Un parc de logements plus jeune et plus urbain

De
Publié par

Le parc de logements a augmenté de plus d'un tiers en neuf ans. Ce parc jeune offre aujourd'hui des visages différenciés. La majorité des ménages réunionnais est toujours propriétaire de son logement (54%) et occupe des maisons individuelles (75%). Cependant l'habitat collectif et, dans une moindre mesure le secteur locatif, gagnent du terrain et caractérisent de plus en plus les territoires urbains. Cela se vérifie en particulier à Saint-Denis et au Port.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 3
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

so cié té
Logement
Un parc de logements
Le parc de lo ge ments a aug men té de plus d’un tiers en neuf ans.
Ce parc jeune offre au jourd’hui des vi sa ges dif fé ren ciés. La
ma jo ri té des mé na ges réu nion nais sont tou jours pro prié tai res de
leur lo ge ment (54 %) et oc cu pent des mai sons in di vi duel les
(75 %). Ce pen dant l’ha bi tat col lec tif et, dans une moindre me sure
le sec teur lo ca tif, ga gnent du ter rain et ca rac té ri sent de plus en
plus les ter ri toi res ur bains. Cela se vé rifie en par ti cu lier à
Saint-De nis et au Port.
e puis 1990, le parc de lo ge ments -La cons truc tion de lo ge ments s’est ré
s’est dé ve lop pé deux fois plus partie de fa çon iné gale sur le ter ri toire.Des mé na ges plus pe tits et Dvite que la po pu la tion. Le dé par - Douze com mu nes se dé mar quent par un
te ment dis pose de 238 196 lo ge ments en taux de lo ge ments neufs éle vé al lant deplus âgés
mars 1999, soit 34,9 % de plus qu’en 38 % à 49 %. Quatre d’entre el les sont
1990 alors que la po pu la tion a aug men té des com mu nes pé riur bai nes, pro ches des La taille moyenne d’un mé nage est
passée de 3,76 per son nes à 3,26 entre de 18,7 %. Le dé ve lop pe ment du parc pô les d’em ploi, dont la po pu la tion a
les deux re cen se ments. Les mé na ges de lo ge ments a per mis de faire face à la aug men té ra pi de ment : La Pos ses sion,
de pe tite taille, de une ou deux poussée dé mo gra phique et à un cer tain Sainte Marie, Etang Salé et dans une
per son nes, se sont mul ti pliés à un des ser re ment des mé na ges. moindre me sure Sainte Su zanne. Quatre
rythme sou te nu : res pec ti ve ment au tres sont des com mu nes du Sud à do -
+ 78,6 % et + 65,6 %. Les grands
-mi nante ru rale, pour les quel les la cons mé na ges de six per son nes ou plus ont Un lo ge ment sur trois a
truc tion de lo ge ments vient com pen serdi mi nué en nombre et en moins de dix ans
pour cen tage : ils re pré sen taient 16,9 % des taux de dé mo li tion su pé rieurs à
des mé na ges en 1990, ils ne sont plus 20 % : Saint Phi lippe, Sainte Rose, Pe -
L’aug men ta tion du parc est le ré sul tatque 9,2 % en 1999. tite Ile et Saint Jo seph. Enfin, les trois
d’un rythme de cons truc tion neuve sou - der niè res sont des com mu nes de l’Ouest
L’âge des chefs de mé nage suit le -te nu conju gué à de nom breu ses dis pa ri à do mi nante ru rale, dont la crois sancemême vieil lis se ment que l’en semble tions de lo ge ments par dé mo li tion ou dé mo gra phique et le taux de dé mo li tionde la po pu la tion. Les mé na ges di ri gés chan ge ment d’af fec ta tion. De puis le pré - sont su pé rieurs à la moyenne : il s’agitpar des per son nes âgées de soixante cé dent re cen se ment, 83 155 lo ge ments de Saint Leu, l’Entre Deux et Les Avi ans ou plus se sont ac crus de 50 % -
ont été cons truits, soit une moyenne depen dant la der nière dé cennie et rons. Le dé ve lop pe ment de leur parc
9 239 par an, et 21 540 ont dis pa rure pré sen tent main te nant 20,7 % de s’est tra duit par un taux de lo ge ments
(12,2 % du parc de 1990).l’en semble des mé na ges. Tan dis que va cants plus éle vé que la moyenne.
les chefs de mé na ges de moins de
trente ans sont moins nom breux qu’au
pré cé dent re cen se ment et ne di ri gent Lo ge ments va cants et
Logements de moins de 10 ansplus que 11,7 % des mé na ges. Non ré si den ces secondaires
seu le ment cette gé né ra tion de jeu nes
adul tes a di mi nué de puis 1990, mais St-Denis Ste-
Ste-Marie SuzanneLe Portelle dé co ha bite moins fa ci le ment que On dé nombre 19 332 lo ge ments va cants,
St-André
les gé né ra tions pré cé den tes. soit 8,1 %. Mal gré la ten sion qui marque
St-Paul le mar ché du lo ge ment à La Réu nion, ceSalazie
St-Benoît taux est su pé rieur à ce lui de mé tro pole
(6,9 %). L’in con fort de cer tains lo ge -
Cilaos La Plaine desL’auteur PalmistesSt-Leu ments et le dé ve lop pe ment du parc de
Entre- Ste-Rose
Deux lo ge ments lo ca tifs ex pli quent sans doute Nelly ACTIF est responsable de la
Le tampon
St-Louis
division “études” à la direction cette dif fé rence. Le parc de ré si den ces
St-Philipperégionale de l’INSEE. se con dai res ou oc ca sion nel les n’a ja mais
St-PierreEn % St-Joseph
Petite-42 - 49 été très éten du à La Réu nion : il se Ile
38 - 42
34 - 38 chiffre à 3 820 lo ge ments en 1999. LaSource : Insee - Recensement de la population 199923 - 34
© IGN - INSEE Plaine des Pal mis tes se sin gu la rise par
un grand nombre de ré si den ces se con -
La cons truc tion a été par ti cu liè - dai res ou oc ca sion nel les (487 lo ge -
re ment ac tive dans les com mu nes ments). Les lo ge ments va cants y sont
voi si nes des gran des vil les ain si
aus si plus pré sents qu’ail leurs : 285, soit que dans le sud-est.
15,3 %.
6so cié té
plus jeune et plus urbain
-dé ve lop pé ra pi de ment dans les zo nes ur qui ne leur ap p ar tien nent pas et donc
Taux d’habitat collectif -bai nes où la pé nurie de fon cier se fait con fron tés à une si tua tion ju ri dique dé li
sen tir. Il se par tage à parts éga les entre cate. La pro por tion de mé na ges lo ca tai -
St-Denis Ste-
Le Port Ste-Marie Suzanne la ville de Saint De nis (47 %) et les onze res de leur lo ge ment a pro gres sé de près
St-André
au tres com mu nes ur bai nes du dé par te - de 5 points de puis le der nier re cen se -
ment (49 %). Un mé nage ur bain sur ment. Celle des mé na ges lo gés gra tui te -
St-Paul
Salazie
St-Benoît quatre (26 %) vit donc en ap par te ment. ment a re cu lé de 2 points.
Cette pro por tion monte à 42 % au Port
La Plaine desCilaos En règle gé né rale, les pro prié tai res oc cu -
Palmistes
St-Leu et à 51 % à Saint De nis.
pent plu tôt des mai sons in di vi duel les et
Entre- Ste-Rose
Deux Les mai sons in di vi duel les tien nent pour - les lo ca tai res des ap par te ments en im -
Le tampon
St-Louis
tant en core le haut du pavé. Elles cons ti - meu bles col lec tifs. C’est pour quoi la
St-Philippe
En % St-Pierre tuent le lo ge ment de trois mé na ges sur carte des pro prié tai res se rap proche deSt-Joseph
Petite-40 - 52
Ile quatre. De puis 1990, el les se sont dur ci - celle des mai sons in di vi duel les, et par
15 - 25
10 - 13 fiées et l’ha bi tat tra di tion nel ré gresse. consé quent de celle des com mu nes ru ra -
Source : Insee - Recensement de la population 1999
3 - 10 De près de 40 % des lo ge ments en 1990, les.0,2 - 3 © IGN - INSEE
il re pré sente au jourd’hui moins du quart
Alors que les taux de pro prié tai res dansdes lo ge ments.
L’ha bi tat col lec tif se dé ve loppe chaque com mune s’éche lon nent entre
dans les com mu nes ur bai nes. Il 68,8 % et 81,0 % en zone ru rale, et entre
est en core lar ge ment concen tré à Pro prié tai res et lo ca tai res 53,7 % et 67,5 % sur les ter ri toi res ur -St-De nis et au Port.
bains, Saint De nis et Le Port af fi chent
La pro por tion de mé na ges pro prié tai res des pro por tions net te ment plus fai bles
Mal gré leur pré fé rence pour la mai son du lo ge ment qu’ils oc cu pent a lé gè re - avec res pec ti ve ment 29,6 % et 28,6 %.
in di vi duelle, les mé na ges réu nion nais vi - -ment di mi nué : de 56,3 %, elle est des
vent de plus de plus en ap par te ment. En cendue à 53,8 %. Cette baisse pro vient Encore des la cu nes dansmars 1999, ils étaient 22,2 % à ha bi ter en fait de la ré duc tion du nombre des
en im meuble col lec tif, contre 14,5 % au l’équi pe ment sa ni taireper son nes qui ne sont pas pro prié tai res
pré cé dent re cen se ment. Près de la moi tié du sol sur le quel leur mai son est cons -
Le confort des lo ge ments, en ter mesdes ap par te ments oc cu pés (47 %) ont truite. On re cense en core mal gré tout
moins de dix ans. l’ha bi tat col lec tif s’est d’ins tal la tions sa ni tai res, a fait un bond15 756 mé na ges ins tal lés sur des ter rains
re mar quable en neuf ans. Au jourd’hui
90 % des lo ge ments dis po sent à la fois
Ré si den ces prin ci pa les se lon le sta tut d'oc cu pa tion, de WC in té rieurs et d’une douche (ou
l’aspect du bâti et le type en 1990 et en 1999 une bai gnoire) contre 66 % tout au plus
en 1990. On ne dé nombre plus que
1990 1999 2 470 lo ge ments ne dis po sant pas de
nombre % nombre % point d’eau à l’in té rieur. Ce pen dant des
pro grès peu vent en core être réa li sés
Ensemble des ré si den ces
157 853 100 215 044 100 puis qu’on dé nombre en core 13 706 lo -
prin ci pa les ge ments (6,4 %) qui ne dis po sent ni de
Sta tut d'oc cu pa tion -bai gnoire, ni de douche, ni de WC in té 88 844 56,3 115 801 53,8
Pro prié taire rieurs. De plus 12 827 lo ge ments n’éva -70 113 44,4 100 045 46,5
- du sol et du lo ge ment cuent leurs eaux usées ni au18 731 11,9 15 756 7,3
- du lo ge ment et non du sol tout-à-l’égout, ni dans une fosse sep- 56 396 35,7 86 323 40,1
Lo ca taire 12 613 8,0 12 920 6,0 tique. n
Logé gra tui te ment
Nel ly ACTIF
Aspect du bâti
Ha bi ta tion de for tune 7 462 4,7 4 515 2,1
Case ou mai son tra di tio nelle 62 968 39,9 52 129 24,2
Mai son ou im meuble en dur 87 423 55,4 158 400 73,7
Type de lo ge ment
Mai son in di vi duelle 127 238 80,6 160 295 74,5
Lo ge ment en immeuble col lec tif 23 153 14,7 47 747 22,2
Au tres* 7 462 4,7 7 002 3,3
* lo ge ment-foyer pour per son nes âgées, chambre d'hô tel ...
7

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.