Un rééquilibrage démographique de l'aire urbaine de Toulouse.

De
Publié par

La population de l'aire urbaine de Toulouse a continué de s'accroître à un rythme exceptionnel au cours des années quatre-vingt-dix. Elle se situe ainsi parmi les aires urbaines les plus dynamiques. Par rapport aux décennies précédentes, le développement démographique est plus équilibré.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 45
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

R
E
C
S
E
F
N
I
S
T
E
I
M
N
E
I
F
N
É
T
D
D
E
S
L
T
A
A
Agence
d'Urbanisme
de
l'Agglomération
Toulousaine
Numéro 37 : mars 2000
Un rééquilibrage démographique
de l'aire urbaine de Toulouse
La croissance des populations des composantes de l'aire urbaine de Toulouse
Nombre d'habitants
1 000 000
Aire urbaine de Toulouse917 312
800 000
741 120 Pôle urbain de Toulouse
600 000
400 000 Ville de Toulouse390 350
Banlieue de Toulouse350 770
200 000
Couronne périurbaine176 192
0
1962 1968 1975 1982 1990 1999
Source : Insee - Recensements de la population
Atteignant 917 300 habitants en 1999, la population
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUESde l’aire urbaine de Toulouse a continué
DIRECTION REGIONALE
DE MIDI-PYRENEESde s’accroître à un rythme exceptionnel au cours
Téléphone : 05 61 36 61 36
Télécopie : 05 61 36 62 00des années quatre-vingt-dix. Adresse : 36, rue des Trente-Six-Ponts
31054 TOULOUSE CEDEX 4
Elle se situe ainsi parmi les aires urbaines les plus
Directeur de la publication :
Benjamin Camusdynamiques. Par rapport aux décennies précédentes,
Rédacteur en chef :
Bruno Murale développement démographique est plus équilibré. Maquettiste :
Madeleine Cambounet
Tous les territoires de l’aire urbaine y contribuent :
Imprimeur : Reprographie Moderne,la ville centre qui se repeuple, la banlieue qui croît 31770 Colomiers
Dépôt légal : mars 2000
ISSN : 1262-442Xun peu moins rapidement et la couronne périurbaine
CPPAP : 183AD
SAGE : SIPAG3776
qui poursuit une progression rapide et régulière
de sa population. Prix : 15 F - 2,29
T
P
L
O
U
P
U
S
L
É
A
R
T
I
O
NUn rééquilibrage démographique
de l'aire urbaine de Toulouse
Une croissance Une dynamique et 1982) enregistrées depuis le début des
exceptionnellement renouvelée pour années soixante-dix.
rapide la ville centre
L’excédent naturel (différence
La population de l’aire urbaine de Dans cette tendance générale au entre les naissances et les décès) de
Toulouse a continué de s’accroître à un renforcement des espaces urbains, le 22 600 personnes entre 1990 et 1999
rythme exceptionnellement rapide regain démographique entre 1990 et explique la plus grande part (71 %) de
entre 1990 et 1999. L'aire urbaine 1999 de nombreuses villes centres telles l’augmentation de population de la com-
compte désormais 917 300 habitants et Lyon, Lille, Toulouse, Nantes, Strasbourg, mune. L’influence des mouvements
se situe ainsi au cinquième rang des aires Rennes, Rouen ou Montpellier, consti- migratoires est plus mesurée. Le solde
urbaines françaises derrière Paris, Lyon, tue une évolution nouvelle et remarqua- apparent des entrées-sorties est d’envi-
Marseille - Aix-en-Provence et Lille. Elle ble. Toulouse atteint 390 350 habitants ron + 9 100 personnes. Toutefois, il
a gagné environ 120 000 habitants en 1999. Elle demeure ainsi la quatrième correspond à un retournement de
depuis 1990, apport qui correspond à ville de France, derrière Paris, Lyon et tendance par rapport à la décennie
la croissance démographique de la Marseille. Devançant Lyon (30 000 précédente où les départs étaient supé-
région Midi-Pyrénées. Ce gain de habitants supplémentaires) et Nantes rieurs de 5 100 personnes aux arrivées.
population provient pour un peu plus (25 300), Toulouse est la ville française
du tiers de l’excédent des naissances sur qui a gagné le plus grand nombre d’ha- En valeur relative, Toulouse se
les décès du fait de la jeunesse de la bitants entre 1990 et 1999, environ situe aussi parmi les villes les plus dyna-
population de l’aire urbaine, mais le 31 700, soit trois fois plus que lors de la miques. Avec un taux de croissance de
principal facteur de croissance demeure période précédente de 1982 à 1990. + 0,9 % par an entre 1990 et 1999,
son attractivité. Cette nouvelle dynamique constitue un deux fois plus rapide qu’au cours de la
retournement de tendance vis-à-vis des décennie précédente, elle n’est précédée
L’aire urbaine de Toulouse est, faibles hausses de population (+ 3 000 dans ce domaine que par la ville de
après Paris, celle qui contribue le plus habitants entre 1968 et 1975 et Nantes (+ 1,1 %), elle se situe au
en valeur absolue à la croissance de l’en- + 10 700 entre 1982 et 1990) ou des niveau de celle de Montpellier et
semble des aires urbaines françaises. Ces baisses (- 25 800 habitants entre 1975 dépasse celle de Lyon (+ 0,8 %).
dernières ont gagné 1 514 800 habitants
en neuf ans, Paris contribue pour
Toulouse, cinquième aire urbaine de France269 700 habitants à ce total, suivi par
Evolution de la population des principales aires urbaines françaises entre 1982 et 1999 Toulouse pour 119 900. L’aire urbaine
de Bordeaux, proche en taille de Tou- Nombre Population sans doubles comptes Taux de variation annuel (en %)
Aires urbaines delouse, contribue quant à elle pour 1999 1990 1990-1999 1982-1990communes
51 700 habitants.
Paris 1 155 10 561 573 10 291 851 + 0,3 + 0,7
Lyon 239 1 597 662 1 507 356 + 0,7 + 0,8
Marseille - Aix 67 1 398 146 1 344 685 + 0,4 + 0,1Avec un taux annuel de croissance
Lille 118 1 108 447 1 078 467 + 0,3 + 0,3
remarquable de 1,6 % entre 1990 et Toulouse 255 917 312 797 373 + 1,6 + 1,7
Bordeaux 149 882 156 830 466 + 0,7 + 1,11999, taux à peine ralenti par rapport à
Nantes 65 674 115 610 207 + 1,1 + 0,9la décennie précédente (+ 1,7 %), l’aire
Strasbourg 128 557 122 518 789 + 0,8 + 0,7
urbaine de Toulouse est l’une des plus Nice 72 556 525 539 287 + 0,4 + 1,0
Grenoble 101 504 849 477 219 + 0,6 + 0,6dynamiques de France. En se limitant à
Rennes 105 483 795 430 035 + 1,3 + 1,2
celles de plus de 150 000 habitants, elle Toulon 25 478 206 455 353 + 0,5 + 0,9
Rouen 142 470 120 459 143 + 0,3 + 0,4arrive en seconde position derrière
Montpellier 74 445 724 377 413 + 1,9 + 2,1
Montpellier (+ 1,9 % par an) et loin
Source : Insee - Recensements de la population devant Bordeaux (+ 0,7 % par an).
2Evolution de la population de 1975 à 1999
Population sans doubles comptes Taux de variation annuel (en %)
Territoires
1999 1990 1982 1975 1990-1999 1982-1990 1975-1982
Ville centre 390 350 358 688 347 995 373 796 + 0,9 +0,4 -1,0
Banlieue 350 770 291 648 226 676 177 206 + 2,1 +3,2 +3,6
Pôle urbain 741 120 650 336 574 671 551 002 + 1,5 +1,6 +0,6
Couronne périurbaine 176 192 147 037 122 436 98 533 + 2,0 +2,3 +3,1
Aire urbaine de Toulouse 917 312 797 373 697 107 649 535 + 1,6 +1,7 +1,0
Source : Insee - Recensements de la population
Un rôle majeur de La notion d'aire urbaine
la banlieue, malgré
et sa banlieue et regroupe au total 58L’INSEE a réalisé en 1996 une nouvelleun ralentissement
communes.nomenclature spatiale, le zonage en airesde sa croissance
d’une couronne périurbaine (d’unurbaines (ZAU) afin de donner une défini-
pôle urbain) c’est-à-dire l’ensemble destion précise des villes et de leur zone d’in-
Malgré la reprise des villes centres, communes de l’aire urbaine à l’exclusionfluence. Ce zonage s’appuie sur deux
ce sont toujours les banlieues et les de son pôle urbain. L’espace périurbainconcepts : la continuité du bâti et les
couronnes périurbaines qui accueillent toulousain concerne 197 communes.migrations alternantes domicile-travail. Une
l’essentiel des nouveaux habitants des aire urbaine est ainsi constituée :
La notion d’aire urbaine permet d’analy-aires urbaines. En l’espace de vingt-cinq d’un pôle urbain c’est-à-dire d’une
ser l’essor des villes avec précision car elleunité urbaine offrant 5 000 emplois ou plusans, la population de l’aire urbaine de
prend en compte non seulement la dyna-et n’appartenant pas à la couronneToulouse a tendance à se déconcentrer
mique de l’unité correspondante (le pôlepériurbaine d’un autre pôle urbain. Recou-très nettement. En 1999, sur 100 ha-
urbain) mais également celle de lavrant exactement les limites de l’agglomé-bitants de l’aire urbaine de Toulouse,
ration, le pôle urbain comprend Toulouse couronne périurbaine.
43 habitent la ville centre, 38 la ban-
lieue et 19 la couronne périurbaine. En
Aire urbaine de Toulouse Pôle urbain de Toulouse
255 communes1975, ces chiffres étaient respective- 58 communes
917 312 habitants741 120 habitants
+ 119 939 habitantsment de 58, 27 et 15. Ce desserrement + 90 784 habitants
+ 1,5 % + 1,6 %
de la population s’accompagne en 1999 Lecture du graphique
Aire urbaine de nouvelles inflexions.
de Toulouse :
255 communes
917 312 habitants La banlieue de Toulouse est après
en 1999 Toulouse Pôle urbain de Toulousecelle de Paris celle qui a gagné le plus 390 350 habitants 58 communes + 119 939 habitants + 31 662 habitants
741 120 habitantsd’habitants entre 1990 et 1999. Elle + 0,9 % entre 1990 et 1999+ 90 784 habitants
+ 1,5 %compte aujourd’hui environ 350 800 + 1,6 % de variation
relative annuellehabitants, soit 59 100 habitants sup-
plémentaires depuis 1990. Elle a gagné
Couronne périurbaineBanlieue
57 communes 197 communesenviron 6 600 personnes par an en
350 770 habitants 176 192 habitants
+ 59 122 habitants + 29 155 habitantsmoyenne. Ce chiffre moyen était de + 2,1 % + 2,0 %
8 100 entre 1982 et 1990. Source : Insee - Recensements de la population
Ce zonage a été élaboré à partir des données du recensement de 1990. Il sera revu àMalgré ce ralentissement, la ban-
la lumière des résultats du recensement de 1999 courant 2001.lieue demeure un territoire d’accueil
important puisqu’elle capte la moitié de
la croissance démographique de l’aire Contrairement à la ville de La banlieue toulousaine est com-
urbaine. Son taux de croissance annuel Toulouse, la banlieue croît essentielle- posée de 57 communes dont quatre,
de 2,1 %, moins soutenu qu’entre 1982 ment en raison de son attractivité. Les Colomiers, Tournefeuille, Muret et Bla-
et 1990 (3,2 %), reste cependant parmi arrivées y sont supérieures aux départs gnac comptent plus de 20 000 habitants
les plus forts. Seules, parmi les quinze de 41 700 habitants. A cet excédent et sept autres, Plaisance-du-Touch,
premières aires urbaines de France, celles migratoire important s’ajoute un excé- Cugnaux, L’Union, Balma, Ramonville-
de Rennes et de Montpellier affichent des dent naturel non négligeable de Saint-Agne, Saint-Orens-de-Gameville
taux de croissance annuels supérieurs. + 17 400 personnes. et Castanet-Tolosan dépassent 10 000
3Densification du pôle urbain
Variation de densité de population
par commune entre 1990 et 1999 A62Vers Montauban Villaudric
N20 Mirepoix
sur TarnLa Magdelaine
sur Tarn
Bouloc
Le Burgaud Castelnau BessièresOndesSt Cézert Vacquiersd'Estrétefonds N88
Vers AlbiVilleneuve Montjoire
les Bouloc
Grenade BuzetGargas sur Tarn A68St SauveurLaunac
VillarièsSt Jory Cépet PaulhacPelleport GémilLabastide RoqueserièreBruguièresLarra St Sernin
Gratentour BazusLe Grès Merville Montberon MontastrucLespinasse Garidech AzasThilCaubiac Pechbonnieu la ConseillèreGagnac
Brext St Paul sur Garonne St St Loupsur Save Castelginest Lapeyrouse MontpitolSt JeanAlban Cammas GarriguesSeilh FossatDaux LhermStMontaigut FenouilletAussonne GenièsMenville sur Save Gragnague
Fonbeauzard Castelmaurou BonreposLe Castéra AucamvilleMondonville St Jean RiquetBeauzelle Launaguet
Rouffiac
VerfeilLévignac St MarcelSte Pradère Tolosan
Beaupuy PaulelLivrade les Cornebarrieu L'Union
BlagnacBourguets
Lasserre Montrabe Lavalette St PierreSégoufielle Pibrac Teulat
Mondouzil
BraxMérenvielle Pin
N124 Colomiers GauréBalma
BourgMonsBalmaVers Auch TOULOUSE ST Bernard
Pujaudran
FlourensLèguevin
Drémil Vallesvilles VendineSaussens N126LafageLa Salvetat Quint
LoubensLias St Gilles Tournefeuille PrunetSt Orens Aigrefeuille St Pierre Lauragais Vers Castres
de de LagesFontenilles Lauzerville MascarvillePlaisance Belberaud LantaBonrepos Gameville Albiac
du Touch Ste Foysur Cugnaux Ramonville La SalvetatEmpeaux Aussonnelle d'AigrefeuilleSt Agne LauragaisPortet AuzielleVilleneuve Vieille Auzeville Labège
Fonsorbes sur AurinSaiguède ToulouseTolosane Tolosane MaurevillePreserville AuriacSt Thomas CaramanFrouzins GaronneVers Pechbusque Castanet Escalquens surOdarsLombez Roques Tolosan VendinelleVigouletSt Lys TarabelSte Foy sur Garonne Pinsaguel Lacroix MervillaAuzil CaragoudesD632 Péchabou Belberaudde Peyrolières FourquevauxBragayrac Seysses FalgardeRoquettes
MourvillesLamasquère Pompertuzat Ségreville Pins Rebigue Labastide CambiacSt Clar Goyrans BassesSaubens Justaret MontlaurDeyme BeauvoirSabonnères de Rivière Aureville ToutensVarennesCorronsacVillatePébées St Germier BeauvilleDonnevilleMontbrun BaziègeClermontBeaufort Labarthe MaurensCambernard Labastidette Lauragais Muret le Fort Montgiscard Mauremont Cessalessur Lèze Trébons
Espanès Juzessur la
Belbèze de Villenouvelle Grasse St VincentVenerque PouzePoucharramet LauragaisEaunes MontgaillardVernet IssusLherm AiguesvivesSt Hilaire Lauragais
Grépiac Noueilles St RomeLagardelle
MontesquieuLabr uyèresur Lèze VieillevigneSt Léon LauragaisDorsa
Lavernose Le Fauga N113AuragneLacasse
Beaumont GardouchBérat Vers CarcassonneMauzac Miremontsur LèzeSavères A61Auterive Montclar
Nailloux SeyreNoé LauragaisLabastide Longages
MauvaisinMontautClermont Bois de
Auribailla Pierre LagardeAignesLagrâce Montgeard
Capens
Dieu PuydanielPeyssies St Sulpice
Mauressacsur Lèze Caignac
Lafitte Cintegabelle Périmètre du pôle urbainGrazacMontgazinVigordane
Esperce Caujac +A64 Variation absolue de densité
forte hausse
Salles 2 50Vers Saint-Gaudens St Quirc (en nombre d'habitants au km )Calmontsur Garonne © AUAT-Insee 1999 - IGN 1999 hausse
N117 10
faible hausse
2
N20 stabilité
-2
Source : Insee - Recensements de la population Vers Foix baisse
-
habitants en 1999. A l’exception de de la banlieue, moins peuplées, connais- Croissance régulière
Ramonville-Saint-Agne qui perd une sent une forte croissance. Elles sont en de la couronne
centaine d’habitants, ces communes de général plus éloignées de la commune périurbaine
plus de 10 000 habitants ont toutes centre et affichent des croissances al-
bénéficié de la croissance démographi- lant de 4 à 11 % l’an. C’est le cas de Autour de l’agglomération toulou-
que : ensemble, elles ont accueilli plus Seilh au nord-ouest, d’Aucamville au saine, une vaste couronne périurbaine
de 26 000 habitants, soit 44 % de nord, de Pechbonnieu et Montberon au composée de près de 200 communes
l’augmentation de la population de la nord-est, de Quint-Fonsegrives, Labège, s’étend jusqu’au-delà des limites de la
banlieue ou 22 % de celle de l’aire Belberaud, Pompertuzat au sud-est, Haute-Garonne. Cet espace continue à
urbaine. de Frouzins, Brax, Léguevin, Plaisance- se développer au même rythme que lors
du-Touch à l’ouest. Ces communes se de la décennie précédente (+ 2,0 %). Ce
Si les gains de population les plus révèlent très attractives et allient développement est d’une remarquable
importants se produisent dans des souvent un solde migratoire largement régularité depuis 1975, avec environ
communes déjà développées situées en positif à un solde naturel très fort du 3 400 personnes supplémentaires par
majorité à l’ouest, d’autres communes fait de la jeunesse de leur population. an. En 1999, la couronne périurbaine
4© AUAT-Insee 1999 - IGN 1999
regroupe 176 200 habitants, soit ouest, à proximité de la D2, la petite l’aire urbaine. Le long de la N126 vers
29 200 de plus que neuf ans plus tôt. commune d’Ondes s’accroît de 200 Castres, les communes de Gauré, Mons
habitants avec une croissance annuelle ou de plus petites, comme Francarville
La croissance démographique de de + 4,0 %. A l’est, la vallée de la Saune ou Mascarville, connaissent également
cette couronne est due essentiellement et ses environs a polarisé la croissance un rythme de développement rapide.
aux mouvements migratoires qui de nombreuses communes parmi les L’effet des axes est peu sensible dans
dégagent un solde positif de 24 700 plus dynamiques de la couronne : toute la partie sud de l’aire urbaine, tout
personnes, auquel s’ajoute celui des mou- Sainte-Foy-d’Aigrefeuille, Aigrefeuille, au moins pour les communes situées
vements naturels, soit 4 500 personnes. Lauzerville, Auzielle ont accueilli plus dans l’espace périurbain.
de 2 200 habitants supplémentaires
Cet espace périurbain est composé entre 1990 et 1999. Seules dix petites communes de
pour moitié de communes de moins de la couronne ont perdu des habitants
500 habitants. Quatre dépassent les La nouvelle autoroute A68 en entre 1990 et 1999, dont cinq plus
5 000 : Fonsorbes, Auterive, Grenade direction d’Albi a entraîné la forte crois- significativement (Cessales, Vallesvilles,
et Saint-Lys qui à elles seules absorbent sance démographique de communes Cambiac, Pin-Balma et Vernet).
17 % de l’augmentation de population telles Gragnague (+ 550 habitants) ou
de ce territoire. Plus généralement, Garidech (+ 260 habitants), mais son Michel BURET (AUAT)
ce sont les communes d’une certaine influence est surtout sensible au-delà de Hélène PROJETTI (Insee)
taille démographique qui captent la
croissance, puisque celles de plus de
Les plus forts taux de croissance sont situés
1 000 habitants, au nombre de 54, en en limite et au delà du pôle urbain
accueillent 67 %.
Variation annuelle de population par commune entre 1990 et 1999
La majorité des communes
Vers Montaubanpériurbaines ont un rythme de crois-
N20
sance très fort. Si des communes situées
à proximité des axes de circulation N88
Vers Albi
(grandes voies, mais aussi départemen- A68
tales ou certaines voies secondaires) sont
particulièrement dynamiques, cette
règle ne peut être généralisée. L’effet est
très perceptible le long de la D632 vers
Lombez, où Fonsorbes et Saint-Lys
N124
Vers Auchgagnent respectivement près de 2 700
N126
et 900 habitants avec des croissances Vers Castres
annuelles de + 5,5 et + 2,0 %. Au nord-
Vers
Lombez
D632Trois nouvelles communes
de plus de 10 000 habitants
en 1999
Population sans
doubles comptesCommunes N113
Vers Carcassonne
1999 1990 A61
Toulouse 390 350 358 688
Colomiers 28 538 26 979
Tournefeuille 22 758 16 669 A64
Vers Saint-GaudensMuret 20 735 18 134
N117
Blagnac 20 586 17 209 N20
Plaisance-du-Touch 14 164 10 075 Vers Foix
Cugnaux 12 997 11 311 Taux de variation annuel de 3,5 à 11
L'Union 12 141 11 751 (en %) de 2,5 à 3,5
Balma 11 944 9 506
de 1,5 à 2,5
Ramonville-Saint-Agne 11 696 11 834
de 0 à 1,5
Saint-Orens-de-Gameville 10 991 9 703
de -2,3 à 0Castanet-Tolosan 10 250 7 697
Périmètre du Source : Insee - Recensements de la populationSource : Insee - Recensements de la population pôle urbain
5© Insee 1999 - IGN 1999
La taille des ménages continue à diminuer
Au 8 mars 1999, l’aire urbaine de Toulouse
En s'éloignant de Toulouse, la taille des ménages s'accroît compte environ 391 100 résidences prin-
puis se réduit au-delà de 20 kmcipales. Plus de la moitié de ce parc se
Taux d'occupation des résidences principales selon l'éloignement de Toulouseconcentre dans la ville centre, un tiers est
Nombre de personnesimplanté dans la banlieue et le restant dans
3,6
la couronne périurbaine. Ce parc a aug-
3,4
1975menté de 25 % sur l’ensemble de la 3,2
période 1990-1999 c’est-à-dire une fois et 3,0
2,8demie plus vite que la population même.
1999
2,6L’accroissement a été plus important dans
2,4
la banlieue (+ 32 %) et la couronne
2,2
périurbaine (+ 28 %) qu’à T oulouse même 2,0
(+ 20 %). 1,8
Toulouse 5 km 10km 15 km 20 km 25 km 30 km 35 km
Depuis 1990, la taille des ménages de l’aire Source : Insee - Recensements de la population
urbaine est passée de 2,48 à 2,29 person-
nes. Ce phénomène de réduction du taux
La taille des ménages s'accroît en s'écartant du centre ville de Toulouse
d’occupation se retrouve sur tous les terri-
®Taux d'occupation des résidences principales dans les zones IRIS-2000toires de l’aire urbaine.
La taille des ménages augmente à mesure
Les quartiers, au nombre de 60 à Toulouse, que l’on s’écarte du centre de Toulouse. ® sont des regroupements de zones IRIS-2000
Mais passé une vingtaine de kilomètres (Ilots Regroupés pour l'Information Statistique).
®Les IRIS-2000 , au nombre de 149 à Toulouse, au-delà de la ville, elle se réduit rapide-
38constituent la brique de base de diffusion du
ment. Le taux d’occupation des résiden- 36Recensement de la population de 1999.
39Ils correspondent la plupart du temps àces principales, inférieur à 2 à Toulouse,
40 41une zone d'habitat d'environ 2 000 habitants. est d'environ 2,7 dans la banlieue et la 37
couronne périurbaine.
42
La ville centre connaît un phénomène 1817 19
43
09similaire. Le taux d’occupation moyen des 0859 2060 1002 44résidences principales à Toulouse est de 07
03 1101 211,9. Mais à l’intérieur des grands boule- 16 0635 450458 05vards il est généralement inférieur à 1,6. 2233 1534 12En s’éloignant de ce centre, il reste parti- 13
31Taux d'occupation 4632 14culièrement faible dans toute la zone 2557des résidences principales 2330 242754 28située au sud de la ville, entre Garonne et des IRIS-2000® 26
2956
2,5 et plusCanal du Midi et surtout dans le quartier 53
de 2,2 à 2,5 4748étudiant de Rangueil. Un découpage plus 5152de 1,9 à 2,2
précis montre que la zone qui englobe de 1,6 à 1,9 55 50
moins de 1,6l’Université Paul Sabatier dépasse juste le
taux minimal d’une personne par loge- Contours des quartiers 49
(1)ment . Le taux d’occupation est plus élevé Source : Insee - Recensement de la population
dans les autres directions surtout au sud-
Les quartiers de Toulouseouest à Bellefontaine, Reynerie et Baga-
01 CAPITOLE 16 PATTE D'OIE 31 FONTAINE-LESTANG 46 LA TERRASSEtelle. Dans ces quartiers d’habitat social, 02 ARNAUD BERNARD 17 SEPT DENIERS 32 BAGATELLE 47 MONTAUDRAN - LESPINET
03 SAINT-GEORGES 18 MINIMES 33 ARENES 48 RANGUEIL - CHR - FACULTEScertaines zones comptent plus de trois
04 SAINT-ETIENNE 19 BONNEFOY 34 LA CEPIERE 49 POUVOURVILLE
05 CARMES 20 MARENGO - JOLIMONT 35 CASSELARDIT 50 ZONES D'ACTIVITES SUDpersonnes par ménage. Ces zones ne
06 SAINT-CYPRIEN 21 GUILHEMERY 36 GINESTOUS 51 LAFOURGUETTE
rassemblent qu'environ 3 % de la popula- 07 AMIDONNIERS 22 COTE PAVEE 37 BARRIERE-DE-PARIS 52 BELLEFONTAINE
08 COMPANS 23 PONT-DES-DEMOISELLES 38 LALANDE 53 REYNERIEtion des ménages toulousains. 09 LES CHALETS 24 SAUZELONG - RANGUEIL 39 LES IZARDS 54 MIRAIL-UNIVERSITE
10 MATABIAU 25 SAINT-AGNE 40 CROIX-DAURADE 55 SAINT-SIMON
11 SAINT-AUBIN - DUPUY 26 JULES JULIEN 41 GRAMONT 56 BASSO-CAMBO
(1) Par définition, le taux d’occupation des résiden- 12 LE BUSCA 27 EMPALOT 42 ROSERAIE 57 LES PRADETTES
13 SAINT-MICHEL 28 CROIX-DE-PIERRE 43 JUNCASSE - ARGOULETS 58 LARDENNEces principales ne peut être inférieur à 1 puisqu’un
14 RAMIER 29 PAPUS 44 SOUPETARD 59 SAINT-MARTIN-DU-TOUCH
logement inoccupé ne peut bénéficier de cette 15 FER-A-CHEVAL 30 FAOURETTE 45 CHATEAU-DE-L'HERS 60 PURPAN
appellation.
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.