Un accès à l'emploi difficile

De
Publié par

Le marché du travail est très difficile pour les actifs handicapés. Le taux d'emploi direct des bénéficiaires de la loi de 1987 reste faible. On enregistre peu de demandes d'emplois des travailleurs handicapés et ils restent plus longtemps au chômage, malgré l'augmentation du nombre de placements annuels.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 36
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

dossierHandicap et dépendance
Un accès à l’emploi difficile
e marché du travail est très diffi- dans le secteur “éducation, santé et lifiées et ont un niveau scolaire plus
cile pour les actifs handicapés. action sociale” et dans le commerce. faible que les autres demandeursLLe taux d’emploi direct des béné- Plus du tiers travaillent dans des établis- d’emploi (52 % des DETH ont une qua-
ficiaires de la loi de 1987 reste faible. sements dont le nombre de salariés lification de manœuvre, ouvrier spéciali-
On enregistre peu de demandes oscille entre 50 et 99. sé ou employé qualifié contre 47 % pour
d’emplois des travailleurs handicapés et la totalité et 49 % ont un niveau scolaire
La proportion de personnes handicapées
ils restent plus longtemps au chômage, inférieur au CAP contre 39 %). Les
est également faible parmi les deman-malgré l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi handicapés sont
deurs d’emploi. Fin décembre 2004,placements annuels. ainsi très affectés par le chômage de
l’ANPE de La Réunion enregistre 1 517
longue durée. La moitié d’entre eux
Depuis 1987 tout employeur occupant au personnes handicapées qui recherchent
recherche un travail depuis plus d’un an
moins 20 salariés est tenu d’employer au un emploi à plein temps et à durée indé-
et 30 % depuis plus de deux ans (contre 6 % de travailleurs handicapés. terminée. (DETH catégorie 1), respectivement 40 et 19 % pour
Pourtant la proportion de travailleurs c’est-à-dire 2,3 % de la totalité des l’ensemble des demandeurs). En outre,
handicapés dans les établissements sou- demandeurs d’emplois à La Réunion. A
on observe une augmentation des entrées
mis à la loi reste faible. En 2001, le taux la même date, en France métropolitaine,
de personnes handicapées dans les chif-
d’emploi direct des personnes handica- on compte 6,1 % de demandeurs fres de l’ANPE suite à un licenciement
(1)pées est de 2,54 % à La Réunion .En d’emploi handicapés. Cette faible pré- pour inaptitude.
prenant en compte les travaux fait en sence des handicapés sur les listes de
sous- traitance auprès du milieu protégé l’ANPE est commune à l’ensemble des Catherine LOGEAIS
et David PERRAINc’est- à-dire en Centre d’Aide par le Tra- DOM ; elle peut s’expliquer par le fort
vail ou en Atelier Protégé, ce taux s’éta- taux de chômage qui rend peu attractif le
blit à 2,66 %. En France métropolitaine, marché du travail ainsi que par un
en 2002, le taux d’application national recours plus important à l’allocation
de l’obligation d’emploi s’élèveà4%. pour adultes handicapés. A La Réunion,
le nombre de chômeurs handicapés a
Les handicapés employés au titre de la
toutefois augmenté de 15 % depuis 2000. (1) Taux d’emploi direct : c’est le rapport entre(2)loi de 1987 sont pour les trois quarts le nombre d’unités bénéficiaires proratisées (laCette progression est fortement corrélée
des hommes, alors que la part des hom- loi de 1987 a mis en place des majorationsà la hausse des reconnaissances de la
intégrant les difficultés d’insertion les plusmes n’est que de 58 % dans l’ensemble
qualité de travailleurs handicapés déci- importantes liées en particuliers au poids dudes actifs occupés. Les plus de 50 ans
dées par la COTOREP. handicap, à l’âge et à l’année d’embauche) et
sont aussi relativement plus représentés la totalité des effectifs assujettis. Il est tiré de
avec le quart des travailleurs handicapés Il y a peu de femmes parmi les deman- l’étude de “Asdo Etudes” commandée par
l’AGEFIPH, “Analyse du bilan de l’applicationcontre 17 % pour l’ensemble des actifs deurs d’emploi handicapés : 19 % de ces
de la loi de 1987 à La Réunion en 2001”.occupés. Les bénéficiaires de la loi de demandeurs prioritaires sont des femmes
1987 ont majoritairement un contrat à contre 41 % parmi l’ensemble des (2) La loi de 1987 : “Tout employeur occupant
durée indéterminée (84 % d’entre eux) et demandeurs. Il s’agit aussi d’une popula- au moins 20 salariés est tenu d’employer, à
temps plein ou partiel, des personnes handica-près des trois quarts ont plus de cinq ans tion plus âgée, en effet, 15 % d’entre eux
pées ou victime de guerre, dans la proportion 4d’ancienneté dans l’établissement. Ils ont plus de 50 ans contre 7 % pour
de6%de l’effectif total des salariés”. La loi du
sont surtout employés dans la région l’ensemble des demandeurs réunionnais. 11 février 2005 modifie certaines dispositions
Nord (72 %) et plus particulièrement Ces personnes sont plus faiblement qua- de la loi de 1987.
Répartition des travailleurs handicapés par secteurPlacements en hausse
en 2004
En 2004, près de 300 personnes handi-
capées on été recrutées avec l’appui de
Cap Emploi, en progression de 24 %.
5Près des deux tiers de ces contrats sont
des placements durables, c’est-à-dire
pour une durée supérieure ou égale à 12
mois. Parmi ces derniers, la moitié béné-
ficie des aides à l’emploi (CAE) et tous
ont été primés par l’AGEFIPH. Les flux
d’embauche se font majoritairement dans
les entreprises de moins de 20 salariés,
Source : Agefiph, Asdo Etudes, fichier DOETH.non soumises à l’obligation d’emploi.
Les travailleurs handicapés sont surtout présents dans certaines activités tertiaires.
économie 212e trimestre 2005
DE LAREUNION

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.