Des murs entre les hommes

De
Vingt-cinq ans après la chute du mur de Berlin, de nombreux murs subsistent encore et séparent les peuples. D'autres murs se construisent. Ils sont le signe tangible de la permanence de tensions à l'ère de la mondialisation et de conflits inextricables gelés par l'histoire.

Alexandra Novosseloff et Frank Neisse ont voyagé sur tous les continents, observé et photographié les murs : des murailles aux grillages électrifiés entre Corée du Nord et Corée du Sud, des barbelés serpentant à travers les montagnes du Cachemire aux remblais de sable dans le désert du Sahara. Ils sont allés à la rencontre des peuples, à Tijuana, Belfast, Nicosie, Mellilla ou Bethléem. De ces voyages est né un premier livre en 2007.

Sept ans ont passé et de nombreux voyages ont imposé une nouvelle édition, enrichie de la description du mur entre l'Inde et le Bangladesh. Le reportage photographique suit l'évolution des murs et les modes de vie des habitants qui les côtoient. Le récit allie le ton journalistique du reportage au recul d'un essai géopolitique.
Le lecteur découvrira la réalité brute de neuf murs, de leur matière, de leur espace. Au détour d'une page, il ressentira les peurs ou les espoirs révélés par la beauté inédite d'une fresque ou d'un dessin plein d'humour.


CONTENU DE L'OUVRAGE (PDF et EPUB)


- le lien vers 1 vidéo d'entretien avec les auteurs ;

- le lien vers 9 vidéos d'analyses d'images par les auteurs (3 à 5 min);

- le lien vers 2 montages vidéo à partir des vidéos de terrain des auteurs : Belfast et Cachemire ;

- le lien vers 1 vidéo extraite du film "Les murs de la honte" concernant le mur israélo-palestinien, intitulée "Les graffeurs Palestiniens" ;

- le lien vers 2 vidéos extraites des films de "Connected Walls" : sur le mur entre le Mexique et les Etats-Unis et sur le mur entre le Maroc et l'Espagne à Ceuta ;


ATTENTION : Une connexion internet est requise pour accéder à ces vidéos lors de la lecture.


- 200 photographies reprises du livre papier


La version EPUB de ce livre contient en plus :


Un enrichissement iconographique dans des diaporamas :

- Bangladesh : 14 photos + 8 photos supplémentaires - Contribution du photographe Gaël Turine

- Cachemire : 15 photos + 28 photos supplémentaires

- Ceuta et Melilla : 16 photos + 35 photos supplémentaires

- Chypre : 19 photos + 37 photos supplémentaires

- Corée : 23 photos + 34 photos supplémentaires

- Belfast : 25 photos + 35 photos supplémentaires

- Mexique : 25 photos + 30 photos supplémentaires

- Sahara : 20 photos + 35 photos supplémentaires

- Palestine : 25 photos + 46 photos supplémentaires

soit 282 photos supplémentaires
Publié le : jeudi 1 octobre 2015
Lecture(s) : 8
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782110101013
Nombre de pages : 272
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
P r é f a c e
« J’ai vu le mur qui fait intrusion dans vos territoires, séparant les voisins et divisant des familles. Bien que les murs puissent être facilement construits, nous savons qu’ils ne subsistent pas toujours. Ils peuvent être abattus ».
Benoît XVI, Bethléem, 14 mai 2009 ette nouvee et magnîfîque versîon de ’ouvrageDes murs entre les hommes est présentée avec une îustratîon photographîque renouveée e dCt de sîèce, ceuî de Berîn, quî n’aura tenu que vîngt-sept ans, esernîer quar et des textes enrîchîs et actuaîsés. Car sî un seu mur a été abattu dans neuf autres anaysés îcî se sont durcîs, au propre et au fîguré, comme en rend compte cette réédîtîon quî déveoppe a premîère îvraîson de 2007. Et a pratîque sembe se répandre, aînsî à a îmîte entre a Bugarîe et a Turquîe, où un mur antî-mîgratoîre a été édîfîé en 2014, et sur tout avec ce mur-frontîère édîfîé par ’Inde 1 en face du Bangadesh quî est traîté dans a présente édîtîon et quî oppose deux pays égaement en voîe de déveoppement. Le pus ancîen matérîaîse a dîvîsîon poîtîque de a pénînsue coréenne (depuîs 1953). Les pus récents obéîssent à des pratîques de contrôe des mîgratîons entre pays du Nord et pays du Sud (États-Unîs, Europe) ou entre pays très densément peupés (Inde et Bangadesh) ; entre ces deux pérîodes, des édîicatîons à inaîté stratégîque (Sahara occîdenta, Cachemîre, Israë-Paestîne et, pour une part, Chypre). Le cas de ’Irande du Nord faît exceptîon car î ne sépare pas deux entîtés étatîques maîs des quartîers d’une grande vîe et î perdure aors qu’un accord de paîx a été sîgné. Le nom en témoîgne crueement « Peaceînes ». L’ouvrage conçu et rédîgé par Aexandra Novosseoff et Frank Neîsse permet de comprendre a durabîîté paradoxae de ces dîsposîtîfs de dîvîsîon et de séparatîon, de côture et de contrôe, d’endîguement et d’emmurement. Sont inement poîntés à a foîs eurs sînguarîtés hîstorîques, géographîques et archîtecturaes aînsî que eurs poînts communs (coûts et degré varîabe d’eficacîté). Le travaî d’enquête sur e terraîn offre des études de cas au ong de ces tracés, vîe fantôme de Varosha à Chypre, Saem près du Jourdaîn, Sokcho sur a côte orîentae de a Corée du sud, Rabounî près de Tîndouf,Wagah entre Inde et Pakîstan, San Ysîdro près de Tîjuana, quartîers de Befast…
1.LeQuî a faît ’objet d’une exposîtîon de photographîes de ’ar Turîne au Botanîque de Bruxees : « tîste bege Gaë mur et a peur. Inde-Bangadesh », automne 2014, et dont cer taînes photographîes sont reproduîtes dans ce îvre.
14 D E S M U R S E N T R E L E S H O M M E S
Car e propos du îvre n’est pas tant a descrîptîon de ces coniguratîons înéaîres que ’anayse des rapports qu’entretîennent avec ees es États quî es ont édîiés et es hommes quî es subîssent ou es utîîsent. I s’agît donc d’un îvre de géographîe humaîne. Et c’est précîsément parce que es murs séparent des hommes que ceux-cî apprennent à en jouer, à en tîrer partî. On ne es a donc jamaîs autant traversés, même vers a Corée du Nord (zone franche îndustrîee de Kaesong et zone tourîstîque des monts Kumgang). La côture de séparatîon bâtîe par Israë face à a Cîsjordanîe ne compte pas moîns de 99 poînts de passage. Et une extensîon à ’encave emmurée de Gaza feraît apparaïtre e rôe des fameux tunnes. Car ’hîstoîre des murs est d’abord cee de eur contournement. Is sont fermés et ouverts en même temps et font ’objet d’întenses actîvîtés (tourîsme, graphîsmes, photographîes, commerce). Ce quî frappe est égaement e contraste entre e caractère îmîté des ongueurs concernées à ’échee de a panète (pour es « murs et côtures » au sens strîct, entre 3 et 4% du tota des enveoppes frontaîères terrestres) et a pace qu’ees occupent dans ’îmagînaîre coectîf. Forte portée symboîque à ’heure de a doxa du « sans frontîère ». Ce quî choque ? Qu’î s’agîsse d’une décîsîon unîatérae, prîse e pus souvent par des États démocratîques vouant montrer à eurs éecteurs qu’îs sont actîfs sur a scène frontaîère, aors qu’en réaîté îs contrôent bîen peu de choses ; eur seu effet est d’accentuer e coût et es rîsques des contournements. Murs et côtures font igure de «contre-modèe» à ’échec de a séparatîon stratégîque et îdéoogîque prévaant en Europe jusqu’en 1989-1991. On se trouve îcî dans a catégorîe de a «borne» qu’Emmanue Kant, dans sa rélexîon sur es champs de a connaîssance des mathématîques et des scîences de a nature, opposaît à a « îmîte » :die Schräncke versus die Grenze:«Les limites supposent toujours un espace qui se trouve à l’extérieur d’un endroit déterminé et qui enclot cet endroit ; les bornes n’exigent rien de 2 tel : ce sont seulement des négations Par extensîon au terrîtoîre, a «borne» est une notîon négatîve, d’înterdîctîon, quî ne sîgnae que son en-deçà aors que a «îmîte» (e îmes des arpenteurs romaîns chargés du cadastre puîs pus tard des stratèges mîîtaîres en campagne) est une notîon posîtîve quî cîrconscrît et faît sîgna au-deà. L’une est de faît, ’autre de droît. La borne renvoîe au processus de coîsonnement soutenu par es États en quête de sécurîté, en contraste avec a mutîpîcatîon des faîts de cîrcuatîon et d’ouverture ; ee sîgnae une mondîaîsatîon négatîve et une banaîsatîon des pratîques sécurîtaîres. Le mur peut être déinî comme un bornage înéaîre. I est ’une des coniguratîons de ’înterdîctîon, avec une fonctîon de coupure et d’abord d’înterdîctîon de sortîr (mur de Berîn et e rîdeau de fer, a DMZ (Demîîtarîzed zone) du côté de a Corée du Nord, Gaza, Chypre face au nord) ou de craînte de sortîr (Befast) maîs aussî d’entrer (Sahara occîdenta, face au Poîsarîo, îgne de contrôe du Cachemîre, Inde-Bangadesh, segments de a dyade amérîcano-mexîcaîne, présîdes espagnos, Israë-Paestîne). C’est une coupure
2.Mîche Foucher,L’Europe et l’avenir du monde, Odîe Jacob, 2009, p. 56.
15 P R É F A C E
fonctîonnee et vîsuee, à fonctîon de séparatîon, un écran noîr quî rend ’autre învîsîbe : on ne veut pas se voîr, on ne veut pus es voîr. Les cas de bornage sont pus nombreux que es seus murs. La notîon générîque de mur s’étend en effet aux côtures de sécurîté dont on faît grand cas car ees sont paradoxaes, îégaes et souvent photogénîques même sî ees ne sont pas très nombreuses. L’observatîon géographîque rîgoureuse des terraîns traîtés îcî n’autorîse pas de généraîsatîon et permet de chîffrer a grande varîété des coniguratîons de bornage înéaîre à envîron 7 300 kîomètres. I convîent donc de rappeer, avec e présent ouvrage, a dîversîté des sîtuatîons de 3 bornage înéaîre . En termes d’extensîon, ’on va de queques kîomètres (sectîons réduîtes des encaves espagnoes et de Befast) à des dîvîsîons compètes (Chypre, Corée, Sahara, Cachemîre) avec a catégorîe întermédîaîre de a séparatîon încompète de programmes înachevés (États-Unîs-Mexîque, Israë-Paestîne, Inde-Bangadesh). Au regîstre des fonctîons, quatre catégorîes de barrîères et de côtures se dîstînguent : – des barrîères et murs dans es terrîtoîres dîsputés et ayant une fonctîon de sécurîté et de déîmîtatîon pour mettre in à un contentîeux terrîtorîa :bermdu Sahara occîdenta, Lîgne de contrôe (LoC) durcîe par ’Inde face au Pakîstan, côture de sécurîté îsraéîenne ; – des murs et barrîères dans des terrîtoîres non dîsputés entre es États maîs où persîstent des tensîons ethnîques, démographîques ou poîtîques : Peaceînes d’Irande du nord et dyade îndo-bangadaîse ; – es barrîères post-conlîts mîîtaîres : DMZ de a pénînsue coréenne, îgne verte à Chypre ; – enin, es barrîères antî-mîgratoîres : États-Unîs-Mexîque, présîdes espagnos. La questîon de ’évauatîon de ’eficacîté de ces dîsposîtîfs se pose au regard des objectîfs quî eur sont assîgnés. La côture îsraéîenne a atteînt son objectîf de dîmînutîon des attentats. Frontîère îdéae ? Certaîns en doutent :« la frontière idéale n’estelle pas celle qui donne à chaque peuple le sentiment d’être libre chez soi, parce que, alors, la frontière peut être un lieu de rencontre et de coopération plutôt qu’une ligne de confrontation »Théo Keîn àa écrît 4 Arîe Sharon en vîsîte à Parîs en juîet 2005 . Maîs es enjeux se sont dépacés à Gaza, avec ’exîstence de ses tunnes. Au Cachemîre, es încursîons et es încîdents se poursuîvent. À ’est de ’Inde, es données manquent pour en apprécîer es effets. Le durcîssement des îgnes à fonctîon antî-mîgratoîre conduît e pus souvent à recourîr à des tactîques de contournement quî rendent es passages pus rîsqués et pus coûteux pour es mîgrants îrréguîers comme on e voît au sud de ’Arîzona ou sur es côtes du Maghreb. Dans es sîtuatîons géopoîtîques pus compexes, une anayse hîstorîque pourra permettre de concure que es murs sont sans doute appeés à dîsparaïtre sur e modèe aemand. Le paradoxe aemand est que ’Ostpoîtîk a prîs vîgueur après a constructîon du mur de Berîn et a permîs de maîntenîr un droît de passage et de vîsîte înteraemand. La DMZ întra-coréenne est condamnée, maîs à quee
3.Mîche Foucher, « La vîsîon géopoîtîque : objectîfs et effîcacîté des murs et des côtures », înLes murs et droit interna tional, sous a dîrectîon de Jean-Marc Sore, 2010, Parîs, Pédone. 4.Voîr Mîche Foucher,L’Obsession des frontières, 2007, Parîs, Perrîn.
16 D E S M U R S E N T R E L E S H O M M E S
17 P R É F A C E
échéance ? Dans ’îmmédîat, une premîère zone franche a été créée au nord duno man’s land, cee de Kaesong. Idem à Chypre, sî du moîns a modîicatîon du statu quo n’est pas prîse en otage par es partîes en négocîatîon de a Turquîe à ’Unîon européenne. Le coîsonnement socîo-poîtîque des vîes d’Irande du Nord n’est que a répîque du manque d’unîté de ’Irande ee-même. La peur îdentîtaîre est toujours à. Quant à a sîtuatîon a pus embématîque de ces pratîques de coîsonnement conduîtes par des gouvernements de régîme démocratîque, on peut juger avec Benoït XVI que« dans un monde où les frontières sont de plus en plus ouvertes, pour le commerce, les voyages, le déplacement des personnes, les échanges culturels, il est tragique de voir des murs continuer à être construits. (…). Audessus de nous s’érige le mur, rappel incontournable de l’impasse où les relations entre Israéliens et Palestiniens semblent avoir abouti ». Enin, une ecture synoptîque des neuf cas traîtés conduît à reever queques constantes. D’abord, a constructîon des murs et e durcîssement des barrîères se poursuît. Maîs es stratégîes de contournement sont généraîsées et es lux mîgratoîres augmentent vers e Nord prospère, par dîverses voîes (marîtîmes vers ’Europe du Sud). Les transferts de technîques sécurîtaîres à forte composante technoogîque se réaîsent depuîs Israë vers es États-Unîs et ’Inde. Les ouvertures égaes se mutîpîent. Enin, a séparatîon agît souvent comme facteur socîa de déinîtîon îdentîtaîre, par exempe avec es Chyprîotes turcs quî se représentent comme des « Européens non reconnus ». Les textes accompagnant es îustratîons photographîques, paysages et înstantanés, scènes de a vîe à ’ombre des murs et côtures, sont donc d’un grand întérêt. Et îs autorîsent une concusîon décaée dès ors qu’une rélexîon crîtîque sur es murs et es côtures n’învaîde en rîen ’anayse des fonctîons socîaes et poîtîques des frontîères. Sî en effet advenaît un monde réputé sans frontîères, î devîendraît bîen vîte un monde borné. La destructîon des îmîtes n’a-t-ee pas pour résutat ’émergence d’une mutîtude de bornes nouvees ? Peut-être est-ce parce qu’î ne supporte pus es îmîtes que ’homme moderne ne cesse pas de s’înventer des bornes. Auque cas î feraît ’échange de bonnes frontîères contre es mauvaîses.
Michel Foucher Géographe et diplomate, titulaire de la chaire de géopolitique appliquéeau Collège d’études mondiales (FMSH),président de l’Association des internationalistes.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.