Projection tendancielle de la population bourguignonne pour 2030

De
Publié par

Si les tendances démographiques des années 90 se maintenaient, la population de la Bourgogne progresserait légèrement jusqu'en 2010 puis diminuerait pour retrouver son niveau de 1975, soit 1 570 000 habitants. La région continuerait de vieillir dans les 30 prochaines années. Les personnes âgées représenteraient une part croissante de la population bourguignonne, à l'opposé des jeunes générations. Les actifs seraient également moins nombreux. L'Yonne et la Côte-d'Or verraient leur population progresser. A l'inverse, la Nièvre et la Saône-et-Loire connaîtraient une baisse démographique.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 41
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE N°90-Février2002-2,20eurosBOURGOGNE
Projection tendancielle de la population
bourguignonne pour 2030
Si les tendances démographiques des années 90 se maintenaient, la population de la
Bourgogne progresserait légèrement jusqu’en 2010
puis diminuerait pour retrouver son niveau de 1975, soit 1 570 000 habitants.
La région continuerait de vieillir dans les 30 prochaines années.
Les personnes âgées représenteraient une part croissante de la population bourguignonne,
à l’opposé des jeunes générations. Les actifs seraient également moins nombreux.
L’Yonne et la Côte-d’Or verraient leur population progresser.
A l’inverse, la Nièvre et la Saône-et-Loire connaîtraient une baisse démographique.
ntre 1975 et 1999, la population de thèses retenues ici consistent à mainte- Selon ce scénario, la population de laEla Bourgogne est passée de nir les tendances observées au cours Bourgogne augmenterait légèrement
1 569 000 habitants à 1 610 000, soit de la dernière décennie en matière de jusqu’en 2010 pour atteindre 1 618 000
une croissance annuelle moyenne de fécondité et de migrations. personnes, puis diminuerait. Cette
0,10 %. Celle-ci, deux fois plus élevée
jusqu’au début des années 80, est
Poursuite du vieillissement de la population bourguignonnedevenue nulle au cours de la dernière
erdécennie. Le solde naturel (différence Âge au 1 janvier
entre les naissances et les décès) a
fortement contribué à cette croissance
90démographique, même s’il a fléchi,
particulièrement dans les années 90. En
80
effet, les naissances se sont stabilisées
autour de 18 000 par an depuis 1995
70
alors qu’elles s’élevaient à environ
22 400 annuellement dans les années
60
70. Les décès sont à l’inverse plus
nombreux que par le passé. Les mouve- 50
ments migratoires, pour leur part,
40étaient positifs jusqu’en 1982 mais
Hommes Femmesfreinent depuis l’augmentation de la
30population. Stabilisation démogra-
phique, vieillissement et effets migratoi-
20
res caractérisent donc les évolutions de
population des dernières décennies.
10
Tendance à la baisse
14 000 12 000 10 000 8 000 6 000 4 000 2 000 0 0 2 000 4 000 6 000 8 000 10 000 12 000 14 000du nombre de
Population en 1975 Population en 2000 Population en 2030Bourguignons dès 2010
Sources : INSEE - Recensements de la population de 1975 et 1999 - Modèle Omphale 2000.
Guide de lecture : si les tendances démographiques récentes se prolongeaient, la BourgogneQuelles seront les caractéristiques
compterait 7 777 hommes et 7 301 femmes âgés de 20 ans en 2030, contre respectivementdémographiques de la Bourgogne dans
9 899 et 9 263 en 2000, et 12 418 et 12 091 en 1975.
les 30 prochaines années ? Les hypo-INSEE N°90-Février2002-2,20eurosBOURGOGNE
baisse démographique s’accentuerait 3 600 personnes par an dans lesDavantage de
progressivement : de 1 300 habitants années 70, deviendrait de plus en plus
en moins chaque année dans la négatif : - 1 700 en 2010, - 4 100 enpersonnes âgées
décennie 2010, elle passeraità3100 2020 et - 5 400 en 2029.
au cours des années 2020 jusqu’à L’affaiblissement de la natalitéLe nombre de personnes de 60 ans
dépasser la barre des 3 900 en 2030. s’accompagnerait d’une baisse de laou plus augmenterait de plus de 53 %
Dans 30 ans, le nombre de Bourgui- part des moins de 20 ans dans la popu-d’ici à 2030. Alors qu’elles représen-
gnons serait comparable à son niveau taient moins de 24 % des Bourguignons lation. Ainsi, s’ils représentaient 30 %
de 1975. Il s’élèverait ainsi à 1 570 000, en 1999 et 22 % en 1975, elles consti- des Bourguignons en 1975 et 24 % en
soit près de 41 000 de moins qu’au tueraient près de 38 % de la population 1999, cette part passerait à 22 % en
recensement de 1999. 2010, puis à 20 % en 2020 et enfin àrégionale en 2030. Les tranches d’âges
Avec les mêmes hypothèses, la 19 % en 2029.les plus élevées connaîtraient la crois-
population de l’ensemble de la France sance la plus forte : les 80 ans et plus
métropolitaine passerait de 58 521 000 seraient ainsi plus de deux fois plus Diminution
en 1999 à 63 927 000 habitants en nombreux dans 30 ans qu’en 1999.
2030. La Bourgogne ferait ainsi partie Depuis 1975, l’espérance de vie des de la part des actifs
des 5 régions connaissant une baisse hommes a augmenté de 5,9 ans et celle
démographique, régions situées dans des femmes de 5,8. Elle continuerait de Les actifs représenteront également
l’est du pays (sauf l’Alsace et à un croître dans le futur. Elle serait ainsi de une part de plus en plus faible de la
moindre niveau la Franche-Comté) et 80,7 ans pour les hommes et de 88,2 population régionale du fait du départ à
dans le massif central. L’ouest et sur- pour les femmes dans 30 ans contre la retraite des enfants du baby-boom à
tout le sud de la France bénéficieraient 74,8 et 82,8 en 1999. partir de 2005. Si les taux d’activité par
à l’inverse globalement d’une nette Parallèlement au vieillissement de la âge et par sexe étaient stables sur
croissance démographique. population, les décès progresseraient l’ensemble de la période, le nombre de
Le vieillissement de la population se au cours des 30 prochaines années, Bourguignons actifs passerait de 44 %
poursuivrait en France comme en Bour- passant de 17 500 en 1999 à 18 500 en de la population en 1999 à moins de
gogne. Les générations du baby-boom 2029, niveau toutefois plus faible que 37 % en 2030, la baisse étant continue
arriveront en effet à un âge élevé tandis dans les années 70 (18 800). sur les trois décennies. On peut néan-
que le maintien de la fécondité à son A l’inverse, les naissances diminue- moins supposer que le taux d’activité
niveau de 1999 entraînerait une diminu- raient. Si le taux de fécondité se mainte- des femmes continuera d’augmenter
tion des classes d’âges jeunes. Cette nait à son niveau actuel (1,73 contre dans les prochaines années. Il s’élève
baisse, qui concernait uniquement les 1,80 en France), le nombre de naissan- ainsi à 46,4 % en 1999 (60,2 % pour les
moins de 30 ans depuis 1975, touchera ces annuelles serait dans 30 ans hommes) contre 36,4 % en 1975.
également dans les 30 prochaines inférieur de près de 27 % à son niveau Les mouvements migratoires de-
années les 30-55 ans. actuel. Cette tendance s’explique par la viendraient favorables à la Bourgogne,
L’âge moyen des Bourguignons baisse du nombre de femmes en âge l’excédent s’élevant progressivement :
augmenterait progressivement : de de procréer. Dès lors, les décès de 1 100 personnes en moyenne an-
40 ans en 1999, il passerait à 42,5 en dépasseraient les naissances dès nuelle dans la décennie 2000, il passe-
2010, à 44,9 en 2020 et 47,3 en 2030. 2003. Le solde naturel, excédentaire de rait à 1 400 par an entre 2010 et 2030.
La Côte-d’Or continuerait de gagner des habitants La population de la Nièvre diminuerait
er erÂge au 1 janvier Âge au 1 janvier
90 90
8080
7070
6060
50 50
Hommes FemmesHommes Femmes 4040
3030
2020
10 10
5 000 4 000 3 000 2 000 1 000 0 0 1 000 2 000 3 000 4 000 5 000 2 500 2 000 1 500 1 000 500 00 500 1 000 1 500 2 000 2 500
Population en 2030 Population en 1975 Population en 2000 Population en 2030Population en 1975 Population en 2000
Sources : INSEE - Recensements de la population de 1975 et 1999 - Modèle Omphale 2000.Sources : INSEE - Recensements de la population de 1975 et 1999 - Modèle Omphale 2000.
© INSEE Bourgogne - 2002 - Projection tendancielle de la population bourguignonne pour 2030 2INSEE N°90-Février2002-2,20eurosBOURGOGNE
Évolution démographique selon les départements
contre + 0,29 % dans les années 90 et
Taux d’évolution annuel moyen en % + 0,54 % de 1975 à 1982. En 2030, elle
Solde naturel Solde migratoire Solde global compterait 531 000 habitants. Dans le
Côte-d’Or 1975-1999 0,45 - 0,01 0,44 scénario adopté, elle continuerait à tirer
profit de la venue de jeunes poursuivant1999-2030 0,16 - 0,01 0,15
leurs études à Dijon et s’installant pour
Nièvre 1975-1999 - 0,32 - 0,03 - 0,35
partie dans le département au début de
1999-2030 - 0,55 0,13 - 0,42
leur vie active. Si le nombre de naissan-
Saône-et-Loire 1975-1999 0,07 - 0,25 - 0,19 ces déclinerait de manière continue, il
1999-2030 - 0,33 - 0,13 - 0,46 resterait supérieur à celui des décès jus-
Yonne 1975-1999 - 0,03 0,47 0,44 qu’en 2027. Cet excédent naturel ferait
plus que compenser le déficit migratoire.1999-2030 - 0,17 0,50 0,33
Bourgogne 1975-1999 0,10 0,00 0,10
La baisse démographique1999-2030 - 0,16 0,08 - 0,08
Sources : INSEE - Recensements de la population de 1975 et 1999 - Modèle Omphale 2000. se poursuivrait dans la
Nièvre et en Saône-et-LoireGuide de lecture : la population de la Côte-d’Or a augmenté de 0,44 % par an depuis 1975. Si
l’excédent de naissances sur les décès a généré une croissance de 0,45 %, les départs ont été
La population de la Nièvre passeraitplus nombreux que les arrivées, tendant à faire baisser la population de 0,01 % par an.
sous la barre des 200 000 habitants d’ici
Les départs continueraient à toucher des habitants de l’Yonne, niveau com- 2030 (197 707), la baisse démogra-
essentiellement les jeunes qui partent parable à celui de la Bourgogne. Cette phique s’élevant à 0,42 % par an en
pour leurs études ou à la recherche hausse correspond, avec les hypothè- moyenne. La part des personnes âgées
d’un premier emploi. A l’inverse, la ses retenues, à la fois au passage à la de 60 ans ou plus augmenterait forte-
Bourgogne attirerait de jeunes retraités. retraite des générations du baby-boom ment, passant de 28,5 % en 1999 à
et à la venue de nouveaux retraités. Par 43,8 % en 2030. Le vieillissement
ailleurs, le nombre de jeunes diminue- s’explique essentiellement par une forteLa population serait en
rait plus faiblement que dans le reste de baisse du nombre des moins de 55 ans.hausse en Côte-d’Or la région. Les aires urbaines de Sens et Si ce phénomène touchait déjà les
et dans l’Yonne Joigny, proches de la capitale, profite- moins de 30 ans depuis 1975, il
raient le plus du dynamisme démogra- concerne désormais aussi les 30-55
phique du département. A l’opposé,La population de l’Yonne progresse- ans. L’aire urbaine de Nevers résisterait
l’évolution serait faiblement positiverait de 0,33 % entre 1999 et 2030 pour mieux que le reste du département tan-
pour l’aire urbaine d’Auxerre et négativeatteindre finalement 369 000 personnes dis que celle de Cosne-Cours-sur-Loire
pour celles d’Avallon et de Migennes.(+ 35 700). Le département bénéficie- accuserait un déficit prononcé.
La Côte-d’Or continuerait de gagnerrait d’une forte croissance du nombre La baisse démographique en
des habitants d’ici 2030 (23 900), maisde personnes de 60 ans et plus, en pro- Saône-et-Loire, entamée au début des
à un rythme moindre que dans lesgression de près de 71 % entre 1999 et années 80, s’accentuerait dans le futur.
2030. Elles représenteraient alors 38 % dernières décennies : + 0,15 % par an Le département perdrait 0,46 % de ses
La Saône-et-Loire perdrait des habitants La croissance resterait soutenue dans l’Yonne
er erÂge au 1 janvier Âge au 1 janvier
90 90
80 80
70 70
60 60
50 50
Hommes Femmes Hommes Femmes
40 40
30 30
20 20
10 10
0 05 000 4 000 3 000 2 000 1 000 1 000 2 000 3 000 4 000 5 000 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 500 0 0 500 1 000 1 500 2 000 2 500 3 000
Population en 1975 Population en 2000 Population en 2030 Population en 1975 Population en 2000 Population en 2030
Sources : INSEE - Recensements de la population de 1975 et 1999 - Modèle Omphale 2000. Sources : INSEE - Recensements de la population de 1975 et 1999 - Modèle Omphale 2000.
© INSEE Bourgogne - 2002 - Projection tendancielle de la population bourguignonne pour 2030 3INSEE N°90-Février2002-2,20eurosBOURGOGNE
habitants chaque année et n’en comp-
terait plus que 472 000 en 2030. La
baisse serait particulièrement impor- Un scénario alternatif : des migrations plus favorables à la Bourgogne
tante pour les moins de 50 ans. Comme
D’autres hypothèses démographiques que celles retenues dans l’article (maintien despour la Nièvre, la baisse du nombre de
tendances récentes) sont envisageables pour l’avenir. La fécondité, la mortalité et les migrationsjeunes constatée depuis 1975 s’accom-
peuvent en effet évoluer de manière différente que par le passé. Les projectionspagnerait maintenant de celle du
démographiques dépendent donc fortement des hypothèses retenues. Ainsi, les mouvements
nombre de personnes en âge de travail-
migratoires obtenus en prolongeant les tendances récentes font ressortir de nombreux départs
ler. Seules les tranches d’âge les plus
de jeunes à l’âge des études et du premier emploi et des retours au pays moins par la
élevées continueraient de gagner des suite. Le développement de nouvelles filières éducatives et des capacités d’emploi pourraient
habitants. L’ensemble des aires urbai- permettre de réduire le déficit migratoire des jeunes adultes. Ainsi, si les migrations étaient plus
nes sont touchées par la baisse démo- favorables, notamment pour la classe d’âge 19-24 ans (voir méthodologie), la région compterait
graphique, mais à des rythmes 1 680 000 habitants en 2030, soit 69 000 de plus qu’au dernier recensement. La hausse serait
forte et continue jusqu’en 2020, les dix années suivantes étant marquées à l’inverse par unedifférents. A périmètre d’étude cons-
stabilité démographique. Le nombre de femmes en âge de procréer étant plus élevé que dans letant, Châlon-sur-Saône enregistrerait la
scénario retenu dans l’article, les naissances diminueraient de manière moins importante pourplus faible baisse, devant Louhans,
s’établir à plus de 14 700 dans 30 ans contre 13 100 dans le scénario de l’article. Le solde naturel
Mâcon, Autun, Le Creusot et
deviendrait négatif à partir de 2004 et s’élèverait à 4 400 en fin de période. Par ailleurs, la part des
Montceau-les-Mines.
personnes âgées serait moins élevée : les 60 ans et plus représenteraient ainsi 36 % de la
population en 2030, soit 2 points de moins que dans le scénario retenu dans l’article.
Claude Gauffroy, Denis Quénelle
MÉTHODOLOGIE
Le principe des projections de population réalisées par l’INSEE consiste à calculer la population d’un niveau géographique donné pour une année en
fonction des effectifs de l’année précédente, en les faisant vieillir, mourir ou migrer et en intégrant de nouvelles naissances. Les décès annuels
résultent de l’application de quotients de mortalité par sexe et âge à la population susceptible de décéder. Le solde migratoire de l’année s’obtient par
application de quotients migratoires par sexe et âge, en tenant compte des décès pouvant survenir dans l’année. Enfin, les naissances sont obtenues
en appliquant des quotients de fécondité par âge aux femmes de 15 à 50 ans, susceptibles d’avoir des enfants au cours de l’année. Le modèle
Omphale calcule tout d’abord des quotients de référence à partir des données du recensement et de l’état civil puis ces quotients sont projetés année
après année en fonction des hypothèses choisies.
Le scénario retenu ici, défini au niveau national, est fondé sur la reconduction des tendances passées pour chacune des variables. Les projections
régionales, départementales et par aire urbaine sont calées sur les projections de population nationale. La fécondité de la région est maintenue à son
niveau de 1999 : 1,73. Les quotients de référence par âge de la mère sont conservés sur toute la période. La mortalité baisse en Bourgogne au même
rythme que la tendance métropolitaine. Les quotients migratoires de référence, calculés entre les recensements de 1990 et 1999, sont maintenus sur
toute la période de projection. Des calages sont effectués pour que la somme des régions donne la projection métropolitaine et pour que la somme des
départements corresponde au chiffre régional. Les données par aire urbaine sont calculées à périmètre constant, défini à partir du recensement de
1999.
Le scénario alternatif, retenu dans l’encadré, reprend les mêmes hypothèses. Seuls les quotients migratoires sont modifiés : ils sont plus élevés que
dans le scénario de base, notamment pour les 19-24 ans, ce qui se traduit par un solde migratoire moyen de 0,24 % par an sur la période.
Thème du prochain numéro : Les métiers des Bourguignonnes
POUR EN SAVOIR PLUS INSEE - BOURGOGNE
2 bis, rue Hoche - 21000 Dijon
- Projections de population à l’horizon 2050 : un vieillissement inéluctable -
Tél:0380406767
INSEE Première n°762 - mars 2001. Fax:0380406740
- régionales de population pour 2030 : l’impact des migrations - Directrice de la publication : Véronique Moyne
INSEE Première n°805 - septembre 2001. Rédacteur en chef : Denis Quénelle
- Les migrations en France entre 1990 et 1999 - INSEE Première n°758-février Maquette PAO : Catherine Naslot
Sylvie Renaud2001.
Abonnement :- Cédérom sur les projections de population - à paraître dans la collection
11 numéros par an + Bilan économiqueINSEE Résultats.
et social annuel : 22 euros abonnement France- La population de la Bourgogne de 1990 à 1999 : entre départs de jeunes et
27 euros abonnement étranger
installations nouvelles - INSEE Bourgogne Dimensions n°77 - novembre 2000.
2,20 euros le numéro
- La des départements bourguignons de 1990 à 1999 - INSEE
Impression :AZ Média - Chenôve
Bourgogne Dimensions n°74 à 76 - septembre et novembre 2000. Dépôt légal : à parution
- Recensement de la population de 1999 : résultats provisoires - INSEE ISSN 1246-483 X n°64, 66 et 67 - juin à décembre 1999. Code Sage D029016
Les INSEE Première, les INSEE Bourgogne Dimensions et les Notes de conjoncture  INSEE 2002
figurent dès parution sur le site Internet de l’INSEE : www.insee.fr.
© INSEE Bourgogne - 2002 - Projection tendancielle de la population bourguignonne pour 2030 4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.