Cette publication est accessible gratuitement
Télécharger

dossier Projections territoriales 2030
Six scénarios pour répartir
ix scénarios de projections sont évoluer la population, ainsi que sa répar-
ici comparés pour imaginer La tition, sous réserve que certaines condi-SRéunion de 2030, et plus précisé- tions se réalisent. Ces conditions, que
ment la répartition de la population l’on appelle aussi “hypothèses”, portentDes hypothèses de travail
entre les quatre territoires de projets sur les naissances, les décès et les migra-communes que sont les SCOT (Schéma de Cohé- tions à venir.
rence Territoriale). Ils ont en commun
Six scénarios ont été construits pourTrois partenaires, l’INSEE, la DDE, et les hypothèses de natalité et de morta-
balayer les répartitions de populationla Région ont travaillé en commun lité mais se distinguent par celles por-
possibles en 2030. Ils gardent tous lespour imaginer les six scénarios décrits tant sur les mouvements migratoires.
mêmes hypothèses relatives au mouve-et analysés ici. Ils constituent autant Le scénario à migrations nulles modifie
ment naturel (naissances et décès). Cesd’outils à la disposition de ceux qui peu la répartition actuelle de la popu-
hypothèses ont été déclinées aux micro-réfléchissent au Schéma lation entre micro-régions. Celui qui
régions : une baisse de l’ICF (indiced’aménagement régional. Les prolonge les tendances les plus récen-
conjoncturel de fécondité) de 0,4 enfantconclusions de ces différents tes (90-99) accentue les poids du Sud
scénarios pourront, nous l’espérons, par femme, un gain de 4 ans d’espérance
et de l’Ouest aux dépens essentielle-eles aider à construire un 7 scénario de vie pour les hommes et pour les fem-
ment du Nord. Un troisième basé sur
qui guidera le SAR de demain. mes. Les différences entre les scénarios
des tendances migratoires plus lon-
portent sur les mouvements migratoires,
gues (82-99) se situe à mi-chemin entre
et plus spécialement sur les mobilités
les deux premiers. Deux autres scéna-
entre micro-régions.2 rios envisagent des actions plus volon-Projeter, c’est anticiper
taristes visant à accentuer d’abordl’avenir et non pas le prédire Le mouvement naturell’attractivité de l’Est et du Sud, puis
celle de l’Est et de l’Ouest. Le dernier avantage l’Est et l’Ouest
“En 2030, la population réunionnaise scénario reprend les objectifs définis
comptera 1 029 000 habitants répartis par le SAR de 1995. Imaginons, dans un premier temps,
de la façon suivante : 37 % dans le qu’aucun mouvement migratoire ne
En 2002, l’INSEE a réalisé des projec-Sud, 27 % dans l’Ouest, 20,6 % dans touche les quatre micro-régions. Les(1)
le Nord et 15,4 % dans l’Est”. tions de population à l’horizon 2030.
échanges entre La Réunion et l’extérieur
Vingt-et-un scénarios ont été élaborés àEn matière de projections, ce sont étant supprimés, la population départe-
cette occasion. L’un d’entre eux pro-3 peut-être les principaux résultats que mentale reste en deçà du million d’habi-
longe les tendances démographiques desretiendront nos lecteurs. Et pourtant tants avec 961 000 personnes en 2030.
années quatre-vingt-dix ; il est appelé icinous savons déjà qu’en 2030, il n’y
“scénario tendanciel” et reste une réfé- Dans ce scénario à migrations nulles,aura pas exactement cet effectif de
rence. Il aboutit à une population depopulation et que la répartition par ce sont les régions Est et Ouest qui ont la
er1 030 000 habitants au 1 janvier 2030,micro-région ne sera pas précisément plus forte croissance, soutenue par le
celle-ci ! nécessitant 450 000 logements et des dynamisme naturel de leur population,
emplois pour 440 000 personnes actives. tandis que les régions Nord et Sud, plusTout l’intérêt des projections consiste
atteintes par le vieillissement, perdentà émettre des hypothèses Comment les 1 030 000 habitants - pos-
relativement de l’importance. La popula-suffisamment nombreuses et sibles et non certains - de l’an 2030 se
tion active augmente en moyenne de4 différentes les unes des autres, et répartiront-ils entre les micro-régions ?
37 %, intensifiant les efforts à menerparfois même invraisemblables. C’est
La question se pose aussi bien à l’occa-
ainsi que l’éventail des possibles peut pour offrir un emploi à chaque actif à
sion de l’élaboration des schémas de
être imaginé et par conséquent son lieu de résidence, ce qui limiterait
cohérence territoriale (SCOT) que dans
anticipé. En disposant de plusieurs les déplacements quotidiens. C’est dans
la première phase de la révision du sché-scénarios, on peut appréhender l’Est que l’accroissement de la popula-
ma d’aménagement régional (SAR).l’impact des différents facteurs de tion active est le plus spectaculaire : il
croissance démographique : le poids C’est à cette interrogation que nous ten- atteint 51 % alors que, dans le Nord, le
du mouvement naturel et l’effet des tons de répondre aujourd’hui. Mais vieillissement attendu de la population
migrations. On peut aussi mesurer les stabilise le nombre d’actifs en fin desachons que la statistique ne peut pas
efforts à réaliser pour influencer, peu répondre directement à cette question. période. Les efforts à mener pour agran-5 ou prou, le peuplement du territoire. (2)
En effet, une projection démographique dir le parc de logements sont encore
Un ensemble de scénarios de
ne prédit pas l’avenir. Elle permet sim- plus importants, mais mieux répartis entre
projections peut alors devenir un outil
les micro-régions. L’accroissement néces-plement de calculer comment pourraità l’usage des décideurs et des
aménageurs qui permet de préparer
l’avenir et d’influer sur celui-ci.
e
(1) Économie de La Réunion n° 112, 2 trimestre (2) Sans compter le renouvellement du parc qui
disparaît régulièrement.2002.
12 économie mars 2006
DE LAREUNIONdossier
la population de 2030
Augmentations de 1999 à 2030 Augmentations de 1999 à
Scénario “Migrations nulles” Scénario “Tendanciel 90-99”
150 000 150 000
140 000 140 000
Est Nord Ouest Sud Est Nord Ouest Sud
130 000 130 000
120 000120 000 Des déménagements110 000110 000
100 000100 000 fréquents90 00090 000
80 00080 000
70 00070 000 Les mouvements migratoires, ce sont
60 00060 000
50 000 concrètement des familles réunionnaises
50 000
40 000 qui changent de résidence principale, ou40 000
30 000
30 000 tout simplement des jeunes adultes qui
20 000
20 000 s’installent pour la première fois, ou
10 000
10 000
0 encore des ménages qui nous arrivent de
0
Population Population Parc dePopulation Parc de l’extérieur de l’île. Ainsi, le recensementPopulation
active logementsactive logements de 1999 a dénombré 27 500 familles qui
ont déménagé dans le courant de
l’année 1998, c’est-à-dire près de 13 %
Source : Insee, 2005, projections par Scot selon des hypothèses Insee-DDE-Région. des ménages. 2
Les hypothèses migratoires peuvent profondément modifier le peuplement des Près de la moitié d’entre eux n’ont pas
micro-régions. déménagé bien loin de leur résidence
antérieure : 45 % sont restés dans la
même commune. Il est souvent plus
pratique de rester près de son réseau desaire avoisine partout les 70 %, sauf dans Ces migrations amènent une population
connaissances (famille, amis,
le Sud où il se limiterait à 61 %. Dans le supplémentaire de près de 68 000 per-
commerçants, etc.) et sur un territoire
Nord le vieillissement plus important de sonnes en 2030. Les efforts relatifs au que l’on connaît bien. Mais la majorité
la population génère des ménages nom- développement économique et à l’amé- de ces emménagés récents ont changé
breux mais de plus petite taille. nagement du territoire sont donc globale- de commune, voire de région. De
ment réévalués à la hausse. Mais la nombreuses raisons peuvent motiver des 3
déplacements plus lointains. L’accès àrépartition de la population en est aussi
L’impact des migrations est un emploi, à des études ou une offre demodifiée. La croissance démographique
logement adapté au ménage en taille etsensible dans le scénario du Nord en ressort fortement freinée,
en coût figurent en bonne place parmi
celle du Sud et de l’Est est accélérée. Letendanciel ces motivations.
Sud doit se préparer à accueillir 133 000
La diversification de l’offre d’emploi, derésidents supplémentaires, soit presque
Bien évidemment, les limites de l’île et logement, de services, de transportsquatre fois plus que le Nord.
favorisent l’installation de nouveauxdes micro-régions ne sont pas des fron-
ménages. Toute amélioration detières infranchissables et les migrations Dans ce scénario l’accroissement de la
l’aménagement d’un quartier peutpopulation active est à la fois plus impor-façonnent la démographie de La Réu-
augmenter son attractivité : transport,tant et plus contrasté. Il atteint 55 % ànion. Même si leur impact est moindre
commerces et services, cadre de vie. 4que celui du mouvement naturel, leurs 59 % dans le Sud, l’Est et l’Ouest et seu-
conséquences sont loin d’être négligea- lement 22 % dans le Nord. En trente et
bles. un ans, le département compterait 143 000
Origine des 27 500 ménages ayant
actifs de plus, dont seulement 12 % rési-
emménagé en 1998
Dans le “scénario tendanciel 90-99”,on deraient dans le Nord.
imagine que les mouvements migratoires
La formation des nouveaux ménages et Hors Réunioncontinueront jusqu’en 2030 selon le
31 %la construction de logements qu’ellemême profil que celui observé sur la
Même communeimplique se font à un rythme encore pluspériode 1990-1999. On se place donc 45 %
soutenu dans les quatre parties de l’île.dans l’hypothèse où l’attractivité des dif-
L’offre de logements doit augmenterférents quartiers de l’île reste ce qu’elle 5d’un minimum de 58 % dans le Nord à Autre communeétait alors. Ceci concerne à la fois les
un maximum de 113 % dans l’Ouest. de La Réunionmobilités entre La Réunion et le reste du
24 %L’élargissement du parc de logementsmonde et celles entre les quatre
atteint 215 000 unités pour l’ensemblemicro-régions.
Source : Insee, recensement de la populationdu département, dont 84 000 dans le Sud
de 1999.et “seulement” 30 000 dans l’Est.
économie 13mars 2006
DE LAREUNIONdossier
Dans ce scénario les évolutions par
Augmentations de 1999 à 2030 micro-régions divergent, comme pour Augmentations de 1999 à 2030
appuyer la singularité des migrations deScénario “Tendanciel 82-99” Scénario “Est et Ouest attractifs”
la décennie quatre-vingt-dix. Le déficit
150 000 150 000migratoire du Nord est atténué ; l’excé-
140 000 140 000
Est Nord Ouest Sud Est Nord Ouest Sud130 000 dent des régions Ouest et Sud diminué. 130 000
120 000 120 000
110 000
110 000
100 000
100 000Les nouveaux axes routiers
90 000
90 000
80 000 pourraient influer sur les 80 000
70 000
70 000
60 000 migrations
60 00050 000
50 00040 000
40 00030 000 D’ores et déjà, deux axes de circulation
20 000 30 000peuvent modifier le paysage réunionnais.
10 000 20 000
0 Un axe Nord-Est, concrétisé par la 10 000
Population Parc dePopulation 0“quatre-voies Saint-Denis/Saint-Benoît”active logements Parc dePopulationPopulation
logementsactiveest devenu complètement opérationnel
Source : Insee, 2005, projections par Scot depuis février 2002. Un deuxième axe Source : Insee, 2005, projections par Scot
selon des hypothèses Insee-DDE-Région. selon des hypothèses Insee-DDE-Région.Ouest-Sud s’ouvrira avec la mise en cir-
culation de la “route des Tamarins”. Ces
Dans ce scénario le déficit migra- infrastructures peuvent contribuer à ren- Dans ce scénario l’essentiel de la
toire du Nord est minime. forcer l’attrait des quartiers localisés le croissance se répartit entre l’Ouest et
le Sud.long de ces axes ou à leur extrémité.
L’apport migratoire pourrait
Imaginons, dans un scénario “Est et Sud
diminuer emplois supplémentaires dans l’Est et leattractifs”, que les communes de ces deux
2 Sud. Les migrations induites par cesrégions bénéficient ainsi d’un regain
choix se chiffrent à 10 000 personnesIl faut dire cependant que les mouve- d’attractivité, les prix du foncier y étant
dans le sens Nord-Est et les apportsments migratoires de la période 1990- moins élevés. Le Nord, déjà contraint par
migratoires de la région Est en seraient1999 qui inspirent le scénario tendan- un foncier moins disponible et plus cher,
multipliés par deux. Le flux migratoireciel sont assez exceptionnels dans l’his- fournirait alors les candidats à une mobi-
dans le sens Ouest-Sud s’établirait aussitoire récente de La Réunion. C’est la lité vers l’Est. Pour les mêmes raisons
à 10 000 personnes.première fois depuis un demi-siècle que l’Ouest en fournirait pour le Sud.
l’on constate un excédent migratoire
Maintenant supposons dans un scénarioCes départs vers l’Est et le Sud pour-d’une réelle ampleur : + 1 800 person- “Est et Ouest attractifs” que les aména-raient se concrétiser par un surcroît d’en-nes en moyenne par an. La décennie geurs s’appuient sur la future route desviron 5 000 logements pour chacune deprécédente (1982-1990) avait enregistré
Tamarins et sur la dynamique écono-3 ces régions - par rapport au scénario ten-un apport plus modéré de 500 person-
mique qui existe déjà autour du port et dudanciel 90-99 - et par une diminutionnes en moyenne par an. Or nous consta- pôle de Cambaie pour favoriser l’urbani-équivalente des constructions dans le Nordtons depuis l’année 2000 un infléchisse- sation de l’Ouest. La région Ouest devien-et dans l’Ouest. Ils pourraient s’accom-ment important du solde migratoire qui
drait à la fois un pôle économique et unpagner de la création d’environ 3 300fait que nous sommes actuellement plus
pôle résidentiel, diminuant ainsi les dépla-
sur la tendance constatée entre 1982 et
cements domicile-travail.
1999 que sur celle de la période la plus Augmentations de 1999 à 2030
Concrètement, on peut imaginer querécente.
Scénario “Est et Sud attractifs”
l’Ouest y gagnerait 5 000 logements et
Un autre scénario peut donc être propo-
150 000 3 300 emplois supplémentaires, venant
sé : il table sur une évolution atténuée4 140 000 s’ajouter à ceux du scénario tendancielEst Nord Ouest Sud
130 000du solde migratoire (tendance 1982- 90-99. Cela correspondrait à 10 000 rési-120 0001999). Avec ce scénario, nous dépas-
110 000 dents supplémentaires dans l’Ouest venant
sons encore légèrement le million 100 000
à parts égales du Nord et du Sud. On sup-
90 000d’habitants en 2030. La différence avec pose dans ce scénario que ces migrations80 000
notre scénario tendanciel (- 25 000 per- 70 000 vers l’Ouest se combinent aux
sonnes) n’est pas très importante pour 60 000
du Nord vers l’Est décrites dans le scéna-
50 000l’ensemble du département. L’explica-
40 000 rio précédent.
tion est simple : le vrai moteur de la 30 000
20 000croissance de la population réunion-
(3) Un scénario volontariste,10 000naise est le solde naturel : il explique5
0
Population Parc de celui du SAR de 1995plus de 85 % de l’augmentation de la Population
logementsactive
population sur la période 1990-1999.
Parmi les trois principes fondamentauxSource : Insee, 2005, projections par Scot
selon des hypothèses Insee-DDE-Région. qui ont inspiré le SAR (Schéma d’amé-
nagement régional) de novembre 1995
(3) différence entre le nombre de naissances et figure un aménagement plus équilibré duDans ce scénario la prépondérance
de décès. du Sud est accentuée. territoire. L’objectif était de maintenir les
14 économie mars 2006
DE LAREUNIONdossier
Comparaison des poids des micro-régions en 2030 selon les six scénarios
Augmentations de 1999 à 2030
Scénario “SAR 95” LA
EST NORD OUEST SUD
RÉUNION
150 000
140 000
Est Nord Ouest Sud 101 700 176 400 179 800 248 300 706 200130 000
Population en 1999
120 000 14,4 % 25 % 25,5 % 35,2 % 100 %
110 000
100 000
Scénario migration nulle 149 100 228 600 253 200 330 600 961 400
90 000
Poids selon migrations nulles 15,5 % 23,8 % 26,3 % 34,4 % 100 %80 000
70 000
60 000 Scénario tendanciel 90-99 158 100 212 100 278 000 380 900 1 029 100
50 000 Poids selon T90-99 15,4 % 20,6 % 27 % 37 % 100 %
40 000
30 000
Scénario "tendanciel 82-99" 154 900 219 200 268 200 361 500 1 003 80020 000
10 000 Poids selon T82-99 15,4 % 21,8 % 26,7 % 36 % 100 %
0
Population Parc dePopulation
active logements Scénario "Est et Sud attractifs" 168 100 202 100 268 000 390 900 1 029 100
Poids selon Est et Sud 16,3 % 19,6 % 26 % 38 % 100 %
Source : Insee, 2005, projections par Scot
selon des hypothèses Insee-DDE-Région.
Scénario "Est et Ouest attractifs" 168 100 197 100 288 000 375 900 1 029 100
Poids selon Est et Ouest 16,3 % 19,1 % 28 % 36,5 % 100 %
Le SAR de 1995 visait un aménage-
ment équilibré du territoire. Scénario "SAR 95" 180 100 231 500 257 300 360 200 1 029 100
Poids selon SAR95 17,5 % 22,5 % 25 % 35 % 100 %
40 800 78 200 75 800 104 100 298 800poids respectifs du Sud et de l’Ouest, de Population active en 1999
13,7 % 26,2 % 25,3 % 34,8 % 100 % 2limiter le poids du Nord pour éviter la
congestion, et de favoriser celui de l’Est.
Scénario migration nulle 61 600 102 600 107 100 139 200 410 600
En accord avec ce principe, une réparti-
Poids selon migrations nulles 15 % 25 % 26 % 33,9 % 100 %
tion par micro-région de la population à
l’horizon 2025 est proposée. Si on Scénario tendanciel 90-99 64 800 95 300 120 800 161 400 442 200
reporte cet objectif à 2030, et que l’on Poids selon T90-99 14,6 % 21,6 % 27,3 % 36,5 % 100 %
tient compte du nouveau découpage des
Scénario "tendanciel 82-99" 63 500 98 200 115 100 152 200 429 000micro-régions, il serait souhaitable que
Poids selon T82-99 14,8 % 22,9 % 26,8 % 35,5 % 100 %17,5 % de la population habite l’Est,
22,5 % le Nord, 25 % l’Ouest et 35 % le
Scénario "Est et Sud attractifs" 68 100 91 900 117 400 164 700 442 000Sud. 3Poids selon Est et Sud 15,4 % 20,8 % 26,6 % 37,3 % 100 %
Les tendances actuellement connues de
Scénario "Est & Ouest attractifs" 68 100 90 100 124 100 159 700 442 000l’évolution de la population dans les
Poids selon Est et Ouest 15,4 % 20,4 % 28,1 % 36,1 % 100 %micro-régions ne confirment pas la réali-
sation de cet objectif. Les poids de
Scénario "SAR 95" 72 000 102 000 113 900 154 600 442 500
l’Ouest et du Sud, qui auraient dû être
Poids selon SAR95 16,3 % 23,1 % 25,7 % 34,9 % 100 %
stabilisés depuis 1995, ne cessent de
croître. L’Est, même si son poids aug- 32 900 62 500 57 600 85 200 238 200
Parc de logements en 1999mente, n’arrive pas à attirer suffisam- 13,8 % 26,3 % 24,2 % 35,8 % 100 %
ment de personnes. Quant à la zone
Nord, c’est effectivement la seule qui Scénario migration nulle 56 500 105 200 100 900 137 000 399 600 4
Poids selon migrations nulles 14,1 % 26,3 % 25,2 % 34,3 % 100 %voit sa part dans la population totale
diminuer, mais bien plus rapidement que
Scénario tendanciel 90-99 63 000 99 100 122 400 168 800 453 200ce qui était envisagé en 1995.
Poids selon T90-99 13,9 % 21,9 % 27 % 37,2 % 100 %
Nelly ACTIF et
Scénario "tendanciel 82-99" 60 800 102 600 114 300 157 300 435 000Jean-Marc LARDOUX
Poids selon T82-99 14 % 23,6 % 26,3 % 36,1 % 100 %
Scénario "Est et Sud attractifs" 67 900 93 800 117 400 173 900 453 100
Poids selon Est et Sud 15 % 20,7 % 25,9 % 38,4 % 100 %
5Scénario "Est et Ouest attractifs" 67 900 91 200 127 300 166 300 452 700
Poids selon Est et Ouest 15 % 20,1 % 28,1 % 36,7 % 100 %
Scénario "Sar 95" 73 900 109 400 112 100 158 300 453 700
Poids selon SAR95 16,3 % 24,1 % 24,7 % 34,9 % 100 %
Source : Insee, 2005, projections par Scot selon des hypothèses Insee-DDE-Région.
économie 15mars 2006
DE LAREUNION