Un paysage familial modifié

De
Publié par

Le paysage familial des Pays de la Loire se redessine selon les grandes évolutions nationales. Moins d'enfants dans les familles, monoparentalité en hausse, de plus en plus de personnes seules ou de couples sans enfant. Les spécificités ligériennes ne disparaissent pas pour autant : les familles de trois enfants sont plus fréquentes, les familles monoparentales le sont moins. L'importance de la ruralité dans la région est un facteur explicatif.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/pays-de-la-loire
N? 5. Mai 2002
Un paysage
familial
modifié
Pour appré Le paysage familial des Pays A COMPOSITION du mé
lequel vit une personne dé phé è é de la Loire se redessine selon
recensement de 1999, on en dédes é é les grandes é L prè ␣ ␣ liale, de la naissance au dé è ␣nationales. Moins d’enfants
Loire. Par convention, un mé enfance passé dans les familles,
constitué êchez l’un des parents, dé
monoparentalité parental pour un logement autonome, logement. Peu importe que le toit abrite
de plus en plus de personnes une ou plusieurs personnes␣ vie en couple, arrivé é
seules ou de couples sans individu vivant seul forme un médes enfants, dé è
enfant. Les spé é Selon cette dé ésonne â é
ges sur dix sont des couples, marié ligé ses enfants, ê é é
de retraite ou simplement rester chez non, dont seulement la moitié pas pour autant␣
enfants de moins de 25 ans vivant avecelle. Toutefois, cette histoire individuellede trois enfants sont plus
eux. Les autres mé ne se reproduit pas à fré
lement des personnes seules (30␣ les gé é monoparentales le sont moins.
des familles monoparentales (5␣temps, l’hé é
L’importance de la ruralité passé é
dans la ré vie, les comportements matrimoniaux Des mé
explicatif. et les particularité de plus en plus ré
sent et font é é
En 1999, cent mé é
La tendance est à é à comptent en moyenne 243 personnes
complexification de la famille. Celle-ci se contre 266 en 1990. La tendance à
transforme en cellules plus é é è à diminution de la taille moyenne des
gé é ␣ é mé é
avec ou sans enfant, des familles mono- sonne de moins en quarante ans. Cette
parentales, des couples marié baisse concerne aussi bien le mondeSerge FRABOUL
avec des enfants de l’un des deux parte- rural, marqué Catherine LE GROS
naires, des mé la population, que celui des villes, en
foyers associant plusieurs gé é moyenne plus jeune. La ré
slneesogaoacgcnliasuaorulsspeagnptfssv)oelsutecrramc-eotcdtietcisnn’erearinreeu.ruannrfmnesm%nlamgnerspereesptitdbci’edne-naltcaubeliicer,lnluanveonrp,emrp-nmsiaxmihsnrnegdssesnullopoe.,snuosintriineinflluaecioplela’esamtijeststsea.sengaasnfmeednmtos’efttnooninliartsaurunpeol:iscmneoamlbrreeeigmsousedldfel1oue3’0s0,di0e0n0ssldnpia.risoloegnovsinecirlilriosusienmnesnet)epdaeoipreasgoiplanisvevgralnasstolaetserfPuadytsaaldrenphluase,tniLu.dneodnrcuuo,pe,deeunqriptenleedrip’,etlalnisadtdlteedeensleail-igiiiomn,snreidneessseidasmauanseectedcegqrheabgemhdsdeeretasiilvsudo:ee,bsitandeirtampsses,eelq.ezteshtcegmeaAiulAsuh.nedg%zuethnceaien:as:cg-niemuaefaeridvearstegdssottnrenmuesnavedinneeptsunoaadteug-apncainpntvSocié é
Un paysage familial modifié
Pays de la Loire s’aligne dé femmes␣ à 26␣ ␣
norme nationale aprè ê seules contre un tiers des hommes du aux trè
distingué mê â plus en plus rares␣
é é adultes â é à contre une sur 10 en 1982, compte
au moins un enfant. Seulement trois jeunes plus de trois enfants et une sur 80 cinq
Les personnes vivant seules sont de
sur dix de 25 à enfants ou plus. Le nombre de familles
plus en plus nombreuses (+␣ ␣
de deux enfants est é é
neuf ans). Dé é En 1999, parmi les 911␣ é
recul. En revanche, on a recensé
neuf habite seul et trois logements sur ligé
tage de familles avec un seul enfant
dix ne comptent qu’un occupant, contre compte 873␣
(+␣ ␣
un quart en 1990. Toutefois, la solitude tistique du terme, on entend par famille
enfants reste le modè
reste moins fré une partie du mé é
unique est de plus en plus fré
nal où moins deux personnes pouvant accueillir
enfants ne sont jamais resté
La solitude est fré un enfant. Le nombre de familles ligé
longtemps au domicile parental alors que
centres mais é à riennes est en augmentation de 8␣
la cellule familiale se restreint davantage.
Elle est souvent synonyme de vieillesse␣ rapport à
prè é 5␣ é Les agriculteurs et les professions libé
est â é outefois, croissance ré rales ont toujours la descendance la
la population des solitaires se rajeunit␣ mouvements opposé ␣ plus nombreuse␣
parmi les jeunes adultes de 20 à familles sans enfant augmente forte- famille compte au moins trois enfants et
ans, un sur cinq vit seul contre un sur ment (+25␣ les trè
huit en 1990. celui des familles ayant des enfants de fré
moins de 25 ans s’inscrit, pour la pre- cadres supé Jusqu’à â é
miè é ␣ ␣ des familles nombreuses. En revanche,des enfants vit au domicile parental. De
tendances se retrouvent dans les autres seulement un pè 20 à
ré ç cinq a plus de deux enfants. Dans les villes-moitié è
centres le modè entre 25 et 29 ans. À
Familles nombreuses␣ unique. Dans les banlieues des grandesla vie en couple devient dominante. Au-
familles plus rares agglomé delà é
fants sont surrepré é quarante ans environ, huit ligé Les familles comprenant des enfants
couronnes pé ù dix vivent en couple. Ensuite, la solitude â é
mé redevient la norme, surtout pour les nombreuses en 1999 qu’en 1990␣
familiales sont proches de la moyenne473␣ ␣
ré touche surtout les familles nombreuses.
sont plus fré Les 109␣

rural. Les Pays de la Loire continuentou plus ne repré ␣
des familles ayant des enfants contre d’afficher un taux de familles nombreuses
On appelle mé
Plusieurs modes de cohabitationoccupants d’un mê é
comme ré 100
soient les liens qui les unissent. Il peut se
ré à parents d'une 90 vivent seuls
famille monoparentale
Une famille est dé
80ensemble d’au moins deux personnes
d’un mê é
70d’accueillir un ou plusieurs enfants
Une famille comprend␣ 60
- soit un couple (marié
vivent en é é â é 50
collectivité*25 ans vivent en couple- soit une personne sans conjoint et ses 40
enfants de moins de 25 ans (famille
monoparentale) 30
vivent chez
leurs parentsL’enfant de la famille est compté 20
tel s’il est â é
n’a pas de conjoint ou d’enfant vivant 10
dans le mé Ré é â
constituerait alors une famille en tant 0
qu’adulte. Ce peut ê 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95
parents, de l’un ou de l’autre, enfant
* ou vivent hors famille dans un mé
adopté Note de lecture : en 1999, sur 100 Ligé é
2 forment une famille monoparentale et 17 vivent seuls.l’autre parent.
Source : INSEE-recensement de la population 1999 (exploitation complé
2 INSEE PAYS DE LA LOIRE - UN PAYSAGE FAMILIAL MODIFIÉ - 2002
eyiosm:sseelsleiraitlsut%ueesnicngtiqoentablneg.molLeeoslrsfnaempimlllmegstedneonmdbrraeauuspeusgsslgelcsa0s0slpxon-sunrineq4ulennptnemselndia)nss-arl%e2enmeo0n,dleni’rodt’.egnetorlesssenusxdu(e%t0l%puovueretautnmescCientqfusij,emretesnvftaeiltd,tdneeddeausxtiaarmera:lpearratyierto-daems52m5s8satnqss,rilsnsvunaes9d,et3p0vanntfrimneiPteiloenesesiestapmonusrlufnietperr:eniasgeensolo’ie%nes0eem9belae2endsecsqLlit.nttnneoudqlofdesaetd0e8lta0demeenmeleougsesmseanitroo(eolcac.uapeiutlieeuduessapeelsei-dxennscie3rgporgionrctiup’aelsee)pscqnueetlssnoaqiusesnfnleesatonlanfrnien’nle,itdnaasnliimeosdnsaedlfepullneessgee8dv’daoucm1orsaito5roteioueo4nvxudcueivr,esuyeedculnseusesgerurlneme:poeer’seoenfnoe2.ddoeclal,ium-aafn60aplt0eieSn.s)r%’aofaiinriied5LcrosmlmleAneunnasa.nTns1endtnee3utnpl9i1gnreipern3seuqraueqa5e%ueenutlni-pnnatveasdnefveiivrxeis2lmiea90m0dsniabgtee,.a0s9u4srcnecp0tri0b’lneantsdrssdounnteuopeairoe,netisb.usrtu:sprei.,elreeagnlDl,uenfenestnntetmleeldatg’sneoteievc’vtlinuvhvcsrau5ss0n0-0u:d0em0eenlamgfessln,2n9inaoescrmioetnnsarlds’dauueopureonnodns)gmaeatt,eosldesiscga,sandcshfsmalnetu,qptsaens’doesnnfnannmtdseqtuegteisenndoettomsoai2ndsneodeese:qnu,’sapuuuspoluannex.nUattuirog-esspaemrasiorneusndsee5eansn:e1sepileutselcervaehsz.ltues3pdrannss9:9ssenr.untccu.lrstLsauiseetlenh,otlncMiAiIaeululsae,o0s2rtareursnseetnque’dd.n%spnuieoamFia:c’iseerslengmarndllfgesesua)nfrtd(nlicerur’g0lsnptosaoganrsdlnqsaeintat4%qeeia0stCs.o%r3m-aaiusesneedsu)ten,oisfresneilel,coonmsm2eue-lt,0sseololiiamna.fCatsteogedrnidveoadmuomirngsmrldaetgt2o5lseaeniss,isns.’eiolsse’rtmrdeuleocthnbatutQons.e2e8)9usupé à ␣ ␣ fratries sont é Peu de familles
contre 20␣ é à plus ré en monoparentales dans l’Ouest
ré ␣ é moyenne).
La spé é é à
La moitié
des familles d’au moins trois enfants, les
habitent les villes-centres des pô
trè é é
où é è
tes dans la ré
avec enfant sur quatre. Dans ces villes,
figurent, au regard de la proportion de
les monoparents trouvent plus facilementefamilles de trois enfants, au 3 rang des
un emploi et un logement, notamment
ré ç è
dans le secteur HLM. Les familles
de-Calais et la Picardie. Tous les dé
monoparentales sont, en revanche, peu
tements ligé
fré
de la moyenne nationale. Le Maine-et-
dans les couronnes pé
Loire et la Mayenne occupent mê
e e3 et 4 rangs␣ à Comme en 1990, les Pays de la Loire
familles des Mauges et du Segré figurent au dernier rang de France pour
la proportion de familles monoparentales.
La plus faible proportion L’é ␣
de familles monoparentales contre 17␣
neuf ans. Tous les déde France
ligé
Des couples bi-actifs dans l’OuestSi on a recensé
infé à ç
des enfants en 1999 qu’en 1990, le
Vendé
nombre de familles monoparentales a,
deux derniè
quant à é
dé ␣ ␣ Autant de couples avec
1990 (+␣ ␣
que sans enfant
longe l’é é
transformation du paysage familial. Dé La proportion de couples formé
mais, sur cent familles vivant avec des deux personnes marié à
enfants de moins de 25 ans, 13 sont baisser depuis 1982␣ ␣
monoparentales, trois de plus qu’en 89␣ ␣
1990, cinq de plus qu’en 1982. des couples de deux cé
quintuplé␣ ␣ ␣
Six fois sur sept le parent est la mè
1999. Quand l’homme est â é
D’une part, la surmortalité
de 40 ans, un couple sur trois unit deux
accroî
cé é
femmes␣ é
marié outefois le
ration, la garde des enfants est le plus
mariage devient la rè è
souvent confié à è
cercle familial s’é
40 et 49 ans, une femme sur dix éè
Un partage Nord-Sudseule ses enfants. Dans plus de quatre Dans les Pays de la Loire, 400␣
par les familles nombreusescas sur dix, un divorce est à couples vivent sans enfant au foyer. Ils
la famille monoparentale, le veuvage ne sont dé
l’est plus qu’une fois sur dix, contre une couples vivant avec au moins un enfant de
moins de 25 ans, alors qu’ils n’é sur quatre en 1990. Deux fois sur trois
seulement, une femme qui éè quatre sur dix en 1990 et en 1982. Cette
ses enfants occupe un emploi. Cet em- progression est à
l’allongement de la duré ploi relè
explique le nombre important demoyenne des caté é
couples â é ou de professions intermé
revanche, la monoparentalité plus de la moitié é
hommes. Par le passé ment inexistante chez les agricultrices.
eu pour la plupart des enfants qui ne
Un enfant sur neuf vit avec un seul de vivent plus avec eux. Le fait marquant
ses parents contre un sur douze en ré
1990. La proportion augmente avec de couples sans enfant parmi les
l’â ␣ ␣ jeunes␣
moins de 3 ans à ␣ l’homme est â é à
ans. Ces enfants sont donc plus â é sans enfant contre 17␣ â
que ceux vivant avec leurs deux parents␣ à é
©
13 ans contre 11 ans en moyenne. Les 1990 mais l’arrivé Source : recensement de la population 1999
(exploitation complé
3 INSEE PAYS DE LA LOIRE - UN PAYSAGE FAMILIAL MODIFIÉ - 2002
lls,ven%nsrelnoin1m9a9o0nareqtfnd8i4,ae%iraernefr1m9s9m9a.seeCeecloleetn:n:etyooimeatlrsnearquseni3rrsunsoaiotersoelsipbrastiayitroeesepnacoer0pesiecdatGnIeiha:ecl2sio%sfsennofr1i9t8l2rase,tust101cnb%.epeenviarmsdtlneeumsertereaupnnteuunrPclcradsariule9lglogLilaudief’amuotienrsrdntosfen’qsa)u%t%t3%1n(neulEaonvoqirteaundeqnsneeuymo-msaalcceetviaetfr,aecn.dseeinulmieb-aiteaaitrcecsl.oi7L0a4anm0oeiotnisborndte,scuscioeuipnlsedssiangosnrrntruloutes:reosn-tnuiasunsamdocilndsrtsudneede5n3fnasnsta.nleTLa%rsu0r’ePdenmoomueulnseniapd-sqenttnsedulqaedlmlfinmsaafpelniuagglcec’9dsdosistllorr,sfroqnureLp3lleitenyelti,28nNelsrrppMeiresuellulpegsvneielsaursgriett.nalbcrau.srerlgssedlnaltenteeriauptoonmotmisnecleluiimtaafoseer0t0a0tds0p,r2ielrstvnoopcut,nsaufhntee7C,e1.(ospeet)inu%d2,es0a9ceetcos0n0a6dr)mrnaenOmsdelgargt:esestonrimlaeiaseglamufsdsnio4.neoemiberdenunxa2pqourestilnedsgeo7b1eeerltvnoet%r5o1sallmiudsndauutqe%t7sesd::usetunraifenreospeed-eogt-ai-saa-urqNtgseeen2Ei.rs9earsieatiedisnerysoolgprmoea’eddsne1i9r.oLgaaelseatfariaeinntdu.qoupeeqatrncelvgueousssnuulrpsuiempnntueelv’enleufensieavslleadsednaiggeinrtoo’ml’etveltelrntinrei,iiis.n9i1Ae.teirpmnacldriatpiperiodcshoeeruetddee-taap’s.e%n2ue’adostrnonle,otarraepreIrNt-uIaS’E91aneestxeeaeuonAe%e69t:saMayeneesituanalunitn;csseosiins.seddeemteinet,Un paysage familial modifié
Type de familles en Pays de la Loire plus souvent comme employées ou
avec enfant de moins de 25 ans selon l’activité des parents cadres moyens. Quand le chef de famille
est employé, commerçant ou artisan, la
1999
mère de famille travaille généralement.dont
1982 1990
Ensemble 3 enfants L’homogamie est importante chez les1 enfant 2 enfants
ou plus artisans et commerçants, le conjoint
Famille monoparentale
387 580429 30 62 58364 164129 26 9 15 d’une commerçante est lui-même(avec enfant de moins de 25 ans)
commerçant dans la majorité des cas.-8homme ou femme actif occupé 205 78382 98 43 21204 110183 83 5 27
C’est dans les familles de cadres
-2homme ou femme autre 181 79146 32 19 36160 0545443 3 87
supérieurs et d’ouvriers que la biactivité
Famille couple
4443 1364439 42 410 601343 3541767 37 99 87 est la plus faible. Celles-ci comptent(avec enfant de moins de 25 ans)
plus souvent trois enfants au moins.homme et femme actifs occupés2235 812557 75 277 03976 7621621 58 58 68
Toutefois dans les familles ouvrières, où
-6homme actif occupé - femme autre1674 951740 65 99 00208 885326 16 33 96
l’homogamie reste très forte, la mère
- homme autre - femme active
140 896126 24 16 91867555141 2 74 est plus souvent au chômage.occupée
-2homme et femme autres 221 47204 77 17 65809524821 4 48 Dans les couronnes périurbaines, les
Ensemble des familles familles dont les deux parents occupent480 716 488 732 473 186 177 518 186 639 109 029
(avec enfant de moins de 25 ans)
un emploi sont les plus répandues :
Source : INSEE-recensements de la population (exploitation complémentaire) jeunes ménages habitant en maison
individuelle et disposant de deux
couple a reculé encore davantage. C’est Le modèle biactif
véhicules. Inversement la biactivité est
pour ces raisons que les couples sans
la plus faible dans les villes-centres.La biactivité demeure la règle jusqu’auenfant se rencontrent plus souvent dans
quatrième enfant : elle ne concerne Pour la proportion de couples biactifs,
les villes-centres des agglomérations et e alors que quatre familles sur dix, contre les Pays de la Loire figurent au 2 rang
dans les communes rurales. Ils sont plus
encore plus de six sur dix (64 %) pour des régions françaises, derrière la
fréquents en Sarthe et en Vendée où la
les familles de trois enfants. Toutefois, Bretagne. La proportion ligérienne est
population est plus âgée.
nettement supérieure à la moyenneà partir du deuxième enfant, une fois
En neuf ans, le nombre de couples sur deux la maman travaille à temps nationale : 67 % contre 60 %. Cela tient
vivant avec des enfants de moins de partiel. La biactivité est naturellement à l’importance des emplois féminins
25 ans a diminué de 7 %. Près de moins fréquente quand les enfants sont dans l’agriculture et l’industrie. Tous les
neuf enfants sur dix habitent avec très jeunes : une mère sur deux seule- départements ligériens se situent au-
deux parents, ceux-ci pouvant être dessus de la moyenne française. Avecment travaille quand elle vit avec deux
leurs parents biologiques, des enfants de moins de six ans. trois familles sur quatre dont les deux
parents adoptifs ou des beaux- parents travaillent, la Mayenne figure au
Ce sont les conjointes d’agriculteurs qui er parents. La biactivité est devenue la 1 rang des départements français.
sont le plus souvent actives (huit fois surnorme. Plus de deux fois sur trois,
dix). Une fois sur deux, elles sont elles-les deux parents occupent un emploi.
mêmes agricultrices. De façonSi on ajoute les parents chômeurs,
symétrique, neuf fois sur dix, le conjointce sont près de huit couples avec
d’une agricultrice est exploitant agricole.enfants sur dix qui occupent ou
Trois fois sur quatre, les conjointes derecherchent un emploi. Dans une
cadres moyens (les professionsfamille sur cent, les deux parents
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
intermédiaires) exercent une activité, lesont au chômage. Bruno TREGOUËT
RÉDACTEUR EN CHEF
Alain MALMARTEL
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
Gabrielle PILET
SECRÉTAIRE DE FABRICATION
Hélène VERRON
MISE EN PAGEType de ménages en Pays de la Loire
Jean Marc CHÉNÉ
IMPRIMEUR1982 1990 1999
La Contemporaine - Nantes
P8ersonnes vivant seules 2820 842382 54 381 93
Prix : 2,20 €
-8homme seul 648 501800 46 153 35
Photos : INSEE
-0femme seule 1452 341582 08 228 57 e Dépôt légal 2 trimestre 2002 - ISSN/en cours
Code Sage IETU00544
Famille principale monoparentale © INSEE Pays de la Loire - Mai 2002366 576418 37 61 10
(avec enfants de moins de 25 ans)
Abonnement annuel complet :
Études (mensuel) + Dossiers : 60 €-2homme + enfant(s) 4885 7108 9 29
Abonnement annuel Études : 20 €
-4femme + enfant(s) 381 72 401 28 51 81
F2amille principale couple 7413 257957 12 808 62
INSEE Pays de la Loiresans enfant de moins de 25 ans 2270 673318 09 398 38
105, rue des Français Libresavec enfant(s) de moins de 25 ans 4242 584639 03 410 24
BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2A8utres cas 303 16 315 82 40 93
Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39Ensemble des ménages 1 003 844 1 123 868 1 292 594
Source : INSEE-recensements de la population (exploitation complémentaire)
4 INSEE PAYS DE LA LOIRE - UN PAYSAGE FAMILIAL MODIFIÉ - MAI 2002

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.