Perception et conséquences des comportements intolérants

De
Publié par

Un tiers des personnes déclarent avoir été confrontées à des comportement intolérants au cours de leur vie. Dans la majorité des cas, il s'agit d'insultes ou de moqueries. Parmi les personnes en butte à ces faits, 39 % considèrent qu'ils ont eu des conséquences sur leur vie qui peuvent être aussi bien matérielles, professionnelles, que relationnelles ou bien encore psychologiques. Ces comportements déclenchent assez rarement des réactions de la part des personnes concernées, même lorsqu'ils sont illégaux. Elles reconnaissent moins souvent que les autres des trajectoires de vie individuelles stables.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Vie sociale 8
Perception et conséquences
des comportements intolérants
Élisabeth Algava, Marilyne Bèque*
Un tiers des personnes déclarent avoir été confrontées à des comportement
intolérants au cours de leur vie. Dans la majorité des cas,
il s’agit d’insultes ou de moqueries.
Parmi les personnes en butte à ces faits, 39 % considèrent qu’ils ont eu
des conséquences sur leur vie qui peuvent être aussi bien matérielles,
professionnelles, que relationnelles ou bien encore psychologiques.
Ces comportements déclenchent assez rarement des réactions de la part des
personnes concernées, même lorsqu’ils sont illégaux. Elles reconnaissent
moins souvent que les autres des trajectoires de vie individuelles stables.
’enquête « Histoire de se moque de vous, que l’on vous événements de natures très dif-
vie»,comporteunmo- mette à l’écart, que l’on vous férentes, dans leur importanceLdule intitulé « Relations traite de façon injuste ou que subjective comme dans leurs
avec les autres ». Il permet l’on vous refuse un droit à cause conséquences effectives. Ainsi,
d’appréhender les comporte- de… ». La liste des motifs insultes et moqueries n’ont
ments intolérants auxquels cer- proposés est très large : âge, sexe, souvent pas de conséquences
taines personnes ont été état de santé ou un handicap, etc. effectives, mais ceci ne préjuge
confrontées au cours de leur pas de leur gravité subjective
vie (encadré). La formulation Le terme « discrimination » est pour les individus concernés.
de la question initiale reprend volontairement omis, pour se Cette spécificité de l’approche
avec quelques inflexions, les référer le plus possible à des si- retenue par l’enquête justifie de
termes du dispositif législatif tuations concrètes. De ce fait, parler de comportements into-
de lutte contre les discrimina- les personnes enquêtées ont été lérants plutôt que de discrimi-
tions : « Est-il arrivé que l’on conduites à rapporter des nations.
* Élisabeth Algava et Marilyne Bèque sont chargées d’études au bureau Démographie et Famille de la Drees au ministère de la Santé et des
Solidarités.
Données sociales - La société française 631 édition 2006
036imp.ps
N:\H256\STE\Gprnqg\DS2006\036\036 partie 2.vp
mercredi 22 mars 2006 10:26:49Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
8 Vie sociale
Encadré
Le module « Relations avec les autres » de l’enquête Histoire de vie
L’enquête Histoire de vie a été réa- constitution de cette identité. Il est -- du lieu où vous vivez ;
lisée par l’Insee en 2003 auprès de placéàlafinduquestionnairedel’en- -- de votre région ou votre pays d’origine ;
8 400 personnes de plus de 18 ans. quête, juste avant la partie conclusive. - de votre situation professionnelle
Elle a été préparée et financée par Il s’agit d’une interrogation rétrospec- ou votre niveau d’instruction ;
l’Insee, l’Ined, la Drees du minis- tive portant sur l’ensemble de la vie -- de votre nom ou votre prénom ;
tère de la Santé et des Solidarités, des personnes (Est-il arrivé…), avec - de votre façon de parler (accent,
la Dares du ministère de l’Emploi, une formulation très large aussi bien maîtrise de la langue) ;
de la Cohésion sociale et du Loge- danslesformes(traitement injuste, - de votre situation de famille ;
ment, le ministère de la Culture et moquerie, refus de droit) que dans la - des caractéristiques de vos proches,
la Délégation interministérielle à la liste des motifs proposés : de vosamisoudevos parents;
ville, en collaboration avec -- de votre orientation sexuelle ;
l’Inserm et le Groupe d’étude et de «Est-ilarrivé quel’onsemoquede -- de votre appartenance à une
lutte contre les discriminations. vous, que l’on vous mette à l’écart, que organisation politique, syndi-
Cette enquête cherche à approcher l’on vous traite de façon injuste ou que cale ;
les différentes facettes (profes- l’on vous refuse un droit à cause : - de vos opinions politiques, syndi-
sionnelles, familiales, géographi- - de votre âge ; cales ou religieuses ;
ques…) qui contribuent à -d- evotresexe(lefait d’êtreun Autre ;
composer les identités individuel- homme ou une femme) ; Non ».
les. - de votre état de santé ou un handi-
cap que vous avez ; Une réponse positive pour au moins
Le module « Relations avec les au- -- de la couleur de votre peau ; un desmotifsproposésconduisait
tres » porte plus particulièrement - de votre poids, de votre taille ; la personne à préciser la nature
sur la part que peuvent avoir les - de votre tenue vestimentaire, de des faits, leurs fréquences et leurs
interactions négatives dans la votre look ; conséquences éventuelles.
pects de l’apparence physique par la suite, en détaillant la na-Un tiers des personnes
sont également fréquemment in- ture exacte des conséquences eninterrogées évoque
voqués. Au total, près du quart question, qu’il s’agisse des suitesdes comportements
des comportements intolérants immédiates ou de l’influence à
intolérants porte sur un de ces trois motifs, plus long terme sur la vie des
à leur encontre… et 13 % des personnes interro- personnes interrogées.
gées ont été confrontées à au
Un tiers des personnes interro- moinsundecestroismotifs.Le Dans l’ensemble des comporte-
gées ont cité au moins un motif nom ou le prénom est également ments porteurs de conséquences,
pour lequel elles estiment avoir un motif fréquent, tout comme ceux prenant pour cible l’état de
subi des moqueries, été mises à la façon de parler ou l’accent, la santé de l’individu ou son handi-
l’écart, traitées injustement ou situation professionnelle ou le ni- cap, ou encore sa situation de fa-
s’être vu refuser un droit, soit veaud’instruction,larégionoule mille, prennent davantage de
près de 15 millions de personnes pays d’origine, l’âge, l’état de san- place, au regard d’autres motifs
parmi les plus de 18 ans. Les mo- té ou le handicap. comme le nom ou le prénom, le
queries ou insultes constituent la look ainsi que l’accent ou la fa-
majorité des situations rapportées çon de parler. De même, les mo-
(57 %), alors que les traitements queries ou insultes, qui… porteurs de
injustes en représentent 17 % et constituaient 57 % de l’ensembleconséquences sur leurs
les mises à l’écart 16 %. Enfin, des comportements négatifs rap-vies dans 39 % des cas
10 % ont pris la forme du refus portés, ne représentent que 36 %
d’un droit. 83 % des faits se sont de ceux qui ont eu des consé-
répétés plusieurs fois, et 10 % de Parmi les personnes qui ont été quences, contrairement aux mi-
façon continuelle. confrontées à un ou plusieurs ses à l’écart, traitements injustes
comportements intolérants, 39 % ou refus de droit qui sont logi-
Parmi les comportements rap- considèrent qu’au moins l’un quement davantage porteurs de
portés, 13 % ont pour cible le d’entre eux a eu des conséquen- conséquences sur la vie des per-
poids ou la taille de la personne ces sur leur vie, soit 12 % de sonnes interrogées. Plus du tiers
(figure 1). Le look et dans une l’ensemble des personnes interro- de ces comportements intolé-
moindre mesure les autres as- gées. Seuls ces faits sont analysés rants porteurs de conséquences
Données sociales - La société française 632 édition 2006
036imp.ps
N:\H256\STE\Gprnqg\DS2006\036\036 partie 2.vp
mercredi 22 mars 2006 10:26:50Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Vie sociale 8
Figure 1 - Les motifs des attitudes ou traitements négatifs se sont déroulés dans le cadre
en % de l’école. Ils ont été vécus dans
12 % des cas avant 10 ans etComportements
Ensemble
porteurs surtout dans 40 % des cas entre
des comportements
de conséquences 10 et 19 ans. Les relations pro-
fessionnelles constituent égale-
Poids et taille 13 19
ment un terrain important où
Situation de famille 4 10
est ressenti ce type d’attitudes
État de santé ou handicap 5 10
intolérantes : 17 % d’entre elles
Situation professionnelle ou niveau d’instruction 7 8
ontprisplace surlelieudetra-
Région ou pays d’origine 6 6
vail et 12 % lors de la recherche
Âge 6 5
d’un emploi. Les relations fami-
Nom ou prénom 11 5
liales ou amoureuses sont le
Caractéristiques de vos proches, parents, amis 3 5
troisièmecontexteleplusfré-
Sexe 4 5
quemment mentionné, regrou-
Couleur de peau 4 5
pant 15 % des attitudes
Look 9 4
négatives porteuses de consé-
Opinions politiques, syndicales ou religieuses 4 4
quences.
Façon de parler 8 3
Autres, traits de caractère* 1 3
La fréquence de déclaration de
Autres, apparence physique* 2 2
tels comportements décroît forte-
Appartenance politique ou syndicale 2 2
ment avec l’âge : de 18 % des
Lieu de vie 3 1
personnes âgées de 18 à 24 ans à
Orientation sexuelle 1 0
5 % de celles ayant plus de
Autres* 7 3
70 ans. Les chômeurs rapportent
Total 100 100 plus fréquemment des comporte-
mentsnégatifsaucoursde leur* Ces modalités correspondent aux réponses à la question ouverte posée si la personne avait répondu
« autres ». vie, de même que les personnes
Champ : comportements négatifs (colonne gauche) et comportements négatifs porteurs de conséquences souffrant ou ayant souffert d’un
(colonne droite). problème de santé ou d’un han-
Lecture : 13 % des comportements rapportés visaient le poids ou la taille de la personne concernée. Une
dicap, surtout si celui-ci s’est dé-même personne peut avoir cité plusieurs comportements. 19 % des comportements porteurs de
claré durant l’enfance (Algava,conséquences visaient le poids ou la taille. Dans ce cas, une personne ne peut avoir cité qu’un seul
comportement (l’unique qui a eu des conséquences ou celui qui en a eu le plus). Bèque, 2004). Les femmes les
Source : Insee, enquête Histoire de vie, 2003. rapportent plus souvent que les
hommes. Les personnes dont au
moins un des deux parents est
Figure 2 - Conséquences immédiates négatives
immigré sont également plus fré-en %
quemment concernées, et dans
Ensemble* une moindre mesure celles qui
sont immigrées (Bèque, àMatérielles 24
paraître).dont : refus d’embauche 6
licenciement ou démission 4
absence ou retard de promotion 2
Des conséquenceschangement de métier ou d’orientation 2
immédiates aussiautres conséquences professionnelles ou scolaires 6
autres difficultés matérielles 4 souvent matérielles
Conséquences sur le plan de la santé, psychologiques ou relationnelles 25 ou professionnelles
Autres non codifiées 10 que psychologiques
Aucune conséquence immédiate 42
ou relationnelles
* Cette variable est issue de la codification de réponses ouvertes. La codification a rarement été faite sur
plusieurs catégories à la fois. De ce fait, les sommes peuvent légèrement dépasser 100 %.
Lorsqu’un comportement a euChamp : ensemble des personnes ayant subi un comportement négatif ayant eu des conséquences sur leur vie.
des conséquences, celles-ci sontLecture : 4 % des personnes attribuent aux attitudes négatives dont elles ont fait l’objet leur licenciement
ou leur démission. dans 58 % des cas au moins
Source : Insee, enquête Histoire de vie, 2003. pour partie immédiates. 24 %
Données sociales - La société française 633 édition 2006
036imp.ps
N:\H256\STE\Gprnqg\DS2006\036\036 partie 2.vp
mercredi 22 mars 2006 10:26:51Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
8 Vie sociale
Figure 3 - Suites données selon l’illégalité des faits
en %
Les comportements auxquels vous avez été confronté
pouvaient-ils être considérés comme illégaux ?
Suite donnée
Oui, et vous Oui, mais
le saviez au moment vous ne l’avez Non Ensemble
des faits su qu’après
Une plainte a été déposée 7 4 1 3
Aide ou intervention d’une association, d’un syndicat, d’un élu 5 8 2 4
Aide ou intervention d’un tiers (amis, parents, collègues…) 23 28 21 23
Aucun des trois 65 60 76 71
Ensemble 100 100 100 100
Champ : ensemble des personnes déclarant avoir subi un comportement négatif ayant eu des conséquences sur leur vie.
Lecture : 3 % des comportements négatifs porteurs de conséquences ont donné lieu à une plainte. Lorsque le comportement était illégal et connu comme telau
moment des faits, 7 % des personnes concernées ont porté plainte.
Source : Insee, enquête Histoire de vie, 2003.
des personnes concernées citent également interrogées sur leur pensent que ce n’était pas illégal et
une conséquence immédiate ayant réaction et l’assistance dont elles 1 % ne savent pas). Même parmi
un impact concret sur les condi- ont pu bénéficier au moment des les comportements dont l’illégalité
tions de vie ou d’emploi (figure 2). faits. Parmi elles, seule la moitié était connue, seuls 7 % ont suscité
Il s’agit pour 6 % de la non-obten- dit avoir réagi sur le moment, le dépôt d’une plainte, et 5 % une
tion de l’emploi auquel la per- dont un tiers vivement. Au-delà intervention « institutionnelle ».
sonne avait postulé, pour 4 % de de cette réaction immédiate, Ces faibles proportions sont sans
la perte d’un emploi (licenciement donner suite est assez rare : seu- doute liées au coût psychologique
ou démission), pour 10 % d’un lement 3 % ont porté plainte et et financier d’une plainte, ainsi
autretypedeconséquenceserap- 4 % ont reçu une aide institu- qu’à l’incertitude quant à son
portant à la vie professionnelle tionnelle (figure 3). La notion issue. Lorsque l’illégalité a été
(barrage pour une promotion, dé- d’aide « institutionnelle » était connue postérieurement, il est
gradation des conditions de tra- pourtant prise au sens très large plus fréquent que des tiers, institu-
vail) ou scolaire (changement de recours à une forme d’autorité tionnels ou non, soient intervenus.
d’orientation, redoublement…), ou de compétence : un médecin, Dans ce cas, la personne était gé-
enfin pour 4 % il s’agit d’autres un enseignant, un supérieur hié- néralement jeune au moment des
difficultés matérielles (difficultés fi- rarchique, un élu, un syndicat, faits : la moitié des personnes qui
nancières, déménagement…). une association… De façon ont appris plus tard l’illégalité des
moins formelle, 23 % des person- comportements qu’elles ont subis
Par ailleurs, un autre quart évoque nes qui estiment avoir subi des avaient moins de 18 ans au mo-
des conséquences sur le plan de la comportements négatifs porteurs ment des faits. Avoir porté plainte
santé physique ou psychologique de conséquences ont reçu l’aide est encore plus rare, même en cas
(dépression, dégradation du som- d’un tiers, parent, ami ou col- d’illégalité connue, lorsque la
meil ou de l’appétit…) ou encore lègue. Les 70 % de cas restants personne était mineure. L’appui
sur le plan relationnel (isolement, sont restés sans suite. de tiers est par contre alors plus
repli sur soi…). fréquent.
Les suites données à ces compor-
tements négatifs paraissent d’au-
Peu de réactions et de tant plus rares qu’on peut les Un constat plus nuancé
mettre en regard avec le jugementpoursuites, même face à long terme : entre
que portent les personnes concer-à des comportements repli sur soi et énergie
nées sur leur illégalité. En effet,
illégaux supplémentaire
dans presque un quart des cas, les
personnes pensent qu’ils pouvaient
Les personnes ayant relaté un être considérés comme illégaux, et À la question posée sur les
comportement ayant eu des qu’elles le savaient sur le moment conséquences sur l’ensemble de
conséquences sur leur vie étaient (17 % l’ont su par la suite, 58 % la vie des comportements intolé-
Données sociales - La société française 634 édition 2006
036imp.ps
N:\H256\STE\Gprnqg\DS2006\036\036 partie 2.vp
mercredi 22 mars 2006 10:26:52Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Vie sociale 8
Figure 4 - Conséquences sur l’ensemble de la vierants, la réponse la plus fré-
en %quente est « vous vous êtes replié
sur vous-même », mais la moda- Plusieurs réponses possibles à la question : au-delà de ces circonstances
lité « vous avez trouvé de l’é- particulières, sur l’ensemble de votre vie, quel(s) type(s) de conséquences Ensemble
ont eu pour vous ces comportements ?nergie supplémentaire pour
réussir encore mieux » est
Vous vous êtes replié(e) sur vous même 40
presque aussi souvent citée
Cela a empêché quelque chose 12(figure 4). L’éloignement vis-à-vis
Vous avez renoncé à un projet 9de certaines personnes est égale-
Vous vous êtes éloigné(e) de certaines personnes 30ment fréquent. Par contre, les
Vous vous êtes rapproché(e) de certaines personnes 16items « cela a empêché quelque
chose », « vous vous êtes rappro- Vous avez trouvé de l’énergie supplémentaire pour réussir encore mieux 35
ché(e) de certaines personnes », Autre conséquence 9
« vous avez renoncé à un pro- Aucune 14
jet » sont moins fréquemment
Champ : ensemble des personnes déclarant avoir subi un comportement négatif ayant eu deschoisis. Énergie supplémentaire
conséquences sur leur vie.
ou obstacles concernent en pre- Lecture : parmi les comportements négatifs porteurs de conséquences, 40 % ont conduit au repli sur soi
mier lieu la vie professionnelle, de la personne qui en a fait l’objet.
Source : Insee, enquête Histoire de vie, 2003.mais aussi fréquemment les rela-
tionsavec lesautresoulavie fa-
miliale et amoureuse.
Figure 5 - Jugement sur les trajectoires individuelles
en %
Des comportements
Si vous deviez illustrer par un dessin ce qu’a été jusqu’à aujourd’hui votre vie,associés à
quel dessin choisiriez-vous ?
des trajectoires de vie
individuelles
Personnes ayant
Personnesplus souvent heurtées Ensemble relaté au moins un
Réponses ayant relaté au moins
des personnes comportement négatif
à la question un comportement
interrogées porteurEn laissant place à la subjectivité
négatif
de conséquencesdes personnes, l’approche re-
tenue dans l’enquête incite-t-elle
Aucun 3 2 2celles-ci à se présenter comme
des victimes, signalant des événe-
15 11 9ments isolés, de peu d’impor-
tance dans les trajectoires
12 7 3
individuelles ? Sans lever com-
plètement cette incertitude, plu- 34 38 37
sieurs éléments laissent à penser
que les comportements déclarés 10 11 11
ne sont pas pour la plupart ano-
445dins. Ainsi en est-il du jugement
porté par les personnes sur l’en-
568semble de leurs trajectoires.
Cette appréciation se faisait à
16 20 24
deux reprises dans l’enquête :
une première fois au tout début
111
du questionnaire, où les person-
nes devaient scinder leur bio- Ensemble 100 100 100
graphie en différentes périodes
plus ou moins bonnes pour elles, Lecture : 15 % des personnes interrogées choisissent une flèche ascendante, celles qui ont cité un
comportement négatif à leur encontre 11 %, et celles qui ont relaté un comportement négatif porteur ded’une part sur le seul plan finan-
conséquences 9 %.cier, d’autre part en termes plus
Source : Insee, enquête Histoire de vie sur la construction des identités, 2003.
généraux ; une seconde apprécia-
Données sociales - La société française 635 édition 2006
036imp.ps
N:\H256\STE\Gprnqg\DS2006\036\036 partie 2.vp
mercredi 22 mars 2006 10:26:53Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
8 Vie sociale
tion d’ensemble était apportée Ces écarts ne sont pas seulement d’avancer ici des liens de causa-
par la dernière question du liés à l’âge même si, comme on lité, qui peuvent être multiples
questionnaire, qui demandait l’a déjà souligné, les personnes et à double sens. En premier
aux personnes de choisir un rapportant des comportements lieu, les comportements négatifs
schéma illustrant ce qu’avait été négatifs sont plus jeunes que les peuvent avoir pour conséquence
leur vie jusqu’alors (figure 5). autres en moyenne. En effet, en une dégradation, subjective ou
Dans les deux cas, les apprécia- restreignant l’analyse aux plus de objective, de la situation finan-
tions des personnes ayant relaté 35 ans, les différences d’apprécia- cière ou d’ensemble de la per-
des comportements intolérants dif- tion selon que la personne a si- sonne, ou du moins la personne
fèrent sensiblement de celles des gnalé ou non des attitudes peut-elle leur attribuer la res-
autres. négatives restent sensibles. ponsabilité de cette dégrada-
tion. Mais peut-être, à l’inverse,
Les personnes ayant déclaré des Ces constatations montrent que les comportements négatifs
comportements intolérants signa- la partie « Relations avec les sont-ils plus souvent dirigés
lent davantage que les autres des autres » capte des événements vers les personnes vivant des
périodes où leur niveau de revenu qui ne sont pas isolés mais bien périodes de difficultés particu-
a changé (2,2 contre 1,9 en constitutifs de la manière dont lières. Peut-être enfin la sensibi-
moyenne). De même, elles différen- l’individu retrace sa trajectoire lité à de tels comportements
cient plus de périodes bonnes ou et construit son identité. Il est est-elle exacerbée dans les pé-
mauvaises de façon générale que bien évidemment très délicat riodes les plus difficiles.
lesautres(2,9 contre2,3 en
moyenne). La différence est encore
plus marquée lorsque le comporte-
Pour en savoir plusment a été porteur de conséquen-
ces. Les personnes ayant rapporté
Algava E., Bèque M., « Le vécu Silberman R., Fournier I.,«Lesdes comportements intolérants ont
des attitudes intolérantes ou dis- enfants d’immigrés sur le marchédonc des trajectoires plus heurtées
criminatoires : des moqueries aux du travail. Les mécanismes d’une
ou qu’elles perçoivent plus souvent
comportements racistes », Études discrimination sélective », For-
comme telles. De plus leur trajec- et Résultats, n° 290, 2004. mation Emploi, n° 65, p. 31-55,
toire s’achève moins souvent sur 1999.
Bèque M., « Sentiment de discri-une bonne période que les autres.
mination des personnes immigrées Simon P., « Les discriminationsLe choix du schéma qui résume
et issues de l’immigration », Étu- raciales dans l’emploi. Concepts,
leur trajectoire illustre le même des et Résultats, n° 421, 2005. enjeux, cadre d’action. Interven-
type de différences : les personnes tion au séminaire - Dispositif expé-
Insee, Résultats sur l’enquête His- rimental des plans d’actiondéclarant des comportements né-
toire de vie (à paraître). territorialisés contre les discrimi-gatifs, et encore plus lorsqu’elles
nations sur le marché du travail »,
leur attribuent des conséquences,
Houseaux F., « La famille, pilier Pantin, 2003.
font moins fréquemment porter des identités », Insee Première,
leur choix sur les trajectoires sta- n° 937, 2003. Viprey M., « Les mécanismes
de discrimination à l’égard desbles, ascendantes ou constantes.
Fassin D., « L’invention française jeunes dont l’origine étrangèreElles se reportent vers des trajectoi-
de la discrimination », Revue fran- est réelle ou supposée », La
res moins continues, en escaliers, çaise de science politique, vol. 52, revuedel’Ires, n° 39, p. 61-84,
surtout vers celles qui se concluent n° 4, p. 403-423, 2002. 2002.
sur une flèche ascendante.
Données sociales - La société française 636 édition 2006
036imp.ps
N:\H256\STE\Gprnqg\DS2006\036\036 partie 2.vp
mercredi 22 mars 2006 10:26:54

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.