Trier, récupérer, réparer - Les pratiques des ménages en matière de déchets

De
Publié par

Le tri des déchets domestiques commence à tenir une place non négligeable dans la vie quotidienne des ménages. Deux ménages sur trois trient régulièrement le verre, un sur trois les vieux papiers et un sur quatre les piles usagées. Quant au tri du plastique, fortement lié à la présence d'un dispositif de tri sélectif à domicile, il est accompli par un ménage sur cinq. Ces pratiques indiquent le degré de diffusion de l'intérêt pour les problèmes d'environnement dans la société. Plus que la sensibilité des ménages aux problèmes d'environnement, ce sont l'équipement de la commune, le type d'habitation, la position dans le cycle de vie, le revenu ou le niveau de diplôme qui contribuent à expliquer les différences entre les pratiques.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 35
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 684 - DÉCEMBRE 1999
PRIX : 15 F (2,29€)
Trier, récupérer, réparer
Les pratiques des ménages
en matière de déchets
Michelle Dobré, Institut Français de l’Environnement,
Sylvie Monteiro, division Conditions de vie des ménages, Insee
e tri des déchets domestiques com sens strict. Chaque Français jette donc à la-
poubelle 352 kg d’ordures par an. Ce poidsmence à tenir une place non
varie selon la région : on jette plus à ParisLnégligeable dans la vie quotidienne qu’ailleurs. C’est par la prolifération des em-
des ménages. Deux ménages sur trois ballages, qui constituent environ 47% du
poids sec de la poubelle, que les déchets destrient régulièrement le verre, un sur trois
ménages continuent d’augmenter (chiffres
les vieux papiers et un sur quatre les piles Observatoire des déchets, ADEME).
usagées. Quant au tri du plastique,
L’émergence du tri dépendfortement lié à la présence d’un dispositif
des politiques localesde tri sélectif à domicile, il est accompli
La production croissante de déchets ména-par un ménage sur cinq. Ces pratiques
gers a des conséquences négatives sur l’en-indiquent le degré de diffusion de l’intérêt
vironnement. Les actions se multiplient pour
pour les problèmes d’environnement faire face à ce problème. Depuis 1992, les
pouvoirs publics ont renforcé le cadre légaldans la société. Plus que la sensibilité des
qui permettra de recycler, valoriser, éliminer
ménages aux problèmes,
et réduire les déchets à la source. Par ailleurs
ce sont l’équipement de la commune, le de nombreux organismes internationaux
(ONU, OCDE, UE...) insistent sur la nécessitétype d’habitation, la position dans le cy-
de promouvoir une consommation plus res-cle de vie, le revenu ou le niveau de
pectueuse de l’environnement. Pour l’en-
diplôme qui contribuent à expliquer les semble de ces acteurs, ainsi que pour les
collectivités locales qui doivent mettre endifférences entre les pratiques.
place les dispositifs de collecte et de tri des dé-
chets ménagers, connaître les attitudes et les
pratiques en matière de déchets s’avère es-Dans les pays développés, la poubelle
sentiel.moyenne s’alourdit au fil du temps. Annuelle-
Le tri effectif des déchets rentre peu à peument, les Français se débarrassent de
dans les habitudes. Le verre tout d’abord : en24,5 millions de tonnes de déchets : 4,5 mil-
1998, 64 % des ménages ont déclaré trier ré-lions de tonnes d’objets encombrants et 20
gulièrement le verre, 36 % ont mis de côté lesmillions de tonnes d’ordures ménagères au
Pratiques régulières des ménages en matière de tri des déchets
En %
Verre Papier Piles Plastique
Ensemble 64 36 24 20
Type d’habitat
Maison individuelle 75 41 26 24
Immeuble 46 29 21 14
Équipement à la disposition du ménage
Système de tri sélectif à domicile 76 60 26 40
Déchetterie 68 41 29 25
Lecture : 75 % des ménages résidant en maison individuelle trient régulièrement le verre usagé pour le recyclage.
Source : Enquête pratiques environnementales et sensibilité aux problèmes d’environnement, janvier 1998, Insee
INSEE
PREMIEREvieux papiers, 24 % les piles usagées ménages sur dix en maison contre seu L’espace disponible n’explique pas-
et 20 % le plastique pour le recyclage lement trois sur dix en immeuble. La tout. Habiter en pavillon et plus encore
(tableau 1). différence des habitudes de tri entre en être propriétaire favorisent l’attention à
Quel que soit le type de déchets, les les deux types d’habitat est marquée. l’environnement proche.
propriétaires, les habitants de mai-
sons individuelles, les couples sans Les pratiques régulières des ménages en matière de tri des déchets
enfants, les familles d’au moins deux En % les cadres, les plus de 40 ans
Part des ménages triant régulièrement Répartition
et les ménages qui disposent d’un re- des
venu supérieur à 150 000F par an pra Verre Papier Piles Plastique- ménages
tiquent plus que la moyenne des
Ensemble 10064 36 24 20Français le tri. Ils trient aussi bien le
Commune de résidenceverre que le papier, le plastique et
Communes rurales 2480 35 20 22même les piles (tableau 2).
Petites villes 70 38 23 20 16Compte tenu de l’importance des col-
Villes moyennes 61 33 24 19 13lectivités locales dans la politique de
Grandes villes 29tri, le seul fait d’habiter une zone rurale, 55 37 28 24
une ville moyenne ou une grande ville Agglomération parisienne 51 38 22 10 17
ne joue pas un rôle déterminant dans Type d’habitat
l’attitude des ménages. Seul, le tri du Maison individuelle 75 41 24 26 60
verre marque une opposition entre vil- Immeuble 46 29 14 21 40
les et campagne. Il est beaucoup plus
Statut d’occupation du logement
pratiqué dans les communes rurales
Propriétaire 75 43 27 24 55
(80 %) et dans une moindre mesure
Locataire 4049 28 21 14
dans les petites villes (70 %) qu’en mi-
Type de ménagelieu urbain. En revanche, le tri du plas-
Personne seule 3056 34 19 16tique est plus fréquent dans les grandes
Couple sans enfants 73 41 26 22 28villes, excepté dans l’agglomération pa- avec 1 enfant 1463 34 23 20risienne.
Couple avec 2 enfants et plus 66 36 28 24 21Des études réalisées par l’agence de
Famille monoparentale 53 28 21 17 7l’environnement et de la maîtrise de
l’énergie (ADEME) ont montré que Age de la personne de référence
dans les communes qui ont mis en Moins de 20 ans 32 14 29 9 3
place un système de tri sélectif des dé- 20-29 ans 846 23 26 15
chets, celui-ci est souvent associé par 30-39 ans 54 27 20 18 19
les usagers à un gain de propreté. Un 40-49 ans 66 36 26 21 20
ménage sur cinq bénéficie d’un dispo- 50-59 ans 1668 42 30 22
sitif de tri sélectif sur son lieu de rési- 60 ans et plus 74 44 20 21 34
dence, neuf sur dix peuvent accéder à
Revenu annuel du ménage
des collecteurs de verre et un sur deux à
Moins de 60 000 francs 53 27 16 15 16
des de papier. Ces disposi-
De 60 000 à 100 000 francs 2361 34 18 18tifs, mis en place par les collectivités lo-
De 100 000 à 150 000 francs 64 36 25 21 24cales, exercent une influence sur tous
De 150 000 à 240 000 francs 68 42 30 23 22les tris considérés. Leur rôle est très
240 000 francs et plus 1669 42 29 21marqué dans le tri du plastique et du
Catégorie socioprofessionnelle de la personne de référencepapier, environ deux fois plus fréquent
Agriculteur 2que la moyenne chez les ménages 81 23 10 14
équipés de plusieurs poubelles. Le dis Commerçant 62 31 27 20 5-
positif communal pèse beaucoup Cadre 65 40 34 21 10
moins pour le tri du verre qui est entré Profession intermédiaire 1463 39 32 22
dans les mœurs en même temps que Employé 54 32 24 17 12
se généralisait la présence des points Ouvrier 2258 28 18 18
de collecte de verre. Pour le tri des pi- Retraité 74 45 21 22 30
les, plus récent et plus rare, c’est la Autre 42 25 27 12 4
proximité d’une déchetterie qui joue le
Occupation actuelle de la personne de référence
plus grand rôle.
Actif occupé 62 34 27 20 55
Selon le type d’habitat, les pratiques sont
Chômeur 749 26 14 13
différentes. En maison individuelle, 75 %
Inactif 69 41 21 20 38
des ménages trient le verre contre 46 %
Lecture : 75 % des ménages propriétaires de leur logement trient régulièrement le verre usagé pour le recyclage. Sont tramées
en immeuble. Le même constat est va- les cases où les valeurs sont supérieures à la moyenne.
lable pour le papier, que trient quatre Source : Enquête pratiques environnementales et sensibilité aux problèmes d’environnement, janvier 1998, InseeLes personnes seules comme les fa-Qui trie quoi ? Réparer au lieu de jeter
milles monoparentales sont peu régu-
La proportion de ménages qui pratiquent lières dans la pratique du tri de leurs A côté des comportements de tri, deux
le tri des déchets augmente avec le reve déchets alors que les couples sans en préférences lors de l’achat sont signifi- - -
nu. Plus le revenu est élevé, plus les mé fants et les couples ayant au moins catives d’une attitude favorable à l’en- -
nages trient aussi bien le verre et le pa deux enfants trient tout de façon plus vironnement : choisir des recharges-
pier que le plastique ou les piles. A titre systématique. plutôt que des produits neufs équiva-
d’exemple, 53 % des ménages dispo lents, et faire réparer un petit appareil-
sant d’un revenu inférieur à 60 000F électroménager en panne, plutôtL’univers des pratiques
trient le verre contre 69 % des ména qu’acheter un produit neuf pour le rem- -
ges qui ont un revenu supérieur à Les variables sociodémographiques placer. La situation financière a aussi
150 000F. rendent compte partiellement de la diffé une influence dans la préférence pour-
On observe la même progression avec renciation des pratiques environnemen la réparation d’un appareil en panne.-
une amplitude plus grande encore tales. Ainsi, 64 % des chômeurs choisissent
quand on prend en compte l’âge de la Le fait de trier une matière implique t-il de réparer plutôt que de changer un ap-
personne de référence. Ainsi, 32 % d’en trier d’autres ? La réponse est oui. pareil électroménager contre 56 % en
des jeunes de moins de 20 ans trient le Les ménages qui trient le plastique (un moyenne (cela n’explique pas pour au-
verre contre 74 % des plus de 60 ans. sur cinq) vont trier les autres déchets tant le retrait de cette catégorie vis-à-vis
Il en va de même pour le papier et le beaucoup plus que la moyenne : 95 % du tri des déchets).
d’entre eux trient le verre, 82 % le papier Le comportement des consommateursplastique mais pas pour les piles. Ce
et 41 % les piles (tableau 3). En re au moment de l’achat joue donc un rôledernier type de déchets offre d’ailleurs -
vanche, ce n’est pas le cas pour ceux qui dans la mesure où le choix d’un produitaux moins de trente ans l’occasion de
trient le verre. Même si ces derniers ont moins polluant peut avoir une incidencese distinguer. Nés à l’heure des bala-
tendance à effectuer un peu plus que la sur l’environnement. L’âge et la positiondeurs, des game boys et des jeux élec-
moyenne le tri du plastique (30 % contre dans le cycle de vie ont une grande imtroniques, les jeunes sont peut-être -
20 %), du papier (51 % contre 36 %) et portance dans la différenciation des pratiactuellement les plus gros consom- -
des piles (30 % contre 24 %), ces ména ques. Le changement dans la manière demateurs de piles mais ils participent à -
ges trient moins dans l’ensemble que le consommer concerne plutôt les jeunesleur recyclage (29 % des moins de 20
groupe de ceux qui trient le plastique. Le ménages, leur choix s’orientant plus souans et 26 % des 20-29 ans). Cela mé- -
tri du plastique, à la différence de celui vent vers l’achat de produits innovants,rite d’être signalé car ils se sentent
du verre, peut ainsi être retenu comme moins producteurs d’emballage, tels lesbeaucoup moins concernés que la
un indicateur significatif de diffusion des recharges.moyenne par les autres genres de dé-
pratiques de tri des déchets, dans la me Lorsque l’on étudie les pratiques, qu’ilchets. En ce qui concerne le tri des pi- -
sure où il va de pair avec une plus grande s’agisse du tri des différents déchets,les, le niveau culturel et plus
intensité de la pratique à tous les niveaux. de l’achat de recharges ou de la répaparticulièrement un niveau élevé de -
Trier le plastique comme le papier est ration d’appareil en panne, on constatediplôme exercent aussi une influence
souvent associé à un souci de l’environ qu’elles sont dans tous les cas un peupositive. Ce sont les ménages adultes -
nement qui s’exprime aussi dans le do plus fréquentes chez les ménages senqui pratiquent le plus le tri, entendu - -
maine de la consommation. Parmi les sibles aux questions environnementacomme un aspect parmi d’autres de -
ménages qui trient ces deux matières, les, par comparaison à l’ensemble desl’organisation domestique.
la proportion de personnes qui achè ménages enquêtés.La catégorie socioprofessionnelle est -
tent des produits issus de l’agriculturemoins déterminante que le revenu. Les
biologique ou du papier recyclé est léménages de retraités pratiquent le tri de - Et la sensibilité aux problèmes
gèrement plus élevée. C’est égaleleurs déchets (sauf les piles) plus sou- - d’environnement ?
ment parmi ces ménages que le choixvent que toutes les autres catégories (ta-
de la recharge (moins productrice Un indicateur de sensibilité aux problèbleau 2). Peu de différences sont -
d’emballage) et du pulvérisateur mes d’environnement a été constitué àrattachées à la catégorie socioprofes-
(moins nocif pour la couche d’ozone) partir des réponses à trois questionssionnelle de la personne de référence du
est le plus fréquent. portant sur l’appréciation subjectiveménage, à l’exception des agriculteurs,
qui trient moins les piles et les vieux pa-
piers (mais réutilisent sans doute plus le Les pratiques de tri entre elles
papier), et des chômeurs qui ont ten-
En %
dance à moins trier que les autres. D’au-
Trie régulièrement
tres explications sont alors à rechercher Verre Papier Piles Plastique
Et trie aussidu côté de la signification sociale des pra-
Verre 100 90 80 95tiques de tri. Celles-ci sont directement
Papier 51 100 55 82liées à la situation économique du mé-
Piles 30 36 100 41nage, mais aussi à l’état plus global de
Plastique 30 45 34 100
participation à la vie sociale. Et la situa-
Ensemble des ménages 64362420
tion de chômage a des répercussions
Lecture : 51 % des ménages qui trient régulièrement le verre, trient aussi le papier.
négatives dans les deux registres à la fois. Source : Enquête pratiques environnementales et sensibilité aux problèmes d’environnement, janvier 1998, Inseement dans les activités de la vie quoti-Lien entre sensibilité aux problèmes d’environnement et pratiques
dienne. Sans égard à la motivation
En %
environnementale ou non des gestes ac-
Ménages sensibles Ménages peu sensibles
complis, nous avons choisi de privilégier
Pratique régulière du tri : dans l’enquête les actions allant dans le
- du verre 70 63 sens de l’économie de ressources (matiè-
- du papier 40 36
res premières, énergie) ou de la moindre
- du plastique 23 19
pollution. Ces deux critères réunis définis-
- des piles 29 23
sent aussi bien les « pratiques environne-
Choix de la recharge à la place du produit neuf 74 64
mentales » que la « consommation
Choix de réparer un appareil électrique en panne
durable » lorsque ces pratiques se situentplutôt que de racheter un appareil neuf 80 76
dans le champ de la consommation.Répartition dans l’ensemble des ménages 8 92
1. Le critère de sensibilité a été défini à partir des réponses suivantes :
le ménage considère les problèmes d’environnement comme réellement préoccupants,
Pour en savoir plusil juge l’état de l’environnement de sa région et de la France moyen, mauvais ou très mauvais
et il estime que la France devrait, au cours du siècle prochain, protéger la nature et l’environnement.
Lecture : 70 % des ménages sensibles aux problèmes d’environnement trient le verre usagé pour le recyclage.
«Pratiques environnementales desSource : Enquête pratiques environnementales et sensibilité aux problèmes d’environnement, janvier 1998, Insee
ménages et modes de vie » M. Dobré et
C. Caraire, Données de l’environnement
n°41, nov-déc 1998, Ifen.
L’environnement en France, Ifen,éditions(ou opinion) sur l’environnement : le mé- Pour comprendre
La Découverte, novembre 1998.nage considèreles problèmes d’environ- ces résultats
nement comme réellement « Les Français mieux disposés à agir
préoccupants, il juge l’état de l’environ- pour l’environnement », M. Dobré et
B. Hammer, Ifen, Données denement de sa région et de la France L’enquête « Pratiques environnementales et n° 30, juillet 1997.moyen, mauvais ou très mauvais et il sensibilité aux problèmes d’environnement »
estime que la France devrait, au cours s’est insérée dans l’Enquête Permanente « Les attitudes des Français sur la
du siècle prochain, protéger la nature sur les Conditions de Vie des ménages gestion des déchets, sur les
éco-produits et sur la pollutionet l’environnement. Grâce à cet indica- (EPCV) de janvier 1998. Élaborée en parte-
atmosphérique », A. Dufour et J.P.teur, 8 % des ménages les plus sensi- nariat avec l’Institut Français de l’Environ-
Loisel, Rapport du CREDOC pour
bles ont été distingués des autres nement (IFEN Observatoire des Pratiques et
l’Ademe, juin 1996.
(tableau 4). On aurait pu s’attendre à Représentations sociales de l’environnement),
« Les Français et l’environnement - attice que cette sensibilité aux problèmes -elle avait comme objectif principal de
tudes et comportements », étudede l’environnement se traduise dans la connaître les pratiques quotidiennes des
réalisée par le CREDOC, Données et
pratique de façon plus évidente. Or, ménages dans le domaine de l’économie
Références, Ademe, 1997.
sauf en ce qui concerne l’achat de re- domestique, de la consommation et des
La revue « Sociétés Contemporaines »charges, les différences entre ces mé- transports - en relation avec l’opinion sur
l’Harmattan, n° 17, 1995.nages et les ménages peu sensibles les problèmes d’environnement.
aux problèmes d’environnement (soit Elle comportait des questions portant sur « Collectes sélectives des déchets et
92 % des ménages) sont assez faibles. les habitudes des ménages en matière de comportements des ménages », G.
Maresca, B. Poquet, Credoc, CollectionAinsi, 23 % des ménages sensibles trient déchets. Nous avons supposé que les usa-
des Rapports, n° 146, mai 1994.le plastique alors que cette proportion est ges en matière de tri des déchets ainsi que
de 19 % pour les autres ménages. Cer- les préférences exprimées pour l’achat de « Activités domestiques - faire, acheter,
tes, le lien entre sensibilité écologique et recharges et pour la réparation des appa faire faire ou ne pas faire », Ghislaine-
Grimler, Caroline Roy, Insee Première n° 109,pratique existe mais il est, sur les don- reils ménagers pouvaient être significatifs
octobre 1990.nées disponibles, encore assez ténu. de l’intégration du souci pour l’environne-
Direction Générale :
18, Bd Adolphe-Pinard
A RETOURNER A : INSEE-CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 1999
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :80,80€ 101,07€ 126,08 €
Daniel Temam
Nom ou raison sociale : ________________ Activité : _______________________________ Rédacteurs : J-W Angel,
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani
Adresse : ______________________________________________________________
Maquette :C.K.
Code Sage IP99684__________________________________Tél :
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
© INSEE 1999
Date : ___________________________ Signature

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.