Provence-Alpes-Côte d'Azur : 45% des emplois occupés par des femmes

De
Publié par

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur compte plus de 4,5 millions d'habitants en 1999, regroupant 7,7% de la population de France métropolitaine. Phénomène général, la population a vieilli, même si ce vieillissement est ralenti par l'arrivée d'une population plutôt jeune. Les deux tiers des logements sont habités par des ménages d'une ou deux personnes. Les femmes sont de plus en plus présentes sur le marché du travail et l'écart avec les hommes se réduit, tant en termes d'emploi que de chômage.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

N° 37 - Février 2001
Provence-Alpes-Côte d'Azur :
45 % des emplois occupés
par des femmes
de la région (arrivées moins départs),La région Provence-Alpes-Côte
extrêmement forte au cours des années
d'Azur compte plus de 4,5 millions
80, a baissé d’intensité, tandis que l’ex-
cédent des naissances sur les décès estd’habitants en 1999, regroupant
resté stable.
7,7 % de la population de France Les années 90 sont aussi marquées par
un certain rééquilibrage : entre le dépar-métropolitaine.
tement où la croissance est la plus
Phénomène général, la population forte, qui reste le Var, et celui dont la
population progresse le moins, qui esta vieilli, même si ce vieillissement
désormais les Alpes-Maritimes, l’écart
est ralenti par l’arrivée d’une s’est fortement réduit.
Subsistent cependant les contrastespopulation plutôt jeune.
manifestes il y a dix ans, entre l’est de
Les deux tiers des logements sont la région, où les naissances compensent
à peine les décès, et l’ouest, plus jeune,habités par des ménages d’une ou
dont le dynamisme démographique
deux personnes. repose pour une part significative sur le
solde naturel.Les femmes sont de plus en plus
Pr s d un quart de présentes sur le marché du travail
la population a plus
et l’écart avec les hommes se de 60 ans
réduit, tant en termes d’emploi La population régionale n’échappe pas
au mouvement général de vieillisse-que de chômage.
ment. Il se traduit par une diminution
du nombre et de la part des jeunes "au
En 1999, plus de 4 506 000 personnes profit" des plus de soixante ans.
résidaient dans la région Provence- C’est le résultat de plusieurs phéno-
Alpes-Côte d'Azur, soit environ 246 600 mènes qui s’additionnent. La natalité a
de plus qu’en 1990. Entre ces deux baissé depuis neuf ans ; les générations
dates, le taux de croissance annuel nées entre 1974 et 1980, qui ont par
moyen de la population a été de 0,63 %. conséquent entre 19 et 25 ans aujour-
Cette croissance est presque deux fois d’hui, sont moins nombreuses que
plus forte que celle enregistrée au celles qui les ont précédées.
niveau national et n’est dépassée que Parallèlement, surtout du fait de l’al-
par celles du Languedoc-Roussillon et longement de l’espérance de vie, la
de l’Alsace. part des personnes âgées augmente,
Si elle reste élevée, la croissance a néan- surtout aux âges les plus avancés.
moins perdu de sa vigueur. L’attractivité En conséquence, pour 100 habitants deN°37 - février 2001
Les plus de 60 ans nombre des plus de 60 ans dépasse
celui des moins de 25 ans. Cependant
la part des personnes âgées est restée
stable par rapport à 1990.
En définitive, la structure par âge de la
population diffère peu de la moyenne fran-
çaise (cf. pyramide des âges) et l’écart
concerne surtout les personnes de moins de
30 ans et celles qui ont entre 55 et 75 ans.
Les nouveaux arrivants
rajeunissent la
population
Près de 616 000 personnes sont venues
s’installer dans la région au cours des
années 90. Provence-Alpes-Côte d'Azur
est la cinquième région française la plus
attractive, derrière le Languedoc-
En %
Roussillon, la Corse, le Centre et Midi-moins de 20
20 25 Pyrénées, bien que son pouvoir d’at-
25 33 traction ait diminué par rapport aux
33 ou plus IGN-INSEE 2001' précédentes décennies. Ces nouveaux
Source : INSEE - Recensement de la population 1999 habitants ont fortement contribué au
dynamisme démographique de Provence-
R partition par ge et sexe de la population en 1990 et 1999 Alpes-Côte d'Azur, car ils sont nettement
1990 1999 plus jeunes que ceux qui sont restés dans
Hommes Femmes Ensemble % Hommes Femmes Ensemble % la région. Deux tiers ont moins de 40 ans
0 24 ans 678 142 646 897 1 325 039 31,1 668 136 638 534 1 306 670 29,0 et seulement 13 % plus de 60 ans.
25 39 ans 450 384 465 426 915 810 21,5 452 170 475 100 927 270 20,6 A cette mobilité extérieure s’ajoute la
40 59 ans 508 063 522 546 1 030 609 24,2 576 036 608 493 1 184 529 26,3 mobilité au sein même de la région :
60 74 ans 287 434 342 150 629 584 14,8 312 160 363 292 675 452 15,0
près de 180 000 personnes ont changé
75 ans et plus 129 063 229 538 358 601 8,4 152 169 260 163 412 332 9,2
de département de résidence à l’inté-
dont 100 ans 159 546 705 126 869 995
rieur de Provence-Alpes-Côte d'Azur.et plus
Enfin, plus de 550 000 personnes, toutTotal 2 053 086 2 206 557 4 259 643 100,0 2 160 671 2 345 582 4 506 253 100,0
en restant dans leur département d’ori-Source : INSEE - Recensements de la population 1990 et 1999
gine, ont changé de commune de rési-
60 ans et plus, il n’y a plus que 120 dence entre 1990 et 1999 et plus
Structure par ge des arrivants* jeunes de moins de 25 ans, ce qui d’un million ont changé de logementdans la r gion entre 1990 et 1999
place Provence-Alpes-Côte d'Azur sans quitter leur commune.
au quatorzième rang des régions Au total, plus d’une personne sur deux
françaises, loin derrière des régions habite aujourd’hui dans un autre loge-
comme le Nord-Pas-de-Calais ou ment qu’il y a dix ans. Attractivité de la
l’Ile-de-France, mais loin devant le région, poursuite de la périurbanisa-
Limousin ou l’Auvergne. Si les ten- tion, porosité de plus en plus forte des
dances des années 90 se prolon- limites administratives, modifications
geaient, en 2010 le nombre de de l’habitat, autant de mécanismes à
jeunes ne dépasserait plus que de l’oeuvre qui contribuent à ces mouve-
12 % celui des personnes âgées. ments rapides et dessinent le nouveau
Ce sont les Bouches-du-Rhône et visage du territoire régional.
dans une moindre mesure le
De plus en plus de
Vaucluse qui restent les départe-Source : INSEE - Recensement de personnes seules dansla population 1999 ments les plus jeunes : on y compte
leur logement* Personnes arriv es dans la r gion depuis le respectivement 145 et 137 jeunesrecensement de 1990, y compris leurs enfants n s
apr s le 5 mars 1990 pour 100 habitants de 60 ans et plus. Le nombre de logements occupés par
A l’opposé, les Alpes-Maritimes une ou deux personnes a beaucoup aug-
restent le département le plus âgé menté depuis 1990. Cette augmentation
de la région : c’est le seul où le est de 28 % pour les premiers et de 14 %
2N°37 - février 2001
Les r sidences secondairespour les seconds. Ils regroupent plus du
tiers de la population de la région. Le
En % du nombre
nombre de logements abritant trois per- de logements
sonnes est resté à peu près stable, ceux moins de 25
de 25 33regroupant quatre et surtout plus de
de 33 50
quatre personnes sont moins nombreux
50 ou plus
qu’en 1990.
Les logements abritent donc, au total,
des ménages de moins en moins
grands. Cette évolution résulte de plu-
sieurs phénomènes qui touchent la
région au même titre que l’ensemble de
notre pays : la baisse de la natalité, une
"mise en couple" plus tardive qui suit
souvent une période où l’on vit seul,
l’augmentation du nombre de sépara-
tions et l’allongement de l’espérance
de vie qui laisse beaucoup de femmes
seules au-delà d’un certain âge. En
effet, les femmes ont une durée de vie
plus longue que les hommes ; de plus
IGN-INSEE 2001'elles sont souvent mariées avec des
Source : INSEE - Recensement de la population 1999
hommes plus âgés qu’elles ; elles sont
donc plus touchées par le veuvage. Logements par type et selon le statut d'occupation en 1990 et 1999
Au-delà de 60 ans, les femmes sont 1990 1999
presque deux fois plus nombreuses Nombre % Nombre %
Ensemble des logements 2 270 420 100,0 2 521 655 100,0que les hommes à vivre seules. L’écart
R sidences principales 1 693 361 74,6 1 896 302 75,2se creuse encore avec l’âge : la moitié
R sidences secondaires 363 600 1,5 414 701 0,7
des femmes de 75 ans et plus vivent Logements occasionnels 33 270 16,0 18 227 16,4
seules, contre 21 % des hommes de Logements vacants 180 189 7,9 192 425 7,6
cette classe d’âge. C’est entre 25 et 39
Statut d’occupation des r sidences principales
ans qu’on trouve le plus d’hommes
Propri taire 863 028 51,0 983 557 51,9
dans cette situation. Locataire 711 660 42,0 803 585 42,4
- d’un logement lou vide non HLM 496 146 29,3 532 386 28,1Au total, près d’un tiers des habitants
- d’un logement lou vide HLM 186 709 11,0 228 262 12,0vivent seuls dans leur logement. Notre
- d’un meubl ou d’une chambre d’h tel 28 805 1,7 42 937 2,3
région, plutôt âgée et fortement urbani- Log gratuitement 118 673 7,0 109 160 5,8
sée, est, au même titre que l’Ile-de-
Type de r sidences principalesFrance, une des plus concernées par ce
Maison individuelle ou ferme 665 276 39,3 794 266 41,9
phénomène, avec une intensité particu-
Logement dans un immeuble collectif 982 496 58,0 1 052 602 55,5
lière dans les Alpes-Maritimes, et, à Autres (1) 45 589 2,7 49 434 2,6
l’inverse, plutôt faible dans le Vaucluse. Source : INSEE - Recensements de la population 1990 et 1999
(1) logement-foyer pour personnes g es, chambre d’h tel, construction provisoire, habitation de fortune,
Beaucoup de logements pi ce ind pendante, lou e, sous-lou e ou pr t e, autres
collectifs et de r sidences
secondaires, peu de HLM
R partition des m nages par taille Personnes seules dans leur
L’accroissement du nombre de loge- logement en 1999
ments est près de deux fois plus fort que Hommes Femmes
Nombre % Nombre %celui de la population. Sous l’effet de la 700 000
15 24 ans 19 245 8,0 22 799 6,1600 000périurbanisation, ce sont les maisons
500 000 25 39 ans 71 671 29,7 50 924 13,6individuelles qui ont le plus bénéficié
1990 1999
400 000 40 59 ans 74 453 30,9 72 066 19,2de cet élan, ce qui n’est pas le cas dans
300 000 60 74 ans 44 073 18,3 101 607 27,1
les autres régions, excepté la Corse. 200 000
75 ans et plus 31 847 13,2 127 719 34,0
100 000Provence-Alpes-Côte d'Azur n’en reste
Ensemble 241 289 100,0 375 115 100,0
0pas moins une région fortement urbani-
1 2 3 4 5 et plus Source : INSEE - Recensement de
sée où les immeubles collectifs domi- Nombre de personnes la population 1999
nent, abritant près de 60 % des loge-
Source : INSEE - Recensements de
ments, part supérieure à celle de toutes la population 1990 et 1999
3N°37 - février 2001
les autres régions excepté l’Ile-de- Personnes travaillant et r sidant dans la m me commune
France. Si l’offre de logements HLM a En % des personnes
augmenté au cours des années 90, elle ayant un emploi
ne couvre que 12 % du parc, ce qui moins de 25
25 33situe Provence-Alpes-Côte d'Azur au
33 66
quatorzième rang des régions fran-
66 ou plus
çaises selon ce critère. Seul le dépar-
tement des Bouches-du-Rhône, avec
16 % de logements HLM, atteint la
moyenne nationale, tandis que le Var,
les Alpes-Maritimes et les Alpes-de-
Haute-Provence en ont deux fois
moins, en proportion.
Le nombre de résidences secondaires a
continué de croître à un rythme soute-
nu. L’attractivité de la région subsiste
et il est vraisemblable que s’y dévelop-
pe le phénomène de la "multirésiden-
ce". Première des régions françaises en
nombre absolu de résidences secon-
daires, Provence-Alpes-Côte d'Azur,
IGN-INSEE 2001'avec 17 % de son parc de logements, se
Source : INSEE - Recensement de la population 1999
situe en part relative au troisième rang
après la Corse (34 %) et Languedoc- Variation de la densit des personnes ayant un emploi de 1990 1999
Roussillon (22 %).
Variation du nombre de personnes
Cependant, la répartition de ces rési- 2ayant un emploi au km
dences sur le territoire est très inégale. Plus de 40
de 10 moins de 40Elles pèsent fortement dans l’en-
de 1 moins de 10semble des Alpes, les Hautes-Alpes
Sans changement significatif
détenant le record national, avec 45 % de - 1 moins de - 20
Moins de - 20du parc en résidences secondaires.
Elles représentent fort peu globale-
ment dans les Bouches-du-Rhône, et
beaucoup dans certaines zones cir-
conscrites comme l’est du Vaucluse et
les arrières pays du Var et des Alpes-
Maritimes.
Les d placements
domicile-travail
s intensifient
De plus en plus de personnes tra-
vaillent à l’extérieur de la commune
où elles habitent. Ce phénomène
IGN-INSEE 2001touche toutes les régions. En '
Source : INSEE - Recensements de la population 1990 et 1999Provence-Alpes-Côte d'Azur, désor-
mais, 44 % des personnes ayant un
emploi quittent leur commune pour R partition des actifs et des inactifs par type d’activit
aller travailler. Ceci est lié en premier
1990 1999
lieu à la périurbanisation : la popula- Effectif % Effectif %
tion cherche de plus en plus loin des Type d’activit des 15 ans et plus
Actifs : 1 815 544 100,0 1 928 045 100,0pôles d’emploi des conditions de loge-
ayant un emploi 1 537 944 84,7 1 589 021 82,4
ment et d’environnement acceptables.
ch meurs * 263 585 14,5 334 118 17,3
Le développement des zones d’activi- militaires du contingent 14 015 0,8 4 906 0,3
Inactifs 1 698 622 1 812 320tés, situées à l’extérieur des zones
d’habitation et souvent à cheval sur Source : INSEE - Recensements de la population 1990 et 1999
plusieurs communes, participe égale- * au sens du recensement
4N°37 - février 2001
ment à cette intensification. Enfin, l’aug- Le ch mage*
mentation du nombre de ménages où les
Taux de ch mage en %
deux conjoints travaillent joue sans (moyenne r gionale : 17,3 )
doute dans le même sens, sous l’effet de
moins de 10l’élargissement des bassins d’emploi.
10 13
13 17La place des femmes plus de 17
sur le march du travail
tend se rapprocher de celle
des hommes
Le nombre d’emplois a augmenté en
Provence-Alpes-Côte d'Azur à un
rythme voisin de la moyenne nationa-
le, mais cette croissance n’a pas suffi à
absorber l’arrivée sur le marché du
travail d’une population de plus en
plus nombreuse. Tandis que l’emploi
augmentait de 3 %, le chômage crois-
sait de plus de 25 % ce qui représente
la sixième moins bonne performance
des régions françaises. Cette dégrada-
IGN-INSEE 2001'
tion touche dans les mêmes propor-
* au sens du recensement
tions les départements de la région, à Source : INSEE - Recensement de la population 1999
l’exception de ceux des Alpes, en par-
ticulier les Hautes-Alpes, relativement
Taux d’activit par sexe et ge
épargnés. Mais elle est très concentrée
dans l’espace dans les principales %
villes centre, à l’exception d’Aix-en-
100
Provence (cf. carte de variation de la
densité des personnes ayant un
emploi).
80
La population susceptible de travailler
a continué d’augmenter au cours des
années 90, malgré l’allongement de la 60
durée des études et les mesures de pré-
Femmes 1990
retraite qui se sont développées. La
1999première cause de cette augmentation 40
Hommes 1990est purement démographique, les
générations du baby-boom n’ayant 1999
20pas encore atteint l’âge de la retraite,
tandis que celles, moins nombreuses,
nées après 1980 n’ont pas encore
0atteint l’âge de l’activité. Mais cette
augmentation est amplifiée par l’arri-
vée de plus en plus massive des
femmes sur le marché du travail. Le Source : INSEE - Recensements de la population 1990 et 1999
comportement des femmes continue
dans ce domaine de se rapprocher de
dans le Var et le Vaucluse que dans les BTP réduisaient leurs effectifs, acelui des hommes, y compris aux âges
autres départements, en particulier les exclusivement concerné les femmesde la maternité. Désormais, plus de
trois départements alpins. dans la région, dans des proportionstrois femmes sur quatre ayant entre 25
supérieures à la plupart des autreset 49 ans travaillent ou souhaitent tra-
Plus d emploi et de
régions françaises. Le Var, mais aussivailler. Cette propension à travailler
ch mage au f minin
les Hautes-Alpes et les Alpes-de-reste un peu moins forte que la
Haute-Provence, ont vu l’emploiLa croissance de l’emploi, caractéri-moyenne nationale en Provence-
féminin se développer à vive allure.Alpes-Côte d'Azur, mais continue de sée par le développement du secteur
L’emploi masculin, en revanche, as’en rapprocher. Elle est plus faible tertiaire, tandis que l’industrie et le
5N°37 - février 2001
Pyramide des ges en 1999 Sources et d finitions
Ages Le recensement de 1999
En mars 1999, l INSEE et les mairies ont proc -95
d au recensement de l ensemble de la popula-90 PACA FRANCE
85 tion r sidant sur le territoire national. Apr s les
80 r sultats officiels du d nombrement, parus fin
75 1999, l INSEE met disposition les principaux
70 r sultats du recensement au fur et mesure de
65 leur validation, d partement par d partement. Il
60 s agit des principales caract ristiques de la popu-
55 lation et des logements issus de l exploitation de
50 tous les bulletins individuels. Ces r sultats sontHommes Femmes45
disponibles un niveau g ographique fin.
40
Suivront dans quelques mois des r sultats com-
35
pl mentaires portant sur la cat gorie sociopro-30
fessionnelle, l activit conomique et la descrip-25
tion des familles.20
15
10 M nage
5 Un m nage au sens INSEE est compos de l en-
0 semble des occupants d un m me logement,
quels que soient les liens qui les unissent. Ainsi,35 000 30 000 25 000 20 000 15 000 10 000 5 000 0 0 5 000 10 000 15 000 20 000 25 000 30 000 35 000 PACA
par d finition, chaque m nage correspond une455 000 390 000 325 000 260 000 195 000 130 000 65 000 0 0 65 000 130 000 195 000 260 000 325 000 390 000 455 000 FRANCE
r sidence principale.
Age au 1er janvier Population active
La population active comprend les personnes deSource : INSEE - Recensements de la population 1999
15 ans et plus ayant un emploi, les ch meurs et
les militaires du contingent.
Le taux d activit un ge donn est le pourcen-
tage de personnes actives parmi la population de
l ge correspondant.
légèrement baissé au cours de la même Parallèlement, le chômage féminin a
Ch magepériode, comme c’est le cas dans la continué d’augmenter fortement.
Les ch meurs sont ceux qui ont d clar au
grande majorité des régions. Toutefois, du fait d’une augmentation recensement tre sans emploi et la recherche
d un emploi. Ils sont diff rents des ch meurs au
Désormais, près de 45 % des emplois plus rapide encore du chômage des sens du Bureau International du Travail et ne
sont pas n cessairement inscrits l ANPE.sont occupés par des femmes dans notre hommes, la part des femmes dans l’en-
Le taux de ch mage rapporte le nombre de ch -
région, qui se place, sur ce plan, au hui- semble des chômeurs a reculé : 53 % meurs au sens du recensement la population
active.tième rang des régions françaises, alors des chômeurs sont des femmes,
Etudiantsqu’elle était à la quatorzième place il y comme au niveau national.
Parmi les progr s r alis s lors du dernier recen-
a dix ans. La région est donc particuliè- sement, on notera que le changement de m tho-
de de collecte a permis d am liorer la localisationrement concernée par la féminisation de
des tudiants tout en limitant les risques de
l’emploi, qui a davantage touché les doubles comptes.
Les tudiants sont comptabilis s dans les d par-
départements où elle restait en deçà de Pierre Audibert, tements o ils r sident durant l ann e scolaire.
la moyenne régionale. Brigitte Rainaud-Trousson
Pour en savoir plus
Les premiers r sultats de l’exploitation principale sont disponibles :
Communes Profils : un c d rom par d partement comportant
¥ des donn es de REFERENCES 1982-1990-1999 : une centaine de chiffres cl ;
¥ des donn es PROFILS 1990-1999 : plus de 700 indicateurs r partis en 11 th mes, sur 6 niveaux
g ographiques (commune, canton, arrondissement, d partement, unit urbaine, zone d’emploi) ;
une base de donn es utilisable dans votre tableur (type Excel) ou dans le logiciel Beyond fourni dans le c d rom.
Tableaux R f rences et Analyses : un fascicule par d partement
¥ 25 tableaux 1999 et 8 tableaux r trospectifs (1962 1999) pour l’ensemble du d partement, une centaine
d’indicateurs 1982-1990 pour commune, canton, arrondissement, d partement, unit urbaine, zone d’emploi.
... et bient t d’autres produits de diffusion du recensement.
Pour plus d’informations, informez-vous au 04 91 17 59 50.
In
sDirecteur de la publication : Pierre Audibert
ti
Directeur adjoint : Jean Laganier t
Rédacteur en chef : Annie Mulard u
N° ISSN : 1287-292X t
Prix : 15 F ou 2,29 euros Pour vous abonner :Na
Code Sage : SIE013732 Monique Campana - tél : 04 91 17 59 12
onal

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.