Principaux résultats du recensement de la population : département de l'Aube

De
Publié par

Pour la première fois de son histoire, l'Aube se retrouve au deuxième rang du classement régional derrière la Marne. Totalisant 292 099 habitants au recensement de 1999, le département termine le siècle sur une courbe démographique ascendante. Malgré tout, le département a vieilli et près d'un Aubois sur deux a plus de 40 ans, soit une hausse d'environ 4 points par rapport à 1990. Le retour vers la croissance de la population s'accompagne de la constante progression du parc immobilier. Le nombre de résidences principales a augmenté de 7,4% depuis 1990. L'Aube demeure un département où les habitants sont en majorité propriétaires. 39% seulement des logements sont loués par leurs occupants. Sur les 114 200 actifs occupés travaillant et résidant dans le département, 87% sont salariés dont près de la moitié sont des femmes. Depuis vingt ans, l'activité salariée féminine ne cesse de progresser alors que dans le même temps celle des hommes recule.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 36
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Nº 19 - Octobre 2000 - Prix : 15F (2,29€)
Principaux résultats du recensement de 1999
Département de l’Aube
POPULATION : Retour vers la croissance
Pour la première fois de son histoire, l’Aube se retrouve au 31% en 1999. Dans le cas des femmes, cette part est même
deuxième rang du classement régional derrière la Marne. passée au-dessous de la barre des 30%. Cette évolution est
Totalisant 292 099 habitants au recensement de 1999, le dé avant tout imputable à la faible natalité, le phénomène de dé- -
partement termine le siècle sur une courbe démographique part des jeunes à l’extérieur du département s’étant stabilisé.
ascendante. En neuf ans, sa population a augmenté de 2 800 A l’inverse, près d’un Aubois sur deux a plus de 40 ans, soit
personnes, soit une progression moyenne de 0,1% par an. une hausse d’environ 4 points par rapport au recensement
Placée au 71 ème rang des départements métropolitains
juste devant les Ardennes, l’Aube affiche une situation dé-
Pyramide des âges de l’Aube en 1990-1999mographique plus prometteuse qu’au dernier recensement.
En effet, le département apparaît comme moins touché que
ses voisins par la baisse de la natalité et les mouvements de Age*
population sont nettement moins défavorables que dans les
Hommes Femmes
autres départements champardennais. La réduction du défi- 90
cit migratoire (arrivées - départs) s’avère déterminante pour
80
le retour vers la croissance de la population auboise.
En effet, l’Aube, département traditionnellement le moins 70
nataliste de la Champagne-Ardenne, a moins souffert de
60
l’impact négatif de la baisse de la natalité sur le solde naturel
(naissances - décès). Ainsi, le taux de croissance annuel 50
moyen dû au mouvement naturel est passé de +0,3% en
40
1990 à +0,2% en 1999. De plus, les pertes dues aux échan-
30ges de population se sont atténuées, si bien que le départe-
ment détient le déficit migratoire le plus faible de
20
Champagne-Ardenne (-0,1% par an contre -0,3% au cours
10des années 80).
Outre ces évolutions démographiques, l’analyse des docu-
0
ments collectés pendant le recensement permet d’en savoir 2500 2000 1500 1000 500 0 0 500 1000 1500 2000 2500
un peu plus sur les habitants de l’Aube, et tout d’abord sur
1999 1990
leur âge. La superposition de la pyramide des âges d’ilyadix
ans à l’actuelle montre le lent vieillissement du département.
A l’image des autres départements de la région, la base s’est Source : INSEE, recensements de la population de 1990 et 1999
de nouveau rétrécie et la part des moins de 25 ans a diminué * Il s’agit de l’âge atteint au cours des années des recensements.
Ceux-ci ayant lieu en mars, l’âge “0” est incomplet.de plus de trois points : 34% en 1990 contre un peu moins de
INSEE Flash Champagne-Ardenneprécédent. La population des 45 à 54 ans a Part des moins de 25 ans en 1999
même progressé de près de 45% sur cette pé-
riode et représente maintenant 14% de la po-
pulation du département. L’arrivée dans ces
classes d’âge de la génération du
« baby-boom » contribue largement à expli-
quer cet essor. Villenauxe-la-Grande
RameruptLa montée en puissance de ce groupe d’âge Méry-sur-Seine
Chavangess’accompagne également de celle des sep- Romilly-sur-Seine Arcis-sur-Aube
tuagénaires qui progresse fortement en neuf Nogent-sur-Seine
ans (+35,6%), l’allongement de la durée de Brienne-le-Château
la vie expliquant en grande partie un tel ré-
Piney Soulaines-Dhuys
sultat. Marcilly-le-Hayer Chapelle-Saint-Luc
Troyes
Sainte-Savine Lusigny-sur-Barse
Vendeuvre-sur-BarseAttractivité de Troyes et Estissac
BouillyAix-en-Othe Bar-sur-Aubedu Grand-Ouest En % de la
Bar-sur-Seinepopulation totale
EssoyesErvy-le-ChâtelLes évolutions démographiques favorables
35
observées sur l’ensemble du département
Chaource Mussy-sur-Seine30 Riceyscachent toutefois quelques disparités géo-
graphiques. L’analyse de la structure par âge 25
des cantons de l’Aube met clairement en op-
position les villes et les campagnes, les can- Canton
tons urbains et les cantons ruraux du
département. Elle permet en particulier de
Source : INSEE, recensement de la population de 1999
confirmer le rôle moteur joué par Troyes et
ses environs ainsi que le pouvoir attractif du
Grand-Ouest voisin du département de la
Répartition par âge des arrivants dans l’Aube
Seine-et-Marne.
En effet, l’agglomération troyenne compte
aujourd’hui 128 945 habitants, soit environ %
2 700 personnes de plus qu’en 1990. La ville 60
de Troyes elle-même a gagné environ 1 600
personnes entre 1990 et 1999, passant ainsi 50
au-dessus de la barre des 60 000 habitants,
40tandis que les communes de la banlieue ont
connu des évolutions diverses : perte de po-
30
pulation dans les localités de La-Cha-
pelle-Saint-Luc et Saint-André-les-Vergers et
20
gain dans celle de Sainte-Savine. Cette évo-
lution s’explique par la constance de l’ac- 10
croissement naturel et surtout par le retour à
l’équilibre des mouvements migratoires. Au 0
0 à 14 ans 15 à 24 ans 25 à 59 ans 60 à 74 ans 75 ans ou plustotal, en 1999 près de la moitié des nou-
veaux arrivants dans l’Aube se sont installés
à Troyes et ses environs, attirés par le nou- Source : INSEE, recensement de la population de 1999
Répartition par âge de la population de l’Aube
1990 1999
Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
0* à 24 ans 50 632 47 734 98 366 45 880 43 510 89 390
25 à 59 ans 65 889 64 851 130 740 69 240 68 439 137 679
60 à 74 ans 17 219 20 448 37 667 18 713 22 141 40 854
75 ans ou plus 8 031 14 493 22 524 8 775 15 470 24 245
Total 141 771 147 526 289 297 142 599 149 500 292 099
Source : INSEE, recensements de la population de 1990 et 1999
* L’âge “0” ne comprend que les enfants nés entre le 1er janvier 1999 et la date du recensement
INSEE Flash Champagne-ArdennePart des 75 ans ou plus en 1999 veau pôle universitaire mais aussi par les
équipements qui y sont offerts. Aujourd’hui
l’agglomération troyenne est composée
d’une population plutôt jeune, les 75 ans ou
plus représentant même moins de 5% des
habitants de bon nombre de communes pé-
riphériques.Villenauxe-la-Grande Ramerupt
Au nord-ouest, les cantons de No-
Chavanges gent-sur-Seine et Villenauxe-la-GrandeArcis-sur-Aube
Romilly-sur-Seine favorisés par leur proximité avecNogent-sur-Seine Méry-sur-Seine
Brienne-le-Château l’Ile-de-France connaissent également un
essor démographique dû essentiellement
Soulaines-DhuysMarcilly-le-Hayer Piney aux échanges migratoires. A l’inverse, lesChapelle-Saint-Luc
cantons ruraux situés au sud (Aix-en-Othe,Troyes
Sainte-Savine Vendeuvre-sur-Barse Ervy-le-Châtel, Chaource, Les Riceys et
Lusigny-sur-BarseEstissac Essoyes) sont les plus âgés de l’Aube, le
Aix-en-Othe Bar-sur-AubeEn % de la nombre de décès y étant même supérieur àBouilly
population totale Bar-sur-Seine celui des naissances.
EssoyesErvy-le-Châtel11
7 Riceys Mussy-sur-SeineChaource
5
Canton
Source : INSEE, recensement de la population de 1999
LOGEMENT : Un parc immobilier en constante progression
Depuis de nombreuses années, le parc immobilier au-
Répartition des logements de l’Aubebois est en constante progression, tout comme dans les autres
selon la catégorie en 1999départements champardennais. Cette évolution dépasse de
loin celle de la population. En trente ans le parc a augmenté Nombre %
de 37% et atteint en cette fin de siècle à un peu plus de
Résidences principales 119 259 86,4
138 000 logements. Si cette extension profite en premier lieu
Logements occasionnels 1 104 0,8aux résidences principales dont le nombre a augmenté de
7,4% depuis 1990, il n’y a pas eu, depuis 1968, de modifica- Résidences secondaires 7 070 5,1
tion significative dans la répartition des logements. Au- Logements vacants 10 593 7,7
jourd’hui comme il y a dix ans, 86% d’entre eux sont des
Ensemble des logements 138 026 100résidences principales et avec près de 8% de logements va-
cants l’Aube se situe à un niveau comparable à celui de la Source : INSEE, recensement de la population de 1999
Champagne-Ardenne.
La réduction de la taille moyenne des ménages aubois ex-
plique largement la progression du nombre de logements.
De 3,02 personnes en moyenne par ménage en 1968, ce
nombre est passé à 2,38, trente ans plus tard. Aujourd’hui, ce
chiffre, traditionnellement le plus faible de la
région, est même légèrement inférieur à la
Confort des résidences principales de l’Aube
moyenne de la France métropolitaine (2,40).
La baisse de la natalité, le nombre croissant
1990 1999
de personnes âgées vivant seules et la
Nombre % Nombre %montée des ruptures familiales sont autant
de facteurs qui contribuent à expliquer la ré-
Baignoire ou douche, W.-C. à 80 047 72,1 90 988 76,3
duction de la taille des ménages. l’intérieur, avec chauffage central
La perte d’un conjoint, le départ des enfants 19 748 17,8 23 152 19,4devenus adultes sont à l’origine d’un lent
l’intérieur, sans chauffage centralprocessus de dépeuplement des cantons ru-
raux, notamment au sud du département. Autres 11 199 10,1 5 119 4,3
Beaucoup de personnes seules, proprié- Ensemble des résidences principales 110 994 100 119 259 100
taires de leur logement, vivent donc dans
Source : INSEE, recensements de la population de 1990 et 1999des maisons individuelles autrefois desti-
INSEE Flash Champagne-Ardennenées à accueillir des familles
Répartition des résidences principales de l’Aube
nombreuses. La plupart de
selon le statut d’occupation et le type
ces résidences principales,
construites avant 1915, se vi- 1990 1999
dent peu à peu. Par exemple, Nombre % Nombre %
Dans le canton des Riceys et
Ensemble des résidences principales 110 994 100,0 119 259 100,0
celui d’Essoyes, plus de 30%
dont par statut d’occupation :du parc immobilier est com-
posé de logements vacants ou Propriétaire 61 718 55,6 67 548 56,6
de résidences secondaires. Locataire 42 912 38,7 46 720 39,2
- d’un logement loué vide non HLM 18 047 16,3 18 640 15,6
Quatre pièces par - d’un logement loué vide HLM 23 927 21,6 26 570 22,3
- d’un meublé ou d’une chambre d’hôtel 938 0,8 1 510 1,3logement
Logé gratuitement 6 364 5,7 4 991 4,2
La situation est bien différente dont par type :
dans les centres urbains où le Maison individuelle ou ferme 72 183 65,0 76 507 64,2
phénomène de « décohabita-
Logement dans un immeuble collectif 35 893 32,3 39 776 33,4
tion » conduit les parents sé-
Autres* 2 918 2,6 2 976 2,5parés ou divorcés à louer des
logements de taille importante
Source : INSEE, recensements de la population de 1990 et 1999
pour accueillir de temps à * Logement-foyer pour personnes âgées, chambre d’hôtel, construction provisoire, habitation de
fortune, pièce indépendante louée, sous-louée ou prêtée, autres.autre les enfants dont ils n’ont
pas la garde.
Avec la présence croissante des étudiants,
Troyes détient le record départemental du
plus faible nombre moyen d’occupants par
logement (2,07). Les logements de « une
pièce » ont même augmenté de 44% en neuf
ans, alors que cette progression n’est que de
21% sur l’ensemble du département.
Délaissant les grands centres, les ménages
avec enfants préfèrent, quant à eux, s’instal-
ler dans des habitations plus spacieuses si-
tuées à la périphérie des pôles urbains,
riches en emplois et en équipements. Dans
la banlieue troyenne le nombre de loge-
ments de « cinq pièces ou plus » a augmenté Part des résidences principales construites après 1990
de 25% par rapport à 1990.
Fort de ces conditions de logement très con-
trastées selon les espaces ruraux, urbains et
périurbains, l’Aube demeure un départe-
ment où les habitants sont en majorité pro-
priétaires. 39% des logements sont loués par
Villenauxe-la-Grande
leurs occupants contre 45% dans la Marne Ramerupt
Chavangesqui se caractérise par une urbanisation plus Arcis-sur-Aube
Romilly-sur-Seineimportante. Comme dans les autres départe-
Nogent-sur-Seine Méry-sur-Seine Brienne-le-Châteauments, au sein du parc locatif aubois, le lo-
gement social prédomine.
Soulaines-DhuysPineyAu fil des années, les résidences principales
Chapelle-Saint-LucMarcilly-le-Hayerqu’occupent les Aubois ont gagné en espace
Troyeset en confort. En effet, le nombre moyen de Vendeuvre-sur-BarseSainte-Savine
Lusigny-sur-Barsepièces par logement est passé de 3,3 en Estissac
1990à4en 1999 et le taux d’occupation par Bar-sur-AubeEn % des résidences BouillyAix-en-Othe
pièce de 0,9 personne à 0,6 dans le même principales Bar-sur-Seine
laps de temps. Plus grands, les logements
Essoyes10 Ervy-le-Châtelsont aussi mieux équipés. Plus des trois
quart bénéficient de sanitaires à l’intérieur 5 Riceys Mussy-sur-SeineChaourceainsi que du chauffage central, le nombre
d’habitations sans confort étant aujourd’hui Canton
marginal.
Source : INSEE, recensement de la population de 1999
INSEE Flash Champagne-ArdenneACTIVITÉ : L’activité féminine la plus forte de la région
Entre 1990 et 1999, la population active auboise est restée Taux d’activité par âge et par sexe en 1990 et 1999
stable. Le département compte aujourd’hui 133 096 actifs,
% 100soit 576 personnes de moins qu’il y a neuf ans. Dans le même
temps, la population ayant un emploi a diminué, tandis que les
personnes déclarant en chercher un sont plus nombreuses.
80
Chez les hommes, l’augmentation de l’espérance de vie
conjuguée à l’abaissement de l’âge de la retraite se sont tra-
duits par une diminution du taux d’activité masculin. C’est
60
particulièrement vrai pour les hommes ayant entre 55 et 59
ans dont le taux d’activité est aujourd’hui de 71% contre
74% en 1990. Pour ceux de 60 à 64 ans, ce taux a même re- 40
culé de dix points. Par ailleurs, en raison de l’allongement de
la durée des études, celui des 20 à 24 ans a chuté de 13 points
par rapport à 1990. 20
Hommes 1990 Hommes 1999Ce dernier quart de siècle a été marqué par l’augmentation
Femmes 1990 Femmes 1999très forte de l’activité féminine. Les femmes, toujours plus
0présentes sur le marché du travail, quittent aujourd’hui plus
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65
rarement leur emploi pour élever leurs enfants. Mais ce phé-
nomène n’est pas nouveau dans l’Aube. En effet, le secteur
Source : INSEE, recensements de la population de 1990 et 1999textile, très présent dans le département, a
longtemps recruté des ouvrières spécialisées
dans la bonneterie. Aussi le taux d’activité fé Répartition de la population de 15 ans ou plus-
par type d’activitéminin est-il actuellement le plus fort de la ré-
gion.
1990 1999
L’insertion, déjà ancienne, des femmes dans
Effectif % Effectif %le marché du travail et le vieillissement accru
de la population sont autant d’éléments qui Actifs 133 672 57,2 133 096 55,5
expliquent l’importance de la part des retrai- dont Ayant un emploi 117 787 50,4 114 199 47,6
tées dans la population féminine en âge de
Chômeurs 14 511 6,2 18 363 7,7
travailler. Dépassant les 25%, celle-ci est
Militaires du contingent 1 374 0,6 534 0,2même de 3 points supérieure à la moyenne
régionale. Enfin, à l’image de leurs homolo Inactifs 100 122 42,8 106 707 44,5-
gues masculins, les jeunes femmes de moins
Source : INSEE, recensements de la population de 1990 et 1999de 25 ans sont seulement 58% à déclarer tra-
vailler ou chercher un emploi contre 71% en
1990. Part des actifs travaillant et habitant dans la même commune
Recul de l’emploi salarié
masculin
Villenauxe-la-GrandeEn 1999, le nombre total d’actifs ayant un Ramerupt
emploi et résidant dans le département, est ChavangesArcis-sur-Aube
en baisse par rapport à 1990 : il a diminué de Romilly-sur-SeineNogent-sur-Seine
Méry-sur-Seine5% chez les hommes tandis qu’il est resté Brienne-le-Château
stable chez les femmes (-0,2%). Sur les
Marcilly-le-Hayer114 199 actifs occupés que compte l’Aube, Soulaines-DhuysPiney
Chapelle-Saint-Luc87% sont salariés dont plus de 46% sont des
Troyesfemmes. Depuis vingt-cinq ans, l’activité sa- Sainte-Savine Vendeuvre-sur-Barse
lariée féminine ne cesse de progresser alors Estissac Lusigny-sur-Barse
que dans le même temps celle des hommes Aix-en-Othe
Bouilly Bar-sur-Auberecule. Avec une baisse de 4 800 personnes, En % de la
Bar-sur-Seine
l’effectif salarié masculin a diminué de près population active
Ervy-le-Châtelde 8%, celui des femmes augmentant d’un
Essoyes
peu plus de 10%. 50
ChaourceBien pourvu en commerces et services, l’ar Riceys Mussy-sur-Seine- 25
rondissement de Troyes, avec une baisse de
2,8% en neuf ans du nombre de ses actifs oc Canton-
cupés, résiste un peu mieux que le reste du
département. Relayée au nord-ouest par le
Source : INSEE, recensement de la population de 1999
INSEE Flash Champagne-Ardennepôle de Romilly-sur-Seine l’agglomération troyenne attire
Evolution des actifs ayant un emploi
en effet des familles dont les membres sont pour la plupart
en âge d’exercer une activité. Toutefois, regroupant près de Effectif Effectif Evolution
1990 1999 en %la moitié des salariés aubois, elle est aussi la plus touchée
par la diminution des effectifs salariés (-7,1% chez les hom- Arrondissements
mes et -3,3% chez les femmes). Bar-sur-Aube 12 489 12 092 -3,2
A l’inverse, les arrondissements de Nogent-sur-Seine et de
Nogent-sur-Seine 20 208 19 430 -3,8Bar-sur-Aube ont connu des pertes de plus de 3% de leur
Troyes 85 090 82 677 -2,8population active occupée.
Enfin, la majorité des emplois étant concentrée dans l’aire Aube 117 787 114 199 -3,0
urbaine de Troyes, peu de personnes travaillent dans la
dont communes urbaines 71 428 67 034 -5,1
commune où elles résident. L’emplacement géographique
central de l’agglomération troyenne et l’amélioration de la d’une unité urbaine de 19 248 17 711 -8,0
- de 20 000 habitantsqualité des axes routiers favorisent en effet les déplace-
ments domicile-travail, ceux-ci étant plus rapides et sur de
d’une unité urbaine 52 180 49 323 -5,5
courtes distances. En revanche, dans le sud-est plus rural du de 20 000 habitants ou +
département, des Riceys jusqu’à Bar-sur-Aube, plus d’un dont communes rurales 46 359 47 165 +1,7
habitant sur deux exerce sa profession sur son lieu de rési-
dence. Source : INSEE, recensements de la population de 1990 et 1999
Josiane HULIN Recensement de la population 1999
Des résultats détaillés disponibles
sous de multiples formes
FASCICULE DÉPARTEMENTAL
Les données essentielles
pour les principaux
Définitions niveaux géographiques :
Age : la population est classée par année de naissance, c’est à dire par département, unité urbaine,
génération. L’âge indiqué est l’âge atteint par chaque génération au canton, commune...
cours de l’année de recensement. La classe «0» ne comprend pour le
er
recensement de 1999 que les enfants nés du 1 janvier 1999 au 8 mars
COMMUNES...PROFILS
1999.
Toutes les communesArrivants : on appelle “arrivants” les personnes dont le département de
er d’un départementrésidence au 1 janvier du recensement de 1990 était différent du dé-
partement de résidence au de 1999. Les enfants nés de Plus de 700 indicateurs-
er
puis le 1 janvier 1990 sont considérés comme “arrivants” (en 1999) si pour 1999
la personne de référence du ménage est elle-même “arrivante”. 100 indicateurs disponibles
Population active : elle comprend la population active ayant un em- pour 1982-1990-1999
ploi, les chômeurs et les militaires du contingent. Les actifs ayant un
emploi sont les personnes qui ont une profession et l’exercent au mo- De l’infographie sur zone standard ou personnalisée,
ment du recensement.
des collections de tableaux sur tout territoire standard
Taux d’activité : c’est le pourcentage de personnes actives dans la po-
ou personnalisé, des bases de données locales...pulation totale. Dans le cas de taux d’activité d’une classe d’âge, il
s’agit du pourcentage des personnes actives dans cette classe d’âge.
Pour en savoir plus : “Accueil INSEE Information”Chômeurs : sont considérées comme chômeurs les personnes qui se
sont déclarées «chômeurs (inscrits ou non à l’ANPE)» sauf si elles ont Champagne-Ardenne
déclaré explicitement par ailleurs ne pas rechercher de travail.
Dès sa parution, INSEE FLASH Champagne-Ardenne est disponible
sur le site Internet de l’INSEE : www.insee.fr/champagne-ardenne
INSEE, Direction Régionale de Champagne-Ardenne 10, rue Edouard Mignot 51079 Reims Cédex. Tél : 03.26.48.61.00
Directeur de la publication : Jean-Michel DURR, Directeur régional de l’INSEE - Chef du Service Etudes et Diffusion : Guy Bourgey
Rédacteur en chef : Johara Khélif - Secrétaire de rédaction : Marie-Paule Le Coadou - Secrétaire de fabrication : Pascale Breton
Communication externe : Guy Bourgey - Abonnements : Sylviane Mulder
Création de l’image visuelle : Champagne-Création - Imprimeur : Groupe Technologies et Impression, 51100 Reims
Le numéro : 15F (2,29 euros) Abonnement: 11 numéros 130F (19,82 euros) (France), 162F (24,70 euros) (Europe), 175F (26,68 euros) (reste
du monde) ou 11 numéros + dossier “Bilan économique” : 160F (24,39 euros) (France), 200F (30,50 euros) (Europe), 216F (32,93 euros)
(reste du monde).
© INSEE-2000 ISSN 1277-5649 Code SAGE : FLA001960 Dépot légal : Octobre 2000
INSEE Flash Champagne-Ardenne

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.