Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Ce modèle social que le monde ne nous envie plus

De
176 pages

Autrefois considéré comme un exemple à l'échelle planétaire, le modèle social français est aujourd'hui à bout de souffle.

Temps de travail en baisse, pré-retraites longtemps encouragées, disparition progressive de secteurs entiers de l'industrie, refus de créer des emplois peu qualifiés car jugés « indécents », système d'aides aux effets pervers : en voulant éviter à tout prix le chômage, la France a fait le choix de l'inactivité. Pour finalement récolter les deux.

Redéfinir un nouveau modèle social s'impose, selon Jean-Olivier Hairault, économiste et chercheur associé au CEPREMAP (Centre pour la recherche économique). En sacrifiant l'illusoire égalité idéologique pour oser un nécessaire pragmatisme. En travaillant davantage pour réduire les impôts et la dette publique tout en préservant un haut niveau de protection sociale. Ainsi seulement la France se prouvera à elle-même qu'elle est à la fois protectrice et compétitive.

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Sans emploi

de editions-les-liens-qui-liberent

Sans emploi

de editions-les-liens-qui-liberent

10 idées qui coulent la France

de editions-flammarion

Autrefois considéré comme un exemple à l'échelle planétaire, le modèle social français est aujourd'hui à bout de souffle.
Temps de travail en baisse, pré-retraites longtemps encouragées, disparition progressive de secteurs entiers de l'industrie, refus de créer des emplois peu qualifiés car jugés « indécents », système d'aides aux effets pervers : en voulant éviter à tout prix le chômage, la France a fait le choix de l'inactivité. Pour finalement récolter les deux.
Redéfinir un nouveau modèle social s'impose, selon Jean-Olivier Hairault, économiste et chercheur associé au CEPREMAP (Centre pour la recherche économique). En sacrifiant l'illusoire égalité idéologique pour oser un nécessaire pragmatisme. En travaillant davantage pour réduire les impôts et la dette publique tout en préservant un haut niveau de protection sociale. Ainsi seulement la France se prouvera à elle-même qu'elle est à la fois protectrice et compétitive.