Dictionnaire Ferré

De
Publié par

1993-2013. Vingt ans après la disparition de Léo Ferré, on réalise que ce créateur hors norme, devenu une idole pour certains enfants de mai 68, était bien plus qu’un auteur-compositeur. Par l’originalité de son écriture et la diversité de son inspiration libertaire brocardant les aliénations et les impostures, l’artiste sans Dieu ni maître fut très souvent divin et magistral. Son œuvre largement autobiographique qui met en résonance sa vie et ses chansons fait de lui un poète à part entière dans la lignée de ceux qu’il mit merveilleusement en musique : Apollinaire, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud sans oublier son ami Louis Aragon. Mélodiste d’instinct, Ferré fut capable d’inventer des symphonies ou des opéras et de se balader avec la même élégance dans les rythmes de son temps, du tango à la pop music. Bref, Léo Ferré est un monument. Pour le visiter, ce dictionnaire ouvre des chemins de traverse qui conviennent particulièrement au sujet, frondeur et rebelle. Il aborde le personnage de biais plutôt que frontalement, par les détails insolites plutôt qu’avec la révérence forcée qu’impose la gloire. On peut l’ouvrir à n’importe quelle page, sauter de l’une à l’autre au gré des renvois, s’arrêter, reprendre. L’ordre alphabétique y cache les doux désordres du cœur. Ainsi en butinant dans cette petite encyclopédie, aux allures de trousseau de clefs ou de puzzle, on devrait s’approcher de la vérité ou plutôt des vérités de Ferré et sentir résonner les vibrations et les colères de "l’Epique époque" et de "la Vie moderne" dont il fut le témoin vigilant, moins engagé qu’enragé, et le chantre visionnaire.
Publié le : mercredi 27 février 2013
Lecture(s) : 35
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213669694
Nombre de pages : 304
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1993-2013. Vingt ans après la disparition de Léo Ferré, on réalise que ce créateur hors norme, devenu une idole pour certains enfants de mai 68, était bien plus qu’un auteur-compositeur. Par l’originalité de son écriture et la diversité de son inspiration libertaire brocardant les aliénations et les impostures, l’artiste sans Dieu ni maître fut très souvent divin et magistral. Son œuvre largement autobiographique qui met en résonance sa vie et ses chansons fait de lui un poète à part entière dans la lignée de ceux qu’il mit merveilleusement en musique : Apollinaire, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud sans oublier son ami Louis Aragon. Mélodiste d’instinct, Ferré fut capable d’inventer des symphonies ou des opéras et de se balader avec la même élégance dans les rythmes de son temps, du tango à la pop music. Bref, Léo Ferré est un monument. Pour le visiter, ce dictionnaire ouvre des chemins de traverse qui conviennent particulièrement au sujet, frondeur et rebelle. Il aborde le personnage de biais plutôt que frontalement, par les détails insolites plutôt qu’avec la révérence forcée qu’impose la gloire. On peut l’ouvrir à n’importe quelle page, sauter de l’une à l’autre au gré des renvois, s’arrêter, reprendre. L’ordre alphabétique y cache les doux désordres du cœur. Ainsi en butinant dans cette petite encyclopédie, aux allures de trousseau de clefs ou de puzzle, on devrait s’approcher de la vérité ou plutôt des vérités de Ferré et sentir résonner les vibrations et les colères de "l’Epique époque" et de "la Vie moderne" dont il fut le témoin vigilant, moins engagé qu’enragé, et le chantre visionnaire.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les Regrets

de editions-flammarion