Portrait de locataires

De
Publié par

Au sein du parc de logements loués vides, le secteur libre et le secteur social accueillent des locataires de profils très différents. Les personnes seules sont surreprésentées dans le secteur libre alors que le secteur social loge davantage de familles monoparentales et de couples avec enfants. Les milieux sociaux sont plus diversifiés dans le secteur libre tandis que la population du secteur social est majoritairement constituée d'ouvriers et d'employés. Le niveau de vie moyen des locataires du secteur libre est supérieur de 30 % à celui des locataires du parc social mais c'est dans le secteur libre que les niveaux de vie sont les plus dispersés. Cependant, le secteur social ne loge pas seulement les populations défavorisées mais aussi des ménages ayant des niveaux de vie élevés. Au sein même de ce secteur, les locataires aux revenus les plus modestes habitent majoritairement dans les quartiers les plus pauvres tandis que les locataires plus aisés habitent des quartiers moins défavorisés.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 1010 - MARS 2005
PRIX : 2,20€
Portrait de locataires
Christelle Minodier, division Logement, Insee
u sein du parc de logements loués on dénombre tout de même 375 000 ménages
locataires d'un meublé et 25 000vides, le secteur libre et le secteur
sous-locataires. Le parc social (HLM et nonAsocial accueillent des locataires de
HLM - définitions) loge 4,2 millions de ména-
profils très différents. Les personnes seu-
ges. Sur les 5 millions de ménages habitant le
les sont surreprésentées dans le secteur parc locatif privé, 250 000 bénéficient
libre alors que le secteur social loge davan- des protections offertes par la loi de 1948 ; les
tage de familles monoparentales et de cou- autres - parc locatif " libre " - ont un bail régi par
la loi du 6 juillet 1989.ples avec enfants. Les milieux sociaux sont
plus diversifiés dans le secteur libre tandis
Une population relativement jeuneque la population du social est
majoritairement constituée d'ouvriers et Être locataire est avant tout une affaire d'âge.
d'employés. Le niveau de vie moyen des Parmi les ménages dont la personne de réfé-
locataires du secteur libre est supérieur de rence a moins de 25 ans, 90 % sont locataires
de leur résidence principale. La proportion de30 % à celui des locataires du parc social
locataires décroît ensuite avec l'âge jusqu'à lamais c'est dans le secteur libre que les
tranche 65-69 ans (graphique 1) pour remonter
niveaux de vie sont les plus dispersés.
très légèrement au-delà.
Cependant, le secteur social ne loge pas Les ménages de locataires sont donc relative-
seulement les populations défavorisées ment jeunes : 44 ans en moyenne en 2002
mais aussi des ménages ayant des niveaux contre 56 ans pour les ménages propriétaires (y
compris les accédants) et 51 ans pour l'en-de vie élevés. Au sein même de ce secteur,
semble de la population. L'âge moyen des loca-les locataires aux revenus les plus modes-
taires est d'un peu moins de 31 ans pour les
tes habitent majoritairement dans les quar-
logements meublés ou sous-loués, 41 ans dans
tiers les plus pauvres tandis que les le secteur libre, 47 ans dans le secteur social et
locataires plus aisés habitent des quartiers un peu plus de 54 ans pour les logements rele-
moins défavorisés. vant de la loi de 1948. Au sein du parc de loge-
ments loués vides, les jeunes ménages sont
nettement surreprésentés dans le secteur libre
erAu 1 janvier 2002, le parc locatif loge 9,7 mil- alors que le parc social loge à peu près la
lions de ménages (définitions). La plupart sont même fraction des ménages à tous les âges,
locataires en titre d'un logement loué vide, mais avec une légère surreprésentation des classes
Proportion de ménages locataires selon l'âge de la personne de référence et le secteur
%
100
80
60
40
20
0
moins de 25 de 30 de 35 de 40 de 45 de 50 de 55 de 60 de 65 de 70 de 75 80 ans
et plusde 25 ans à29ans à34ans à39ans à44ans à49ans à54ans à59ans à64ans à69ans à74ans à79ans
Secteur libre Secteur social Secteur régi par la loi de 1948 Meublés et sous-locations
Source : enquête Logement 2002, Insee
INSEE
PREMIERE1 Part de ménages locataires selon le type de famille et l'âge de la personne sont des décisions qui nécessitent de la
de référence part des ménages concernés d'être en
% mesure de se projeter à long terme. On
ne sera pas surpris, par conséquent,
90 d'observer qu'un nombre d'enfantspersonne seule
élevé est associé à une plus forte pro-famille monoparentale
babilité d'être propriétaire, à autres70
caractéristiques sociodémographiques
données, alors même que la présence
50 d'enfants pèse sur le niveau de vie etcouple sans enfant couple 1 enfant
donc tend à réduire les possibilités d'ac-
couple 2 enfants cumuler un patrimoine. Au sein des loca-
30
taires, la probabilité d'être logé dans le
couple 3 enfants et plus secteur social plutôt que dans le parc
privé est fonction croissante du nombre10
65 ansmoins de 25 de 30 de 35 de 40 de 45 de 50 de 55 de 60 d'enfants.
de 25 ans à29ans à34ans à39ans à44ans à49ans à54ans à59ans à64ans et plus
Comme attendu, le taux de locataires
1. Seuls les enfants présents dans le foyer au moment de l'enquête sont pris en compte. varie également en fonction de la caté-
Source : enquête Logement 2002, Insee
gorie socioprofessionnelle. Toutes cho-
ses égales par ailleurs (y compris la
d'âge concentrant les familles avec La propriété est favorisée localisation), un ménage d'indépendant
enfants, puisque le parc HLM, de par sa est plus fréquemment propriétaire qu'unpar le mariage
composition (peu de logements de petite ménage d'ouvrier ou d'employé. Au sein
taille), s'adresse plutôt aux familles. Le statut d'occupation dépend non seule- des ménages locataires, indépendants
ment de l'âge et du type de ménage, mais et cadres ont une probabilité d'être logés
aussi du statut matrimonial légal, de la dans le secteur social de 21 points infé-
Les jeunes célibataires catégorie professionnelle et de l'occupa- rieure à celle des ouvriers et des
locataires tion principale de la personne de réfé- employés, à autres caractéristiques
et les familles propriétaires rence, du revenu, et de la nationalité. sociodémographiques identiques.
Les couples mariés - avec ou sans enfant La répartition par catégorie socioprofes-
Le statut d'occupation est aussi une - sont moins fréquemment locataires que sionnelle des locataires du secteur libre
affaire de situation familiale : à presque les couples non mariés : 23 % des couples est proche de celle observée pour l'en-
tous les âges, la proportion de locataires mariés avec enfant(s) (que ceux-ci fas- semble des ménages. Ce n'est en
est maximum chez les personnes seules sent encore ou non partie du ménage) revanche pas du tout le cas pour les loca-
et les familles monoparentales, moins sont locataires, contre 51 % des couples taires du secteur social : on compte en
forte chez les couples sans enfant au non mariés avec enfants. Chez les cou- effet 31 % d'employés et 43 % d'ouvriers
foyer et minimum chez les couples avec ples n'ayant jamais eu d'enfant, l'écart est parmi ces ménages mais seulement 6 %
enfants au foyer (graphique 2). encore plus important : 35 % des couples de cadres alors que ces proportions sont
Plus de 80 % des personnes seules de mariés sont locataires, alors que 75 % des respectivement de 20 %, 29 % et 17 %
moins de 40 ans sont locataires, 52 % couples non mariés sont dans ce cas. pour l'ensemble des ménages.
dans le secteur libre. Les jeunes ména- Cela résulte en partie d'un effet d'âge, les Si l'on considère l'occupation principale de
ges en couple et sans enfant sont eux couples sans enfant non mariés étant en la personne de référence, les étudiants
aussi majoritairement locataires mais moyenne de 10 ans plus jeunes que les sont surreprésentés dans le secteur libre
dans une proportion moindre (72 %), couples mariés. Cependant, la plus faible et parmi les locataires de meublés et les
tandis que ceux du même âge avec propension des couples non mariés à être sous-locataires, les chômeurs et les inac-
enfants sont propriétaires pour 50 % propriétaires de leur logement persiste tifs non retraités sont surreprésentés dans
d'entre eux. Au-delà de quarante ans, - quoique avec une ampleur atténuée - le secteur social et les retraités sont mas-
la propriété dépasse nettement la lorsque l'on contrôle les autres caractéris- sivement propriétaires.
location, tant chez les personnes tiques sociodémographiques des ména-
seules que chez les couples avec ou ges, notamment l'âge : toutes choses
Les locataires plus modestessans enfant au foyer - la majorité des égales par ailleurs, la probabilité d'être
couples âgés sans enfant au foyer ont locataire est de 8 points plus faible pour un que les propriétaires
du reste des enfants vivant hors du couple marié que pour un couple non
foyer. Plus des deux tiers des familles marié (tableau 1). Au sein des ménages Les locataires et les propriétaires n'ont
monoparentales sont quant à elles locataires, le statut matrimonial n'a en pas le même niveau de vie (définitions).
locataires (82 % lorsque la personne revanche pas d'influence significative sur Sur la base des revenus de l'année
de référence a moins de 40 ans et la probabilité d'être logé dans le parc 2001, le niveau de vie mensuel moyen
57 % lorsqu'elle a plus de 40 ans) et social plutôt que dans le parc locatif privé. des ménages (hors étudiants) est de
essentiellement dans le secteur La décision d'avoir des enfants, tout 1 449 euros. Les locataires se situent en
social. comme celle d'accéder à la propriété, dessous avec 1 242 euros tandis que les
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREpropriétaires ont les meilleurs niveaux Ménages locataires de leur résidence principale
de vie : 1 606 euros. Nombre Répartition Effet de chaque
Au sein du secteur locatif, les disparités de ménages des ménages Coefficient modalité sur la part
locataires locataires estimé de locatairesde niveau de vie sont fortes :1 410 euros
(milliers) (%) (%)
pour un locataire du secteur libre contre
Âge
1 062 euros pour un locataire du secteur Moins de 30 ans 2 418 25 référence référence
social ; l'écart de plus de 30 %, est supé- de 30 à 39 ans 2 417 25 - 1,134 - 13
de 40 à 49 ans 1 747 18 - 1,865 - 27rieur à l'écart propriétaires/locataires.
de 50 à 64 ans 1 590 16 - 2,385 - 39
Les revenus des locataires sont par ail-
65 ans et plus 1 530 16 - 2,398 - 40
leurs plus dispersés que ceux des pro-
Type de famille
priétaires du fait de l'hétérogénéité des Personne seule 3 827 39 référence référence
Plusieurs personnes sans famille 354 4 - 0,252 - 2locataires du secteur libre. La proportion
Famille monoparentale 1 enfant 539 6 - 0,249 - 2
de ménages propriétaires augmente
Famille monoparentale 2 enfants 297 3 - 0,351 - 3
donc avec le niveau de vie (gra- Famille monoparentale 3 enfants et plus 188 2 ns ns
Couple sans enfant 1 918 20 - 0,600 - 5phique 3). Les 3/4 des ménages appar-
Couple 1 enfant 1 020 11 - 0,756 - 7etenant au 10 décile sont propriétaires
Couple 2 enfants 938 10 - 1,114 - 12
ertandis qu'à l'opposé, ceux du 1 décile Couple 3 enfants et plus 622 6 - 0,991 - 10
sont locataires pour les deux tiers. Statut matrimonial légal
Célibataire 4 134 43 référence référenceLe parc social loge 58 % des ménages
Marié 3 131 32 - 0,792 -8
locataires appartenant aux trois pre-
Veuf 963 10 - 0,733 -7
miers déciles de niveaux de vie, soit Divorcé 1 474 15 0,152 1
5,6 millions de personnes (contre Nombre d’enfants hors domicile
0 enfant 6 454 67 référence référence3,1 pour le parc privé hors étu-
1 enfant 1 098 11 0,157 1diants). Pour autant, la répartition des
2 enfants 954 10 ns ns
locataires entre les deux parcs montre 3 enfants et plus 1 197 12 0,404 3
que le secteur social ne loge pas que Occupation principale de la personne
de référencedes ménages modestes. Cela résulte
Occupe un emploi 5 970 62 référence référence
Chômeur 871 9 0,458 3
Etudiant 535 6 ns ns Répartition des ménages Retraité 1 700 18 - 0,385 - 3
Autre inactif 627 6 ns ns(hors étudiants)
Catégorie socioprofessionnelle
selon le niveau de vie et le secteur locatif Agriculteur 114 1 - 1,959 - 29
Artisan, commerçant 413 5 - 0,878 - 9
e10 décile Cadre 1 148 13 - 0,270 - 2
e Profession intermédiaire 1 739 19 - 0,327 - 39 décile
Employé 2 454 27 référence référencee8 décile
Ouvrier 3 257 36 ns ns
e7 décile
Nationalité
e6 décile Français de naissance 8 366 86 référence référence
e Français par acquisition 427 4 0,381 25 décile
Africain 485 5 1,871 6e4 décile
CEE 345 4 0,437 3
e3 décile Autre nationalité 78 1 1,055 5
e2 décile Niveau de vie
erer 1 décile 1 578 16 0,925 41 décile
e2 décile 1 263 13 0,670 40 20 40 60 80 100 e3 décile 1 107 11 0,416 2%Secteur libre Secteur social e4 décile 1 077 11 0,280 2
e5 décile 962 10 référence référence
eselon le niveau de vie et le statut d'occupation 6 décile 901 9 - 0,131 - 1
e7 décile 829 9 - 0,349 - 3
e10 décile e8 décile 759 8 - 0,444 - 4
ee 9 décile 649 7 - 0,601 - 59 décile
e10 décile 579 6 - 0,666 - 6e8 décile
Ensemble 9 703 100 2,514 93e7 décile
-4
e Résultats d’une régression logistique faisant intervenir les 8 variables du tableau qui sont significatives à un seuil de 10 (test de6 décile
Wald).
e5 décile
La troisième colonne présente les coefficients estimés. Le chiffre de 2,514 est l’estimation de la constante. Le taux de locataires
e4 décile pour la situation de référence vaut 1/(1+exp(-2,514)). Pour un ménage qui ne se distingue de la situation de référence que par
e l’âge (âgé de 65 ans et plus par exemple), cette proportion vaut 1/(1+exp(-2,514+2,398)).3 décile
La quatrième colonne présente, pour chaque variable, le différentiel de pourcentage par rapport à la situation de référence,
e2 décile « toutes choses égales par ailleurs ». Par exemple, le fait d’être un artisan diminue de 9 points la probabilité d’être locataire de
er1 décile sa résidence principale par rapport à la catégorie socioprofessionnelle de référence, celle des employés, toutes les autres ca-
ractéristiques étant celles de la situation de référence.0 20 40 60 80 100
Le chiffre de 93 % dans la ligne « Ensemble » représente la probabilité d’être locataire pour un ménage de la situation de réfé-%Propriétaires Locataires
rence.
Source : enquête Logement 2002, Insee Source : enquête Logement 2002, Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIERESecteurs de location (au sein du parc de Caractérisation des quartiers habités par les locataires sociaux
logements loués vides) :
selon leur niveau de vie
Secteur libre : logements loués vides duEn %
secteur privé hors loi de 1948, c'est-à-direRépartition des ménages actifs par catégorie socioprofessionnelle
les logements dont le bail est régi par la loi
Décile de Cadres et
Professions du 6 juillet 1989.niveau de vie Agriculteurs Artisans professions Employés Ouvriers
intermédiaires Secteur social : secteur HLM (convention-supérieures
né et non conventionné) et secteur social
er 11 décile 710 19 14 49
non HLM et non soumis à la loi de 1948.
e 22 décile1 19 14 46
Niveau de vie : revenu du ménage corrigé
e 23 décile3 21 14 44
de façon à tenir compte du nombre de per-
e 14 décile 712 21 14 45
sonnes qui le composent. Il est calculé en
e 15 décile 715 22 14 41
rapportant le revenu au nombre d'unités de
e 16 décile5 22 16 39
consommation du ménage. On compte 1,0
e 17 décile6 22 15 40 erunité de consommation pour le 1 adulte du
e 18 décile 717 22 15 38
ménage, 0,5 unité de consommation pour
e 19 décile 721 23 16 33
les autres adultes et pour les enfants de plus
e 110 décile 824 22 14 31
de 14 ans, et 0,3 pour les de moins
erLecture : les locataires sociaux du 1 décile habitent des quartiers où il y a en moyenne 10 % de cadres et 49 % d'ouvriers (selon le de quatorze ans. Le revenu inclut les reve-
recensement de 1999). nus d'activité professionnelle salariée ou
Source : enquête Logement 2002, Insee non salariée, les revenus de remplacements
(indemnités maladie et chômage), les retrai-
tes et préretraites, les prestations sociales
d'une part du niveau relativement élevé locataires sociaux de dernier décile rési- et familiales, et les revenus du patrimoine fi-
ernancier. Le 1 décile de niveau de vie com-des plafonds de ressources permettant dent dans des quartiers où un ménage
prend les 10 % de ménages ayant le plusd'accéder à un logement social : environ actif sur quatre est cadre.
faible niveau de vie.
les deux tiers de l'ensemble des ména-
Quartier : sur la base des données du
ges (locataires et propriétaires) dispo- recensement de la population de 1999, le
sent de ressources inférieures aux territoire a été divisé en 7 571 quartiers ouSources :
encore unités géographiques qui relèventplafonds HLM (plafonds PLUS - défini-
de trois niveaux différents :tions), et d'autre part du droit au maintien
- les villes d'au moins 10 000 habitants sont
La dernière enquête Logement s'estdans les lieux dont bénéficient les loca-
découpées en quartiers,
déroulée entre décembre 2001 et févriertaires du parc. En effet, pour le dixième - les communes plus petites (5 000 à 10 000
2002. Le champ est constitué des seuls
décile, la part des locataires du parc habitants) sont conservées au niveau com-
logements ordinaires. Sont de ce fait hors
munal,social - au sein des locataires - est champ les logements collectifs tels que les
- enfin, les communes de moins de 5 000encore de 23 %. Près de 40 % de ces foyers, internats ou casernes, ou les habi-
habitants sont réunies à un niveau su-e tations mobiles.locataires HLM du 10 décile résident
pracommunal (canton…).
dans leur logement actuel depuis plus de Ce découpage assure une relative homogé-
12 ans, alors que cette part n'est que de néité du strict point de vue démographique.
Plafond PLUS : prêt locatif à usage social.23 % pour ceux du premier décile. On Définitions :
peut donc supposer qu'ils sont rentrés
dans le parc social à une époque où
Logement : résidence principale. Bibliographie :leurs revenus étaient moins élevés. De
Ménage : ensemble de personnes qui par-plus, les locataires du parc social n'habi-
tagent la même résidence principale, que
tent pas les mêmes quartiers (défini-
ces personnes soient ou non unies par des Driant J.-C. et Rieg C., « Les conditions de
ertions) selon qu'ils appartiennent au 1 liens de parenté. Le nombre de ménages logement des ménages à bas revenus »
décile ou au dernier décile de niveau de est donc par définition égal au nombre de Insee Première n° 950, février 2004.
er résidences principales. Minodier C., « Le parc locatif récent :vie : les locataires sociaux du 1 décile
Ménage locataire : ménage dont la per- davantage de maisons et de petits immeu-résident dans des quartiers moins aisés,
sonne de référence est locataire en titre bles » , Insee Première n° 957, avril 2004.
où les cadres sont sous-représentés
d'un logement loué vide, l d'un Driant J.-C.etRiegC., «Les ménagesà
mais les ouvriers au contraire surrepré- meublé (y compris logé en hôtel ou garni) bas revenus et le logement social », Insee
sentés (tableau 2) et inversement les ou sous-locataire. Première n° 962, avril 2004.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr (rubrique Publications)
Vous pouvez vous abonner gratuitement aux avis de parution dans http://www.insee.fr/fr/ppp/abonnement/abonnement.asp#formulaire
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2005 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : CR
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP051010
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2005
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.