Une région dynamique et attractive

De
Publié par

Les Pays de la Loire affichent une vitalité démographique qui va de pair avec une population moins âgée qu'en moyenne nationale. Entre 1999 et 2004, la région a bénéficié d'apports de population relativement équilibrés entre les différents âges. Il en résulte une croissance de la population, du nombre d'actifs et du nombre de logements plus soutenue qu'au plan national. Dans les Pays de la Loire, vitalité démographique et vitalité du marché du travail se conjuguent.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Les Pays de la Loire affichent une vitalité démographique qui va de pair avec une population moins âgée qu’en moyenne nationale. Entre 1999 et 2004, la région a bénéficié d’apports de population relativement équilibrés entre les différents âges. Il en résulte une croissance de la population, du nombre d’actifs et du nombre de logements plus soutenue qu’au plan national. Dans les Pays de la Loire, vitalité démographique et vitalité du marché du travail se conjuguent.
Jean COLLOBERT Serge FRABOUL
N° 37. Juillet 2005
www.insee.fr/paysdelaloire
Une région dynamique et attractive
NJANVIERdernier, l’estima 2005 tion de population publiée par meEnt de la population réalisée en 2004, l’INSEE à partirdes résultatsde l’enquête annuelle de recense montrait une croissance plus rapide de la population française et de celle de la région des Pays de la Loire par rapport aux années quatre vingtdix. L’exploitation des données individuelles permet à présent de donner, au niveau régional, des éléments statistiques sur le logement, les migrations résidentielles et l’activité de la population des ména ges des Pays de la Loire, évaluée dans l’enquête de recensement 2004 à 3 257 000 habitants.
Les Pays de la Loire confirment leur attractivité
L’attractivité de la région Pays de la Loire, déjà observée lors de la dernière décen nie, ne s’est pas démentie de 1999 à 2004. Le solde migratoire avec les autres régions de la métropole s’est même substantiellement amélioré. Le taux annuel de migration nette est passé
en rythme annuel de 0,20 % de la popu lation à 0,25 % entre les périodes inter censitaires 19901999 et 19992004. Entre 1999 et 2004, 181 000 personnes ont quitté la région pendant que 222 000 s’y installaient. En moyenne ces flux en trants et sortants représentent respecti vement 2,0 % et 1,7 % de la population chaque année.
Concernant l’origine des nouveaux Ligé riens, l’ÎledeFrance demeure la première région : 69 000 nouveaux arrivants en vien nent. Les régions voisines de Bretagne, Centre, PoitouCharentes et Basse Normandie rassemblent ensuite les plus importants contingents de néoligériens : 71 000personnes au total. Enfin, les 82 000 autres personnes venues s’ins taller en Pays de la Loire proviennent des dixsept autres régions avec des flux de moindre ampleur.
L’ÎledeFrance (40 000 personnes) et la Bretagne (38000 personnes) sont les deux premières régions de destination des Ligériens quittant notre région. Au deuxiè me plan, PoitouCharentes et Centre, deux régions limitrophes, accueillent
Toujours des départs de jeunes
© IGN  Insee 2005 Source : Inseeenquête annuelle de recensement 2004
Nombre de migrations interrégionalesDes arrivées d’abord de la région ÎledeFrance entre 1999 et 2004 80 Entrants 70 Sortants 60 50 40 30 20 10 0 4  20 ans20  29 ans 30  39 ans 40  59 ansPlus de 59 ans Source : Insee  recensement de la population 1999 et enquête de recensement 2004
Pays de la Loire 2004
France métropolitaine 2004
2 INSEEPAYSDELALOIREUNERÉGIONDYNAMIQUEETATTRACTIVEJUILLET2005
Pays de la Loire 1999
Par l’ampleur de ses flux migratoires, les Pays de la Loire s’apparentent à la France du Sud et du SudOuest. Mais, de par leur structure par âge, ces afflux de popula tions nouvelles n’altèrent pas son image de région « jeune », contrairement à cer taines autres régions où ces arrivées par ticipent à l’accélération du vieillissement des populations locales. Ainsi la part des moins de 20 ans dans la population est de 26 %, un peu supérieure à la moyenne métropolitaine (25 %).
De plus, grâce à une natalité restée rela tivement dynamique, la région conserve un socle démographique solide. Le re nouvellement des générations, appré hendé par le rapport entre le nombre de jeunes de moins de 20 ans et le nombre de personnes âgées d’au moins 60 ans, s’opère de façon satisfaisante : la région compte encore 130 jeunes pour 100 personnes de 60 ans et plus. Par la structure de sa démographie, les Pays de la Loire appartiennent à la France du Nord, du Bassin Parisien et de l’Est.
Une région encore parmi les plus jeunes de l’Hexagone
L’attractivité de la région se manifeste aux différents âges du cycle de la vie, à l’ex ception des 2029 ans. Aux âges de la poursuite des études et de l‘insertion dans la vie active, 75 000 jeunes quittent la région tandis que 58 000 jeunes issues d’autres régions viennent s’y installer. Entre 1999 et 2004, les Pays de la Loire ont ainsi enregistrés 17 000 départs nets de jeunes adultes âgés de 20 à 29 ans. Les échanges avec les autres régions sont bénéficiaires pour toutes les autres tranches d’âges: +32 000pour les adultes d’âge actif (30 à 59 ans), + 15 000 pour les enfants et + 11 000 pour les personnes âgées d’au moins 60 ans.
Ces échanges démographiques avec les autres régions de la métropole présen tent un solde globalement bénéficiaire de 41 000 habitants. Ce solde net positif est dû pour l’essentiel aux échanges entre la région et l’ÎledeFrance: +29 000 personnes. C’est avec la Bretagne que le solde net est le plus déficitaire:  4 000habitants. Classiquement, les échanges sont déficitaires en faveur des régions du Sud et du SudOuest: MidiPyrénées, Aquitaine, Languedoc Roussillon, ProvenceAlpesCôted’Azur et RhôneAlpes. En revanche ces soldes sont positifs avec les autres régions, surtout Centre et BasseNormandie.
chacune 15 000 Ligériens. Les 73 000 autres émigrants ligériens se rendent vers d’autres régions de manière assez dispersée.
0 5 1015 Source : Insee  recensement de la population 1999 et enquête de recensement 2004
25 30 (en %)
Moins de 20 ans
20
69 160 23 050
Une région dynamique et attractive
Flux migratoire entrant dans la région des Pays de la Loire selon la région d'origine
Évolution de la population des ménages Répartition des âges de la population des ménages (en %)
Population
40 à 59 ans
60 à 74 ans
20 à 39 ans
75 ans ou plus
Des départs surtout vers l’ÎledeFrance et la Bretagne
Flux migratoire sortant dans la région des Pays de la Loire selon la région de destination
40 240
13 410
La nouvelle méthode de recensement
Le recensement a lieu désormais chaque année, en janvier et en février. Tous les habitants ne sont pas recensés la même année, mais l’ensemble du territoire français est pris en compte au bout d’un cycle de cinq ans. Le premier cycle s’achèvera en 2008. La méthode est différente selon la taille des communes.
Les communes de moins de 10 000 habitants :tous les cinq ans, elles font l’objet d’un recensement exhaustif. Elles sont réparties en cinq groupes. Un groupe est recensé chaque année, ce qui représente plus de 7 000 communes par an en France et 293 en Pays de la Loire. En cinq ans, la totalité des habitants des communes de moins de 10 000 habitants sont recensés.
Les communes de 10 000 habitants ou plus :elles sont toutes concernées chaque année par une enquête de recensement portant sur 8 % des logements. La région compte 36 communes de 10 000 habitants ou plus. © IGN  Insee 2005 En cinq ans, pour chaque commune de Source : Inseeenquête annuelle de recensement 2004 10 000 habitants ou plus l’intégralité du territoire communal est pris en compte et environ 40 % de la population est Les femmes et les seniors (contre 91 % en 1999). En fait, cette pro enquêtée. Les logements nouvellement gression est uniquement imputable à la de plus en plus actifsconstruits sont recensés de façon composante féminine. Le taux d’activité exhaustive. Entre 1999 et 2004, la population active des Ligériennes âgées de 25 à 49 ans ligérienne a continué d’augmenter, à gagne ainsi plus de trois points pour la fois parce que les générations entran s’établir à 89%, les femmes représen Pour plus d’informations sur le tes sont encore plus nombreuses que tent désormais 47 % des actifs. L’activitérecensement, www.insee.fr, rubrique , et grâce à une progression les sortantesRecensement. minine est plus répandue dans les Pays des taux d’activité. Ainsi, le taux d’activitéde la Loire, qui se situent aux tous pre des 25 à 49 ans atteint 93 % en 2004miers rangs des régions françaises. Cette spécificité explique que le taux Augmentation du taux d’activité des 2549 ans dans les Pays de la Loire d’activité ligérien demeure sensiblement Taux de d’activité (en %) supérieur au taux d’activité de la France Pays de la Loire 2004Pays de la Loire 1999Métropole 2004 métropolitaine (90 % pour les 2549 ans HommesFemmesEnsembleHommesFemmesEnsembleHommesFemmesEnsemble en 2004). Moins de 25 ans47,838,743,340,131,836,142,735,739,2 Les seniors (âgés de 50 ans ou plus) qui De 25 à 49 ans97,288,692,997,185,491,396,085,090,4 occupent ou recherchent un emploi sont 50 ans et plus62,351,056,556,844,550,563,652,457,9plus nombreux en 2004 qu’en 1999 du Ensemblefait d’un effet de génération, surtout sen 77,367,872,574,763,769,276,066,071,0 des 1564 ans sible entre 55 et 59 ans, et d’une crois Source : Insee  enquête annuelle de recensement 2004, recensement de la population 1999 (exploitation principale) sance des taux d’activité qui concerne Chômage moins élevé dans les Pays de la Loire également les âges les plus élevés. Taux de chômage (en %) Résultat de la vitalité économique de la Pays de la Loire 2004Pays de la Loire 1999Métropole 2004 région dans les années 19982001, le HommesFemmesEnsembleHommesFemmesEnsembleHommesFemmesEnsemble nombre d’actifs ayant un emploi en 2004 est en nette augmentation par Moins de 25 ans17,021,118,815,826,620,521,123,022,0 rapport à 1999 et celui des chômeurs a De 25 à 49 ans7,211,19,17,312,79,89,113,111,0 diminué. Le taux de chômage ligérien 50 ans et plus6,68,97,67,911,59,58,310,09,1 mesuré lors de l’enquête de recense ment de 2004, comme au recensement Ensemble8,411,810,08,514,111,110,413,511,9 Source : Insee  enquête annuelle de recensement 2004, recensement de la population 1999 (exploitation principale)de 1999, est nettement inférieur au
3 INSEEPAYSDELALOIREUNERÉGIONDYNAMIQUEETATTRACTIVEJUILLET2005
Une région dynamique et attractive
taux national: 10,0% contre 11,9%. L’écart d’environ 2 points vaut pour lesMéthodologie  définitions femmes comme pour les hommes. Par Toutes les définitions sont disponibles rapport à 1999, le taux de chômage surwww.insee.fr, dans la rubrique ligérien a diminué de 1,1 point (contre 0,8 Nomenclatures  définitions  point pour la France métropolitaine). Le méthodes. chômage des femmes a diminué, celles Précision : ci demeurant néanmoins plus exposées que les hommes, dont le taux de chôLe tirage des échantillons annuels mage est resté stable.assure une bonne représentativité régionale. Des calculs de précision sont effectués par région et fournissent un Croissance soutenue de la indicateur de précision moyenne. construction de logements Pour les Pays de la Loire, l’incertitude pour une population de 3 344 000 Comme à la fin des années 1990, la personnes est de l’ordre de 0,2 %, croissance de la population, l’arrivée de soit 6900 habitants. ménages, la décohabitation et le recul du chômage ont favorisé la construc Les spécificités régionales perdurent. tion de nouveaux logements. En cinq Le poids des résidences principales ans, plus de 100000 logements ont occupées par leur propriétaire se ren été construits et habités dans les Pays force encore (63 % en 2004) et la part de la Loire, soit plus de 20 000 par an. des maisons individuelles (72 % contre Les habitations de moins de cinq ans 56 % pour la France métropolitaine) se représentent 7 % du parc des résidences maintient. principales dans la région contre seule ment 5 % au plan national. Globalement Des ménages toujours le parc ligérien des résidences principales a augmenté de 8 % entre 1999 et 2004,plus petits contre 7 % pour la France métropolitaine. Les logements continuent de s’agrandir, L’autre composante du parc de loge avec un nombre moyen de pièces qui ments, à savoir les résidences secon passe de 4,0 à 4,2. Dans le même daires, a également connu une forte temps, le nombre moyen d’occupants progression (+9 %).Révélateur d’une des logements poursuit sa diminution : certaine tension sur le marché de l’immo 2,3 personnes en 2004 contre 2,4 en bilier, la vacance, déjà faible, a diminué. 1999 et 2,7 en 1990. Poursuite de la décohabitation, diminution du nombre Des ménages plus petits d’enfants par famille, vieillissement de Répartition des ménages par taille (en %) la population et maintien à domicile des 40 Pays de la Loire 2004 personnes âgées en sont les causes. Pays de la Loire 1999 La région s’aligne désormais sur la Métropole 2004 30moyenne française. En fonction de leur taille, les ménages peuvent être répartis en trois groupes 20 d’effectifs comparables : 31 % des mé nages ne comptent qu’une personne, 10 34 % en comptent deux et 35 % trois ou plus. Par rapport à 1999, le poids des ménages d’une ou deux personnes 0 s’est accru (+ 3 points). Néanmoins la 4 personnes 1 personne2 personnes3 personnes et plus part de ces petits ménages demeure Source : Insee  enquête annuelle de recensement 2004, recensement de la population 1999 (exploitation principale)inférieure à la moyenne nationale, les Nombre de logements en forte augmentation Pays de la LoireMétropole 2004 19992004 Nombre Part(en %)Nombre Part(en %)Part (en %) Résidence principale1 396 47882,7 1292 74082,4 84,0 Résidence secondaire et occasionnel214 84012,7 197429 12,69,9 Logement vacant76 5304,5 78198 5,06,1 Ensemble 1687 848100,0 1568 367100,0 100,0 Source : Insee  enquête annuelle de recensement 2004, recensement de la population 1999 (exploitation principale)
4 INSEEPAYSDELALOIREUNERÉGIONDYNAMIQUEETATTRACTIVEJUILLET2005
Champ de l’étude :
L’étude porte sur le seul champ des ménages. Sont donc exclues les populations des communautés (cités universitaires, maisons de retraite, etc.) dont la collecte est trop partielle à l’issue d’une seule vague d’enquête.
Migrations internes :
Les éléments sur les migrations présentés ici ne portent que sur la population des ménages de cinq ans et plus qui résidait en France métropolitaine en 1999 et 2004, les échanges avec les DOM et avec l’étranger ne sont pas intégrés. Lesolde migratoire interned’une région est estimé par différence entre les arrivants et les sortants de la région, il ne concerne que les échanges entre régions de France métropolitaine. Letaux annuel de migration nette est le rapport de ce solde annuel à la population moyenne (moyenne de la population de la région présente en métropole aux deux dates).
ménages de quatre ou cinq personnes, qui correspondent principalement à des couples avec deux ou trois enfants, étant plus représentés dans la région.
Environ 438 000 Ligériens vivent seuls en 2004 (contre 382 000 en 1999). La vie seul(e) se décline et progresse à tous âges même les plus élevés. Ainsi 104 000personnes âgées d’au moins 75 ans occupent seules leur logement, elles n’étaient que 85 000 en 1999.
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Pierre MULLER RÉDACTRICE EN CHEF Emmanuelle WALRAET SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Gabrielle BRIZARD MISE EN PAGE MarieAnnick BRICARD IMPRIMEUR La Contemporaine  SainteLucesurLoire Prix :2,20Photos : INSEE e Dépôt légal 3trimestre 2005  ISSN 16336283 CPPAP 0707 B 06116  Code Sage IETU03744 © INSEE Pays de la Loire  Juillet 2005 Abonnement annuel complet : Études (mensuel) + Dossiers : 60Abonnement annuel Études : 20
INSEE Pays de la Loire 105, rue des Français Libres BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2 Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39 Informations statistiques au 0825 889 452 (0,15la minute)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.