Recensement 2004 : 1 794 000 Alsaciens

De
Publié par

Malgré une diminution de l'apport migratoire, la population alsacienne continue de croître. Bien que sa population vieillisse, l'Alsace reste l'une des régions les plus jeunes de France. Le taux de chômage augmente, mais reste en dessous du niveau national. Le nombre moyen de personnes par résidence principale diminue : de plus en plus d'Alsaciens vivent seuls.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

POPULATION
Début 2004, 1 794 000 personnes habi-Recensement 2004 :
tent en Alsace, soit une augmentation
de 3,5 % depuis 1999.
Le taux de chômage (au sens du recen-
sement) dépasse 10 %, mais reste infé-1 794 000 Alsaciens
rieur à la moyenne métropolitaine, qui
estdeprèsde12%.
L’Alsace compte plus de 730 000 rési-
dences principales en 2004, soit unedébut 2004, l’Alsace compteMalgré une diminution
hausse de 7,8 % depuis 1999.1 794 000 habitants. Un premierde l’apport migratoire,
aperçu de la situation démogra-
la population alsacienne
phique et sociale des 1 750 000
continue de croître. Alsaciens vivant dans des ména-
Bien que ges est désormais possible. En re- démographique après le Langue-
vanche, les données ne sont pas doc-Roussillon, elle est désormaissa population vieillisse,
encore assez fournies pour bien dépassée par les régions du sudl’Alsace reste
connaître la population des collec- de la France, ainsi que la Bretagne
l’une des régions
tivités (maisons de retraite, caser- et les Pays de la Loire.
lesplusjeunesdeFrance. nes, etc.). Pourtant, la croissance due au
Le taux de chômage mouvement naturel est plus im-
portante que pendant la dé-La croissanceaugmente, mais reste
cennie précédente. Le solde desdémographiqueen dessous
naissances et des décès est lar-se maintient
du niveau national.
gement positif : en cinq années,
Le nombre moyen Entre 1999 et 2004, la population depuis 1999, il y a eu 110 000
de personnes alsacienne a augmenté de 3,5 %, naissances pour 70 000 décès
contre 2,9 % pour l’ensemble de la dans la région.par résidence principale
France métropolitaine. Le taux an- Par ailleurs, l’Alsace continue d’at-diminue :
nuel d’accroissement de la popula- tirer une population importante
de plus en plus d’Alsaciens
tion, de 0,68 %, est donc supérieur venue de l’extérieur du territoire
vivent seuls. à la moyenne, mais il a diminué de- métropolitain. En effet, parmi les
puis la décennie 1990-1999, du- Alsaciens vivant dans un ménage
rant laquelle il était de 0,73 %. en 2004, près de 40 000 habitaient
D’après la première enquête an- Alors que l’Alsace était la région la dans un autre pays ou dans les
plus dynamique sur le plan Dom-Tom en 1999. L’attractiviténuelle de recensement, effectuée
Une croissance supérieure à la moyenne nationale depuis 1990
Évolutions de la population de 1962 à 2004 (en %)
1962-1968 1968-1975 1975-1982 1982-1990 1990-1999 1999-2004
Alsace
Évolution annuelle 1,16 1,03 0,45 0,46 0,73 0,68
due au solde naturel 0,72 0,55 0,37 0,46 0,47 0,46
due au solde migratoire 0,44 0,48 0,08 0,00 0,26 0,22
France métropolitaine
Évolution annuelle 1,15 0,81 0,46 0,51 0,37 0,60
due au solde naturel 0,67 0,58 0,40 0,41 0,36 0,41
due au solde migratoire 0,48 0,23 0,07 0,10 0,01 0,19
3Chiffres pour l'Alsace · revue n° 27 · juillet 2005
Source : Insee, recensements de la population,
état civilPOPULATION
de l’Alsace vis-à-vis des autres sans nul doute significativement les départs vers la capitale excè-
pays se traduit par une proportion positif. Par contre, les échanges dent les arrivées. Au final, l’Alsace
importante d’étrangers et de Fran- de population entre l’Alsace et les gagne de la population dans ses
çais par acquisition. La part des autres régions métropolitaines échanges avec la partie nord de la
majeurs qui n’avaient pas la natio- sont devenus déficitaires, alors France (région parisienne ex-
nalité française à la naissance s’é- qu’ils étaient excédentaires de ceptée). En revanche, elle en perd
lève à 13,4 % en 2004, contre 1990 à 1999. Ainsi, ces cinq der- avec les régions de l’ouest, et elle
12,4 % cinq ans plus tôt. Pour l’en- nières années, environ 80 000 accuse ses déficits les plus pro-
semble de la France métropoli- personnes ont quitté l’Alsace pour noncés avec les régions du sud.
taine, cette proportion est de s’installer ailleurs en France, Les flux migratoires entre l’Alsace
10,9 % en 2004. contre 70 000 personnes qui sont et le reste de la France sont défici-
taires pour toutes les tranchesvenues habiter dans la région.
d’âges, sauf pour les 20-29 ans.Déficit migratoire Les flux migratoires sont particuliè-
Ces migrants, qui ont déménagérement intenses avec les régionsde l’Alsace vers
entre 1999 et 2004, avaient entreles autres régions limitrophes, la Franche-Comté et
15 et 29 ans lorsqu’ils ont changésurtout la Lorraine. Avec ces deux
Le recensement ne permet pas de de région. Ainsi, l’Alsace continuerégions, les déplacements sont
à attirer des étudiants et de jeu-mesurer le nombre d’Alsaciens nombreux dans les deux sens, et
ayant quitté le territoire métropoli- nes actifs.bénéficient, au total, à l’Alsace.
tain, mais le solde migratoire de la Les migrations sont aussi soute-
région avec l’extérieur du pays est nues avec l’Île-de-France, mais
L’Alsace attire de la population L’ÎledeFranceetleSud
des régions limitrophes et du Nord attirent les Alsaciens
Migrations interrégionales vers l‘Alsace Migrations interrégionales au départ de l'Alsace
de 1999 à 2004 de 1999 à 2004
3 300
2 300
2 000 1 2001 800 1 300
800900 3 100 14 20012 500 2 300 14 90015 900
1 900 2 600
2 100 7 1001 900 2 600 2 0002 100 2 300 7 400
1 500
1 600 1 000700 8 200400 1 100
6 000
4 100 8 000
1 900 4 000 4 5003 000
2 900 2 300
300Flux entrants 200 Flux sortants
(en nombre de personnes) (en nombre de personnes)
15 900 14 900
5 300 4 900
4 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 27 · juillet 2005
© IGN - Insee 2005
Source : Insee, enquête annuelle de recensement de 2004
© IGN - Insee 2005
Source : Insee, enquête annuelle de recensement de 2004POPULATION
à 73 % dans la région, contre 70 %Vieillisement de la population alsacienne
pour l’ensemble de la province.Pyramide des âges de la
Âge Cependant, le profil démogra-
100Hommes Femmes phique de la population active al-
90
sacienne a évolué. Le nombre
80 d’actifs âgés de 25 à 49 ans reste
2004 70 stable, tandis que celui des actifs
60 1999 de plus de 50 ans augmente rapi-
dement, en raison du vieillisse-50
ment de la population. Presque un40
actif sur cinq a plus de 50 ans en30
2004 en Alsace. La croissance de
20
la population active ralentira dans
10
les prochaines années, avec de
0
nombreux départs en retraite.
80 60 40 20 0 0 20 40 60 80
Par ailleurs, la population active se
Effectif par tranche d'âge quinquennal (milliers)
féminise toujours davantage.Parmi
les femmes âgées de 25 à 54 ans,
59 ans, contre 25,6 % en 1999. le taux d’activité est passé de 79,7
Cette évolution correspond au à 83,8 % entre 1999 et 2004. IlVieillissement relatif
passage à la soixantaine des gé- semble donc que, sur ce plan,de la population
nérations peu nombreuses nées l’Alsace s’éloigne de la moyenne
La proportion de personnes âgées lors de la dernière guerre, alors de province (de 79,6 à 82,6 %, sur
augmente dans toutes les régions. que les générations entrant dans la période) pour se rapprocher de
Entre 1999 et 2004, la part des cette tranche d’âge correspondent l’Île-de-France (de 84,4 et 86,4 %),
personnes de 60 ans et plus est à des années de baby-boom. À où l’activité féminine a toujours été
passée de 17,7 à 18,5 % en l’opposé, la part des Alsaciens la plus développée.
Alsace, et de 20,0 à 20,5 % pour âgés de 20 à 40 ans a diminué,
l’ensemble de la France (hors mai- ainsi que celle des Alsaciens de Chômage
sons de retraite). En province, moins de 20 ans, mais dans une supérieur à 10 %
l’Alsace est la région où la part des moindre mesure.
En 2004, on dénombre près depersonnes de 60 ans et plus est la
plus réduite, après la Picardie et le 90 000 chômeurs (au sens du re-Un actif sur cinq
1
censement) . En 1999, l’AlsaceNord-Pas-de-Calais. Elle se carac- a plus de
térise également par la plus faible était pourtant la région la moinscinquante ans
touchée par la pénurie d’emplois.proportion de personnes de 75 ans
et plus, hors Île-de-France. En raison d’une moyenne d’âge in- Depuis, cette situation plus favo-
rable s’est détériorée. Plus deLe poids des 40-59 ans a aug- férieure dans la région, et d’un
menté plus rapidement encore taux d’activité par âge supérieur, 10 % des actifs de 15 à 64 ans
sont au chômage en 2004. La partque celui des personnes ayant le poids de la population active est
dépassé la soixantaine, dans la important en Alsace. En 2004, un des chômeurs est désormais su-
périeure en Alsace à celle de larégion comme dans l’ensemble Alsacien sur deux occupe un em-
de la métropole. En 2004, 27,9 % ploi ou en recherche un. Entre 15 Bretagne, des Pays de la Loire et
des Alsaciens sont âgés de 40 à et 64 ans, le taux d’activité s’élève
1
Au recensement de 2004, sont comptés comme étant des chômeurs les personnes qui déclarent rechercher un emploi, et n ’avoir aucun travail, même occasionnel
ou de très courte durée.
5Chiffres pour l'Alsace · revue n° 27 · juillet 2005
Source : Insee, recensement de la population de 1999
et enquête de recensement de 2004POPULATION
Une forte activité féminine L’Alsace reste l’une des régions
les moins touchées par le chômage
58,6 15,5
64,4 12,812,365,2
66,2 11,667,463,3 10,164,5 11,9 11,670,2 12,3
66,4 9,7
68,1 10,067,8 10,666,5 10,710,766,1
10,867,0
66,5 9,3 10,666,866,1 10,0
66,4 11,5
66,9 62,2 16,3 14,511,0
61,1
57,6 13,3
Taux d'activité des femmes Taux de chômage
de 15 à 64 ans (en %) au sens du recensement (en %)
13,8 et plus67,4 et plus
de 11,8 à moins de 13,8de 65,6 à moins de 67,4
moins de 11,8moins de 65,6
Métropole : 66,7 % Métropole : 11,9 %
du Limousin, alors qu’elle était au- nombre moyen de personnes par dans la région. Toutefois, elle reste
paravant la plus faible de France. inférieure à la moyenne de pro-logement a diminué. L’Alsace
Ce sont plus particulièrement les comprend plus de 730 000 rési- vince, qui est de plus de 60 %. La
jeunes Alsaciens qui subissent la proportion de logements occupésdences principales en 2004, soit
dégradation du marché du travail. une augmentation de 7,8 % de- par leur propriétaire, avec 57,9 %,
L’Alsace se rapproche de la est, elle aussi, inférieure à lapuis 1999. Le nombre de loge-
moyenne française, avec près d’un ments vacants, de résidences se- moyenne de province, qui est de
actif de moins de 25 ans sur cinq au 59,1 %.condaires et de logements occa-
chômage.De plus, les inégalités se- sionnels a diminué, probablement
lon le sexe se maintiennent : en en raison d’une pression foncière Moins de personnes
Alsace, le taux de chômage féminin accrue. Au final, 9 logements sur par logement
est de 11,7 %, contre 8,8 % pour les 10 sont des résidences principa-
hommes ; ces taux sont respective- les en Alsace, soit la proportion la Le nombre moyen de personnes
ment de 13,5 et de 10,4 % pour la plus élevée de France. L’Alsace par logement est passé de 2,5 en
France métropolitaine. demeure notamment la région de 1999 à 2,4 en 2004. En effet, la
province où la part des résidences part des logements occupés par
secondaires, inférieureà2%du seulement une ou deux person-Croissance
parc immobilier, est la plus faible. nes a augmenté, et représente 6du parc immobilier
La part des maisons individuelles, résidences principales sur 10 dé-
Le parc résidentiel a augmenté en progression constante, atteint sormais. Cette évolution vers un
plus vite que la population, car le 50 % des résidences principales mode de cohabitation plus
6 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 27 · juillet 2005
© IGN - Insee 2005
Source : Insee, enquête annuelle de recensement de 2004
© IGN - Insee 2005
Source : Insee, enquête annuelle de recensement de 2004POPULATION
gées dans une institution, les per-
Des ménages de plus en plus réduits
sonnes âgées résident le plus
Nombre moyen de personnes par résidence principale
souvent seules ou à deux.
Néanmoins, le nombre moyen de3,5
Nombre de personnes
personnes par logement reste
plus élevé en Alsace que dans
3,0
l’ensemble de la France, où il est
Alsace
passé 2,4 à 2,3 sur la même pé-
2,5 riode.Par ailleurs, le nombre de piè-
ces par logement est légèrementFrance
plus élevé dans la région, avec, en
2,0
moyenne, 4,18 pièces par rési-
dence principale en 2004 (4,13
1,5 pour l’ensemble des régions de pro-
vince, 3,86 avec l’Île-de-France).
1,0
1960 1970 1980 1990 2000 2010 Thomas MORIN
resserré, avec une ou deux per- vient principalement de change-
sonnes par logement, s’explique ments démographiques : baisse
en partie par des transformations du nombre d’enfants et vieillisse-
sociales comme la hausse du ment de la population. En effet,
nombre de divorces, mais elle pro- quand elles ne sont pas héber-
Une nouvelle méthode de recensement
En janvier et février 2004 s’est déroulée la première enquête du nouveau dispositif de recensement de la population.
Désormais, une collecte annuelle remplace le comptage traditionnel, effectué tous les huit à neuf ans. Tous les habitants
ne sont pas recensés la même année, mais l’ensemble du territoire français est pris en compte au bout d’un cycle de 5
ans. Au terme du premier cycle, qui s’achèvera avec la collecte de 2008, toutes les communes de France disposeront
d’une nouvelle population légale.
La méthode est différente selon la taille des communes :
- les communes de moins de 10 000 habitants font l’objet d’un recensement exhaustif tous les 5 ans. Ainsi, en 2004,
176 communes de moins de 10 000 ont été recensées en Alsace, environ 7 000 pour l’ensemble de la France ;
- lesunes de 10 000 habitants ou plus sont concernées chaque année par une enquête de recensement portant
sur 8 % de leurs logements. Sur les 900 communes de plus de 10 000 habitants enquêtées en France, 23 se situent en
Alsace. Au terme du cycle de 5 ans, 40 % des logements auront été recensés, répartis de manière à couvrir l’ensemble
du territoire communal.
Au total, 260 000 personnes ont été interrogées en Alsace en 2004 (dont 250 000 à l’intérieur des ménages).
Les résultats seront affinés, et de nouvelles variables diffusées (nationalité, profession, lieu de travail, etc.), au fur et à
mesure que s’ajouteront les vagues successives de recensement.Ceux de 2004 portent sur la population des ménages
(1 750 000 personnes). En effet, le nombre de communautés enquêtées au cours de la première enquête annuelle de
recensement est trop faible pour permettre des estimations sur les caractéristiques de leur population.
7Chiffres pour l'Alsace · revue n° 27 · juillet 2005
Source : Insee, recensements de la population

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.