Population et territoires : horizon 2030

De
Publié par

Le dernier recensement a mis en évidence le vieillissement et la baisse d'effectif de la population auvergnate. Pour l'avenir, les projections démographiques permettent de chiffrer la diminution probable de la population régionale. Elle serait de 8 % à l'horizon 2030 si les résultats enregistrés depuis 20 ans perdurent. Fait nouveau, ces baisses devraient affecter tous les types d'espaces y compris l'urbain qui jusque-là constituait le poumon démographique auvergnat.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 24
Tags :
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Population et territoires
Horizon 2030
Le dernier recensement a mis en évidence le vieillissement et
la baisse d’effectif de la population auvergnate. Pour l’avenir,
les projections démographiques permettent de chiffrer la
diminution probable de la population régionale.
Elle serait de8%àl’horizon 2030 si les résultats enregistrés
depuis 20 ans perdurent.
Fait nouveau, ces baisses devraient affecter tous les types
d’espaces y compris l’urbain qui jusque-là constituait le
poumon démographique auvergnat.
Vincent VALLÈS
l’Auvergne avait connu les mêmes tauxAu sein de l’Union européenne,
2 d’évolution, elle comptabiliserait aujourd’huiavec 50 habitants par km ,
900 000 habitants supplémentaires. À la finl’Auvergne est une des régions
des années 60, en plein baby-boom, lales moins densément peuplées.
croissance de population auvergnate était
L’écart de croissance entre la France qui a alors due uniquement à un net excédent
pratiquement doublé de population depuis naturel. Depuis 1980, le nombre de décès
1950 et l’Auvergne ne cesse de s’amplifier. Si est supérieur à celui des naissances.L’apparition de ce déficit naturel qui ne (1,52 en 1999) est l’un des plus faibles deUn constat
cesse de s’accroître entraîne la population France (1,82). Actuellement, la moyenne
auvergnate à la baisse. Le bilan migratoire, d’âge est de 41 ans, 4 ans de plus qu’au ni-démographique
positif depuis le milieu des années 90, enre- veau France. L’Allier et le Cantal où plus de
peu favorable gistre des variations plus faibles que le bi- la moitié des habitants a plus de 43 ans,
lan naturel. Selon les tranches d’âge, de font partie des départements présentant la
grandes disparités apparais- structure d’âge la plus « vieillie ».
sent. Les mouvements migra- Comme tout le grand quart sud-ouest de laÉvolution de la population par région
toires présentent un solde France, la structure de la pyramide desentre 2000 et 2030
fortement négatif entre 20 et âges se caractérise à la fois par moins de
30 ans alors qu’il est jeunes et plus de personnes âgées. Les
positif pour les jeu- enfants de moins de 6 ans représen-- 3 %
nes ménages, les tent 6 % de la population française mais
+ 6 %+ 5 % enfants de moins de seulement 5 % des Auvergnats. Vers
+ 2 % - 10 % 16 ans, ainsi que 16-25 ans le décalage entre les structures+ 10 %
- 9 %
+ 8 % pour les retraités d’âge française et auvergnate se réduit+ 12 %
entre 55 et 75 ans. pour s’accroître de nouveau très fortement+ 11 % + 9 % - 3 %- 3 % Ces mouvements mi- entre 25 et 35 ans.
gratoires, combinés Au sommet de la pyramide, après 40 ans,
+ 3 %Taux d’évolution à une faible fécondi- la tendance s’inverse. C’est surtout entre- 8 %de la population 2000-2030 - 8 % + 16 % té, ont accentué le 60 et 80 ans que les écarts sont les plus
+ 13,2 % vieillissement de la marqués. Dans cette tranche d’âge, en Au-+ 13 %
+ 8,8 %
population régionale. vergne, le poids de chaque génération0,0 % + 21 %+ 16 % + 34 %
Depuis vingt ans, le dans la population totale est supérieur d’un- 3,2 %
nombre moyen d’en- point à celui constaté au niveau métropoli-
© Insee - IGN 2003France métropolitaine : + 9 % + 10 % fants par femme tain.
Source : INSEE - modèle Omphale 2000, scénario central
Associés à une pyramide des âges défici- qu’actuellement. Cette diminution (-8%enUne baisse
taire dans ses classes les plus jeunes, le 30 ans) est contraire à la tendance natio-
prévisible maintien d’une faible fécondité et les com- nale. En effet, si la fécondité reste stable, la
portements migratoires constatés ces vingt population française devrait s’accroître dede la population dernières années ne peuvent qu’annoncer 9 % au cours de la même période. Comme
une baisse de population. l’Auvergne, le Limousin, la Cham-
Avec de telles hypothèses, on devrait pagne-Ardenne et la Lorraine devraient
comptabiliser près de 1 209 000 habitants connaître des baisses démographiquesPyramide des âges
en 2030, soit 99 000 personnes de moins sensibles d’ici 2030.Région Auvergne
Âge Âge Âge
95 95 952000 2015 2030
90 90 90
85 85 85
80 80 80 1
75 75 75
70 70 701
65 65 65
60 60 60
5555 55
1 5050 50
4545 45
4040 40 235 35 2 35
30 30 30
25 25 25
20 202 20
15 15 15
10 10 10
5 5 53 3
0 0 0
9 000 6 000 3 000 0 0 3 000 6 000 9 000 9 000 6 000 3 000 0 0 3 000 6 000 9 000 9 000 6 000 3 000 0 0 3 000 6 000 9 000
Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes
1 Les générations les plus nombreuses nées après guerre atteignent : 50 ans en 2000 - 65 ans en 2015 - 80 ans en 2030ations les moins nombreuses nées après 1980 atteignent : 20 ans en 2000 - 35 ans en 2015 - 50 ans en 20302
La baisse du nombre de parents potentiels entraîne la baisse du nombre d’enfants3
Source : INSEE - modèle Omphale 2000, scénario central
- 2 -s’explique par un recul progressif duLe manque de jeunes parents
nombre de jeunes parents. À partir deentraînera une baisse du nombre
2005, ce sont les générations nées au dé-d’enfants.
but des années 80, de moins en moinsVient de
En 2030, on devrait comptabiliser 6 000 dé- nombreuses, qui auront des enfants. Deparaître :
cès de plus que de naissances, contre plus, en Auvergne, les arrivées de familles
2 000 actuellement. À cette période, le de 30 à 40 ans, accompagnées de leurs en-
nombre de décès n’aura pas sensiblement fants, ne compensent pas les départs de
augmenté. Les naissances (de l’ordre de jeunes à l’entrée dans la vie active. Ainsi les
13 000 en 2000) pourraient passer en-des- mouvements migratoires ne font qu’ampli-
sous du seuil de 10 000 dès 2020. Cette fier la baisse du nombre de jeunes parents
forte diminution du nombre de naissances potentiels.
amoindrie d’un tiers. Une telle hypothèse« Économie et sta- La fécondité auvergnate, réduirait de moitié la baisse démogra-
tistique - n° 355-356,
phique.un enjeu importantdécembre 2002 » : La poursuite de l’amélioration du comporte-
dans ce numéro, cinq Les différents scénarii, basés sur les hypo- ment migratoire constaté de 1990 à 1999
articles abordent les thèses démographiques envisageables, se révèle être un scénario démographique
perspectives démogra- annoncent tous une baisse de population moins favorable pour l’Auvergne. Selon
phiques et leurs diffé- dont l’ampleur n’est cependant pas inéluc- cette hypothèse la baisse atteindrait 6 % en
rentes conséquences table. Si la fécondité se relevait d’ici 2005 2030 soit une situation intermédiaire entre
sur le marché du travail. pour atteindre le niveau français actuel, l’hypothèse centrale reconduisant les ten-
c’est-à-dire si les Auvergnates avaient au- dances migratoires sur longue période
tant d’enfants que l’ensemble des Françai- (- 8 %) et celle prenant en compte une aug-
ses, la baisse des naissances serait mentation de la fécondité (- 4 %).
La population auvergnate continuera inexo- cette hypothèse, leur nombre serait mêmeMoins d’enfants,
rablement de vieillir. Alors que le nombre de stabilisé au niveau actuel. Le nombre de
jeunes diminuera, le nombre de personnes collégiens et de lycéens diminuera respec-moins de jeunes actifs
âgées progressera fortement, au fur et à tivement de 11 et 10 % jusqu’en 2015.
mesure de l’avancement en âge des géné- Au-delà, si la fécondité remonte, leurs ef-
rations nées après 1945. En 2030, le fectifs se stabiliseront, si elle se maintient à
nombre d’Auvergnats de 75 ans ou plus de- son faible niveau, la baisse sera supérieure
vrait approcher celui des moins de 20 ans. à 25 % à l’horizon 2030. La diminution du
L’âge moyen de la population atteindra nombre de jeunes aura aussi des répercus-
alors 48 ans soit une progression de 7 ans sions sur celui des actifs. À taux d’activité
par rapport à 2000. Sur la même période, constants, en 2015, on comptabilisera pour
l’âge moyen en France métropolitaine chaque génération de 25 à 30 ans 2 500 ac-
(43,8 ans en 2030) progressera de 5,6 ans. tifs de moins qu’actuellement. Le potentiel
En l’absence d’une forte immigration de de jeunes actifs auvergnats entrant sur le
jeunes, seul le relèvement de la fécondité marché du travail ne compensera donc pas
permettrait de contrecarrer sensiblement les départs à la retraite des générations
ce vieillissement annoncé. nées après guerre.
Avec une fécondité inchangée, le nombre Ainsi, contrairement à la tendance natio-
d’enfants des classes maternelles et pri- nale, si les taux d’activité se maintiennent,
maires devrait ainsi connaître une forte di- la population active, c’est-à-dire celle qui a
minution, 27 % d’ici 2030. La hausse de la ou cherche un emploi, devrait elle aussi di-
fécondité permettrait de limiter cette baisse minuer dans un avenir proche (- 8 % d’ici
de plus de la moitié. De 2005 à 2020, selon 2015).
- 3 -effet diminuer dans tous les types d’espaceTous les types d’espace seront
y compris l’espace à dominante urbaine.affectés par la baisse
Au-delà de l’Auvergne, cette décroissancede population.
prévue de la population urbaine caractérise
Sur le territoire, les évolutions de population l’ensemble du Massif central. Dans cet es-
vont être différentes suivant le degré d’ur- pace où le manque de jeunes se fait de plus
banisation. De 1968 à 1999, la concentra- en plus sentir, les mécanismes à la base du
tion de la population autour des principales développement des aires urbaines sont en
agglomérations et l’extension de ces zones train de se modifier. Les jeunes qui s’instal-
urbaines expliquent les variations démo- lent en ville ne viennent plus majoritaire-
graphiques infra-régionales. Dans sa glo- ment du monde rural mais aussi des
balité l’espace à dominante urbaine a périphéries urbaines elles-mêmes. En effet
gagné presque autant d’habitants que le les premiers banlieusards installés dans les
monde rural en a perdu. En 30 ans, avec un années 70 arrivent à la cinquantaine et
gain de 108 200 habitants, la population ur- leurs enfants approchent eux de la tren-
baine a progressé de 13 %. En revanche, taine. Quittant le domicile parental, ces jeu-
l’espace rural a perdu le quart de ses habi- nes actifs vont alors habiter dans les
tants (- 111 200). centres urbains où se concentrent les em-
Pour les années à venir le constat sera dif- plois mais aussi les petits logements loca-
férent. D’ici 2030, la population devrait en tifs. Les principaux pôles se développent au
détriment de leur propre périphérie mais
aussi de celles des autres centres urbains.Évolution de la population par types d’espaces
Les aires urbaines entrent en concurrence.
Parallèlement une partie des banlieusards
repart en zone rurale lorsque l’heure de la
Taux d’évolution de la population par rapport à l’année 2000
+ 10 % retraite a sonné. Ainsi, alors que le solde
migratoire du rural s’améliore, celui du
monde urbain tend à s’équilibrer. Dans ce
mécanisme la métropole clermontoise pro-
0 % fite, grâce notamment à son université,
- 0,5 % - 4 % d’une attractivité supplémentaire sur lesEspace à
- 6 % dominante urbaine jeunes. Celle-ci accentue donc par rico-
Aires d’emploi- 8 % chet le déficit migratoire des autres airesde l’espace rural
- 10 % urbaines régionales. Mais le rayonnement
- 14 %
clermontois ne se limite pas aux seules
- 18 % frontières Et, du fait de la
Espace à dominante rurale
baisse annoncée des jeunes générations,hors aires d’emploi année
- 20 % la capacité de l’Auvergne à attirer des jeu-
2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030
nes extérieurs à la région est un enjeu im-
Source : INSEE - modèle Omphale 2000, scénario central portant.
Seule l’aire urbaine de Clermont-Ferrand, connues, la population de l’aire clermon-Légère
grâce à un solde migratoire positif, voit sa toise devrait progresser jusqu’en 2015 puis
population progresser notablement. Elle se légèrement diminuer.croissance
caractérise par une sur-représentation des En 2030 le taux de progression de sa popu-
de l’aire urbaine 16-25 ans due en partie à une forte attracti- lation (+ 2 %) sera largement inférieur à ce-
vité exercée sur les étudiants et les jeunes lui des aires urbaines françaises de tailleclermontoise
actifs. Néanmoins, une grande partie des équivalente (+ 10 %). Ce tassement de la
jusqu’en 2015 étudiants repart une fois leurs études termi- croissance clermontoise s’explique par la
nées. Le solde migratoire devient déficitaire dégradation du bilan naturel. À partir de
entre 20 et 30 ans. 2015 le nombre de décès devraient être su-
De même, vers 60 ans, les retraités quittant périeur à celui des naissances. C’est l’ap-
l’aire urbaine sont plus nombreux que ceux parition du déficit naturel qui entraînera la
qui viennent s’y installer. En prolongeant population à la baisse s’il n’est pas com-
les dernières tendances démographiques pensé par une attractivité accrue.
- 4 -Dans les autres aires urbaines auvergna- Évolution de la populationDes aires urbaines
tes, les mouvements migratoires sont diffé- des aires urbaines
rents. Chaque année, en moyenne, ilsde moins en moins
entraînent une diminution de2à4%de
peuplées chacune des générations de 16 à 25 ans.
Taux d’évolution de la population par rapport à l’année 2000
Passé ce cap le bilan migratoire redevient + 10 %
positif. Ainsi l’installation de jeunes couples
Aires urbaines françaisesavec leurs enfants contrebalance une de 300 000 à 500 000 habitants
partie des départs de jeunes. On note aussi
Aire urbaine de Clermont-Fd0 %un léger excédent migratoire à partir de
75 ans lorsque les personnes âgées com-
mencent à intégrer les établissements d’hé-
annéebergements spécialisés. Si le profil
- 10 %
migratoire futur reste identique à celui cons- 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030
taté entre 1990 et 1999, la population de
chacune des aires urbaines auvergnates Taux d’évolution de la population par rapport à l’année 2000
+ 10 %
de plus de 50 000 habitants devrait sensi-
blement diminuer principalement à la suite Aires urbaines françaises
de 50 000 à 200 000 habitantsde la forte diminution du nombre de jeunes
parents. Ainsi comme pour l’ensemble de 0 %
Le Puy-en-Velay *l’Auvergne, c’est l’aggravation d’un net défi-
cit naturel qui explique la baisse démogra-
Vichy *
phique. Comptant moins de jeunes et donc
- 10 %
moins de sorties, le bilan migratoire devrait Aurillac *
s’améliorer. Moulins *
Les plus fortes baisses (de 15 à 20 %) sont
- 20 %attendues à Montluçon et Moulins, aires ur- Montluçon *
baines cumulant une population vieillis-
sante et un fort déficit migratoire. À Vichy et
annéeAurillac, les mouvements migratoires sont
- 30 %
plus équilibrés, les pertes seront plus mo- 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030
dérées (- 10 %). Il en est de même au
* Ensemble de l’aire urbaine
Puy-en-Velay où la baisse ne sera effective
Source : INSEE - modèle Omphale 2000, scénario centralqu’à partir de 2015.
Dans ce type d’espace, 20 % de la popula-Les arrivées dans les campagnes
tion a moins de 25 ans contre 30 % dans lesne contrebalanceront pas
espaces urbains. À l’inverse, plus d’un ha-le manque de naissances.
bitant sur dix a plus de 75 ans. Les mouve-
À l’écart des pôles d’emploi urbains ou ru- ments migratoires accentuent ce
raux, le monde rural auvergnat présente les phénomène de vieillissement. Les arrivées
caractéristiques d’une population âgée. de plus en plus importantes de retraités
compensent plus que largement les dé-
parts de jeunes. Pour la première fois, de-Évolution des populations départementales
puis 50 ans, les campagnes auvergnates
bénéficient d’un solde migratoire positif.
Taux d’évolution de la population par rapport à l’année 2000
+ 20 % Néanmoins, ces apports migratoires ne de-
vraient pas empêcher la baisse de popula-
France métropolitaine tion. Sans bouleversement dans les+ 10 %
tendances démographiques, la décrois-
Haute-Loire + 2 % sance atteindrait 10 % en 2015 et 20 % en
0 % Puy-de-Dôme - 4 % 2030. La persistance d’un solde migratoire
de plus en plus excédentaire n’arrivera pas
Auvergne - 8%
- 10 % à contrebalancer la dégradation du déficit
naturel. Les baisses de population serontAllier -14 %
proportionnellement plus sensibles dans
- 20 % Cantal -19%
les contreforts montagneux cumulant une
population très âgée et une faible attractivi-année
- 30 % té. Les massifs de l’Artense, du Sancy et de
2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030
la Margeride pourraient ainsi perdre près du
Source : INSEE - modèle Omphale 2000, scénario central quart de leur population d’ici 2030.
- 5 -Les arrondissements où une part importante de la population vit dans les espaces ruraux
montagneux sont aussi ceux où les déficits de seront les plus importants. En
l’absence de bouleversement dans les tendances démographiques, les arrondissements
d’Ambert, Brioude pourraient perdre respectivement 16 % et 19 % de leur population d’ici
2030. Pour ceux de Mauriac et Saint-Flour, les pertes pourraient être supérieures à 20 %.
Dans les arrondissements de Riom, Clermont-Ferrand, Issoire et Thiers les diminutions de
population dans les parties les plus rurales seront compensées par les augmentations at-
tendues dans l’espace urbain clermontois qui s’étend sur ces quatre arrondissements. Ainsi
globalement le niveau de population restera en équilibre dans les arrondissements de Cler-
mont-Ferrand et Riom et, d’ici 2030, les baisses resteront inférieures à 10 % dans ceux de
Thiers et d’Issoire. En revanche, dans les autres arrondissements centrés sur des aires urbai-
nes en décroissance, les réductions de population devraient être plus sensibles. L’arrondis-
sement du Puy-en-Velay pourrait compter 10 % de sa population en moins d’ici 2030 en
reconduisant les tendances migratoires observées de 1982 à 1999 ; celui de Moulins près de
13 % et l’arrondissement de Montluçon 18 %.
Seul, en Haute-Loire, l’arrondissement rural d’Yssin-
geaux connaîtra une hausse sensible de sa popula-
tion : 28 % d’ici 2030 si les tendances observées
depuis vingt ans se confirment. Ce bassin est le plus
jeune en Auvergne avec celui de Clermont-Ferrand et
www.insee.fr/auvergneil bénéficie du taux de fécondité le plus élevé. À un netPour en savoir plus :
excédent migratoire dû à l’installation de jeunes ména- 3, place Charles de Gaulle - BP 120
63403 Chamalières CedexTableaux de données ges et de retraités du bassin stéphanois s’ajoute dé-
Tél. : 04 73 19 78 00complémentaires sur internet sormais un excédent naturel. Grâce à ce dynamisme,
Fax : 04 73 19 78 09www.insee.fr/auvergne. la Haute-Loire devrait, dans sa globalité, échapper au
déclin démographique (+ 2 % de 2000 à 2030 en pro- Directeur de la publication
René JEANlongeant les tendances observées entre 1982 etCD Rom « Démographie et
Directeur régional de l’INSEE1999). Dans tous les autres départements auvergnatsterritoires - Horizon 2030 ».
la population est orientée à la baisse Rédaction en chef
Nicole THOMAS
Nicole MARCZAK
Composition et mise en page
INSEE
Vente et abonnement
Tél. : 04 73 19 78 73
Prix du numéro : 2,2€Projections de population : méthodologie
Abonnement annuel :
- France : 11€
En se basant sur les résultats du recensement de 1999, l’Insee a réalisé des
- Étranger : 13€
projections de population à l’aide du modèle « Omphale ». Le principe
En complément, abonnez-vous à :consiste à déduire la population par sexe et âge d’une année en fonction des
INSEE Auvergne « Les Dossiers »effectifs de l’année précédente, en les faisant vieillir, mourir ou migrer et en
Prix au numéro : variable
intégrant de nouvelles naissances.
Abonnement annuel :
Les décès annuels résultent de l’application de quotients de mortalité par - France : 35€
sexe et âge à la population susceptible de décéder au cours de l’année. De fa- - Étranger : 43€
çon interactive, le solde migratoire de l’année s’obtient par application de
À l’ordre du régisseur
quotients migratoires par sexe et âge à la population de la zone, en tenant des recettes de l’INSEE
compte des décès pouvant survenir dans l’année. Enfin les naissances sont
INSEE Auvergne « Les Séries »
obtenues en appliquant des quotients de fécondité par âge aux effectifs de
Données de cadrage
femmes de 15 à 50 ans, susceptibles d’avoir des enfants au cours de l’année. accessibles gratuitement sur Internet
Omphale calcule tout d’abord des quotients de référence à partir des don-
Création maquettenées du recensement et de l’état civil puis ces quotients sont projetés, année
CRÉATONE
après année, en fonction des hypothèses choisies.
ImpressionCes projections de population ne sont donc en aucune façon des prévisions.
Imprimerie IMCElles permettent simplement d’informer sur ce que serait l’avenir à partir
d’hypothèses choisies et explicitement formulées. Crédit photos
Les hypothèses du scénario « central » sont fondées sur le maintien du niveau INSEE Auvergne
de la fécondité actuelle, la poursuite de la progression de l’espérance de vie et
ISSN : 1633-2768
la reconduction des tendances migratoires constatées entre 1982 et 1999. Dépôt légal :
Pour les aires urbaines, afin de mieux prendre en compte l’attractivité des 1er trimestre 2003
pôles, on retient prioritairement dans les hypothèses de projections les quo-
© INSEE 2003
tients migratoires calculés sur la période 1990-1999.
Code SAGE : LET030812
- 6 -

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.