Ces femmes qui ont réveillé la France

De
Publié par

Qui connaît Elisa Lemonnier, Julie-Victoire Daubié, Jeanne Chauvin, Maria Vérone et Madeleine Brès ? Si les jeunes filles peuvent passer le baccalauréat, suivre des études supérieures, devenir médecin ou avocat, c’est grâce à l’action de ces femmes, à leur combat pour imposer à une société essentiellement masculine des réformes qui leur permettent simplement d’exister. Si les femmes ont le droit de voter et d’être élues, c’est naturellement le fait du législateur… mais c’est aussi et surtout le résultat de leur action. Toutes les femmes évoquées dans ce livre ont su, hier comme aujourd’hui, s’élever contre les corporatismes, les privilèges et les immobilismes pour imposer leurs idées. Elles ont osé porter un regard critique sur une société sclérosée, impuissante à faire évoluer les mentalités. Militantes de la liberté, elles ont suggéré des réformes essentielles et méritent à ce titre d’être mieux connues. Plus qu’un livre d’histoire, Ces femmes qui ont réveille la France est une véritable recherche sur l’avènement de la République et de ses valeurs.
Publié le : jeudi 3 janvier 2013
Lecture(s) : 133
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213675664
Nombre de pages : 382
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture : Atelier Didier Thimonier ;

documents : Colette © Lebrecht Music & Arts/Corbis,

George Sand par Auguste Charpentier © Photo Josse/Leemage et Simone Veil

© Bernard Barbereau/Sygma/Corbis

© Librairie Arthème Fayard, 2013

ISBN : 978-2-213-67566-4

Des mêmes auteurs

Valérie Bochenek

Le Mime Marceau, entretiens et regards, Somogy, 1996.

Jean-Louis Debré

Romans policiers

Le Curieux, Éditions N° 1, 1986.

Pièges, Robert Laffont, 1998.

Quand les brochets font courir les carpes, Fayard, 2008.

Meurtre à l’Assemblée, Fayard, 2009.

Regard de femme, Fayard, 2010.

Jeux de haine, Fayard, 2011.

Essais historiques

La Justice au xixe siècle. Les magistrats, Perrin, 1980.

La Justice au xixe siècle. Les Républiques des avocats, Perrin, 1984.

Les Oubliés de la République, Fayard, 2008 (Prix Agrippa d’Aubigné, 2008).

Les Dynasties républicaines, Fayard, 2009.

En tête-à-tête avec de Gaulle (illustrations Philippe Lorin), Gründ, 2010.

En tête-à-tête avec les présidents de la République (illustrations Philippe Lorin), Gründ, 2012.

Essais politiques

Les Idées constitutionnelles du général de Gaulle, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1974 (prix Edmond Michelet, 1974).

Le Pouvoir politique, Seghers, 1976.

Le Gaullisme (avec Michel Debré), Plon, 1978.

En mon for intérieur, Lattès, 1997.

Le gaullisme n’est pas une nostalgie, Robert Laffont, 1999.

La laïcité à l’école, un principe républicain à réaffirmer, Odile Jacob, 2004.

Qu’est-ce que l’Assemblée nationale ?, L’Archipel, 2006.

Racontez-moi le Conseil constitutionnel, Name Éditions, 2010.

Introduction

Au moment où la France occupée, meurtrie, s’interroge sur son avenir, doute de son génie, peine à trouver son unité, le destin frappe à sa porte.

La légende raconte qu’une jeune femme issue d’un modeste village, Domrémy sur la Meuse, entend un appel insolite, surnaturel, étrange. Elle rencontre l’archange Michel, accompagné de sainte Catherine et de sainte Marguerite, qui l’exhortent à venir au secours du roi et de la France.

Par son courage, sa détermination, sa foi surtout, mais aussi par son incroyable naïveté, son audace irraisonnée et son inconsciente témérité, Jeanne d’Arc bouleversa le cours de la guerre de Cent Ans, retourna le destin de la France, modifiant une chronologie qui semblait devoir s’inscrire comme une fatalité.

L’épopée de Jeanne d’Arc résonne comme le clairon de la renaissance française. Elle apparaît comme le symbole éclatant, insolent, de l’unité, de la grandeur de notre pays lorsqu’il défend sa liberté. Elle est l’illustration d’une France capable de se dresser, de faire front, de se rassembler quand il s’agit de lutter pour son indépendance et sa dignité.

Si Jeanne incarne une certaine idée de la France, Marianne illustre et personnifie la République.

Depuis un décret de 1792, le sceau de l’État porte l’image de « la France sous les traits d’une femme vêtue à l’antique, debout, surmontée du bonnet phrygien ou bonnet de la liberté ».

Cette jeune femme est rapidement surnommée Marianne, prénom couramment utilisé à la fin du xviiie siècle.

L’allégorie républicaine inspire de nombreux peintres, sculpteurs, dessinateurs, de Gros, qui la figure entourée des symboles de la République romaine, à Delacroix, qui la peint romantique et exaltée sous les traits de La Liberté guidant le peuple, à Daumier qui la dessine chassant les ministres de Charles X en 1830, à David d’Angers, qui la représente armée, foulant aux pieds le joug et les chaînes de l’oppression.

Marianne s’est également invitée, par ses moulages, dans toutes les mairies de France. Elle s’est aussi installée au faîte de nombreux monuments aux morts de nos villages et de nos villes pour honorer le sacrifice de nos soldats.

L’intention des révolutionnaires de 1792 s’est parfaitement réalisée : identifier la République aux représentations de Marianne et instaurer le culte de la République. Charles Péguy ne parlait-il pas de « mystique républicaine » ? Louise Michel, au moment de la Commune de Paris, n’était-elle pas surnommée la « Vierge rouge » ?

Un pamphlet anonyme datant de février 1848 parodie le « Je vous salue Marie », l’Ave Maria des catholiques :

Salut, Marianne, pleine de force,

Le peuple est avec toi,

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.