Recensement de la population de 2006 Provence-Alpes-Côte d'Azur : une région très urbaine, une croissance équilibrée

De
Publié par

La population de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur s'établit à 4 815 232 personnes au 1 er janvier 2006. En 50 ans, la région a gagné deux millions d'habitants, ce qui représente la plus forte évolution des régions françaises. Villes-centres, banlieues, espaces périurbains et ruraux ont participé à la progression depuis 1999, de façon plus équilibrée qu'au cours des décennies précédentes. Les villes-centres renouent désormais avec la croissance démographique. 91 % de la population vit dans l'espace urbain En 50 ans, la région Paca a gagné deux millions d'habitants 1999-2006 : une accélération de la croissance en Paca Un ralentissement dans les banlieues et les communes périurbaines Espace rural : une dynamique renforcée
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

SUD INSEE
N° 128 - janvier 2009 l'essentiel
Recensementdelapopulationde2006
Provence-Alpes-Côte d'Azur :
une région très urbaine,
une croissance équilibrée
La population de la région Pro- parable. À l'intérieur de la région, les
disparités sont très fortes : 98 % de la
vence-Alpes-Côte d'Azur s'établit à population des Alpes-Maritimes et des
er Bouches-du-Rhône habitent dans l'es-4 815 232 personnes au 1 janvier
pace urbain. Ces départements font
2006. En 50 ans, la région a gagné partie des plus urbanisés de France.
deux millions d'habitants, ce qui
Au cœur de l'espace urbain se trouvent
représente la plus forte évolution les villes-centres : ce sont les zones les
plus denses avec en moyenne 800 habi-des régions françaises. Villes-cen-
tantsaukm².Pacacompte24villes-cen-
tres, banlieues, espaces périurbains tres,parmilesquellessetrouventdetrès
grandes villes comme Marseille, Nice,
et ruraux ont participé à la progres-
Toulon, mais également des communes
plus petites (Manosque, Gap, Menton,sion depuis 1999, de façon plus
Salon-de-Provence, ...). Elles abritent à
équilibrée qu'au cours des décen- ellesseules41 %delapopulationrégio-
nale contre seulement 28 % au niveaunies précédentes. Les villes-centres
national, ce qui représente la plus forte
renouent désormais avec la crois- concentration de métropole. Dans les
Bouches-du-Rhône, leur poids atteint
sance démographique.
même 52 %.
Autour, les banlieues présentent une
continuitédebâti aveclesvilles-centres.
D'après le Recensement de 2006, la ré-
gion compte 4 815 232 habitants. Sur
les 963 communes de Paca, 807 ont
moins de 5 000 habitants et n'hébergent
que 18 % de la population régionale. À
l'opposé, les 11 communes de 50 000
habitants ou plus en abritent 41 %.
91 %de la population vit
dans l'espace urbain
En Paca, 91 % de la population réside
dans un espace urbain. C'est beaucoup
plus qu'en France métropolitaine. Seuls
l'Île-de-France, le Nord-Pas-de-Calais
Source : Insee - Recensement de la population 2006et l'Alsace sont dans une situation com-
© Insee 2009SUD INSEE
N° 128 - janvier 2009
l'essentiel
Lescommunesysontunpeumoinsden- Une coexistence au sein de la région de départements très urbains et de
départements très rurauxses (500 habitants au km² en moyenne).
39% des de Paca y résident. Répartitiondelapopulationpartyped'espace(en%)
Population auLeurpoidsvariefortementd'undéparte- Espace urbain Espaceer
1 janvier 2006 ruralment à l'autre: de 4% dans les Hautes- Ensemble Ville-centre Banlieue Périurbain
Alpesjusqu'à59%danslesAlpes-Mari- Alpes-de-Haute-Provence 154 501 41 25 6 10 59
times. Les villes-centres et leurs ban- Hautes-Alpes 130 752 50 37 4 9 50
Alpes-Maritimes 1 073 184 98 35 59 4 2lieuesformentlesagglomérations.
Bouches-du-Rhône 1 937 405 98 52 35 11 2
Var 985 099 88 30 41 17 12
Lescommunespluséloignées,mais
Vaucluse 534 291 85 37 32 16 15
quirestenttrèstournéesverscesagglo- Provence-Alpes-Côte d'Azur 4 815 232 91 41 39 11 9
France métropolitaine 61 399 541 82 28 32 22 18mérations - au moins 40 % des actifs
Source : Insee - Recensement de la population 2006vont y travailler - constituent l'espace
périurbain. Seul un habitant sur dix y
rité dans ce rythme. Le Vaucluse, les Entre 1975 et 1999, dans la régionréside en Paca, soit deux fois moins
Alpes-Maritimes et les Alpes-de- comme en France, la population desqu'auniveaunational.Danscetespace,
Haute-Provenceontvuleurpopulation villes-centresastagné-voirediminué-les densités de population sont beau-
augmenter au même rythme qu'en alors que celle des banlieues et surtoutcoup plus faibles et se rapprochent de
moyenne régionale. Les Hautes-Alpes du périurbain ont fortement augmenté.celles du rural (68 habitants au km²).
et les Bouches-du-Rhône ont progressé
Si on prend l'exemple du Var, Toulon moinsrapidement. Au final, les poids respectifs des espa-
est la ville-centre la plus importante ces urbains et ruraux sont restés cons-
(on y compte 3 900 habitants au km²). Depuis 1962, Paca n'a pas connu tantsdepuis1962(respectivement90%
La banlieue s'étend de Saint-Cyr-sur- d'exode rural: les espaces ruraux de la et 10%) dans la région Paca. En re-
Meràl'ouestjusqu'àHyèresàl'estetau région ont en effet enregistré une crois- vanche, au sein de l'espace urbain, le
nord jusqu'à Belgentier, englobant no- sance continue de leur population sur poids des villes-centres a considérable-
tammentLaSeyne-sur-MeretLaGarde. toutelapériode.Cecidistinguelarégion ment diminué au profit de la banlieue.
Ens'éloignantdecettecouronne,onse de quasiment toutes les autres régions En 1962, les villes-centres logeaient
trouve dans l'espace périurbain qui deFrance :seuleslaFranche-Comtéet plus de 50% de la population contre à
s'étend à l'est jusqu'à La Londe-les- Rhône-Alpes (depuis 1975) sont dans peine 30% pour les banlieues; au-
Maures et au nord jusqu'à Garéoult. ce cas. jourd'hui, chacuneen héberge40%.
Les Hautes-Alpes et les Alpes-de-
Haute-Provence sont les départements
les plus ruraux de la région avec res-
pectivement 50 % et 59 % de leur po-
pulation localisée dans l'espace rural.
Ils font partie des 15 départements les
plus ruraux de France.
En 50 ans, la région Paca
a gagné deux millions
d'habitants
LarégionPacaestcellequiaeuleplus
fort taux de progression depuis 1962 :
71 %, soit plus du double de la France
(32 %). Viennent ensuite des régions
voisines, la Corse et le Languedoc-
Roussillon avec des croissances de
63 %.
Tous les départements de la région
n'ont pas progressé au même rythme.
Le Var se distingue à la fois par une
forte croissance - sa population a plus
quedoublédepuis1962-etunerégula-
© Insee 2009SUD INSEE
N° 128 - janvier 2009
l'essentiel
littoralsedensifie,notamment entreles
centres des agglomérations. De plus en
plus d'habitants s'installent dans les ar-
rières-pays (notamment varois et ni-
çois). L'influence des agglomérations
deMarseille-Aix-en-Provenceetd'Avi-
gnon s'étend. On constate enfin une
densification de la population le long
des autoroutes: sillon rhôdanien (A7,
d'Avignon à Orange), Val de Durance
(A51, de Manosque à Sisteron), arrière-
pays varois (A8, entre Brignoles et
Fréjus).
Parmiles44 000habitantssupplémen-
taires chaque année, l'espace urbain en
accueille 38 000. Depuis 1999, les vil-
les-centres progressent de nouveau, et
de manière plus accentuée en Paca
(+ 0,7 % par an contre + 0,3 % en
France). C'est par exemple le cas de
Marseille,ToulonouAvignonquiper-
daientdeshabitantsdanslesannées90.
Ce regain s'explique par un solde mi-
gratoire redevenu positif. Ce solde
contribue aujourd'hui pour moitié à la
croissance des villes-centres. Dans les
autres régions du sud de la France, les
villes-centres se développent encore
plus fortement (1,1 % en Languedoc-
Roussillon par exemple).
Sur les 963 communes de Paca, seules
1999-2006 : une
112perdentdeshabitants,soit12%des Un ralentissement dans
accélération de la communesdelarégion,contre25%en les banlieues et les
croissance en Paca Francemétropolitaineoùlesplusfortes communes périurbaines
pertes sont localisées dans le Nord-Est
En Paca, comme en France, la crois- et le Centre. Danslesbanlieuesdelarégion,lapopu-
sance démographique s'est accélérée Plusieurs zones de la région profitent lation continue de croître fortement
depuis 1999: la population régionale particulièrement de cette croissance: le (0,9% par an depuis 1999 contre 0,6%
croîtchaqueannéede1%parancontre
0,8% entre 1982 et 1999. L'excédent
desnaissancessurlesdécèsexpliqueun
quartdecettecroissance,lestroisquarts
restants étant dûs au solde migratoire
apparent; ce solde a progressé depuis
1999 (cf.encadré "La mesure du solde
migratoire par les recensements"). Paca
est une des régions où la population
augmente le plus rapidement, derrière
les autres régions du sud de la France
et les PaysdelaLoire.Touslesdépar-
tements ont participé à cette crois-
sance, les plus fortes accélérations
étant observées pour les Alpes-de-
Haute-Provence (1,5 % par an après
0,9 % entre 1982 et 1999) et les Bou-
ches-du-Rhône (0,8 % après 0,4 %).
© Insee 2009SUD INSEE
N° 128 - janvier 2009
l'essentiel
Une forte accélération de la croissance démographique git pas d'un mouvement général. En
dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Bouches-du-Rhône
moyenne en France, la croissance du
Taux d'évolution Évolution annuelle moyenne 1999-2006 périurbain se maintient.annuel moyen (en %) (en nombre d'habitants)
1982-1999 1999-2006 Totale en due au due au solde
Dans les années 80 et 90, les banlieuesnombre solde apparent des
d'habitants naturel entrées-sorties contribuaient le plus fortement à la
Provence-Alpes-Côte d'Azur 0,8 1,0 44 100 9 800 34 300 croissance (61% de l'augmentation
Alpes-de-Haute-Provence 0,9 1,5 2 100 0 2 100
entre 1982 et 1999) suivies du périur-
Hautes-Alpes 0,9 1,0 1 300 200 1 100
bain (31%);lesvilles-centresperdaientAlpes-Maritimes 0,8 0,8 8 800 -100 8 900
Bouches-du-Rhône 0,4 0,8 14 600 7 300 7 300 des habitants. Depuis 1999, les ban-
Var 1,4 1,3 12 400 700 11 700 lieues ne contribuent plus qu'à hauteur
Vaucluse 0,9 1,0 4 900 1 700 3 200
de 38% et le périurbain à hauteur deSource : Insee - Recensement de la population 2006
18%. Les villes-centres ont renoué
avec la croissance et, compte tenu de
leurpoidsdémographique,ellesontpris
la seconde place, contribuant à hauteur
de 30%à la croissance régionale.
Espace rural : une
dynamique renforcée
L'espaceruralavusondynamismeren-
forcé entre 1999 et 2006 en Paca, au
moment où, au niveau national, il re-
nouaitaveclacroissance.Comptetenu
du déficit des naissances sur les décès,
traditionnel dans ces espaces vieillis-
sants,cedynamismeestentièrementdû
à un excédent des arrivées sur les dé-
parts.Pacaestainsi,aveclaCorseetle
Languedoc-Roussillon, la région qui
enregistre la plus forte croissance de
en France) mais à un rythme ralenti par plus fortement (+ 1,6% par an), le pé-
populationdanslerural.Lesterritoires
rapportàlapériodeprécédente(1,2%). riurbain est en très nette décélération
ruraux, peu peuplés, n'expliquent ce-
C'est le cas par exemple de Vitrolles, depuis1999(+2,5%paranentre1982
pendant que 14 % de la croissance ré-
Hyères, Le Cannet ou encore Pernes- et 1999). On observe le même ralentis-
gionale.
les-FontainesdansleVaucluse.80%de sement en Languedoc-Roussillon, en
la croissance est d'origine migratoire. Île-de-France et autour des aggloméra- David Levy
Bienquedemeurantl'espacequicroîtle tionslyonnaiseetlilloise.Maisilnes'a- Valérie Roux
La mesure du solde migratoire par les recensements
Lerecensementdonnelameilleuremesurepossibledelapopulationàunedatedonnéeauxdifférentséchelonsduterritoire.Comptetenudetouslesef-
forts faits pour améliorer la qualité de la collecte d'un recensement à l'autre (éviter les doubles comptes, joindre tous les habitants), une petite partie des
évolutionsmesuréesentredeuxdatesnecorrespondpasàunevariationréelledelapopulationmaisàunedifférencedemesureentrelesenquêtes.C'est
un phénomène que l'on retrouve souvent dans les recensements, en France et à l'étranger. Cet effet qualité a conduit à sous-estimer la croissance de la
population entre 1990 et 1999 et à surestimer celle de la période 1999-2005.
L'analyse de l'évolution de la population d'un territoire repose sur l'égalité suivante :
Variation totale de population = Solde naturel (naissances - décès) + Solde migratoire (entrées - sorties).
Lesoldenaturelestconnudefaçonfiablegrâceauxfichiersdel'étatcivil.Lesoldemigratoireestestimépardifférence.Ilestdoncaltérédesimprécisions
sur la variation totale de population. C'est pourquoi il est qualifié de solde "apparent" des entrées-sorties. En Paca, ce solde apparent s'établit à 18 500
personnesparanentre1990et1999et34300entre1999et2005 :ilyauraitdonceuunetrèsforteaccélérationdelacroissancedelapopulationdueaux
migrations. Des estimations du biais dû à la différence de mesure ont été réalisées. L'accélération du solde migratoire est confirmée, mais elle est d'une
ampleur plus modeste : entre 1999 et 2006, les migrations auraient accru la population de Paca entre 27 000 et 29 000 personnes en moyenne chaque
année,contreenviron23 000entre1990et1999.Auniveaudesdépartements,leconstatestlemême :lesoldemigratoireaaugmentémaisdefaçonplus
modéré que ne le laisse entrevoir l'analyse des soldes migratoires apparents.
Pour en savoir plus
er
"La population légale des communes - 63 235 568 habitants au 1 janvier 2006". Insee première n° 1217, janvier 2009.
"Recensement de la population de 2006 - La croissance retrouvée des espaces ruraux et des grandes villes". Insee première n° 1218, janvier 2009.
Institut National de la Statistique et des Études Économiques
© Insee 2009 Provence-Alpes-Côte d'Azur
Dépôt légal : janvier 2009 17, rue MenpentiDirecteur de la publication : François Clanché
N° ISSN : 1287-292X 13387 Marseille Cedex 10Chef du service Etudes et Diffusion : Valérie Roux
Téléphone : 04 91 17 57 57Code Sage : SIE912832 Rédacteur en chef : David Levy
Fax:0491175960
SUD INSEE l’essentiel figure dès sa parution sur le site Internet de l’Insee : www.insee.fr onglet régions (rubrique “Les publications”)
Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information électronique : www onglet régions “À votre service”)

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.