Un Réunionnais sur dix vit sans confort élémentaire

De
Publié par

Un logement habité sur dix ne dispose pas du confort sanitaire de base. Ce phénomène n'est pas endigué puisque près de 5 000 de ces logements ont été construits depuis dix ans. Ces logements sans confort sont fortement concentrés dans les Hauts de l' Ouest. Ils abritent une population souvent âgée et en marge de l'activité économique.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

dos sier L’état du lo ge ment en 1999
Un Réu nion nais sur dix
n lo ge ment ha bi té sur dix neLa com mune de Saint Paul dis pose pas du confort sa ni taire
for te ment concernée Ude base. Ce phé no mène n’est
pas en di gué puisque près de 5 000 de
A Saint Paul, 12 quar tiers «IRIS 2000» ces lo ge ments ont été cons truits de puis
par mi les 43 dé cou pés sur le ter ri toire dix ans. Ces lo ge ments sans confort sont
de la com mune ont un mi ni mum de for te ment concen trés dans les Hauts de
200 ha bi ta tions de for tune ou l’Ouest. Ils abri tent une po pu la tionlo ge ments sous-équi pés oc cu pés par
sou vent âgée et en marge de l’ac ti vi tédes mé na ges.
éco no mique.
Ce type de lo ge ment se dé ve loppe
en core à Saint Paul puis qu’une Les pou voirs pu blics mè nent une lutte
ving taine de mé na ges en ont cons truit -conti nuelle contre tou tes les for mes d’ha
pour s’y ins tal ler en 1998 à bi tat pré caire et in sa lubre. Pour tant, près
Bel le mène, comme au Ruis seau, ou à de 24 000 mé na ges, c’est-à-dire plus d’unl’Epe ron Ta ma tave
sur dix, vit en core au jourd’hui sans confort Si l’ab sence d’eau ou d’élec tri ci té
est rare, la plu part des lo ge mentsélé men taire. Il sub siste 4 500 mé na ges
sans confort man quent des équi --ha bi tant dans ce qu’on ap pelle com mu né
pe ments sa ni tai res de base.ment des «bi don vil les» et 19 500 au tres
vi vant dans des lo ge ments dé pour vus
d’au moins un équi pe ment sa ni taire élé - Si le manque d’équi pe ments sa ni tai res
men taire tel que l’eau, l’élec tri ci té, un élé men tai res est sou vent le fait des ha bi-
WC in té rieur, ou une bai gnoire (ou une ta tions de for tune, on cons tate que 26 %
douche). Soit un to tal de 24 000 lo ge - des au tres lo ge ments tra di tion nels en sont
ments sous-équi pés et mal gré tout ha bi tés. dé pour vus, ain si que 4 % des cons truc-
tions en dur. Sou vent éloi gnés des ré-
Encore des po ches seaux de via bi li sa tion, 3 400 lo ge ments
ha bi tés ne dis po sent pas de l’élec tri ci té,d’ha bi ta tions de for tune
et 2 500 n’ont pas de point d’eau po table
à l’in té rieur. Dans cer tains quar tiersLes plus gran des com mu nes pos sè dent,
(IRIS 2000) se concen trent quel ques di -cha cune, sur leur ter ri toire quel ques cen -
zai nes de lo ge ments sans eau ni élec tri ci- tai nes de lo ge ments de for tune. Les plus
té, no tam ment à Saint Be noît (Pe tit Stnom breux se si tuent à Saint Paul (747)
Pierre - les Oran gers - Hubert De lisle,puis au Port (579). Cer tains Iris 2000 en
Bour bier - l’Abon dance, et Ste Anne-Stre grou pent plus d’une cen taine : au Port,
Fran çois - le Cap) et à Saint Paul (Bel le- Ri vière des Ga lets-Cité Ra vine à Mar quet,
mène). Le rac cor de ment au ré seau neet le Centre ville Est, à Saint Paul, Sans
créant pas de sa ni tai res pour au tant,sou ci, et à Saint Leu, l’Etang Saint Leu.
16 119 mé na ges vi vent sans bai gnoire ni
-douche ; et 19 392 n’ont pas de WC in té
rieur.
Un phé no mène
pas encore en di gué
Cet état d’in con fort est par fois pro vi soire
lors qu’il s’agit de lo ge ments dont la
cons truc tion n’est pas consi dérée comme
achevée, mais la moi tié de ces lo ge ments
da tent de vingt-cinq ans ou plus. Pour au -
-tant, le phé no mène de cons truc tion de lo
ge ments sans confort n’est pas en core en -
d igué : 5 000 d’entre eux ont été cons truits
dans la der nière dé cennie dont près deLa ma jo ri té des oc cu pants sont
pro prié tai res de leur lo ge ment, 1 000 au cours de la seule année 1998,
mais cer tains sont ins tal lés sur un année pré cé dent le re cen se ment de la po -
ter rain qui ne leur ap par tient pas. pu la tion. Il ar rive aus si fré quem ment que
18dos sier
vit sans confort élé men taire
les fa mil les bé né fi ciant d’un re lo ge ment Po pu la tion des lo ge ments pré cai res ou sans confort com parée
lais sent der rière elle un lo ge ment vide à la po pu la tion to tale
qui est aus si tôt oc cu pé par un autre mé -
nage moins chan ceux. C’est ain si que Nombre Nombre En fants de En fants de Per son nes Per son nes
près de 10 000 mé na ges oc cu pant ces lo - de de 6 ans ou 18 ans ou de 60 ans de 75 ans
mé na ges per son nes moins moins ou plus ou plusge ments y ont em mé na gé dans la der -
nière dé cennie.
Ensemble 215 044 701 030 79 690 242 779 69 273 18 751
Les mé na ges qui lo gent dans ces ha bi ta -
tions de for tune et ces lo ge ments sous- Lo ge ments pré cai res ou 23 927 71 715 8 597 22 727 9 950 3 008
sans confortéqui pés sont fré quem ment dans des sta -
tuts d’oc cu pa tion fra gi les. Si 45 % d’entre % par rap port à l’en semble 11,13 10,23 10,79 9,36 14,36 16,04
d’eux sont pro prié tai res de leur lo ge ment
et de leur ter rain, nom breux sont les mé - Source : INSEE, re cen se ment de 1999.
na ges pro prié tai res du lo ge ment mais pas
du sol (23 % d’entre eux), ou bien lo gés
La forte pro por tion de per son nes âgées, On dé nombre ain si plus de 70 000 per -gra tui te ment (17 %). On peut no ter aus si qui vi vent sou vent seu les, ex plique que son nes vi vant dans ces lo ge ment de for -
l’exis tence d’en vi ron 15 % de lo ca tai res.
ces mé na ges sont glo ba le ment plus pe tits tune ou sous-équi pés. Les jeu nes y sont
que la moyenne : ils ras sem blent en un peu moins pré sents qu’ail leurs, maisLa po pu la tion de ces lo ge ments vit en
grande partie en marge de l’ac ti vi té éco - moyenne 3 per son nes, contre 3,3 dans les on compte tout de même 23 000 jeu nes
au tres lo ge ments, la moyenne sur l’en - de 18 ans ou moins, dont 8 500 en fantsno mique. Seu le ment 22 % des chefs de
semble du parc étant de 3,26. Effec ti ve - de six ans ou moins. Tan dis que les per -mé nage oc cu pent un em ploi, les au tres se
ment, près de 30 % d’entre eux sont son nes âgées vi vent en core fré quem mentré par tis sent entre chô meurs, re trai tés
cons ti tués d’une per sonne seule. Mais, dans ces condi tions de lo ge ment : 14 %(18 %) et au tres inac tifs. C’est sou vent
pa ra doxa le ment, on y trouve aus si un peu d’entre el les pour les plus de soixante ans,l’âge qui ex clut ces chefs de mé nage de
plus de grands mé na ges (10 %) d’au et 16 % pour les plus de soixante quinzel’ac ti vi té puisque 29 % d’entre eux ont
moins six per son nes que dans les au tres ans.plus de soixante ans et 13 % moins de
ré si den ces prin ci pa les (9 %).trente ans.
Forte concentration
dans les Hauts de
l’Ouest
Ces lo ge ments sont for te ment lo -
ca li sés dans les Hauts de l’Ouest.
Trois com mu nes concen trent 40 %
de ceux qui ont été re cen sés :
Saint Louis en compte en vi ron
2 000, Saint Pierre en vi ron 2 500
et sur tout Saint Paul qui en compte
près de 5 000. On en trouve beau -
coup moins dans les au tres gran -
des com mu nes. Que ce soit au
Port, à Saint André, ou au Tam -
pon les ef fec tifs de lo ge ments au
confort dé fi cient ne dé pas sent
guère le mil lier ; ils at tei gnent
1 700 à Saint De nis. Dans cer tai -
nes pe ti tes com mu nes ces lo ge-
ments for ment le quart du part to -
tal de lo ge ments, il en est ain si à
Sa lazie (24 %), Saint Leu (25 %)
et Trois Bas sins (27 %). n
Nel ly ACTIF
19

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.