Distilbène : des mots sur un scandale

De
Publié par

« Le Distilbène est une histoire exemplaire des dérives de la modernité, quand le commerce et la science se mêlent de trop près. Mise au point après la guerre, cette hormone de synthèse était présentée comme la molécule miracle contre les fausses couches : le marché était donc énorme. Lorsqu'elle fut interdite aux États-Unis, les laboratoires en Europe ont continué à en vendre et les médecins à en prescrire : toxique d'un côté de l'Océan, mais bonne pour les femmes enceintes sur la mauvaise rive (...).Je souhaite que le scandale du Distilbène soit un des éléments pour une réflexion d'ensemble sur ce que nous absorbons, mentalement et physiquement. La prudence n'a pas tant à voir avec le principe de précaution qu'avec l'étymologie du mot : sagesse, mesure, recul. »Marie DarrieussecqInterdite aux États-Unis en 1971, la prescription de Distilbène chez les femmes enceintes n'a cessé qu'à la fin des années 1970 en France. On estime le nombre de victimes à 360 000 en l'espace de quarante ans.Préfacé par Marie Darrieussecq, marraine du Réseau D.E.S. France, ce livre donne la parole aux femmes et aux hommes mères et pères, filles et fils, compagnons qui vivent les douloureuses conséquences de ce scandale médical, pour faire entendre leur souffrance et leur colère.
Publié le : mercredi 3 novembre 2010
Lecture(s) : 36
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782226223609
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
« Le Distilbène est une histoire exemplaire des dérives de la modernité, quand le commerce et la science se mêlent de trop près. Mise au point après la guerre, cette hormone de synthèse était présentée comme la molécule miracle contre les fausses couches : le marché était donc énorme. Lorsqu'elle fut interdite aux États-Unis, les laboratoires en Europe ont continué à en vendre et les médecins à en prescrire : toxique d'un côté de l'Océan, mais bonne pour les femmes enceintes sur la mauvaise rive (...).Je souhaite que le scandale du Distilbène soit un des éléments pour une réflexion d'ensemble sur ce que nous absorbons, mentalement et physiquement. La prudence n'a pas tant à voir avec le principe de précaution qu'avec l'étymologie du mot : sagesse, mesure, recul. »Marie DarrieussecqInterdite aux États-Unis en 1971, la prescription de Distilbène chez les femmes enceintes n'a cessé qu'à la fin des années 1970 en France. On estime le nombre de victimes à 360 000 en l'espace de quarante ans.Préfacé par Marie Darrieussecq, marraine du Réseau D.E.S. France, ce livre donne la parole aux femmes et aux hommes mères et pères, filles et fils, compagnons qui vivent les douloureuses conséquences de ce scandale médical, pour faire entendre leur souffrance et leur colère.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant