Recensement de la population 1999 - Ille-et-Vilaine (Octant n° 83)

De
Publié par

La population d'Ille-et-Vilaine est la plus jeune des quatre départements bretons - 36,8 ans d'âge moyen -, et celle dont l'âge moyen a le moins augmenté. Le profil migratoire est caractéristique des départements comportant un grand pôle universitaire. Le périurbain rennais fait une large place aux populations les plus jeunes, à taux d'activité élevé, et avec une proportion de nouveaux arrivants importante. La population active a augmenté de 35 000 personnes entre les deux recensements, et la proportion de chômeurs reste faible, notamment dans l'est du département et autour de Rennes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Recensement de la population 1999
Ille-et-Vilaine
La population d’Ille-et-Vilaine est la plus jeune des quatre
départements bretons - 36,8 ans d’âge moyen -, et celle dont
l’âge moyen a le moins augmenté. Le profil migratoire est
caractéristique des départements comportant un grand pôle
universitaire. Le périurbain rennais fait une large place aux
populations les plus jeunes, à taux d’activité élevé, et avec
une proportion de nouveaux arrivants importante.
La population active a augmenté de 35 000 personnes entre
les deux recensements, et la proportion de chômeurs reste
faible, notamment dans l’est du département et autour
de Rennes.
vec 867 800 habitants, l’Ille-et-Vi-Alaine compte, au recensement de
1999, 69 000 habitants de plus qu’en
1990. Cette augmentation est due pour
moitié au solde naturel (excédent des
naissances sur les décès) et pour l’autre
moitié au solde migratoire (excédent des
arrivées sur les départs). Le taux de crois-
sance démographique annuel moyen, de
0,9 % entre 1990 et 1999, place le dépar-
tement au 7ème rang des départements
français pour la croissance de la popu-
lation.
La population du département est
relativement jeune, c’est le seul départe-
ment breton dont la moyenne d’âge est
inférieure à la moyenne nationale. En
neuf ans, la moyenne d’âge est passée de
35 ans à près de 37 ans. Les tranches
d’âge les plus représentées sur la pyra-
mide des âges sont celles des 18 à 21 ans,
grâce à la présence d’étudiants venant
16 Octant n° 83 - Septembre 2000Recensement de la population 1999
d’autres départements poursuivre leur Répartition par tranche d’âge de la population en 1990-1999
formation supérieure à Rennes. Ille-et-Vilaine
Le quart de la population du dé- (1) VariationAge 1990 % 1999 %
90-99partement a moins de 20 ans, la propor-
(2)De 0 à 19 ans 223 095 27,9 218 902 25,2 -4 193tion diminue au fil des ans : elle était de
De 20 à 39 ans 250 371 31,4 263 260 30,3 12 88928 % en 1990.
De 40 à 59 ans 176 590 22,1 212 610 24,5 36 020
De 60 à 74 ans 98 445 12,3 111 961 12,9 13 516Entre 1990 et 1999, le nombre des
75 ans et plus 50 055 6,3 61 085 7,0 11 030habitants âgés de 20 à 39 ans augmente,
Total 798 556 100,0 867 818 100,0 69 262mais leur part dans la population totale se
réduit, au profit des plus de 40 ans, dont (1) âge atteint au cours de l’année.
le nombre s’accroît du fait de l’arrivée à (2) l’âge “0" ne comprend que les enfants nés entre le 1er janvier et la date
du recensement.cet âge des générations plus fournies nées
Source : INSEE - recensements de 1990 et 1999avec le baby-boom.
Comme dans le reste de la France,
le nombre de personnes âgées augmente.
Un cinquième de la population a dépassé
son soixantième anniversaire. L’augmen-
tation concerne surtout les personnes de
75 ans et plus dont le nombre a crû de
22 % en 9 ans. Le département abrite 98
centenaires.
Enfin, 51,4 % des habitants sont
des femmes. Du fait de leur plus grande
longévité, la proportion de femmes aug-
mente régulièrement avec l’âge : 55 % à
70 ans, 63%à80 ans, 75%à90ans et
92 % au-delà de 99 ans.
Un profil migratoire
caractéristique des départements
à grand pôle universitaire
Les résultats démographiques té-
moignent de l’attractivité du départe-
ment : un tiers de la population actuelle
est né en dehors de l’Ille-et-Vilaine, et
154 000 personnes - 18 % de la popula-
tion - se sont installées en Ille-et-Vilaine
entre 1990 et 1999. Un quart d’entre eux
vient des trois autres départements de la
région. Ces nouveaux habitants rajeunis-
sent légèrement la population : 58 % ont
moins de 30 ans.
Le département compte très peu
d’étrangers : 1,4 % de la population.
Le profil migratoire (voir encadré Lecture : 3 100 personnes âgées de 18 ans en 1999 sont venues habiter l’Ille-et-Vilaine entre 1990 et 1999,
page 21) de l’Ille-et-Vilaine ressemble et 900 personnes du même âge ont quitté le département au cours de cette même période. Le solde migra-
toire de la période, pour cette génération, est donc de + 2 200.beaucoup à celui observé dans les années
80. Il est caractéristique des départe-
ments abritant un important pôle univer- Les arrivants en Ille-et-Vilaine selon leur résidence en 1990
sitaire. La tranche d’âge 18-24 ans
Autre département de la région 41 600concentre en effet la moitié de l’excédent
Reste de la France y compris Dom-Tom 102 900migratoire. En revanche les flux migratoi-
Pays étranger 9 900res demeurent déficitaires entre 25 et 32
Total 154 400ans, un certain nombre de jeunes re-
tourne vivre dans son département Source : INSEE-RP
Octant n° 83 - Septembre 2000 17Recensement de la population 1999
d’origine, d’autres quittent l’Ille-et-Vi-
laine, ne trouvant pas dans le départe-
ment la formation supérieure ou l’emploi
qui leur convient.
Distribution spatiale
de la population : la marque
du périurbain
Les familles avec enfants s’instal-
lent plus volontiers à la périphérie des
grandes villes, ce dont témoigne l’impor-
tance relative des jeunes agés de moins
de 20 ans dans les communes périurbai-
nes de Rennes, et dans une moindre me-
sure, de Saint-Malo. Ainsi par exemple,
les jeunes de moins de 20 ans représen-
tent 35 % de la population de Domloup,
près de Rennes.
Inversement la part des personnes
âgées est plus importante dans les com-
munes rurales et sur les contours du dé-
partement, les plus de 60 ans représen-
tent par exemple 35 % de la population
de Dinard.
On distingue sur la carte, les com-
munes périurbaines qui ont connu un fort
développement démographique au cours
des années 90 : la part des nouveaux arri-
vants y dépasse 40 %. Elle atteint même
57 % à Bruz.
Forte croissance
de l’emploi salarié
La population active, qui com-
prend les actifs ayant un emploi, les chô-
meurs et les militaires du contingent,
compte 393 000 personnes en 1999. Elle
a augmenté de 9,7 % entre 1990 et 1999,
plus rapidement que le reste de la
population.
L’augmentation de l’emploi total
résulte de deux mouvements opposés :
hausse de l’emploi salarié, + 44 600
(+17 %), et baisse de l’emploi non salarié,
-12 400 (-20,5 %). Le marché du travail
des hommes et celui des femmes évo-
luent très distinctement. Ainsi pour les
hommes, l’emploi salarié gagne 12 % et
l’emploi non salarié perd 12 %, tandis
que pour les femmes les variations attei-
gnent respectivement +24 % et -32 %.
Ces mouvements prolongent une ten-
dance ancienne du développement de
l’emploi salarié et de l’emploi féminin.
18 Octant n° 83 - Septembre 2000Recensement de la population 1999
L’Ille-et-Vilaine connait les mêmes
tendances qu’ailleurs, c’est-à-dire un re-
cul des taux d’activité avant 30 ans, lié à
la prolongation des études, et une crois-
sance des taux pour les femmes de plus
de 30 ans.
Les taux d’activité sont générale-
ment élevés dans le périurbain, où se
concentrent les ménages de jeunes actifs
avec enfants. La carte des taux d’activité
recoupe ainsi celle des jeunes de moins
de 20 ans. Quant au chômage, il est en
moyenne deux fois plus élevé dans les
villes-centres que dans leurs banlieues.
Par ailleurs, il est assez bas autour de Vi-
tré , Fougères ou Rennes, mais demeure
plus élevé dans la région malouine. La
part des chômeurs dans la population ac-
tive, se maintient en dessous des 10 %. Il
faut remarquer les différences d’évolution
entre hommes et femmes : le poids du
chômage masculin est passé de 6,4 à 7,8
%, celui des femmes de 12,5 à 11,3 %
entre 1990 et 1999.
Désormais, la majorité des actifs
travaillent en dehors de leur commune de
résidence. L’évolution des moyens de
communication favorise la progression
des navettes domicile-travail. Dans les
communes périurbaines de Rennes, plus
des trois quarts de la population active ré-
sidente vont travailler en dehors de la
Répartition des actifs selon leur lieu
de travail - Ille-et-Vilaine
Dans leur commune
de résidence 150 394
Dans une autre commune
de la même zone d’emploi 163 725
En dehors
de la zone d’emploi 40 283
Total des actifs
ayant un emploi 354 402
Source : INSEE-RP
Octant n° 83 - Septembre 2000 19Recensement de la population 1999
Population active en 1990-1999 - Ille-et-Vilaine
1990 1999
Variation
90-99
Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
Actifs ayant un emploi 179 298 322 223 191 952 162 450 354 402 32 179142 925
dont : salariés 144 635 117 241 261 876 161 522 144934 306 456 44 580
non salariés 34 663 25 684 60 347 30 430 17516 47 946 - 12 401
(1)Chômeurs 12 325 20 406 32 731 16 362 20 717 37 079 4 348
(2)
Population active 194 968 163 358 358 326 209 789 183 196 392 985 34 659
(3)Taux d’activité 63,5 48,9 55,9 61,5 49,6 55,3 ///
Proportion de chômeurs dans
6,3 12,5 9,2 7,8 11,3 9,4 ///la population active
(1) au sens du recensement (définition différente de celle du BIT) personnes qui se déclarent “chômeurs”, sauf si elles ont déclaré explicitement ne
pas rechercher de travail.
(2) population active = actifs ayant un emploi + chômeurs + militaires du contingent.
(3) part des actifs dans la population de 15 ans ou plus.
Source : INSEE - recensements de 1990 et 1999
commune, en général dans l’aggloméra-
tion rennaise. Huit fois sur dix ces trajets
quotidiens ne dépassent cependant pas
les limites de la zone d’emploi : les dépla-
cements domicile-travail de longue dis-
tance sont encore peu nombreux.
Très forte progression du nombre
des ménages d’une personne
La répartition de la population se-
lon la taille des ménages a été profondé-
ment modifiée depuis 1990. L’augmenta-
tion du nombre de ménages porte
exclusivement sur les d’une ou
deux personnes. En particulier, le nombre
de personnes habitant seules augmente
de 40 % en 9 ans. Les personnes seules
représentent ainsi 13 % de la population
totale du département, et plus d’un habi-
tant sur quatre dans la commune de Ren-
nes. Cette évolution concerne autant les
hommes que les femmes. Elle est en
partie due à l’augmentation du nombre
d’étudiants, mais la solitude s’étend éga-
lement entre 25 et 60 ans. Une personne
âgée de 45 ans sur dix habite seule.
Après 60 ans, la fréquence du veu-
-vage augmente avec l’âge. C’est la consé
quence de l’écart de mortalité entre hom-
mes et femmes ainsi que l’écart d’âge
entre conjoints. L’allongement de la
durée moyenne de vie entre 1990 et 1999
entraîne un recul de la période de veu-
vage, mais sa fréquence augmente après
85 ans.Lecture : le quart de la population âgée de 22 ans vit seul en 1999.
20 Octant n° 83 - Septembre 2000Recensement de la population 1999
Résidences principales selon le statut d’occupation et le type en 1990-1999 - Ille-et-Vilaine
1990 1999
Statut d’occupation et type
Nombre % Nombre %
Ensemble des résidences principales 297 762 100 354 524 100
Par statut d’occupation :
Propriétaire 171 628 57,6 199 414 56,2
Locataire 113 923 38,3 144 679 40,8
- d’un logement loué vide non HLM 70 414 23,6 87 112 24,6
- d’un logement loué vide HLM 39 121 13,1 49 152 13,9
- d’un meublé ou d’une chambre d’hôtel 4 388 1,5 8 415 2,4
Logé gratuitement 12 211 4,1 10 431 2,9
Par type :
Maison individuelle ou ferme 190 086 63,8 221 332 62,4
Logement dans un immeuble collectif 99 203 33,3 124 355 35,1
(1)Autres 8 473 2,8 8 837 2,5
(1) Logement-foyer pour personnes âgées, chambre d’hôtel, construction provisoire, habitation de fortune, pièce indépendante, louée,
sous-louée ou prêtée, autres.
Source : INSEE - recensements de 1990 et 1999.
Davantage de locataires
que dans les autres départements
La composition du parc de loge-
ments n’est pas bouleversée entre 1990 et
1999 : la proportion de maisons indivi-
duelles atteint 62 % du parc, celle des lo-
gements en immeuble 35 %. La majorité
des ménages opte pour la propriété :
56 % en 1999, mais la progression des lo-
cataires est plus rapide (+27 % depuis
1990).
Le dynamisme du marché des lo-
gements peut se mesurer par la propor-
tion de logements neufs : 17 % des rési-
dences principales datent des années 90.
Cette proportion dépasse fréquemment
25 % dans la périphérie de Rennes, le
maximum est atteint à Bruz avec 48 % de
logements neufs.
Michel ROUXEL
Le profil migratoire
L’évolution démographique du dépar- mouvement naturel par sexe et géné- déduit le nombre de personnes ayant
tement résulte du bilan naturel - diffé- ration entre les recensements, on quitté le département (sorties).
rence entre les naissances et les dé- obtient, par simple différence, les sol-
cès - et du bilan migratoire - différence des migratoires apparents par sexe et Par convention, les enfants nés entre
entre les entrées et les sorties -. Con- génération. Disposant également du les deux recensements sont classés
naissant la répartition de la population nombre de personnes venues habiter comme migrants si leur mère a démé-
par sexe et âge aux recensements et le le département depuis 1990, on en nagé durant la période.
Octant n° 83 - Septembre 2000 21

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.