Traditionnellement peu féconde, Provence-Alpes-Côte d'Azur se situe désormais dans la moyenne des régions françaises

De
Publié par

Il y a trente ans, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur était une des moins fécondes de France. Elle se situe aujourd'hui parmi les régions moyennes en termes de fécondité, même si son indicateur conjoncturel de fécondité est encore légèrement inférieur au niveau national. La fécondité a, en effet, moins diminué qu'ailleurs depuis 30 ans. Elle est plus élevée dans l'ouest et le sud-ouest de la région. Comme dans les autres régions du sud de la France, l'âge moyen des femmes à l'accouchement est relativement élevé en Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 4
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

SUD INSEE
N° 71 - juin 2004
l'essentiel SUD INSEE
Les zones d’emploi* où l’âge moyen des mères est élevé sont celles où pendant derrière l’Ile-de-France (plus
la fécondité est la plus basse N° 71 - juin 2004de trente ans). Toutes les régions du
Âge moyen des mères à l'accouchement sud de la France (plus la Bretagne) font
31
partie de ce groupe. Cette spécificité de l'essentiel
la fécondité méridionale, ancienne, neAix-en-Provence
30,5 s’est donc pas atténuée avec le temps,
à la différence du taux de fécondité.
L’âge moyen des mères à la naissance30 Traditionnellement peu féconde,
des enfants a augmenté dans toutes les
Nice
Marseille-Aubagne régions depuis trente ans (+ 2 ans en
Cannes-Antibes29,5 moyenne nationale depuis 1968), mais Provence-Alpes-Côte d’Azur se situeBriançon
il a davantage augmenté en Provence-
ChâteaurenardAvignon
Toulon Alpes-Côte d’Azur (+ 2,2 ans), commeSalon-de-Provence29 Gap Etang-de-Berre
Carpentras désormais dans la moyenne desen Aquitaine, en Corse et en Midi-Py-
Fréjus-Saint-Raphaël AptArles
Digne Draguignan Brignoles Orange rénées. Peut-être les nouveaux arri-
Manosque
Fos-sur-Mer28,5 vants dans la région, qui ont participéà
1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 régions françaisesl’augmentation de sa fécondité, ont-ilsIndicateur conjoncturel de fécondité
* non compris la zone d’emploi de Menton ou l’indice conjoncturel de fécondité est 0,79. Cet indicateur est sous-estimé car l’état civil tendance à différer leurs projets de cons-
ne prend pas en compte les enfants nés à Monaco de mères résidant dans la zone d’emploi de Menton.
Source : INSEE, Recensement de la population 1999, état civil titution de descendance avant de venir
s’installer dans la région ?
Il y a trente ans, la région Pro- décennies les zones de forte fécondité.
tions de vie favorables aux familles. Les femmes de la région Comme dans la plupart des régions duSi l’on excepte le cas particulier de la vence-Alpes-Côte d’Azur était uneDans les Bouches-du-Rhône et le Vau- accouchent à 29,4 ans en sud et du centre de la France, le nombrezone d’Aix-en-Provence, où l’âge moyencluse, ce sont plutôt des aggloméra- des moins fécondes de France. Elle moyen d’enfants par femme y était infé-moyenne des mères est de 30,6 ans en raison detions de taille moyenne (entre 15 000 et rieur à 2,4, alors que la moyenne natio-se situe aujourd’hui parmi les ré-l’importance de la population féminine50 000 habitants) comme Fos-sur-Mer, nale était de 2,6 et que plusieurs régionsétudiante, cet âge varie au sein de la ré-
Istres, Bollène, Cavaillon ou Orange qui Avec un âge moyen à l’accouchement gions moyennes en termes de fé- de l’ouest et du nord du pays avaient unegion de 29,8 ans à Nice à 28,6 ans à
connaissent des indicateurs de fécon- de 29,4 ans, Provence-Alpes-Côte d’Azur fécondité supérieure à 2,9.condité,même si son indicateurFos-sur-Mer. On distingue bien, parmiditéélevés, par rapport à ceux de Mar- fait partie des régions de France où les
les zones d’emploi, les grandes zones conjoncturel de fécondité est en-seille-Aix-en-Provence ou Avignon. femmes accouchent plutôt tard, loin ce- Depuis 1968, la fécondité a fortementurbaines, universitaires et tertiaires, où
core légèrement inférieur au ni- diminué en France, passant de 2,59 en-l’âge moyen à l’accouchement est su-
Sources fants par femme en moyenne dans lespérieur à 29,5 ans, et les autres zones veau national. La fécondité a, en
Après chaque recensement, l’INSEE publie des indicateurs de fécondité à plusieurs niveaux géogra- années 1967-1969 à 1,81 en 1998-2000.où il est compris entre 28,5 et 29,2 ans.
phiques. En effet, seuls les recensements permettent de connaître la population à un niveau plus fin effet, moins diminué qu’ailleurs Cette baisse a touché l’ensemble des ré-Briançon se situe à distance égale de
que le département. Afin d’améliorer leur précision, les indicateurs sont obtenus à l’aide des données
gions et des départements, sans excep-ces deux groupes, confirmant un com-d’état civil concernant les trois années qui entourent le recensement. Cet article utilise l’exploitation depuis 30 ans. Elle est plus élevée
exhaustive du recensement de 1999 ainsi que les naissances des années 1998, 1999 et 2000. Il en tion. Elle a cependant été beaucoup plusportement démographique relativement
dans l’ouest et le sud-ouest de laest de même pour le recensement de 1968 et les des 1967, 1968 et 1969. faible qu’ailleurs en Provence-Alpes-atypique. De façon générale, les zones
Définitions Côte d’Azur : avec une baisse de 0,52où l’âge moyen des mères est élevé région. Comme dans les autres ré-
enfant seulement, la région est celle quiLes indicateurs présentés ici, calculés à partir des taux par âge, permettent de mesurer la fécondité sont celles où la fécondité est la plus gions du sud de la France, l’âge
sur les périodes 1967 à 1969 et 1998 à 2000 pour chaque région. Ils ne reflètent pas forcément le a connu la plus faible diminution de fé-basse (cf. graphique ci-dessus), comme
comportement réel des femmes qui habitent leur vie entière dans une région ou une agglomération moyen des femmes à l’accouche- condité, avec l’Ile-de France (- 0,31 en-si les femmes qui constituent tardive-
d’une taille donnée. Les migrations liées aux événements familiaux, notamment, peuvent perturber la
fant par femme). En conséquence, mêmement leur descendance ne parvenaientmesure de la fécondité. ment est relativement élevé en Pro-
Indicateur conjoncturel de fécondité : somme des taux de fécondité par âge observés une année si son indicateur conjoncturel de fécon-pas à rattraper, en termes de nombre
donnée. Cet indicateur mesure le nombre d’enfants qu’aurait une femme au cours de sa vie si les taux vence-Alpes-Côte d’Azur.d’enfants, celles qui sont devenues mè- dité (1,77) est toujours légèrement infé-
de fécondité observés l’année considérée à chaque âge demeuraient inchangés. Cet indicateur me-
res plus jeunes. rieur au niveau national (1,81), Pro-sure le nombre d’enfants qu’aurait une femme au cours de sa vie si les taux de fécondité observés
l’année considérée à chaque âge demeuraient inchangés. vence-Alpes-Côte d’Azur se situe au-
Age moyen à l’accouchement : âge moyen des mères à la naissance de leurs enfants. Il tient jourd’hui parmi les régions moyennesFrançois Clanché
compte de toutes les naissances, quel que soit leur rang (premier enfant, deuxième enfant, etc.).
A la fin des années soixante, Provence- en termes de fécondité. Elle est passée
Taux de natalité : rapport du nombre de naissances vivantes au cours de l’année à la population en Pascal Oger
ème èmeAlpes-Côte d’Azur était, avec le Limou- du 20 rang en 1967 au 12 en 1999,milieu d’année.
sin, la région de province où l’indicateur et sa fécondité est désormais nettement
Pour en savoir plus conjoncturel de fécondité était le plus supérieure à celles des autres régions du
faible (cf. carte 1). Elle était éloignée du sud, Aquitaine (1,64), Midi-Pyrénées
“La fécondité dans les régions à la fin des années quatre-vingt-dix” INSEE Première n° 963, avril 2004".
“croissant fertile” qui, du Poitou à la Lo- (1,63) et même Languedoc-Roussillon“Le peuplement des Alpes du Sud, dynamisme et attractivité” SUD l’essentiel n°69, avril 2004".
“Provence-Alpes-Côte d’Azur : une attractivité confirmée qui profite à tous les départements” SUD INSEE l’essentiel n°65, décembre 2003. raine, en contournant par le Nord le Bas- (1,69), régions dont elle était tradition-
sin parisien, caractérisait depuis plusieurs nellement proche (cf. carte 2).
Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques
© INSEE 2004 Provence-Alpes-Côte d'Azur
17, rue Menpenti
N° ADEP : 0904B05336 Directeur de la publication : François Clanché 13387 Marseille Cedex 10
N° ISSN : 1287-292X Chef du service Etudes et Diffusion : Pascal Oger Téléphone : 04 91 17 57 57
Rédacteur en chef : Annie MulardPrix : 2,20 euros Fax:0491175958
© INSEE 2004Code Sage : SIE047132 Internet : www.insee.fr/pacaSUD INSEESUD INSEE
N° 71 - juin 2004 N° 71 - juin 2004
l'essentiell'essentiel
Carte 1 : Provence-Alpes-Côte d’Azur : Carte 2 : Provence-Alpes-Côte d’Azur Carte 3 : Une fécondité plus élevée à l’ouest et au sud-ouest de la régionexpliquent les trois quart de la crois- veaux de fécondité sont plus élevés que
une des régions les moins fécondes désormais plus féconde que les autressance démographique régionale. Ainsi ceux d’autres massifs montagneuxrégions du Sudde France à la fin des années 70
47 % des personnes âgées de 20 à 40 Indicateur conjoncturel de fécondité par départementIndicateur conjoncturel de fécondité par département comme le Massif central ou les Pyré-
(période 1998-2000)(période 1967-1969) ans qui vivent aujourd’hui dans la ré- nées. Ceci est à rapprocher de l’évolu-Nombre moyen d'enfants par femmeNombre moyen d'enfants par femme
Moyenne française : 1,81Moyenne française : 2,6 gion n’y sont pas nées, contre 37 % tion démographique de ces territoires,
Briançon2,0seulement dans l’ensemble du pays.2,8 lui aussi favorisé désormais par un
1,85 Italie2,6 Ces jeunes actifs, qui arrivent le plus 1,7 mouvement migratoire important (cf.2,2
souvent de régions traditionnellement Gap Sud INSEE l’essentiel n° 69, avril 2004),
plus fécondes que Provence-Alpes-Côte lié pour partie au développement tou-
d’Azur, apportent leur “modèle démo- ristique et à l’emploi qu’il génère.Digne
Orangegraphique”. Cette explication n’est ce-
pendant que partielle : les régions du Carpentras Le département des Alpes-Maritimes
Nice
sud-ouest, également attractives, ont vu Manosque se distingue au sein de la région par uneAptAvignon
durant le dernier quart de siècle leur fé- Menton fécondité plus faible. Ceci n’est pas dû
Châteaurenard
condité diminuer davantage que celle Cannes-Antibes à l’âge de la population, qui est pris en
Salon-de-Provencede Provence-Alpes-Côte d’Azur, et ont Arles compte dans l’indicateur. Peut-être ceBrignoles© IGN-INSEE 2004 Aix-en-Provence© IGN-INSEE 2004
Draguignanainsi maintenu leur spécificité démo- Etang-de-Berre phénomène est-il à mettre en regardSource : INSEE, recensement de la population 1999, état civilSource : INSEE, recensement de la population 1968, état civil
graphique. des très faibles niveaux de fécondité deFréjus-Saint-Raphael
Marseille-Aubagnepoint commun entre les deux régions :Les migrations expliquent, l’autre côté de la frontière : les régions
Toulonla part importante, parmi les mères, desmais en partie seulement, Mer MéditerranéeNombre moyen d'enfants par femme du Piémont et de la Ligurie ont des taux
La part des femmes femmes de nationalité étrangère. Enl’homogénéisation des de natalité inférieurs à 8,5 pour 1 000.1,92
1999, 11,2 % des femmes qui accou-étrangères est restée 1,81comportements de fécondité Cependant, même cette partie de la ré-1,70chent sont étrangères en Provence-stable dans la région gion a vu son indicateur de fécondité
© IGN-INSEE 2004Alpes-Côte d’Azur , c’est moins qu’enLa région a profité d’un phénomène gé- diminuer moins vite que certains autres
Source : INSEE, recensement de la population 1999, état civilIle-de-France (22,1 %) et en CorseProvence-Alpes-Côte d’Azur et l’Ile-néral d’homogénéisation des comporte- départements du sud de la France. Le
(17,3 %), mais plus qu’en Rhone-ments de fécondité. La fécondité a da- de-France sont, de loin, les deux ré- département des Alpes-Maritimes se
Alpes (10,0 %) ou Languedoc-Roussil- distinguer trois grandes zones dans la en-Provence ou de Toulon au momentvantage baissé là où elle était élevée, et gions qui ont connu la plus faible dimi- situait au dernier rang des départements
lon (8,8 %). Or les femmes étrangères région (cf. carte 3) : de former ou d’agrandir leurs familles.globalement, l’écart entre les régions les nution de fécondité depuis la fin des de province en 1968, juste devant Paris ;
ont, dans la région comme ailleurs, une èmeplus fécondes et les moins fécondes s’est années 60. Ce sont même les deux seules il se situe au 13 rang en 1999.
fécondité plus importante que les fran- L’ouest de la région d’Orange à Aix-en-Provence fait clairement ex-fortement réduit en trente ans. Cette ten- régions où la fécondité a remonté de-
çaises (2,82 contre 1,68).puis 1975 (+ 0,07 enfant par femme Arles et le sud d’ouest d’Arles à Fré- ception au sein de cet espace, en raisondance générale a probablement été ren-
La fécondité est plusforcée, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, dans les deux cas). On pourrait être ten- jus-Saint-Raphaël connaissent des taux de la présence d’une importante popu-
Ce n’est cependant pas le comporte- de fécondité supérieurs à la moyenne lation étudiante, et donc de jeunes fem- élevée à l’extérieur despar l’importance des migrations, qui té de rapprocher ce constat d’un autre
ment des mères étrangères qui explique nationale. Cette partie de la région est mes en âge d’avoir des enfants mais grandes agglomérations
la croissance de la fécondité en Pro- désormais reliée, via le couloir rhoda- qui, vu leur statut économique, n’en urbainesLa fécondité des femmes de nationalité française a augmenté dans la vence-Alpes-Côte d’Azur depuis 1975 : nien, aux zones de fécondité relative- ont pas encore.région depuis 1975 leur part est restée stable entre les deux ment élevée du nord de la France. Les Comme au niveau national, la fécondi-
Indicateur conjoncturel de fécondité par nationalité dates et leur fécondité a diminué, comme zones d’emploi de cette partie de Pro- Dans les Alpes du sud, les indica- té des communes rurales de Provence--
Ensemble Françaises Etrangères dans les autres régions. En revanche, la vence-Alpes-Côte d’Azur bénéficient teurs de fécondité sont ceux de la Alpes-Côte d’Azur est aujourd’hui plus
fécondité des femmes de nationalité1974-1976 1998-2000 1974-1976 1998-2000 1974-1976 1998-2000 de l’arrivée sur leurs territoires de jeu- moyenne de la région, un peu en des- importante que celle des communes ur-
française (qui représentent neuf nais-France entière 1,95 1,81 1,81 1,72 3,31 2,80 nes couples d’actifs, venus souvent des sous (ou juste au-dessus pour Brian- baines, ce qui représente une évolution
Provence-Alpes-Côte d’Azur 1,70 1,77 1,57 1,68 3,09 2,84 sances sur dix) a augmenté, de façon grandes métropoles de Marseille-Aix- çon) de la moyenne nationale. Ces ni- par rapport aux années 1980. L’écart de
Source : INSEE, recensements de la population, état civil assez sensible, en Provence-Alpes-Côte fécondité entre le monde rural (qui ne
d’Azur alors qu’elle a diminué sur l’en- représente que 8 % de la population de
semble du pays. C’est donc bien le la région) et les zones urbaines de la ré-Données démographiques par département (période 1998-2000) Une fécondité plus élevée dans les agglomérations de taille moyennecomportement de fécondité des fem- gion est plus faible que dans les autres
Période 1998-2000 mes françaises, et pas la part des fem- Indicateur conjoncturel de fécondité régions, car une part importante des zo-
Population Nombre Taux de Indicateur Age moyen mes étrangères, qui rapproche la région Alpes-de- Hautes- Alpes- Bouches- Var Vaucluse PACA France nes rurales sont situées loin de toute in-
moyenne au annuel natalité conjoncturel des mères à Haute- Alpes Maritimes du-Rhônede la moyenne nationale (cf. tableau
01/07/99 moyen de (en % ) de fécondité l’accouchement fluence urbaine importante (en particu-Provence
naissances (pour une ci-contre). lier dans les départements alpins) (cf.Rural 1,75 1,78 1,64 1,84 1,93 1,88 1,82 1,92vivantes femme)
tableau ci-contre). Dans le Var, en re-Alpes-de-Haute-Provence 140 021 1 500 10,7 1,83 28,7
Agglos < 5 000 hab. 2,03 1,58 1,76 1,80 1,86 1,84 1,82 1,87
Hautes-Alpes 121 907 1 383 11,3 1,79 29,1 vanche, la fécondité des communes ru-Une fécondité plus < 10 000 hab. 1,85 1,75 0,00 1,77 2,00 1,87 1,86 1,88
Alpes-Maritimes 1 013 452 11 065 10,9 1,66 29,7 rales est nettement plus élevée queAgglos < 20 000 hab. 1,79 1,97 0,00 1,76 1,91 2,09 1,90 1,88élevée dans l’ouest et leBouches-du-Rhône 1 839 237 23 239 12,6 1,77 29,6 < 50 000 hab. 1,99 1,80 0,00 1,95 1,82 1,93 1,90 1,86 dans les agglomérations de Dragui-
Var 901 119 10 285 11,4 1,87 28,9 sud-ouest de la région Agglos < 100 000 hab. 0,00 0,00 0,75 1,93 1,82 0,00 1,57 1,83 gnan, Toulon et Fréjus, car elles béné-Vaucluse 500 968 6 239 12,5 1,89 28,9 > 200 000 hab. 0,00 0,00 1,73 1,75 1,86 1,85 1,77 1,71
Provence-Alpes-Côte d’Azur 4 516 704 53 711 11,9 1,77 29,4 ficient du développement de ces
Total 1,83 1,79 1,66 1,77 1,87 1,89 1,77 1,81L’observation des indicateurs de fé-France métropolitaine 58 606 092 751 026 12,8 1,81 29,3 agglomérations en offrant des condi-Source : INSEE, recensement de la population 1999, état civil
Source : INSEE, recensement de la population 1999, état civil condité par zone d’emploi permet de
© INSEE 2004 © INSEE 2004SUD INSEESUD INSEE
N° 71 - juin 2004 N° 71 - juin 2004
l'essentiell'essentiel
Carte 1 : Provence-Alpes-Côte d’Azur : Carte 2 : Provence-Alpes-Côte d’Azur Carte 3 : Une fécondité plus élevée à l’ouest et au sud-ouest de la régionexpliquent les trois quart de la crois- veaux de fécondité sont plus élevés que
une des régions les moins fécondes désormais plus féconde que les autressance démographique régionale. Ainsi ceux d’autres massifs montagneuxrégions du Sudde France à la fin des années 70
47 % des personnes âgées de 20 à 40 Indicateur conjoncturel de fécondité par départementIndicateur conjoncturel de fécondité par département comme le Massif central ou les Pyré-
(période 1998-2000)(période 1967-1969) ans qui vivent aujourd’hui dans la ré- nées. Ceci est à rapprocher de l’évolu-Nombre moyen d'enfants par femmeNombre moyen d'enfants par femme
Moyenne française : 1,81Moyenne française : 2,6 gion n’y sont pas nées, contre 37 % tion démographique de ces territoires,
Briançon2,0seulement dans l’ensemble du pays.2,8 lui aussi favorisé désormais par un
1,85 Italie2,6 Ces jeunes actifs, qui arrivent le plus 1,7 mouvement migratoire important (cf.2,2
souvent de régions traditionnellement Gap Sud INSEE l’essentiel n° 69, avril 2004),
plus fécondes que Provence-Alpes-Côte lié pour partie au développement tou-
d’Azur, apportent leur “modèle démo - ristique et à l’emploi qu’il génère.Digne
Orangegraphique”. Cette explication n’est ce -
pendant que partielle : les régions du Carpentras Le département des Alpes-Maritimes
Nice
sud-ouest, également attractives, ont vu Manosque se distingue au sein de la région par uneAptAvignon
durant le dernier quart de siècle leur fé- Menton fécondité plus faible. Ceci n’est pas dû
Châteaurenard
condité diminuer davantage que celle Cannes-Antibes à l’âge de la population, qui est pris en
Salon-de-Provencede Provence-Alpes-Côte d’Azur, et ont Arles compte dans l’indicateur. Peut-être ceBrignoles© IGN-INSEE 2004 Aix-en-Provence© IGN-INSEE 2004
Draguignanainsi maintenu leur spécificité démo- Etang-de-Berre phénomène est-il à mettre en regardSource : INSEE, recensement de la population 1999, état civilSource : INSEE, recensement de la population 1968, état civil
graphique. des très faibles niveaux de fécondité deFréjus-Saint-Raphael
Marseille-Aubagnepoint commun entre les deux régions :Les migrations expliquent, l’autre côté de la frontière : les régions
Toulonla part importante, parmi les mères, desmais en partie seulement, Mer MéditerranéeNombre moyen d'enfants par femme du Piémont et de la Ligurie ont des taux
La part des femmes femmes de nationalité étrangère. Enl’homogénéisation des de natalité inférieurs à 8,5 pour 1 000.1,92
1999, 11,2 % des femmes qui accou-étrangères est restée 1,81comportements de fécondité Cependant, même cette partie de la ré-1,70chent sont étrangères en Provence-stable dans la région gion a vu son indicateur de fécondité
© IGN-INSEE 2004Alpes-Côte d’Azur , c’est moins qu’enLa région a profité d’un phénomène gé- diminuer moins vite que certains autres
Source : INSEE, recensement de la population 1999, état civilIle-de-France (22,1 %) et en CorseProvence-Alpes-Côte d’Azur et l’Ile-néral d’homogénéisation des comporte- départements du sud de la France. Le
(17,3 %), mais plus qu’en Rhone-ments de fécondité. La fécondité a da- de-France sont, de loin, les deux ré- département des Alpes-Maritimes se
Alpes (10,0 %) ou Languedoc-Roussil- distinguer trois grandes zones dans la en-Provence ou de Toulon au momentvantage baissé là où elle était élevée, et gions qui ont connu la plus faible dimi- situait au dernier rang des départements
lon (8,8 %). Or les femmes étrangères région (cf. carte 3) : de former ou d’agrandir leurs familles.globalement, l’écart entre les régions les nution de fécondité depuis la fin des de province en 1968, juste devant Paris ;
ont, dans la région comme ailleurs, une èmeplus fécondes et les moins fécondes s’est années 60. Ce sont même les deux seules il se situe au 13 rang en 1999.
fécondité plus importante que les fran- L’ouest de la région d’Orange à Aix-en-Provence fait clairement ex-fortement réduit en trente ans. Cette ten- régions où la fécondité a remonté de-
çaises (2,82 contre 1,68).puis 1975 (+ 0,07 enfant par femme Arles et le sud d’ouest d’Arles à Fré- ception au sein de cet espace, en raisondance générale a probablement été ren-
La fécondité est plusforcée, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, dans les deux cas). On pourrait être ten- jus-Saint-Raphaël connaissent des taux de la présence d’une importante popu-
Ce n’est cependant pas le comporte- de fécondité supérieurs à la moyenne lation étudiante, et donc de jeunes fem- élevée à l’extérieur despar l’importance des migrations, qui té de rapprocher ce constat d’un autre
ment des mères étrangères qui explique nationale. Cette partie de la région est mes en âge d’avoir des enfants mais grandes agglomérations
la croissance de la fécondité en Pro- désormais reliée, via le couloir rhoda- qui, vu leur statut économique, n’en urbainesLa fécondité des femmes de nationalité française a augmenté dans la vence-Alpes-Côte d’Azur depuis 1975 : nien, aux zones de fécondité relative- ont pas encore.région depuis 1975 leur part est restée stable entre les deux ment élevée du nord de la France. Les Comme au niveau national, la fécondi-
Indicateur conjoncturel de fécondité par nationalité dates et leur fécondité a diminué, comme zones d’emploi de cette partie de Pro- Dans les Alpes du sud, les indica- té des communes rurales de Provence--
Ensemble Françaises Etrangères dans les autres régions. En revanche, la vence-Alpes-Côte d’Azur bénéficient teurs de fécondité sont ceux de la Alpes-Côte d’Azur est aujourd’hui plus
fécondité des femmes de nationalité1974-1976 1998-2000 1974-1976 1998-2000 1974-1976 1998-2000 de l’arrivée sur leurs territoires de jeu- moyenne de la région, un peu en des- importante que celle des communes ur-
française (qui représentent neuf nais-France entière 1,95 1,81 1,81 1,72 3,31 2,80 nes couples d’actifs, venus souvent des sous (ou juste au-dessus pour Brian- baines, ce qui représente une évolution
Provence-Alpes-Côte d’Azur 1,70 1,77 1,57 1,68 3,09 2,84 sances sur dix) a augmenté, de façon grandes métropoles de Marseille-Aix- çon) de la moyenne nationale. Ces ni- par rapport aux années 1980. L’écart de
Source : INSEE, recensements de la population, état civil assez sensible, en Provence-Alpes-Côte fécondité entre le monde rural (qui ne
d’Azur alors qu’elle a diminué sur l’en - représente que 8 % de la population de
semble du pays. C’est donc bien le la région) et les zones urbaines de la ré-Données démographiques par département (période 1998-2000) Une fécondité plus élevée dans les agglomérations de taille moyennecomportement de fécondité des fem- gion est plus faible que dans les autres
Période 1998-2000 mes françaises, et pas la part des fem- Indicateur conjoncturel de fécondité régions, car une part importante des zo-
Population Nombre Taux de Indicateur Age moyen mes étrangères, qui rapproche la région Alpes-de- Hautes- Alpes- Bouches- Var Vaucluse PACA France nes rurales sont situées loin de toute in-
moyenne au annuel natalité conjoncturel des mères à Haute- Alpes Maritimes du-Rhônede la moyenne nationale (cf. tableau
01/07/99 moyen de (en % ) de fécondité l’accouchement fluence urbaine importante (en particu-Provence
naissances (pour une ci-contre). lier dans les départements alpins) (cf.Rural 1,75 1,78 1,64 1,84 1,93 1,88 1,82 1,92vivantes femme)
tableau ci-contre). Dans le Var, en re-Alpes-de-Haute-Provence 140 021 1 500 10,7 1,83 28,7
Agglos < 5 000 hab. 2,03 1,58 1,76 1,80 1,86 1,84 1,82 1,87
Hautes-Alpes 121 907 1 383 11,3 1,79 29,1 vanche, la fécondité des communes ru-Une fécondité plus < 10 000 hab. 1,85 1,75 0,00 1,77 2,00 1,87 1,86 1,88
Alpes-Maritimes 1 013 452 11 065 10,9 1,66 29,7 rales est nettement plus élevée queAgglos < 20 000 hab. 1,79 1,97 0,00 1,76 1,91 2,09 1,90 1,88élevée dans l’ouest et leBouches-du-Rhône 1 839 237 23 239 12,6 1,77 29,6 < 50 000 hab. 1,99 1,80 0,00 1,95 1,82 1,93 1,90 1,86 dans les agglomérations de Dragui-
Var 901 119 10 285 11,4 1,87 28,9 sud-ouest de la région Agglos < 100 000 hab. 0,00 0,00 0,75 1,93 1,82 0,00 1,57 1,83 gnan, Toulon et Fréjus, car elles béné-Vaucluse 500 968 6 239 12,5 1,89 28,9 > 200 000 hab. 0,00 0,00 1,73 1,75 1,86 1,85 1,77 1,71
Provence-Alpes-Côte d’Azur 4 516 704 53 711 11,9 1,77 29,4 ficient du développement de ces
Total 1,83 1,79 1,66 1,77 1,87 1,89 1,77 1,81L’observation des indicateurs de fé-France métropolitaine 58 606 092 751 026 12,8 1,81 29,3 agglomérations en offrant des condi-Source : INSEE, recensement de la population 1999, état civil
Source : INSEE, recensement de la population 1999, état civil condité par zone d’emploi permet de
© INSEE 2004 © INSEE 2004SUD INSEE
N° 71 - juin 2004
l'essentiel SUD INSEE
Les zones d’emploi* où l’âge moyen des mères est élevé sont celles où pendant derrière l’Ile-de-France (plus
la fécondité est la plus basse N° 71 - juin 2004de trente ans). Toutes les régions du
Âge moyen des mères à l'accouchement sud de la France (plus la Bretagne) font
31
partie de ce groupe. Cette spécificité de l'essentiel
la fécondité méridionale, ancienne, ne
Aix-en-Provence
30,5 s’est donc pas atténuée avec le temps,
à la différence du taux de fécondité.
L’âge moyen des mères à la naissance
30 Traditionnellement peu féconde,
des enfants a augmenté dans toutes les
Nice
Marseille-Aubagne régions depuis trente ans (+ 2 ans en
Cannes-Antibes29,5 moyenne nationale depuis 1968), mais Provence-Alpes-Côte d’Azur se situe
Briançon
il a davantage augmenté en Provence-
ChâteaurenardAvignon
Toulon Alpes-Côte d’Azur (+ 2,2 ans), comme
Salon-de-Provence29 Gap Etang-de-Berre désormais dans la moyenne desCarpentras en Aquitaine, en Corse et en Midi-Py-
Fréjus-Saint-Raphaël AptArles rénées. Peut-être les nouveaux arri-Digne Draguignan Brignoles Orange
Manosque
28,5 Fos-sur-Mer vants dans la région, qui ont participéà régions françaises1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 l’augmentation de sa fécondité, ont-ilsIndicateur conjoncturel de fécondité
* non compris la zone d’emploi de Menton ou l’indice conjoncturel de fécondité est 0,79. Cet indicateur est sous-estimé car l’état civil tendance à différer leurs projets de cons-
ne prend pas en compte les enfants nés à Monaco de mères résidant dans la zone d’emploi de Menton.
titution de descendance avant de venirSource : INSEE, Recensement de la population 1999, état civil
s’installer dans la région ?
Il y a trente ans, la région Pro- décennies les zones de forte fécondité.
tions de vie favorables aux familles. Les femmes de la région Comme dans la plupart des régions duSi l’on excepte le cas particulier de la vence-Alpes-Côte d’Azur était uneDans les Bouches-du-Rhône et le Vau- accouchent à 29,4 ans en sud et du centre de la France, le nombrezone d’Aix-en-Provence, où l’âge moyencluse, ce sont plutôt des aggloméra- des moins fécondes de France. Elle moyen d’enfants par femme y était infé-moyenne des mères est de 30,6 ans en raison detions de taille moyenne (entre 15 000 et rieur à 2,4, alors que la moyenne natio-se situe aujourd’hui parmi les ré-l’importance de la population féminine50 000 habitants) comme Fos-sur-Mer, nale était de 2,6 et que plusieurs régionsétudiante, cet âge varie au sein de la ré-
Istres, Bollène, Cavaillon ou Orange qui Avec un âge moyen à l’accouchement gions moyennes en termes de fé- de l’ouest et du nord du pays avaient unegion de 29,8 ans à Nice à 28,6 ans à
connaissent des indicateurs de fécon- de 29,4 ans, Provence-Alpes-Côte d’Azur fécondité supérieure à 2,9.condité,même si son indicateurFos-sur-Mer. On distingue bien, parmiditéélevés, par rapport à ceux de Mar- fait partie des régions de France où les
les zones d’emploi, les grandes zones conjoncturel de fécondité est en-seille-Aix-en-Provence ou Avignon. femmes accouchent plutôt tard, loin ce- Depuis 1968, la fécondité a fortementurbaines, universitaires et tertiaires, où
core légèrement inférieur au ni- diminué en France, passant de 2,59 en-l’âge moyen à l’accouchement est su-
Sources fants par femme en moyenne dans lespérieur à 29,5 ans, et les autres zones veau national. La fécondité a, en
Après chaque recensement, l’INSEE publie des indicateurs de fécondité à plusieurs niveaux géogra- années 1967-1969 à 1,81 en 1998-2000.où il est compris entre 28,5 et 29,2 ans.
phiques. En effet, seuls les recensements permettent de connaître la population à un niveau plus fin effet, moins diminué qu’ailleurs Cette baisse a touché l’ensemble des ré-Briançon se situe à distance égale de
que le département. Afin d’améliorer leur précision, les indicateurs sont obtenus à l’aide des données
gions et des départements, sans excep-ces deux groupes, confirmant un com-d’état civil concernant les trois années qui entourent le recensement. Cet article utilise l’exploitation depuis 30 ans. Elle est plus élevée
exhaustive du recensement de 1999 ainsi que les naissances des années 1998, 1999 et 2000. Il en tion. Elle a cependant été beaucoup plusportement démographique relativement
dans l’ouest et le sud-ouest de laest de même pour le recensement de 1968 et les des 1967, 1968 et 1969. faible qu’ailleurs en Provence-Alpes-atypique. De façon générale, les zones
Définitions Côte d’Azur : avec une baisse de 0,52où l’âge moyen des mères est élevé région. Comme dans les autres ré-
enfant seulement, la région est celle quiLes indicateurs présentés ici, calculés à partir des taux par âge, permettent de mesurer la fécondité sont celles où la fécondité est la plus gions du sud de la France, l’âge
sur les périodes 1967 à 1969 et 1998 à 2000 pour chaque région. Ils ne reflètent pas forcément le a connu la plus faible diminution de fé-basse (cf. graphique ci-dessus), comme
comportement réel des femmes qui habitent leur vie entière dans une région ou une agglomération moyen des femmes à l’accouche- condité, avec l’Ile-de France (- 0,31 en-si les femmes qui constituent tardive-
d’une taille donnée. Les migrations liées aux événements familiaux, notamment, peuvent perturber la
fant par femme). En conséquence, mêmement leur descendance ne parvenaientmesure de la fécondité. ment est relativement élevé en Pro-
Indicateur conjoncturel de fécondité : somme des taux de fécondité par âge observés une année si son indicateur conjoncturel de fécon-pas à rattraper, en termes de nombre
donnée. Cet indicateur mesure le nombre d’enfants qu’aurait une femme au cours de sa vie si les taux vence-Alpes-Côte d’Azur.d’enfants, celles qui sont devenues mè- dité (1,77) est toujours légèrement infé-
de fécondité observés l’année considérée à chaque âge demeuraient inchangés.
res plus jeunes. rieur au niveau national (1,81), Pro-Age moyen à l’accouchement : âge moyen des mères à la naissance de leurs enfants. Il tient
compte de toutes les naissances, quel que soit leur rang (premier enfant, deuxième enfant, etc.). vence-Alpes-Côte d’Azur se situe au-
Taux de natalité : rapport du nombre de naissances vivantes au cours de l’année à la population en jourd’hui parmi les régions moyennesFrançois Clanché
milieu d’année.
A la fin des années soixante, Provence- en termes de fécondité. Elle est passéePascal Oger
ème èmeAlpes-Côte d’Azur était, avec le Limou- du 20 rang en 1967 au 12 en 1999,
Pour en savoir plus sin, la région de province où l’indicateur et sa fécondité est désormais nettement
“La fécondité dans les régions à la fin des années quatre-vingt-dix” INSEE Première n° 963, avril 2004. conjoncturel de fécondité était le plus supérieure à celles des autres régions du
“Le peuplement des Alpes du Sud, dynamisme et attractivité” SUD l’essentiel n° 69, avril 2004. faible (cf. carte 1). Elle était éloignée du sud, Aquitaine (1,64), Midi-Pyrénées
“Provence-Alpes-Côte d’Azur : une attractivité confirmée qui profite à tous les départements” SUD INSEE l’essentiel n° 65, décembre 2003. “croissant fertile” qui, du Poitou à la Lo- (1,63) et même Languedoc-Roussillon
raine, en contournant par le Nord le Bas- (1,69), régions dont elle était tradition-
sin parisien, caractérisait depuis plusieurs nellement proche (cf. carte 2).
Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques
© INSEE 2004 Provence-Alpes-Côte d'Azur
17, rue Menpenti
N° ADEP : 0904B05336 Directeur de la publication : François Clanché 13387 Marseille Cedex 10
N° ISSN : 1287-292X Chef du service Etudes et Diffusion : Pascal Oger Téléphone : 04 91 17 57 57
Rédacteur en chef : Annie MulardPrix : 2,20 euros Fax:0491175958
© INSEE 2004Code Sage : SIE047132 Internet : www.insee.fr/paca

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.