Zones urbaines sensibles : population en baisse et forte progression du chômage

De
Publié par

En 1999, 66 600 personnes vivaient dans une zone urbaine sensible (ZUS) en Midi-Pyrénées, soit une baisse de 11 % par rapport à 1990 alors que la population augmentait de 10 % dans les agglomérations ayant une ZUS. Dans le même temps, le chômage progressait et touchait dans les ZUS plus du tiers des personnes susceptibles de travailler.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 41
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Numéro 59 : janvier 2003
Zones urbaines sensibles :
population en baisse et forte progression du chômage
Part des chômeurs : l'écart s'est creusé de 1990 à 1999 entre
les zones urbaines sensibles et leurs unités urbaines
%
40
35
35
30
25
22
20
15
15
12
10
5
0
1990 1999 1990 1999
7 unités urbaines de Midi-Pyrénées ayant une ZUS 14 zones urbaines sensibles
(Toulouse, Tarbes, Albi, Castres, Mazamet, de Midi-Pyrénées
Carmaux, Villefranche-de-Rouergue)
Note de lecture : en 1999, 35 % des actifs des 14 ZUS de Midi-Pyrénées étaient au chômage
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES
DIRECTION REGIONALE
DE MIDI-PYRENEES
Téléphone : 05 61 36 61 36En 1999, 66 600 personnes vivaient
Télécopie : 05 61 36 62 00
Adresse : 36, rue des Trente-Six-Ponts
dans une zone urbaine sensible (ZUS) en Midi-Pyrénées, 31054 TOULOUSE CEDEX 4
Directeur de la publication : Benjamin Camussoit une baisse de 11 % par rapport à 1990 Rédacteur en chef : Bruno Mura
Maquettiste : Marie-France Ravazzoli
www.insee.fr/mpalors que la population augmentait de 10 %
Imprimeur : Reprographie Moderne, 31770
Colomiers
dans les agglomérations ayant une ZUS. Dépôt légal : janvier 2003
ISSN : 1262-442X
CPPAP : 183ADDans le même temps, le chômage progressait et SAGE : SIPAG5976
Prix : 2,2 €touchait dans les ZUS plus du tiers des personnes Abonnement à l'ensemble des publications
pour l'année 2003.
- France : 70 €susceptibles de travailler.
- Etranger : 87 €
1Zones urbaines sensibles : baisse de la population
et forte progression du chômage
e pacte de relance pour la ville, En 1999, 66 600 personnes vivent Ces ZUS sont de dimensions très
inscrit dans la loi du 14 novembre dans une ZUS en Midi-Pyrénées. La inégales ; La Reynerie-BellefontaineL1996, a défini 716 Zones proportion de personnes habitant dans (19 000 habitants) et La Faourette-
Urbaines Sensibles (ZUS) en métropole, une ZUS est nettement plus faible dans Bagatelle-Bordelongue (17 000) regrou-
dont 14 en Midi-Pyrénées. Les ZUS sont la région (2,6 %) que dans l’ensemble pent à elles deux plus de la moitié de la
des territoires infra-urbains définis par les de la métropole (7,6 %). Elle est égale- population en ZUS. La taille des autres
pouvoirs publics pour être les cibles ment plus faible que dans les régions ZUS s’échelonne entre 900 et 6 000
prioritaires de la politique de la ville. Les voisines, le Languedoc-Roussillon habitants.
résultats détaillés des recensements de la (6,1 %) et l’Aquitaine (4,8 %).
population montrent la spécificité de ces Une forte baisse
zones dans les années 90. Les ZUS de l’unité urbaine de de la population
Toulouse concentrent 70 % de la des ZUS
Les 14 ZUS de la région sont population des ZUS de la région. Vien-
réparties sur sept unités urbaines, nent loin derrière l’ensemble des ZUS En 1999, les ZUS de Midi-
celles de Toulouse, Tarbes, Albi, du Tarn (20 %), les ZUS de Pyrénées représentent 6,6 % de la
Castres, Mazamet, Carmaux et Tarbes (7 %) et la ZUS de Villefranche- population des sept unités urbaines qui
les englobent.Villefranche-de-Rouergue. de-Rouergue (3 %).
Forte baisse de la population dans les zones urbaines sensibles de Midi-Pyrénées
Population totale Part des moins de 20 ans (en %) Part des plus de 60 ans (en %)
1990 1999 Evolution 1990 1999 1990 1999
90-99
en %
Unité urbaine de Toulouse 666 914 761 107 14 1 24,0 22,7 16,9 17,3
Ensemble des ZUS de l'UU de Toulouse 51 341 46 657 - 9,1 31,0 31,0 14,3 16,5
dont : - Reynerie-Bellefontaine 20 355 18 819 - 7,5 34,8 35,7 8,6 11,7
- La Faourette-Bagatelle-Bordelongue 19 625 16 958 - 13,6 29,3 28,2 17,3 19,8
- Empalot 6 667 6 199 - 7,0 26,4 26,0 21,2 21,0
Unité urbaine de Tarbes 78 412 77 597 - 1,0 23,1 21,4 23,6 25,7
Ensemble des ZUS de l'UU de Tarbes 5 573 4 797 - 13,9 30,3 27,8 16,4 18,7
Unité urbaine d'Albi 65 236 66 268 1,6 23,7 21,3 24,0 26,3
Ensemble des ZUS de l'UU d'Albi 5 008 4 542 - 9,3 29,0 28,6 18,2 20,7
Unité urbaine de Castres 53 713 53 036 - 1,3 25,4 23,6 22,7 24,9
Ensemble des ZUS de l'UU de Castres 4 640 3 990 - 14,0 31,0 30,9 21,1 21,7
Unité urbaine de Mazamet 27 539 25 817 - 6,3 24,6 21,8 25,3 30,2
ZUS de l'UU de Mazamet 3 696 2 935 - 20,6 30,3 25,4 12,6 23,6
Unité urbaine de Carmaux 18 564 17 207 - 7,3 18,4 17,9 35,6 38,4
ZUS de l'UU de Carmaux 2 540 1 971 - 22,4 17,4 15,4 37,8 44,3
Unité urbaine de Villefranche-de-Rouergue 12 970 12 573 - 3,1 24,2 20,6 24,8 29,6
ZUS de l'UU de Villefranche-de-Rouergue 1 882 1 712 - 9,0 29,2 22,9 16,6 27,0
Unités urbaines de Midi-Pyrénées ayant des ZUS 923 348 1 013 605 9,8 23,9 22,5 19,1 19,8
Ensemble des ZUS de Midi-Pyrénées 74 680 66 604 - 10,8 30,3 29,7 15,6 18,6
Ensemble des ZUS de métropole 4 730 787 4 462 851 -5,7 33,4 31,5 11,9 14,1
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999
2Alors que la population de ces uni- (5 %) et que dans l’ensemble de la 9 600 entre ces deux dates. La part
tés urbaines augmente de 10 % entre région (4 %). Elle varie sensiblement des chômeurs dans la population active
1990 et 1999, celle des ZUS diminue d’une ZUS à l’autre ; elle n’est que de a donc très fortement progressé, de
dans le même temps de 11 %, perdant 13 % à Empalot alors qu’elle atteint 22 % en 1990 à 35 % en 1999. L’écart
8 000 habitants en neuf ans, soit une 26 % à La Reynerie-Bellefontaine. Les s'est creusé avec les unités urbaines
baisse plus prononcée que pour l’ensem- Algériens et les Marocains représentent qui les englobent, où le taux de
ble des ZUS de métropole. plus de la moitié de la population étran- chômage n’a progressé que de 3 points,
gère des ZUS, contre moins du tiers passant de 12 % à 15 %.
La proportion des moins de 20 ans pour les unités urbaines environnan-
dans les ZUS (30 %) reste nettement tes. En Midi-Pyrénées, un Algérien sur En 1999, la proportion de chômeurs
supérieure à celle des unités urbaines trois réside en ZUS. dans les ZUS de Midi-Pyrénées est
qui les entourent (23 %). Elle est parti- nettement plus forte que dans l’ensemble
culièrement élevée à La Reynerie- Un chômage très des ZUS de métropole (25 %).
Bellefontaine (36 %). important et beaucoup
d’emplois précaires Au sein de la région, alors que le
Au cours de la dernière décennie, la chômage est au même niveau dans
proportion d’étrangers diminue légère- Malgré la baisse sensible de la l’unité urbaine de Toulouse et dans l’en-
ment, dans les ZUS comme dans les population dans les ZUS entre 1990 semble des autres unités urbaines (15 %),
unités urbaines qui les englobent. Elle et 1999, le nombre de chômeurs au sens il est sensiblement plus élevé dans les ZUS
reste cependant nettement plus forte en du recensement y a fortement de l’unité urbaine de Toulouse (37 %) que
ZUS (18 %) que dans ces unités urbaines augmenté, passant de 7 100 à presque dans l’ensemble des autres ZUS (30 %).
Les Zones Urbaines Sensibles de Midi-Pyrénées
Cantepau
(2 701 hab.)
Quartier Nord :
Cambous-Cerou-
Europe (1 971 hab.)
Lapanouse, St Martin
(1 841 hab.)
la Farouette
Bagatelle Les IzardsBordelongue
(3 301 hab.)(16 958 hab.) U.U. de Carmaux (17 207 Hab)
U.U. d'Albi (66 268 hab.)Empalot
(6 199 hab.)
La Reynerie-Bellefontaine
(18 819 hab.)
Le Vivier-Le Maçon
Le Tricot(1 380 hab.)
(1 712 hab.)
Laden, Petit train
Aillot-Bissous(1 824 hab.)
(2 166 hab.)
U.U. de Toulouse (761 107 hab.) U.U. de Villefranche de Rouergue (12 573 hab.)
U.U. de Castres (53 036 hab.)
La Falgalarie
(2 935 hab.)Quartier Nord :
Laubadère (3 881 hab.)
Solazur (916 hab.)
U.U. de Tarbes
(77 597 hab.)
U.U. de Mazamet-Aussillon
(25 817 Hab)
3Baisse de la population active et progression du chômage dans les ZUS
Population active Part des chômeurs dans Part des salariés en CDD,
la population active (%) intérim, emplois aidés et
stages dans l'ensemble
Ensemble de la Population de
des salariés (%)
population 15 à 24 ans
Evolution
90-991990 1999 1990 1999 1990 1999 1990 1999
en %
Unité urbaine de Toulouse 311 635 361 691 16,1 11,3 14,5 20,9 26,4 9,5 13,7
Ensemble des ZUS de l'UU de Toulouse 22 215 19 634 - 11,6 22,6 36,6 32,5 52,0 15,0 23,8
dont : - Reynerie-Bellefontaine 9 159 7 918 - 13,5 22,3 39,8 30,8 54,4 15,9 26,7
- La Faourette-Bagatelle-Bordelongue 8 259 7 006 - 15,2 23,3 35,8 34,7 53,5 13,6 21,7
- Empalot 2 703 2 620 - 3,1 23,3 36,1 34,6 45,6 14,0 24,8
Unités urbaines d'Albi, de Castres, de Carmaux et de Mazamet 70 570 68 689 - 2,7 11,7 15,1 20,7 30,8 8,9 14,0
Ensemble des ZUS des UU d'Albi, Castres, Carmaux, Mazamet 6 721 5 270 - 21,6 19,6 29,8 26,8 42,7 15,2 24,8
Unités urbaines de Midi-Pyrénées ayant des ZUS 422 385 469 204 11,1 11,7 14,7 21,6 27,6 9,5 14,1
Ensemble des ZUS de Midi-Pyrénées 32 077 27 549 - 14,1 22,3 34,7 31,7 50,1 15,1 24,6
Ensemble des ZUS de métropole 2 114 399 1 932 084 - 8,6 18,9 25,4 28,5 39,5 13,8 20,1
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999
Définitions
Les zones urbaines sensibles (ZUS) sont des territoires infra-urbains définis par les pouvoirs publics pour être
les cibles prioritaires de la politique de la ville, en fonction des considérations locales liées aux difficultés que
connaissent ces territoires. Ainsi 751 zones, dont 716 en métropole, ont été définies par la loi du 14 novembre
1996 de mise en œuvre du pacte de relance de la politique de la ville.
principales mesuresLes e s de cette loi sont de trois ordres :
- les mesures fiscales : exonération facultative de la taxe professionnelle pour création et extension d’établissement ;es sociales : création d’emplois de ville, aide aux chômeurs créateurs d’entreprise ;
- les mesures diverses : création d’établissements publics d’aménagement et de restructuration dans les commerces,
programmes de prévention sécurité, mesures relatives aux logements et à la mixité sociale (absence de surloyer
dans les HLM, développement de leur gardiennage, dérogation aux plafonds de ressources PLA, aide à l’entretien
de 500 000 logements HLM, renforcement des effectifs de police, adaptation de la police de proximité, générali-
sation des programmes locaux de I’habitat).
La notion d’unité urbaine (ou agglomération) repose sur la continuité de I’habitat : est considéré comme telle
un ensemble d’une ou plusieurs communes présentant une continuité du tissu bâti (pas de coupure de plus de 200
mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Les évolutions sur les unités urbaines ont
été mesurées à géographie constante, celle de 1999. Ainsi, l’unité urbaine de Toulouse comprend 72 communes,
celle de Tarbes 13 communes, celle d’Albi 9 communes, celle de Castres 6 communes, celle de Mazamet 6 communes,
celle de Carmaux 5 communes et celle de Villefranche-de-Rouergue 2 communes (cf « Le dynamisme démogra-
phique de l’espace urbain ». 6 Pages n° 41, septembre 2000, Insee Midi-Pyrénées).
La population active e comprend les personnes ayant un emploi ou qui sont à la recherche d’un emploi, ainsi que
les militaires du contingent.
Le chômage est entendu ici au sens du recensement. . Est chômeur une personne qui s’est déclarée telle. Parmi les
chômeurs, sont donc inclus ici des « mères de famille », des « femmes au foyer » ou des « retraités » qui ont
explicitement affirmé rechercher du travail. Cette définition est plus extensive que celle du Bureau International
du Travail, pour lequel est chômeur celui qui n’a pas eu d’occupation au cours de la semaine de référence, est
disponible pour travailler et enfin, recherche effectivement un emploi. Pour cette raison, on a utilisé les expres-
sions « part des chômeurs » ou « proportion de chômeurs » au lieu de « taux de chômage ». Les informations
conjoncturelles diffusées régulièrement sur le taux de chômage reprennent la convention stricte du BIT.
4Davantage de jeunes sans diplôme
Les jeunes de 15 à 24 ans (hors élèves et étudiants) selon le niveau de diplôme
1990 1999
% %
50 50
40 40
30 30
aucun diplôme
20 20
baccalauréat ou plus
10 10
0 0
Ensemble des ZUS Ensemble des unités Ensemble des ZUS Ensemble des unités
urbaines ayant une ZUS urbaines ayant une ZUS
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999
Plus souvent un habitat collectif et locatif
Répartition des logements en 1999 selon le type de logement et selon le statut d'occupation
Ensemble des unités urbaines ayant une ZUS Ensemble des ZUS
%
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
Logements collectifs Logements en immeuble Logements locatifs Logements locatifs Propriétaires
de 10 logements et plus non HLM HLM
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999
Les habitants des ZUS occupent Cependant, la part des chômeurs unités urbaines ayant une ZUS. De
plus souvent que les autres des emplois parmi les jeunes actifs résidant en ZUS même, ils ne sont que 22 % à avoir le
précaires. En Midi-Pyrénées, un salarié s’est particulièrement accrue, passant de baccalauréat (contre 44 %).
sur quatre résidant en ZUS travaille avec 32 % en 1990 à 50 % en 1999. Cette
un contrat à durée déterminée, un progression est nettement plus marquée Les écarts se sont creusés depuis le
emploi aidé ou effectue des missions que dans les unités urbaines qui les début de la décennie ; en ZUS, la
d’intérim ou des stages (la proportion entourent (22 % à 28 %). proportion de bacheliers chez les
n’est que de un sur cinq pour l’ensemble jeunes a augmenté de 10 points depuis
des ZUS de métropole). Sur les unités Au total, en 1999, dans les ZUS 1990 alors que l’augmentation est de
urbaines qui les entourent, cette pro- de Midi-Pyrénées, 16 % des jeunes de 20 points dans les unités urbaines qui
portion n’est que de un sur sept. 15 à 24 ans sont chômeurs, alors qu’ils les entourent.
n’étaient que 13 % en 1990. Dans le
Le chômage augmente même temps, cette proportion est Un logement sur dix
fortement pour restée stable (7 %) dans les unités est vacant
les jeunes urbaines ayant une ZUS.
En mars 1999, 30 200 logements
Sous les effets conjugués de la baisse Le niveau de formation des jeunes ont été recensés dans les ZUS de Midi-
de la population et de l’allongement de de 15 à 24 ans qui ont arrêté leurs Pyrénées, dont 3000 logements
la durée des études, le nombre de études est particulièrement faible dans vacants. La proportion de logements
chômeurs de moins de 25 ans a baissé les ZUS ; 34 % d’entre eux n’ont aucun vacants, stable depuis 1990 dans les
de 5 % dans les ZUS. diplôme en 1999, contre 17 % dans les unités urbaines (8 %), est passée de 7 %
5Davantage de logements avec plus de 5 personnes
Les logements en 1990 et 1999
Nombre de logements Nombre de personnes Part de ménages (1)
par logement en 1999 (en %)
1990 1999 Evolution 1990 1999 de 1 de 6
90-99 personne personnes
en % et plus
Unité urbaine de Toulouse 299 960 370 506 23,5 2,4 2,2 38,3 1,5
Ensemble des ZUS de l'UU de Toulouse 20 755 20 406 - 1,7 2,7 2,6 35,3 7,3
dont : - Reynerie-Bellefontaine 7 851 7 508 - 4,4 2,9 2,9 30,7 11,1
- La Faourette-Bagatelle-Bordelongue 7 913 7 696 - 2,7 2,7 2,5 36,3 6,0
- Empalot 3 092 3 146 1,7 2,3 2,1 45,6 3,6
Unités urbaines d'Albi, de Castres, de Carmaux et de Mazamet 72 869 78 008 7,1 2,5 2,3 31,8 1,4
Ensemble des ZUS des UU d'Albi, Castres, Carmaux, Mazamet 6 878 6 682 - 2,8 2,5 2,3 37,8 3,5
Unités urbaines de Midi-Pyrénées ayant des ZUS 415 947 494 138 18,8 2,4 2,2 37,1 1,5
Ensemble des ZUS de Midi-Pyrénées 30 809 30 216 - 1,9 2,7 2,5 36,0 6,0
Ensemble des ZUS de métropole 1 812 933 1 842 744 1,6 2,8 2,6 32,0 6,5
(1) Le ménage est constitué des habitants d'un même logement
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999
à 10 % dans les ZUS. Le nombre de Un habitat collectifPlus du tiers des logements sont
logements vacants est plus élevé à la occupés par des personnes seules, aussi avec peu de
Reynerie-Bellefontaine (1000 logements propriétairesbien dans les ZUS que dans les unités
vacants, soit 13 % du parc) qu’à La urbaines environnantes. En revanche,
Faourette-Bagatelle, Bordelongue (700 Près de neuf logements sur dix sontla proportion de logements occupés par
logements, soit 9 %), de taille pourtant en immeubles collectifs dans les ZUS,plus de cinq personnes est beaucoup
comparable. plus élevée dans les ZUS (6 %) que contre près de cinq sur dix dans les
unités urbaines.dans les unités urbaines (2 %). Cette
Le nombre de logements diminue proportion est particulièrement forte à
nettement moins vite que la population : La proportion de ménages proprié-la Reynerie-Bellefontaine (11 %).
il a baissé de 2 % depuis 1990, soit une taires de leur logement est stable entre
perte de 600 logements. Comme dans Les petits logements (1 ou 2 pièces) 1990 et 1999, elle reste nettement plus
les unités urbaines environnantes, le faible dans les ZUS (21 %) que danset les grands logements (plus de 5 piè-
nombre moyen de personnes par loge- leurs unités urbaines (47 %).ces) sont proportionnellement plus
ment diminue depuis 1990 dans les nombreux dans les unités urbaines que
ZUS, passant de 2,7 à 2,5 personnes. En 1999, 97 % des logements endans les ZUS ; en ZUS, près de 80 %
des logements ont entre 3 et 5 pièces. ZUS sont équipés d’installations sani-
taires, de WC à l’intérieur et du chauffagePour en savoir plus
central, soit un niveau minimum de
confort un peu plus fréquent que dans
« Données sociales 2002-2003 -
les unités urbaines environnantes (91 %).Chapitre 7 - Le chômage dans les
Les logements vieux de plus de 50 anszones urbaines sensibles ». Insee,
sont en effet plus rares en ZUS2002. Sources
(4 %) que dans les unités urbaines (20 %).
« Les zones urbaines sensibles ».
Les résultats sont issus des recen-Insee Première, n° 835, mars
sements de la population de 19902002.
et 1999. Le pacte de relance de la
° « Données urbaines n 3 ». politique de la ville est entré en
Collectif, Editions Anthropos et erapplication le 1 janvier 1997.
Insee, 2000. Les évolutions décrites sont celles
° qui ont eu lieu entre 1990 et2 ». « Données urbaines n
1999, et non les évolutionsCollectif, E Françoise BOUESSE
entre 1997 et 1999.lnsee, 1999.
Jean Pierre MULLER
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.