Revue économie de La Réunion N° 6 Hors série - juillet 2009

De
Publié par

Cr Consommation-Revenus La faible hausse des revenus et l'inflation dépriment la consommation Évolution de la masse salariale des secteurs marchands 400 La consommation a été affectée par le En 2008, les dépenses de consommation 350 ralentissement du revenu disponible brut des ménages ont augmenté de 5,2 % en Construction des ménages (RDBM) qui a augmenté, valeur, en retrait de plus d’un point par 300 hors inflation, de 2,4 % seulement, soit la rapport à 2007. La forte inflation, + 2,9 %, Services aux entreprises plus mauvaise performance depuis qua- principalement sur les prix de l’alimenta- 250 torze ans. La croissance démographique tion hors produit frais et des carburants, a Ensemble demeurant dynamique à La Réunion, l’évo- pesé sur la consommation des ménages 200 réunionnais. En volume, c’est-à-dire en lution du RDBM par habitant est encore Commerce gommant la hausse des prix, la consom- plus faible (+ 1,2 % en volume). Le RDBM Industrie 150 mation n’a augmenté que de 2,2 %, soit réunionnais par habitant est toujours très 2,6 points de moins que l’année précé- inférieur à celui de l’ensemble de la France 100 mais la situation s’est légèrement amé- dente. Ce niveau est le plus faible enregis- liorée, son niveau passant de 72% de celui tré depuis 1996 et se place largement sous 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 50 de la France en 2007 à 73 % en 2008. la moyenne de ces dix dernières années, estimée à 4,1 %.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 31
Tags :
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

Cr
Consommation-Revenus
La faible hausse des revenus et
l'inflation dépriment la consommation
Évolution de la masse salariale des secteurs marchands
400
La consommation a été affectée par le
En 2008, les dépenses de consommation
350
ralentissement du revenu disponible brut
des ménages ont augmenté de 5,2 % en
Construction
des ménages (RDBM) qui a augmenté,
valeur, en retrait de plus d’un point par
300
hors inflation, de 2,4 % seulement, soit la
rapport à 2007. La forte inflation, + 2,9 %,
Services aux entreprises
plus mauvaise performance depuis qua-
principalement sur les prix de l’alimenta-
250
torze ans. La croissance démographique
tion hors produit frais et des carburants, a
Ensemble
demeurant dynamique à La Réunion, l’évo-
pesé sur la consommation des ménages
200
réunionnais. En volume, c’est-à-dire en lution du RDBM par habitant est encore Commerce
gommant la hausse des prix, la consom- plus faible (+ 1,2 % en volume). Le RDBM
Industrie
150
mation n’a augmenté que de 2,2 %, soit réunionnais par habitant est toujours très
2,6 points de moins que l’année précé- inférieur à celui de l’ensemble de la France
100
mais la situation s’est légèrement amé-
dente. Ce niveau est le plus faible enregis-
liorée, son niveau passant de 72% de celui
tré depuis 1996 et se place largement sous
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
50
de la France en 2007 à 73 % en 2008.
la moyenne de ces dix dernières années,
estimée à 4,1 %.
L’évolution de la masse salariale versée
Source : Cerom - comptes rapides
par les secteurs marchands reste vigou-
Les importations de biens de consom-
L'évolution de la masse salariale englobe celle des effectifs et celle des salaires. Les salaires évoluent avec la hausse du
reuse avec une hausse de 6,6 %. Pourtant,
mation sont en hausse de 3,6 % et plus
Smic et avec les différentes augmentations catégorielles ou individuelles.
sa croissance est moins dynamique que
particulièrement l’équipement du foyer
par le passé (+ 8,8 % en 2007). Les bas
(+ 6,9 %), les meubles (+ 6,8 %) et les pro-
salaires du secteur privé ont bénéficié
duits pharmaceutiques (+ 6,0 %). Les ven-
d’une hausse du Smic de 3,2 % (en deux
tes de véhicules de tourisme baissent de
Les secteurs d’activité ont connu des évolu- en espèces est en hausse de + 4,0 % en 2008,
er er
3 %. Si les quantités importées d’essence fois : + 2,25 % au 1 mai et + 0,9 % au 1
comme l’année précédente. Néanmoins, la
tions contrastées. Les secteurs les plus
sont restées pratiquement stables (+ 0,6 %) juillet) plus importante qu’en 2007 (+ 2,1 %).
répartition change. Ainsi, la reprise du chô-
dynamiques continuent de progresser mais
celles de gazole augmentent sensiblement Néanmoins, l’ampleur de l’inflation a
mage entraîne une progression des mon-
à un rythme beaucoup moins élevé. La
(+ 8,7 %) malgré l’envolée du prix des car- fortement entamé le résultat. En volume,
tants versés par l’Assedic de 9,1 % alors
masse salariale distribuée par le BTP s’ac-
l’évolution de la masse salariale distri-
burants. qu’ils avaient constamment baissé depuis
croît de 12 % en valeur en 2008 contre 20 %
buée par les secteurs marchands tombe à
2003. Ils s’élèvent à plus de 339 millions
en 2007. Les services aux entreprises sui-
2,2 %, contre 4,6 % en 2007.
d’euros en 2008 (contre 311 millions en 2007).
vent la même tendance (+ 4,5 % en 2008
Le montant distribué par la Caisse d’alloca-
contre + 13 % en 2007). D’autres secteurs
tions familiales continue de s’accroître, mais
tirent leur épingle du jeu comme le com-
de façon beaucoup moins forte qu’au cours
merce dont la masse salariale a augmenté
Évolution du revenu disponible des ménages (%)
des dernières années (+ 0,5 % en 2008 après
de 5,6 % en 2008 contre 4,8 % en 2007 et les
services aux particuliers, notamment les + 3,3 % en 2007 et + 5 % en 2006).
TOTAL Par habitant
hôtels et restaurants (+ 6,6 % en 2008) qui
en valeur en volume en valeur en volume
bénéficient de la hausse de la fréquentation L’arrivée à l’âge de la retraite de générations
touristique.
de plus en plus nombreuses se traduit par
2007- 2008 5,4 2,4 4,1 1,2
une augmentation toujours rapide des diffé-
Moyenne annuelle 1998-2007 6,3 4,6 4,8 3,0
rents régimes de retraites (+ 6,2 %). Les
Remontée des prestations
montants versés avoisinent le milliard d’eu-
Source : Cerom - Comptes rapides
versées par l’Assedic ros.
Le revenu disponible brut des ménages additionne leurs revenus d’activité perçus (salaires et revenus des non salariés), les
Cédric RÉALE
Une part importante du revenu des ména-
prestations sociales qui leurs sont versées, le solde de leurs revenus du patrimoine (intérêts et revenus financiers reçus
Insee Réunion
ges est constituée des prestations sociales.
moins ceux versés), ainsi que le solde des autres transferts (notamment assurances). Du total de ces revenus sont déduits les
Le montant des prestations sociales versées
cotisations sociales et les impôts directs payés par les ménages (impôt sur le revenu, taxe d’habitation, CSG, CRDS).
6 7
indice base 100 fin 1999

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.