Prix d'hier et d'aujourd'hui.

De
Publié par

Variation des prix dans l'alimentaire depuis le début du siècle. Pouvoir d'achat du franc (coefficient de transformation du franc). Prix moyen de certains produits alimentaires en francs. Disparités des dépenses dans le budget des ménages. Tableaux.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Tags :
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

prix
Prix d'hier et d' aujourd'hui
e pain à 40 centimes le question de parler ici de qualité l’ensemble des dépenses des
kilo, le gigot de mouton mais de fournir quelques ordres ménages. Cette part est réduiteLà 3,50 francs, le litre de de grandeur. aujourd’hui à environ 2 %. De
lait à 35 centimes et le lapin à 2 La définition même du produit, même, quoi de comparable
francs le kilo... c’était en 1910. son conditionnement et les entre la plaquette de beurre de
Traduits en francs actuels, ces modes de commercialisation ont 250 grammes que l’on trouve
prix ne sont cependant pas si fortement changé et influé sur dans les rayons des grandes
différents de ceux pratiqués de les prix. Aujourd’hui, c’est la surfaces et le beurre vendu
nos jours. Quelques articles baguette qui a la faveur du alors au détail, à la « motte ».
dérogent toutefois à ce constat. consommateur alors qu’au début Si globalement les prix n’ont
Ainsi en est il du pain qui du siècle, les familles avaient que peu varié, il n’en est pas de
coûterait en cette fin de siècle moins de choix et achetaient des même si l’on fait des
près de 2 fois plus cher, alors gros pains de 2 kilos voire plus. comparaisons en terme de
qu’à l’inverse, le beurre serait à Aliment de base de l’époque, le pouvoir d’achat des salaires. Le
moitié prix et l’huile 3 fois moins pain représentait entre le SMIC actuel permettrait de se
chère. Il n’est bien sûr pas huitième et le quart de procurer plus de produits
alimentaires de base que le
salaire du journalier du début
du siècle. Ce n’est là qu’une
approche purement
« alimentaire » qui ne prend
pas en considération les
évolutions du mode de vie.
Ainsi, les dépenses
d’alimentation qui occupaient
une place considérable dans le
budget des ménages, entre 60
et 80 %, ne représentent plus
qu’environ 15 % aujourd’hui.
De nos jours, nouvelles
conditions de vie
obligent, plus de 80 %
du budget est
consacré à
l’habillement, aux
transports, aux soins
de santé, à
l’équipement de la
maison et, bien sûr,
aux loisirs.
Emilio
Zabaleta
insee limousin r 13 13 r

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.