plan de relance de
Dreal Aquitaine
l’économie du bâtiment en 2009 et 2010, s’est confirmée en 2011.
Une production plus sociale, mieux adaptée
1aux besoins des ménages Cinq collectivités disposent à ce jour d’une délégation par l’État des aides à la
pierre : Conseils généraux de Dordogne et des Pyrénées-Atlantiques, CommunautéLe nombre de logements très sociaux (PLAi) financés est en progression urbaine de Bordeaux, Communautés d’agglomération de Pau Pyrénées, et de Côte
constante depuis 2004. Les obligations pesant sur l’État pour rendre effec- Basque - Adour
2
2 Loi du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposabletif le droit au logement depuis 2007 ont conduit celui-ci à fixer des objec- 3 Zonage Scellier pour les aides à l’investissement locatif
4tifs ambitieux de production avec 30 % de PLAi, pour permettre la mise en Loi du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains
Définitions
Taux de mobilité : rapport entre le nombre d’emménagements, autres POUR EN SAVOIR PLUS...
que ceux liés à une première mise en location, et le nombre de loge-
? Site Observation et Statistiques (MEDDTL) :
ments proposés à la location en service depuis au moins un an.
www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr
Taux de vacance : rapport entre le nombre de logements sociaux va-
--> Rubrique Logement-Construction/logement social/parcercants au 1 janvier de l’année et le de sociaux recen-
des logements locatifs des bailleurs sociauxsés à la même date.
L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2011 EN AQUITAINE 13 INSEE AQUITAINE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.