Reims, à l'aube du XXIe siècle : vers une reconquête du centre ville

De
Publié par

Entre 1990 et 1999, Reims gagne des habitants comme la plupart des grandes villes françaises. La ville se distingue cependant sur deux points : d'une part, la reprise démographique s'y est amorcée dès la décennie quatre-vingt ; d'autre part, la ville et ses alentours apparaissent comme un « contre-modèle » du développement urbain. En effet, le schéma classique de l'extension périurbaine y est clairement remis en question, la croissance s'avérant très modeste pour la banlieue et beaucoup moins dynamique que la ville-centre.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 44
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Agence d'Urbanisme
et de Développement
delaRégion de Reims
Nº 13 - Avril 2000 - Prix : 15F (2,29€)
eReims à l’aube du XXI siècle
Vers une reconquête du centre villeV
nombreux enfants du baby-boom, Reims doit repousserAvec 6 600 habitants de plus en 1999 qu’en 1990
(+3,6%), Reims ne fait pas figure d’exception parmi les gran encore ses limites. Vers la fin des années cinquante, les pre- -
miers grands ensembles collectifs sortent de terre, et avecdes villes françaises ; la plupart d’entre elles regagnent des
eux les quartiers Barthou et Wilson au Sud-Ouest, Orgevalhabitants durant cette période après avoir souffert d’une cer-
taine désaffection au cours des quinze années précédentes. au Nord. Ils sont suivis, de 1965 à 1973, par une nouvelle gé-
nération composée de bâtiments de très grande taille, édifiésPourtant, Reims se distingue sur deux points : d’une part, la
plus particulièrement dans les quartiers Europe, Châtillons etreprise démographique s’y est amorcée dès la décennie
Croix-Rouge. Lancée en 1973, la dernière étape de l’urbaniquatre-vingt ; d’autre part, la ville et ses alentours apparais --
sation rémoise engendre le secteur Murigny, conçu de tellesent comme un “contre-modèle” du développement urbain.
Le schéma classique de l’extension périurbaine - observé sorte que se côtoient des immeubles de taille moyenne et des
maisons individuelles.encore dans une large majorité des grandes agglomérations
Créés pour répondre à une demande pressante en matière demétropolitaines - y est clairement remis en question, la crois-
sance s’avérant très modeste pour la banlieue (au demeurant logement, les quartiers d’habitat social situés aux franges de
peu étendue), beaucoup moins dynamique que la
ville-centre.
Evolution de la population et des logements à Reims
Certes, la progression actuelle n’a pas grand chose à voir Indice base 100 en 1926
avec l’essor des trente glorieuses, pendant lesquelles la po-
pulation rémoise s’était enrichie de 70 000 personnes, avec
pour conséquence la poursuite et l’aboutissement d’une ur- 300
banisation “en tache d’huile” autour d’un centre ancien, hé-
275ritage de l’époque gallo-romaine. L’augmentation récente du
nombre d’habitants n’a donné lieu à aucune opération d’en- 250
vergure comme celles qu’avait connues Reims auparavant.
La ville s’est en effet développée au fil de son histoire selon 225
un schéma radioconcentrique, en liaison avec les besoins en
200
logements nés de la pression démographique, aggravés à
certaines époques par d’importantes destructions dues aux
175
bombardements. La première grande étape de cette exten-
sion remonte à la révolution industrielle, avec la création des 150
anciens faubourgs et un “étirement” vers le Nord, l’Est et
125
l’Ouest. La deuxième, entre les deux guerres, donne nais-
sance à des quartiers - à l’époque périphériques et formant 100
1920 1960 2000aujourd’hui un groupe dénommé “tissu intermédiaire” - où 1940 1980
sont associés habitat individuel et petits ensembles collectifs. Ensemble des logements Population
Au lendemain du second conflit mondial, pour pouvoir ac-
cueillir les nouveaux citadins venant de la campagne et les Source : INSEE, Recensements de la population
INSEE Flash Champagne-Ardennela ville ont joué pleinement leur rôle 1990-1999 : recul démographique en périphérie
jusqu’aux années quatre-vingt. Entre
1982 et 1990 encore, ils ont bénéficié Laon
de la plus forte progression démogra-
phique enregistrée sur l’ensemble de
la commune, en particulier dans les
secteurs les plus récemment aména-
Orgeval
gés à l’extrême Sud-Est. La tendance
s’est aujourd’hui inversée. Hormis Neufchatel
Charleville-dans le quartier Wilson, qui ne se dé-
Mézières
peuple pas grâce au dynamisme de sa
partie Sud, le phénomène est très
Charles Arnouldmarqué dans les territoires prioritaires Epinettes
du contrat de ville : en neuf ans, l’en- Clairmarais
Cérèssemble formé par Croix-Rouge, les
Châtillons, les Epinettes et Orgeval Paris
Cathédrale
perd plus de 3 000 habitants (-10%).
Centre ErlonDans certains de ces secteurs, la
Chemin vert
baisse démographique va de pair Wilson
Saint-Rémiavec une diminution du nombre des
Croix-Rougelogements. Dans les autres, le parc
immobilier augmente encore entre
Maison Blanche1990 et 1999, mais à un rythme
considérablement ralenti par rapport
à celui de la période 1982-1990. Der-
nier né des quartiers périphériques, le Parc de VesleMurigny-Sud
secteur de Murigny-Sud se démarque Châtillons
Evolution de
Châlons-en-par des gains toujours sensibles en ré- la population (%)
Champagnesidents et en habitations ; une partie Epernay
20de son territoire fait même preuve
8d’une vitalité démographique com-
0parable à celle prévalant au
centre-ville. -8Limite des quartiers
Voie ferrée
Cours d’eau zones d’activité ou spécifiques
Beaucoup plus de
Source : INSEE, Recensements de la population de 1990 et 1999 - © INSEE - IGN 2000
logements qu’en 1990...
La décennie quatre-vingt-dix se caractérise en effet par un re l’évolution démographique y est une nouvelle fois défavo- -
tour vers le coeur de la cité. Au mouvement centrifuge, qui rable, la cité du Chemin Vert étant la plus touchée par la
avait vu Reims s’étendre et les Rémois se fixer nombreux en perte de 17,5% de ses habitants en neuf ans.
périphérie, succède un mécanisme centripète. Déjà percep- Les mouvements de population suivent bien entendu ceux
tible entre 1982 et 1990, période pendant laquelle la moitié du parc immobilier, parfois avec un peu de retard s’agissant
des quartiers centraux avaient gagné des habitants, l’évolu de la construction neuve. Celle-ci s’est déplacée au cours des-
tion se confirme et s’accentue. La population augmente au deux dernières décennies et, à l’édification des grands en-
centre historique et dans les anciens faubourgs, la progres- sembles se sont substituées des opérations plus diffuses et
sion excèdant 20% le long d’un axe Nord-Sud qui s’étend du d’ampleur plus limitée.
quartier de Laon jusqu’à celui du Barbâtre, en passant par La croissance du nombre de logements reste importante au
ceux de Clairmarais, du Centre-Erlon et d’Hincmar. Les au- centre et dans les anciens faubourgs où - globalement - elle
tres secteurs du centre-ville, à l’exception de Saint-Rémi, affi atteint encore 2,4% par an (un peu moins qu’entre 1982 et-
chent une vigueur démographique plus modérée, mais 1990), et s’accélère même légèrement sur l’ensemble du tis-
quand même appréciable (entre 8 et 20%). su intermédiaire pour arriver à 1,8%.
Dans le groupe constituant le tissu intermédiaire, les com- Cet enrichissement notable du parc immobilier est favorisé
portements apparaissent nettement moins homogènes. Ain- par l’implantation, à la place d’anciennes friches industriel-
si, le quartier de Courlancy fait preuve d’un dynamisme les, de Zones d’Aménagement Concerté (ZAC) de petites di-
similaire à celui des secteurs centraux, ceux des Trois Fontai- mensions quant au nombre de logements, mais surtout par
nes, des Maisons de Champagne et de la Faculté des Scien- des opérations de taille réduite réalisées par des maîtres
ces contribuant également à la vitalité de ce territoire. Mais la d’ouvrage publics ou privés. Parallèlement à la construction
plupart des autres voient leur nombre d’habitants stagner, ou neuve, des programmes de modernisation du parc existant
même diminuer (Neufchatel et Parc de Vesle). sont mis en oeuvre afin de redynamiser certains quartiers
Cas particuliers de l’urbanisation de l’entre-deux guerres, les (Clairmarais, Cernay-Jamin). Des actions de restructuration
cités-jardin (Maison Blanche, Charles Arnould, Chemin Vert) sont également menées, se traduisant par exemple par la
sont des quartiers à dominante pavillonnaire agrémentés transformation en résidences de locaux industriels ou com-
d’espaces verts. Déjà orientée à la baisse entre 1982 et 1990, merciaux.
INSEE Flash Champagne-Ardenne1990-1999 : multiplication des logements au centre semble des communes de 100 000 à 200 000
habitants.
Laon Proportionnellement beaucoup plus forte que celle
de la population (+14,6% en neuf ans contre
+3,6%), cette hausse est à rapprocher de deux évo-
lutions touchant, l’une la taille des ménages, l’autre
le développement de la vacance.
... mais moins remplis,
Charleville-
Mézières voire inoccupés
Si la construction massive de maisons et d’immeu-
bles, tout au long du vingtième siècle, a accompa-
Paris
gné la baisse de la taille des ménages, la diminution
régulière observée depuis les années soixante a
aussi d’autres causes. A la raréfaction des familles
nombreuses et la décohabitation juvénile pour des
motifs “économiques” (études, travail...) sont ve-
nus s’ajouter, plus récemment, le vieillissement et
la destructuration des couples, facteurs générateurs
de solitude. A Reims, le nombre moyen d’occu-
pants par résidence principale est passé de 2,55 en
1982 à 2,39 en 1990 et 2,17 en 1999.
Pour la période 1990-1999, la baisse touche la
quasi totalité des quartiers rémois, et plus particu-
Evolution des lièrement les secteurs à dominante pavillonnaire.
logements (%) Châlons-en- Ces derniers, moins soumis à la rotation des habi-
Epernay Champagne
tants que les grands ensembles, ressentent de ce fait30
plus durement le départ des enfants et la perte du
15
conjoint chez les couples âgés.
0 Le nombre moyen d’occupants par logement, très
Limite des quartiers
variable selon les quartiers, est conditionné par laVoie ferrée zones d’activité ou spécifiques
Cours d’eau configuration du parc immobilier. Dans les ci-
tés-jardin comme dans les secteurs d’habitat socialSource : INSEE, Recensements de la population de 1990 et 1999
en bordure de la ville, les habitations sont le plus© INSEE - IGN 2000
souvent de grande taille et donc prédisposées à
l’accueil de familles nombreuses. A contrario, au
centre-ville et à proximité de quelques structuresCroissance exponentielle du nombre de logements depuis 1975
universitaires, il existe une offre plus orientée vers
de petits appartements occupés par des ménages1975 1982 1990 1999
de taille réduite - étudiants, jeunes travailleurs, per-
Population sans doubles comptes 178 381 177 234 180 620 187 206 sonnes âgées. Certaines restructurations, en procé-
dant à la division de grands logements et à laNombre total de logements 67 474 74 215 80 055 91 707
création d’habitations dans d’anciens greniers,
Nombre moyen de personnes 2,78 2,55 2,39 2,17 vont dans ce sens.
par résidence principale
Mais toutes ces opérations n’ont-elles pas contri-
Répartition des logements (%) 100,0 100,0 100,0 100,0 bué à rendre trop important le nécessaire écart
entre disponibilités et besoins ? Marge de ma--Résidences principales 91,2 90,6 91,5 90,9
noeuvre indispensable à l’accueil de nouveaux ha- secondaires* 1,1 1,8 1,0 0,3 bitants, le stock de résidences inoccupées
progresse de plus de la moitié entre 1990 et 1999.-Logements occasionnels /// /// 1,9 1,3
Ainsi, après avoir sensiblement baissé dans les an- vacants 7,7 7,6 5,6 7,5 nées quatre-vingt, la proportion de logements va-
cants remonte en 1999 pour retrouver un niveau
Source : INSEE, Recensements de la population
comparable à celui de 1982.* y compris logements occasionnels jusqu’en 1982
Cette évolution est loin d’être homogène sur l’en-
semble de la ville : la vacance s’accroît sensible-
Beaucoup moins nombreuses sont les opérations de destruction ou de dé ment dans le centre et les quartiers périphériques,-
saffectation d’habitations. Ces dernières se produisent plus particulière- plus lentement dans le tissu intermédiaire et les ci-
ment dans les quartiers périphériques, par la mise à disposition tés-jardin, situations urbaines apparemment plus
d’appartements pour la création d’activités, l’implantation de services... Le recherchées.
nombre total des logements rémois progresse ainsi, entre 1990 et 1999, à En mars 1999, lors du recensement, près de 10%
un rythme annuel moyen de 1,5%, supérieur de 0,3 point à celui de l’en des habitations du centre sont vacantes, phéno- -
INSEE Flash Champagne-ArdenneDes ménages de plus petite taille au centremène peut-être transitoire pour certaines d’entre elles, ache-
qu’en périphérievées depuis peu de temps. Mais le prix élevé des logements
- souvent neufs - et le parc de petits appartements devenu ex-
Laon
cédentaire du fait de la baisse de la population étudiante ne
sont sans doute pas sans importance.
L’offre a-t-elle dépassé, ou seulement devancé la demande
dans certains périmètres du centre-ville ? Avec un nombre de
logements progressant de près d’un tiers, le quartier Cérès est
un exemple remarquable : la forte hausse de la population
(+18%) y est insuffisante pour résorber la vacance, dont le Charleville-
Mézièrestaux s’accroît de six points. Il en est de même, dans une
moindre mesure toutefois, pour celui de Laon (partie
Sud-Est).
Le phénomène est tout autre dans les quartiers périphériques Paris
d’habitat social, où la proportion de logements inoccupés
augmente de 2,6 points. Certains de ces espaces urbains ha-
bités par des populations aux ressources modestes, souffrent
d’une désaffection de la demande en HLM, résultat de la dé-
gradation régulière de leur image. C’est le cas notamment
d’Orgeval et de Croix-Rouge où les logements vacants ga-
gnent 500 unités, suite à des départs conséquents de popula-
tion.
Taille des ménages Châlons-en-
Epernay 3,58Josiane HULIN, Frédéric NAUROY (INSEE) Champagne
3Simon BOUVIER, Isabelle MAQUIN
2,5(Agence d’Urbanisme de la région de Reims,
2Place des Droits de l’Homme, 51084 Reims Cédex
Limite des quartiers
1,33Tél : 03.26.77.42.80) Voie ferrée
zones d’activité ou spécifiquesCours d’eau
avec la participation de la Direction de l’Urbanisme et de
Source : INSEE, Recensement de la population de 1999 -
l’Aménagement du Territoire de la ville de Reims © INSEE - IGN 2000
Définitions
Sources : les chiffres présentés ici, issus des exploitations du recense Les logements occasionnels, concept introduit à l’occasion du recense- -
ment de la population, se réfèrent à la population sans doubles comptes ment de 1990, sont des logements utilisés une partie de l’année pour des
et au dénombrement des logements selon quatre catégories (cf. Infra). raisons professionnelles. Ils étaient classés précédemment dans les rési-
Les résidence principales sont des logements occupés de façon perma dences secondaires.-
nente et à titre principal par un ménage. Elles comprennent essentielle Les logements vacants sont des logements inoccupés au moment du re- -
ment les logements ordinaires, mais aussi les logements-foyers pour censement, car proposés à la vente ou la location, attribués, mais en
personnes âgées, les pièces indépendantes louées, sous-louées ou prê attente d’occupation, ou maintenus « hors marché » (logements en ins- -
tées à des particuliers, les chambres d’hôtel occupées de façon perma tance de règlement ou de succession).-
nente, les constructions provisoires et les habitations de fortune, les Les Iris 2000, définis à l’occasion du recensement de 1999 pour les com-
appartements dans un immeuble à usage principal autre qu’habitation munes de plus de 5 000 habitants, sont des zones d’environ 2 000
(usine, magasin, établissement scolaire,...). habitants, caractérisées par l’utilisation dominante, résidentielle ou pro-
Les résidences secondaires sont des logements utilisés pour les fessionnelle, des bâtiments qui s’y trouvent. Les Iris, dans lesquels l’activi-
week-ends, les loisirs ou les vacances, notamment ceux loués (ou à té salariée prédomine ou s’étendant sur des zones spécifiques peu
louer) pour les saisons touristiques dans les stations balnéaires, de sport habitées (parc, cimetière, zone agricole), peuvent compter significative-
d’hiver, etc. ment moins de 2 000 habitants.
INSEE, Direction Régionale de Champagne-Ardenne 10, rue Edouard Mignot 51079 Reims Cédex. Tél : 03.26.48.61.00
Directeur de la publication : Jean-Michel DURR, Directeur régional de l’INSEE - Chef du Service Etudes et Diffusion : Guy Bourgey Rédac-
teur en chef : Martine Augiat -Secrétaire de rédaction : Marie-Paule Le Coadou -Secrétaire de fabrication : Pascale Breton Communication
externe : Charlette Depermentier - Abonnements : Sylviane Mulder
Création de l’image visuelle : Champagne-Création - Imprimeur : Groupe Technologies et Impression, 51100 Reims
Le numéro : 15F (2,29 euros) Abonnement: 11 numéros 130F (19,82 euros) (France), 162F (24,70 euros) (Europe), 175F (26,68 euros) (reste
du monde) ou 11 numéros + dossier “Bilan économique” : 160F (24,39 euros) (France), 200F (30,50 euros) (Europe), 216F (32,93 euros)
(reste du monde).
© INSEE-2000 ISSN 1277-5649 Code SAGE : FLA001360 Dépot légal : Avril 2000
INSEE Flash Champagne-Ardenne

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.