Dictionnaire de la réforme

De
Publié par

" La réforme est la volonté de faire évoluer la société, il y faut un peu d'art. On ne change pas contre le sentiment commun. On doit commencer par convaincre.

Pourquoi changer, que changer?

Aujourd'hui, chacun le perçoit, un monde est en train de disparaître, un autre le remplace, de profondes réformes se révèlent nécessaires dans notre pays. Le moment est venu de revoir ses structures, sans aucun tabou, sans idée préconçue, avec courage. Aucun domaine n'échappe à cette remise en cause, ni l'institutionnel, ni le politique, ni l'économique, ni le social, ni le militaire, ni le régional, ni l'européen, ni l'international.

Pour autant, faut-il tout changer? Certes pas, mais tantôt innover, tantôt maintenir ce qui existe, tantôt reconstruire ce qui a été détruit. La réforme n'est pas la boulimie du mouvement, le bouleversement continuel, le vertige permanent infligés à une société. Aucune n'y a jamais résisté.

Que tout ne soit pas possible à la fois ne doit pas nous inciter à ne rien faire. Sombrer dans l'inertie tranquille, par peur de prendre trop de risques, annoncerait la fin. L'intérêt de notre pays pousse à l'action, il faut choisir: la réforme ou le déclin. Le reste est sans importance. "
E.B.
Publié le : mercredi 21 octobre 1992
Lecture(s) : 46
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213652269
Nombre de pages : 306
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
" La réforme est la volonté de faire évoluer la société, il y faut un peu d'art. On ne change pas contre le sentiment commun. On doit commencer par convaincre.

Pourquoi changer, que changer?

Aujourd'hui, chacun le perçoit, un monde est en train de disparaître, un autre le remplace, de profondes réformes se révèlent nécessaires dans notre pays. Le moment est venu de revoir ses structures, sans aucun tabou, sans idée préconçue, avec courage. Aucun domaine n'échappe à cette remise en cause, ni l'institutionnel, ni le politique, ni l'économique, ni le social, ni le militaire, ni le régional, ni l'européen, ni l'international.


Pour autant, faut-il tout changer? Certes pas, mais tantôt innover, tantôt maintenir ce qui existe, tantôt reconstruire ce qui a été détruit. La réforme n'est pas la boulimie du mouvement, le bouleversement continuel, le vertige permanent infligés à une société. Aucune n'y a jamais résisté.

Que tout ne soit pas possible à la fois ne doit pas nous inciter à ne rien faire. Sombrer dans l'inertie tranquille, par peur de prendre trop de risques, annoncerait la fin. L'intérêt de notre pays pousse à l'action, il faut choisir: la réforme ou le déclin. Le reste est sans importance. "
E.B.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.