Rhône-Alpes affronte la crise du logement abordable

De
Publié par

Les difficultés de logement des Français et des Rhônalpins sont préoccupantes. Malgré le développement de la construction, l'offre nouvelle peine à absorber la demande et la hausse des prix fragilise les ménages modestes. Les dispositifs publics en faveur des HLM ou de l'accession à la propriété ont bénéficié à de nombreux ménages mais sont encore insuffisants par rapport à l'ampleur des besoins.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Logement
Rhône-Alpes affronte la crise du logement abordable
Les difficultés de logement des Français et des Rhônalpins sont préoccupantes. Malgré le
développement de la construction, l'offre nouvelle peine à absorber la demande et la hausse des
prix fragilise les ménages modestes. Les dispositifs publics en faveur des HLM ou de l'accession à
la propriété ont bénéficié à de nombreux ménages mais sont encore insuffisants par rapport à
l'ampleur des besoins.
a crise du logement abordable n’épargne pas Par ailleurs, il faut aussi compenser les démolitions deLRhône-Alpes, où les besoins en construction sont logements vétustes et maintenir le taux de vacance à un
forts. On estime à 50 000 logements par an les besoins taux raisonnable. La vacance s’établit actuellement à 6 %
en construction nécessaires à la stabilisation du marché. du parc total ; il ne paraît guère possible de descendre
Plusieurs facteurs entrent en jeu et s’ajoutent. En effet, plus bas sans que ce soit le signe d’un blocage complet
d’après les évolutions récentes (mesurées en particulier du marché. Enfin, il y a, en particulier dans les stations
par la taxe d’habitation et les enquêtes de recensement), de sports d’hiver, une forte demande de résidences
1la population de la région s’accroît à la fois par un solde secondaires qui vient parfois concurrencer la construction
naturel très excédentaire et par une accélération des de résidences principales.
migrations vers Rhône-Alpes. Par ailleurs, la baisse de la Malgré une croissance continue depuis quelques années,
taille moyenne des ménages (due à la décohabitation la construction neuve atteint difficilement le niveau de
2des couples et au plus grand nombre de personnes âgées 50 000 logements neufs par an . Au moins deux raisons
isolées) est un phénomène de fond dans toutes les freinent le développement de la construction, le manque
sociétés occidentales. Rhône-Alpes, bien sûr, suit cette de main-d’œuvre qualifiée et les difficultés d’accès au
tendance : les ménages sont passés de 2,43 à foncier.
2,36 personnes en moyenne entre 1999 et 2005.
Mécaniquement, cela implique que, même à population La hausse des prix a été vive jusqu’en 2006, même si
constante, le nombre de ménages (donc de résidences des signes d’accalmie se multiplient. Depuis cinq ans,
principales) s’accroît. les prix de l’immobilier ont augmenté, en euros constants,
de 53 % (appartements neufs) à 80 % (appartements
1 Voir le chapitre démographie
anciens). Cela limite donc l’accès à la propriété des
classes populaires et moyennes dans la mesure où la
Explosion du prix de l'immobilier baisse des taux d’intérêts et l’allongement des durées
moyennes des emprunts ne compensent pas l’élévation
Prix en euros Evolution du prix de l'immobilier en Rhône-Alpes
constants
(base 100 en 2001)
2 Voir le chapitre construction
190
Appartements anciens
180
Maisons anciennes
170 Construire pour les nouveaux habitantsAppartements neufs
160 et pour des ménages plus petitsMaisons neuves
150
Décomposition des besoins annuels en construction
140
130 Cause Nombre de logements à construire
120
Augmentation de la population 23 000
110 Baisse de la taille des ménages 12 000
Renouvellement du parc 6 000100
2001 2002 2003 2004 2005 2006 Résidences secondaires 5 000
Logements vacants 4 000
Source : Perval et ECLN Source : DRE Rhône-Alpes
42 L’année économique et sociale 2006 - Dossier n° 152Logement
des prix. Par ailleurs, cette hausse a des effets avec une légère progression en 2006. Le nouveau
d’entraînement sur les loyers (depuis 2004, les loyers en dispositif favorise l’accession en milieu urbain et les
métropole progressent de 4 % par an, soit le double de ménages plus jeunes et plus petits. L’ancien PTZ finançait
l’inflation) et sur le prix des terrains à bâtir. On remarque typiquement la construction, par une famille, d’une maison
d’ailleurs que les formes urbaines les moins dans le périurbain, le nouveau permet aussi une première
consommatrices en terrain se développent : pour la installation pour un célibataire. En revanche, la part des
première fois, en 2006, il s’est construit en Rhône-Alpes ménages issus du secteur HLM diminue et n’atteint que
plus de logements collectifs que de maisons individuelles. 8 % des bénéficiaires du PTZ. La contribution de ce
Il y a peut-être aussi l’effet de la hausse des coûts des dispositif à la fluidité du parc social est donc assez faible.
transports (hausse actuelle mais aussi projetée dans
l’avenir) qui tend à favoriser un habitat plus proche des Les objectifs de l’intervention publique sur le parc privé
centres urbains. Simultanément, les ménages moins aisés ont également été révisés depuis 2005. Ainsi, la
s’éloignent des centres pour trouver des terrains moins production de logements locatifs à loyers maîtrisés a
chers : il y a là une contradiction à résoudre en matière progressé (mais surtout dans les zones où le marché est
d’aménagement du territoire. le moins tendu) de 40 % en deux ans, alors que la lutte
contre la vacance marque le pas, comme la résorption
Le parc locatif social est particulièrement touché par du logement indigne. Dans ce dernier domaine, il faut
ces difficultés. Malgré les effets du plan de cohésion signaler la mise en place en 2006 du réseau territorial
sociale, le parc HLM progresse assez peu. Ce sont régional de lutte contre l’habitat indigne qui regroupe tous
environ 5 000 logements qui entrent chaque année dans les acteurs concernés par le « mal logement »
le parc des bailleurs sociaux (les chiffres de 2005 sont (administrations de l’État, organismes de terrain,
un peu inférieurs, car un certain nombre de logements collectivités …).
construits en cours d’année ne sont pas encore ouverts
erà la location au 1 janvier 2006). Par ailleurs, les
opérations de démolition du parc vieillissant se multiplient,
ainsi que les ventes de logements sociaux à leurs Axel Gilbert
occupants (ou à d’autres locataires du parc social). Signe Direction régionale de l'Equipement
de tension, la mobilité des locataires diminue d’un point
en 2004. La vacance dans le parc public est également à
un niveau très bas. En dehors de quelques quartiers situés
dans des villes en recul démographique, la vacance est
quasiment inexistante.
Pour comprendre les résultats
Les aides au logement ont évolué. En particulier,
depuis février 2005 le prêt à taux zéro (PTZ) est devenu
Les données sur la commercialisation des logements neufs proviennentaccessible aux ménages qui achètent un logement ancien
d'une enquête réalisée trimestriellement auprès des promoteurs. Cettesans y effectuer de travaux. Cette réforme (qui transforme
enquête, réalisée par les Directions régionales de l'Equipement, portele PTZ en aide à l’accession à la propriété plutôt qu’en
sur les programmes de 5 logements et plus destinés à la vente.incitation à la construction) a relancé le dispositif. En
Les chiffres sur le parc locatif social sont issus de l'enquête nationaleRhône-Alpes, plus de 20 000 ménages par an y ont accès,
PLS réalisée par les Directions régionales de l'Equipement.
Le prix des logements anciens est extrait de la base Perval exploitée par
Lente progression les notaires de France.
du parc social
Nombre de logements sociaux en 2004 et 2005 Pour en savoir plus
2005 2004
Données et études sur le logement sur le site du ministère deLogements sociaux au 31 décembre 402 000 400 000
l'Equipement
Logements construits 3 420 3 900
www.statistiques.equipement.gouv.frLogements acquis par les bailleurs sociaux 760 1 290
Logements démolis 1 760 1 670 Le prix de l'immobilier (source notariale)
Logements vendus par les bailleurs sociaux 770 510
www.immoprix.com
Vacance 2,2 % 2,3 %
Plus d'informations sur le PTZ sur le site du SGFGASMobilité 10,0 % 11,0 %
www1.sgfgas.fr
erSource : enquête " parc locatif social " au 1 janvier 2006
L’année économique et sociale 2006 - Dossier n° 152 43
zzz

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.