Provence-Alpes-Côte d'Azur attire de nouveaux arrivants de tous âges

De
Publié par

Dans un contexte national de mobilité accrue, notamment vers l'Atlantique et la Méditerranée, Provence-Alpes-Côte d'Azur a bénéficié, entre 1999 et 2004, d'un apport migratoire interrégional soutenu, de près de 20 000 personnes par an. Si la région attire des migrants de tous âges, la part des jeunes arrivants tend à augmenter. Néanmoins, cela ne suffit pas à endiguer le vieillissement de la population, comme dans les autres régions métropolitaines. La taille des ménages diminue, et se situe toujours en dessous de la moyenne nationale. Un ménage sur trois ne compte qu'une personne. Pour en savoir plus
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 10
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

SUD INSEE
N° 82 - juin 2005 l'essentiel
Provence-Alpes-Côte d’Azur
attire de nouveaux arrivants
de tous âges
Un apport migratoire annuelDans un contexte national de
de 20 000 personnesmobilité accrue, notamment vers
l’Atlantique et la Méditerranée, Au jeu des migrations résidentielles
interrégionales, la région Provence-Provence-Alpes-Côte d’Azur a bé-
Alpes-Côte d’Azur est largement béné-
néficié, entre 1999 et 2004, d’un ficiaire. Elle a gagné, en cinq ans,
(2)98 000 habitants , soit près de 20 000apport migratoire interrégional
par an. Le taux annuel de migration
soutenu, de près de 20 000 per-
nette 1999-2004 (cf. encadré "Défini-
sonnesparan.Silarégionattiredes tions") s’élève à 0,47 %, ce qui situe la
région au cinquième rang français, der-migrants de tous âges, la part des
rièrelesquatreautresrégionsméridiona-
jeunes arrivants tend à augmenter. les: le Languedoc-Roussillon (1,07 %),
Midi-Pyrénées (0,66 %), l’AquitaineNéanmoins, cela ne suffit pas à en-
(0,64%), et la Corse ( 0,59%). La Bre-
diguer le vieillissement de la popu-
tagne connaît, pour la première fois de-
lation, comme dans les autres puis l’après-guerre, pratiquement le
mêmetauxannueldemigrationnettequerégions métropolitaines. La taille
Provence-Alpes-Côted’Azur.Lesgrands
des ménages diminue, et se situe mouvementsmigratoiress’oriententdonc
du nord vers le sud et vers l’ouest.toujoursendessousdelamoyenne
nationale. Un ménage sur trois ne
Latendanceàl’accélérationdelamobi-
compte qu’une personne. lité résidentielle est générale. Alors
qu'elle avait constamment diminué, en
France, entre 1975 et 1999, la mobilité
résidentielle a augmenté depuis la fin
La population résidente de Provence- des années 1990 : le taux annuel de
Alpes-Côte d’Azur a été estimée, grâce à changement de logement est passé de
la première enquête annuelle de recense- 11,7 % entre 1990 et 1999 à 12 % entre
erment,à4666000personnesau1 janvier 2000et2004.Lamobilitédelonguedis-
2004, soit 164000 de plus qu’en 1999. tance a, notamment, sensiblement aug-
menté : au cours des cinq dernières
L’exploitation détaillée des questionnai- années,presquedeuxpersonnessur100
respermet,grâceàlaquestionportantsur ont changé de région en France chaque
le lieu de résidence en 1999, d’analyser année, ce qui représente le taux le plus
plus en détail la principale composante
(1) Les échanges avec les DOM-TOM, et avec l’étranger,
de cet accroissement démographique: ne sont donc pas pris en compte dans cette étude.
(2) Cette analyse porte exclusivement sur la populationles migrations entre régions de métro-
de 5 ans et plus, habitant dans un logement ordinaire, et(1)pole intervenues entre 1999 et 2004. sur les migrations internes à la métropole.
© INSEE 2005SUD INSEE
N° 82 - juin 2005
l'essentiel
Ile-de-France, Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon, principales provenances et destinations
Provence-Alpes-Côte d’Azur : flux entrants et flux sortants en 2004
40 000 40 000
20 000 20 000
5 000 5 000
© IGN - INSEE 2005 © IGN - INSEE 2005
Source : INSEE, enquête annuelle de recensement 2004
élevéatteintdepuis50ans.Touteslesré- 1999-2004, alors que le taux annuel de La moitié des arrivants
gions françaises, sans aucune exception, sortie passait, sur la même période, de viennent des régions
1,5%à1,6%. Danslesrégionsdu nordconnaissentàlafoisuneprogressiondes
limitrophes ou de l’Ile-de-Francetaux d’entrée sur leur territoire, et des et de l’est, au contraire, le taux de sortie
tauxdesortie.DanslesrégionsduSudet augmentebeaucoupplusvitequeletaux
de l’Ouest, les entrées augmentent plus d’entrée.Globalement,lesmigrationsin- La région Provence-Alpes-Côte d’Azur
a un solde migratoire positif avec qua-vite que les sorties: le taux annuel terrégionales ont donc augmenté, et leur
torze régions, et négatif (davantage ded’entrée en Provence-Alpes-Côte d’Azur effet redistributeur sur l’espace national
s’est accentué, au profit des régions mé- sortiesqued’entrées)aveclesquatreau-est ainsi passé de 1,9% dans les années
90 à environ 2,1% sur la période ridionales et atlantiques. tres régions méridionales. Les échanges
Un profil migratoire proche de Midi-Pyrénées
(1)Taux annuels de migration nette par âge en %
1,40 1,40
Languedoc-RoussillonMidi-Pyrénées
1,20 1,20
1,00 1,00
0,80 0,80
0,60 0,60
0,40 0,40
0,20 0,20
0 0
90-99 99-04 90-99 99-04 90-99 99-04 90-99 99-04 90-99 99-04 90-99 99-04 90-99 99-04 90-99 99-04
20-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60 ans et plus 20-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60 ans et plus
1,40 1,40
Rhône-Alpes Provence-Alpes-Côte d'Azur1,20 1,20
1,00 1,00
0,80 0,80
0,60 0,60
0,40 0,40
0,20 0,20
0 0
90-99 99-04 90-99 99-04 90-99 99-04 90-99 99-04 90-99 99-04 90-99 99-04 90-99 99-04 90-99 99-04
-20 20-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60 ans et plus20-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60 ans et plus
(1) Voir définition dans l'encadré page 4
Source : INSEE, enquête annuelle de recensement 2004, recensements de la population 1990 et 1999
© INSEE 2005SUD INSEE
N° 82 - juin 2005
l'essentiel
Un habitant sur quatre est âgé d’au moins 60 ans en 2004migratoires sont désormais à peu près
équilibrésaveclesrégionsAuvergne,Li- Répartition de la population des ménages selon le sexe et l'âge
mousin, Poitou-Charentes. Nombre de personnes en 2004 en milliers%
700
Provence- FranceL’Ile-de-Franceestlapremièrerégionde 600 HommesAlpes- métro-
Côte d'Azur politaineprovenance des nouveaux habitants de Femmes500
Provence-Alpes-Côte d’Azur: plus de 1999 2004 1999 2004 400
Moins de 20 ans 24,5 23,8 25,9 25,230% des arrivants dans la région vien-
300
20 à 39 ans 26,5 24,9 28,3 26,8nent d’Ile-de-France. 15% viennent de
20040 à 59 ans 26,1 27,4 25,8 27,5
Rhône-Alpes, 8% du Languedoc-Rous-
60 à 74 ans 15,0 15,0 13,6 13,1 100
sillon, et 6% du Nord-Pas-de-Calais. 75 ans ou plus 7,9 8,9 6,5 7,4
0
100,0 100,0 100,0 100,0 Moins de 20 ans 40à59ans 75 ans ou plus
20à39ans 60à74ansSource : INSEE, enquête annuelle de recensementLes départs sont plus équilibrés: l’Ile- 2004, recensement de la population1999 Source : INSEE, enquête annuelle de recensement 2004
de-France représente 20%, suivie de
Ainsi, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, plus qu’au précédent recensement deRhône-Alpes et du Languedoc-Roussil-
le taux annuel de sortie est le plus élevé 1999. Malgré un solde migratoire large-lon (17% chacune), de Midi-Pyrénées
pour la tranche d’âge des 20 - 29 ans: ment positif pour les jeunes, la part des(7%),del’Aquitaine(5%)etdelaBre-
personnesâgéesde60ansetplusyaug-tagne(4%).Moinsde3%desdépartsse entre 1999 et 2004, près de 18000 jeu-
mente plus vite qu’ailleurs, alors quedirigent vers le Nord-Pas-de-Calais, au- nesadultesontquittélarégion,annuelle-
celle des moins de 20 ans diminue selontant que vers les régions Centre, Lor- ment. Ils n’étaient que 13000 environ
entre 1990 et 1999. lemêmerythmequedansl’ensembleduraine, Pays de la Loire, et vers la Corse.
Cetteclassed’âgeestégalementcellequi territoire métropolitain. L’arrivée parmi
voitleplusgrandnombred’entrées,rela- les sexagénaires des générations duCependant, si l’on prend en compte les
baby-boom fait que, pour la premièrepopulations respectives des régions, les tivement à la population existante: ils
fois,ily aautantdepersonnesde60anséchanges les plus intenses sont avec les sont plus de 20000 à arriver dans la ré-
et plusquedemoinsde20 ans. C’est lerégions limitrophes, Corse et Langue- gion chaque année en provenance d’une
autre région de métropole, contre envi- caségalementdestroisautresrégionsdudoc-Roussillon. Elles sont suivies d’as-
ron 15000 au cours des années 90. Au grand Sud, Aquitaine, Midi-Pyrénées etsez loin par Rhône-Alpes et Midi-
total,lesoldemigratoiredesjeunesadul- Languedoc-Roussillon. En revanche,Pyrénéespourlesdéparts,etparl’Ile-de-
Rhône-Alpes est la deuxième région laFranceetRhône-Alpespourlesarrivées. tes est nettement positif: Provence-
plusjeuneaprèsl’Ile-de-France,avec14Alpes-Côted’Azursesitueaudeuxième
personnes de moins de 20 ans pour 10rangdesrégionsdeprovincepourletaux
Le Sud attire des migrants annuel de migration des 20-29 ans, der- d’au moins 60 ans.
de tous âges rièreMidi-Pyrénéesetsacapitaleuniver-
sitaire,Toulouse.Ilsemble quelarégion
Un ménage sur trois neSeulesquatrerégionsbénéficientdesol- ait renforcé son attractivité pour les jeu-
des migratoires positifs à tous les âges: compte qu’une personnenes adultes: elle se situait au quatrième
Provence-Alpes-Côte d’Azur, Aqui- rang des régions dans la décennie 90.
Du fait de la différence d’espérance detaine, Midi-Pyrénées, et Languedoc- En revanche, elle ne se situe qu’au hui-
vieentrehommesetfemmes,l’augmen-Roussillon ; les régions du Nord et de tièmerangdesrégionsfrançaisespourle
tation de la part de la population âgéel’Est (en dehors de l’Alsace) connais- taux migratoire des personnes âgées de
(les75ansetplusreprésententen2004,sent,àl’inverse,dessoldesmigratoires 60 ans et plus, derrière, notamment, les
négatifs à tous les âges ; les soldes mi- Un déficit marqué des jeunes générationsrégionsdel’Ouest.Lestauxd’entréedes
gratoires d’Ile-de-France sont forte- Rapport moins de 20 ans sur 60 ans et plus en 2004seniors sont d’ailleurs quasiment stables
ment positifs pour les 20-29 ans, et depuis les années 90, alors qu’ils ont
négatifs pour les autres classes d’âge. augmentédanslesrégionsméridionales,
La plupart des autres régions ont des Languedoc-Roussillon,Midi-Pyrénéeset
soldes négatifs pour les 20-29 ans et Aquitaine.
positifs pour les autres classes d’âge.
Un senior pour un juniorLa région parisienne joue donc un rôle
En %
majeur dans les migrations interrégiona-
1,35les, en attirant des jeunes adultes en for-
1,16
Comme sur l’ensemble du territoire, lamationsupérieureouàlarecherched’un
premier emploi, et en voyant repartir de population vieillit en Provence-Alpes-
nombreux actifs avec leur famille, à la Côte d’Azur. En 2004, plus d’une per- Moyennes
Métropole : 1,23 Mer Méditerranéerecherche d’une amélioration de leur sonne sur deux (51,3%) y est âgée d’au 1,16France de Province :
cadre de vie ou d’emploi. moins40ans,soitplusdedeuxpointsde Source : INSEE, enquête annuelle de recensement 2004
© INSEE 2005
-
©
IGN
INSEE
2005SUD INSEE
N° 82 - juin 2005
l'essentiel
15 % des moins de 50 ans vivent en couple 9 % de la population régionale, soit un posés d’au moins cinq personnes est en
sans être mariés
point de plus qu’en 1999) se traduit par diminution, et leur part ne représenteStatut matrimonial et vie de couple
% unaccroissementdunombredeperson- plusque5,9%del’ensembledesména-
100
nes seules. A cela s’ajoute l’évolution ges en 2004, contre encore 6,6% cinq
90
des modes de vie: entrées en couple ans auparavant.
80
plus tardives, séparations plus fréquen- Autotal,lenombremoyendepersonnes
70
tes... Lapart decesménagesd’uneper- par ménage dans la région s’établit dé-
60 sonne(34 %)estlégèrementplusélevée sormais à 2,25 personnes contre 2,32 en
50 en Provence-Alpes-Côte d’Azur que 1999.
40 danslesautresrégionsdugrandSud ou
30 en moyenne métropolitaine. Et ces per-
Un célibataire sur quatre
20 sonnes vivant seules sont un peu plus
vit en couple
10 âgéesqu’ailleurs:49 %sontâgéesd’au
moins60ansdanslarégion,contreseu-0
La question traditionnelle sur le statutmoins de 30 ans 30à49ans 50 ans et plus lement42à46 %danslegrandSud,ou
pas mariés*, ne vivant pas en couple matrimonialestcomplétédansl’enquête
mariés, ne vivant pas en couple 43 %surl’ensembleduterritoiremétro-
pas mariés*, vivant en couple 2004 par une question ayant trait aupolitain.mariés, vivant en couple
mode de vie: "vivez-vous en couple?"* pas mariés : célibataires, veufs(ves), divorcé(e)s Al’inverse,lenombredeménagescom-
Source : INSEE, enquête annuelle de recensement 2004 Onapprendainsique26%descélibatai-
Source, champ de l’étude et définitions resausensjuridiqueviventencouple.A
contrario,4%despersonnesmariéesontLa nouvelle méthode de recensement
Depuis 2004, le comptage traditionnel effectué tous les huit à neuf ans est remplacé par une tech- déclaré ne pas vivre en couple. Sans
nique d’enquêtes annuelles. Le recensement a lieu désormais chaque année, en janvier et en février. douteest-cesouventlecasdeséparations
Tous les habitants ne sont pas recensés la même année, mais l’ensemble du territoire français est
non encore entérinées juridiquement.
pris en compte au bout d’un cycle de cinq ans. Le premier cycle s’achèvera en 2008.
La méthode est différente selon la taille des communes, les moins de 10 000 habitants sont enquê-
tées exhaustivement une fois par cycle, les plus de 10 000 habitants chaque année, par sondage. Dans l’ensemble, si 49% de la popula-
Pour en savoir plus : http://www.insee.fr tion des ménages de Provence-Alpes-
Champ de l’étude
Côte d’Azur âgée de 14 ans et plus estL’étude porte sur le seul champ des ménages. Sont donc exclues les populations des communautés
(cités universitaires, maisons de retraite, etc...) et celles vivant dans les habitations mobiles dont la mariée,59%decettepopulationdéclare
collecte est trop partielle à l’issue d’une seule vague d’enquête. vivre en couple. Comme on peut s’y at-
Définitions
tendre, c’est dans les tranches d’âge les
Ménage: ensemble des personnes qui partagent un même logement à titre de résidence principale. Elles
plus jeunes, principales actrices de cettene sont pas nécessairement apparentées (un sous-locataire ou un salarié logé fait partie du ménage).
Migrations internes : les éléments sur les migrations présentés ici ne portent que sur la population évolution de mode de vie, que l’on
des ménages de cinq ans et plus qui résidait en France métropolitaine en 1999 et 2004. Les échan- trouveunedifférenceimportante:siprès
ges avec les DOM et avec l’étranger ne sont pas intégrés. Lesoldemigratoireinterne d’une région
de 10% des personnes de 14 à 29 ansest la différence entre les arrivants et les sortants de la région. En divisant ce solde par la durée inter-
sontmariées,ilssontpresque25%àdé-censitaire (5 ans), on obtient un solde migratoire annuel moyen entre les deux recensements. Enfin,
en rapportant ce solde migratoire annuel moyen à la population moyenne (moyenne de la population clarer vivreen couple. Il est plussurpre-
de la région présente en 1999 et en 2004), on définit un taux annuel de migration nette. nant de constater que cet écart de 15
La question posée, “où habitiez-vous il y a cinq ans ?”, ne prend pas en compte les personnes ayant ef-
pointsestlemêmedanslatranched’âgefectué des allers - retours dans la région au cours de la période. Une personne ayant quitté la région en
2000 pour y revenir en 2003 ne sera pas comptée comme migrante au sens du recensement. Le 30-49ans,avec57%demariéset72%
nombre de migrations réelles qu’a connu la région est donc supérieur au nombre de migrants comptabi- vivant en couple. Au-delà de 50 ans, la
lisés par le recensement. Une méthode statistique permet d’estimer, à partir du nombre de migrants dé-
différence est en revanche minime.
comptés lors du recensement, des taux annuels d’entrée et de sortie prenant en compte la totalité
des migrations (cf. Courgeau Daniel - 2004 -, “Estimation des migrations internes de la période
1990-1999 et comparaison avec celles des périodes antérieures”. Population, n° 5). Pascal Oger
Age : l’âge pris en compte est celui atteint à la date du recensement, soit le 15 janvier 2004.
Philippe PaillerTouteslesdéfinitionsdétaillées sont disponibles sur http://www.insee.fr, dans la rubrique Nomen-
clatures-définitions-méthodes.
Pour en savoir plus
"Des changements de région plus fréquents qui bénéficient aux régions du Sud et de l'Ouest". INSEE Première n° 1028, juillet 2005.
er
"Enquêtes annuelles de recensement : premiers résultats de la collecte 2004 - 62 millions d’habitants en France au 1 janvier 2004", INSEE Première,
n°1 000, janvier 2005.
"Enquêtes annuelles de recensement : premiers résultats de la collecte 2004 - Principales caractéristiques de la population et des logements", INSEE
Première, n°1 001, janvier 2005.
"Premiers résultats pour les communes de moins de 10 000 habitants recensées en 2004 et pour les communes de plus de 50 000 habitants", consulter
le site http://www.insee.fr
Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques© INSEE 2005
Provence-Alpes-Côte d'AzurDépôt légal : juin 2005
17, rue Menpenti
N° CPPAP : 0909B05336 Directeur de la publication : François Clanché 13387 Marseille Cedex 10
N° ISSN : 1287-292X Chef du service Etudes et Diffusion : Pascal Oger Téléphone : 04 91 17 57 57
Rédacteur en chef : Annie MulardPrix : 2,20 euros Fax:0491175960
Code Sage : SIE058232 Téléchargeable sur internet : www.insee.fr/paca

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.