Trois années de sport à Mayotte

De
Publié par

A l’initiative de la Direction de la Jeunesse et des Sports, le travail statistique présenté dans ce document se veut une photographie de la vie associative sportive de l’île sur les trois dernières années. Il consiste en un recensement des clubs et des licenciés et apporte la preuve d’une évolution significative du sport mahorais.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE INFOS
N° 6 Mai 2000. 10F. 1,52 Euros
A l’initiative de la Direction de la Jeunesse et des Sports, le travail
statistique présenté dans ce document se veut une photographie de la vie asso
ciative sportive de l’île sur les trois dernières années. Il consiste en un recen
sement des clubs et des licenciés et apporte la preuve d’une évolution signifi
TROIS ANNEES cative du sport mahorais.
Cet INSEE INFOS est le premier d’une série de trois consacrés au sport à
Mayotte. Il résulte d’une collaboration entre l’antenne INSEE, la Direction deDE SPORT
la Jeunesse et des Sports et le mouvement sportif mahorais représenté par le
Comité Régional Olympique et Sportif de Mayotte.
A MAYOTTE
Même avec un taux d’accroissement du nombre de clubs relativement stable,
le dynamisme de la vie sportive se vérifie avec une croissance régulière et
conséquente du nombre des licenciés sur les trois dernières années (+ 33 %).1. Les sportifs
La première évolution notable est donc l’augmentation du nombre moyen de
et les clubs licenciés par club, passant de 48 à 58 adhérents par association.
Le football demeure sans conteste le sport le plus apprécié des mahorais avec
en 1999, 104 clubs et 8 516 licenciés soit 47 % du nombre total des clubs et
66 % des pratiquants.
Le handball se hisse au second rang avec 1 096 licenciés, suivi par le basket etMAYOTTE
le volley avec respectivement 854 et 635 licenciés.
La diversification de l’offre sportive est une des caractéristiques de la moder
nisation du sport à Mayotte. Traditionnellement tourné vers les disciplines
DIRECTION DE LA JEUNESSE
ET DES SPORTS collectives, le sport mahorais connaît une mutation récente avec un engoue
ment croissant pour les disciplines individuelles. L’évolution de la pétanque
illustre bien ce phénomène avec l’explosion de son effectif. Les sports de com
bat pourraient être aussi cités en exemple.
Le nombre de clubs sportifs reste
stable
On observe une certaine stabilité du
Institut National de la Statistique
nombre total des clubs avec un taux
et des Etudes Economiques d’accroissement de 5 % entre 1997
210 220218250et 1999.
Antenne de Mayotte
46 rue saharangue Cette légère augmentation est due à
200B.P 1362 97600 MAMOUDZOU celle des clubs de sports individuels,
Tel : 02.69.61.36.35
qui même s’ils doublent leur effectif 150Directeur de la publication : René JEAN
Rédacteur en chef : Christian TOULET entre 1997 et 1999, ne représentent
Rédacteur du document: Mathias MOREL (DJS) 100encore qu’une faible part de la vie as
Impression : INSEE MAYOTTE
sociative sportive (9 % du nombre
50
ISSN : 1291 2786 total de clubs en 1997, 16 % en
Dépot légal : décembre 1998
01999).
© INSEE 2000 1997 1998 1999Hormis le volley qui enregistre une La répartition géogra
hausse significative (+ 25 % en trois phique du nombre de
Nombre de clubs sportifs pour 1 000 habitants
ans) les autres disciplines collecti clubs sur l’île est en co
ves demeurent stables. hérence avec le peuple
Le football avec 104 clubs en 1999 ment des communes.
est de loin le sport le mieux implanté Les villes les plus peu
sur le territoire; il regroupe 47 % des plées (Mamoudzou,
clubs toutes disciplines confondues.Dzaoudzi, Pamandzi)
Viennent ensuite le basket ball, le regroupent le plus grand
handball et le volley ball avec res nombre de clubs à l’ex
pectivement 27, 24 et 20 clubs. ception de Koungou et
Les sports individuels possèdent les Sada. A noter l’excep
taux d’accroissement les plus im tionnel dynamisme
portants, en particulier la pétanquesportif de petites com
clubs pour 1000 hab
et les sports de combat qui doublent munes comme Boueni,
moins de 1,5
leur nombre de clubs entre 1997 et Chirongui, Kani Kéli et 1,5 à 2
plus de 21999. Tsingoni dont le pour
La boxe, le cyclisme, l’athlétisme,centage de pratiquants
et le tennis se maintiennent dans une par rapport à la popula
parfaite stabilité sur les trois derniè tion est nettement plus
res années. élevé que la moyenne.
Evolution du nombre de clubs par discipline
sports individuels sports collectifs
120
12
1997
100199810
1999
80 19978
1998
60 19996
404
202
00
B asket Foot B all H andball R ug b y Volley
Progression constante des licen
ciés sportifs
L’évolution du nombre de licenciés Bien qu’il connaisse une croissance 1997 et 1999. Le volley augmente
rend mieux compte des change ralentie, le football avec 8 516 li de 40 % sur la même période et pos
ments du paysage sportif mahorais. cenciés en 1999 s’impose comme sède donc le plus fort taux d’accrois
La progression du nombre total des le sport le plus populaire. Il concen sement des sports collectifs.
licenciés est conséquente avec une tre les deux tiers de l’effectif tou Les développements les plus mar
augmentation de 33 % sur les trois tes disciplines confondues. Der qués reviennent aux sports indivi
années. rière, le handball se stabilise aux duels. De 1997 à 1999 la pétanque
En corrélation avec le nombre de alentours du millier de licenciés. Le double ses effectifs, les sports de
clubs, la part des licenciés de sportbasket, troisième plus importante combat progresse de 82 %, le cy
collectif représente 90 % de l’effec discipline, a une croissance régu clisme de 49 %. Dans une moin
tif total pour l’année 1999. lière mais faible, 15 % entre dre mesure le tennis augmente de
Athlétisme
Boxe
C yclism e
Handisport
Pétanque
Sports
combat
Tennis23 %. L’athlétisme reste stable.
Part des licenciés sur la population totale
Le ratio nombre de licenciés / nombre d’habitants est
un indicateur pertinent pour mesurer le niveau de pra
tique sportive des communes de Mayotte. Ainsi hor
mis pour Tsingoni, les populations les plus sportives
se situent en majorité dans les communes du Sud :
Boueni, Kani Kéli et Chirongui.
Nombre de licenciés par commune part en %
moins de 8
8 à 10
10 à 12
plus de 12
Evolution du nombre de licenciés
12 833
15 000 11 873
9 820
12 000
licenciés
Moins de 500 9 000
500 à 1 000
plus de 1 000 6 000
3 000
0
1997 1998 1999
Evolution du nombre de licenciés par discipline
sports individuels sports collectifs
10000500
1997
8000400
1998
1999 6000300 1997
1998
200 4000 1999
100 2000
0 0
Basket Foot Ball H andball Rugby V olley
A thlétisme
Boxe
Cyclisme
Handisport
Pétanque
Sports
com bat
TennisVers un rajeunissement de la population sportive
Part des licenciés de moins de 19 ans De 1997 à 1999 on constate une plus forte progression
sur le nombre total de licenciés
des effectifs de moins de 19 ans (+ 60 %) par rapport à
ceux de plus de 19 ans (+ 16 %). Même si le sport à
Mayotte reste une prérogative d’adulte la tendance est au
rajeunissement des licenciés ; la part des moins de 19
ans passant successivement de 39 % à 47 % de la popu
lation sportive totale entre 1997 et 1999..
Le rajeunissement des licenciés est plus marqué pour les
disciplines individuelles avec une progression de deux
fois et demi des licenciés jeunes entre 1997 et 1999. Ainsi
en 1999, 55 % des pratiquants individuels ont moins de
19 ans.
Les disciplines les plus jeunes sont pour 1999: le hand
ball avec 78 % de moins de 19 ans, les sports de combat
part en %avec 75 %, l’athlétisme avec 72 %. Le football a une part
relativement faible de jeunes (43 %) comme le cyclisme moins de 45
45 à 55(43 %) et le rugby (40 %).
plus de 55Le ratio “ licenciés de moins de 19 ans / licenciés totaux ”
met en avant les communes dont les populations sporti
ves sont les plus jeunes. Parmi elle on retrouve Boueni,
Chirongui, Kani Kéli et Tsingoni.
La pratique sportive féminine en expansion
Part des licenciés femmes Bien qu’encore limitée avec, en 1999, 8 % de li sur le nombre total de licenciés
cenciés, la pratique féminine connaît une progres
sion significative entre 1997 et 1999, de l’ordre de
42 %. En comparaison la pratique masculine aug
mente de 32 % pour cette même période.
La pratique féminine évolue dans toutes les disci
plines sauf : en athlétisme.
Les croissances les plus marquantes s’observent
dans les disciplines individuelles avec 95 % en trois
ans contre 33 % dans les disciplines collectives.
Ces dernières étant toujours les plus pratiquées par
les femmes (à hauteur de 81 % en 1999).
En 1999, les sports pratiqués le plus par les fem
mes en valeur absolue sont le handball, le foot
ball et le basket. Mais les sports les plus fémini part en %
sés sont le tennis et le handball avec respective
moins de 5
ment 34 % et 30 % de pratiquantes.
5 à 10
Sur le territoire, les communes les plus féminisées
plus de 10
au niveau sportif (nombre de pratiquantes / nom
bre de licenciés total) sont pour l’année 1999
Boueni, Kani Kéli, Chirongui, ainsi que Pamandzi.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.