Essai de prospective démographique

De
Publié par

Le difficile et douloureux débat en cours sur le financement des retraites le montre bien : les effets des phénomènes démographiques sont à la fois inévitables et irréversibles. De même que le fléchissement de la natalité dès le début des années 1960 n’a guère été remarqué à l’époque hors des milieux spécialisés, sinon par Alfred Sauvy, Michel Debré, Peter Mac Donald et déjà Pierre Chaunu, de même il est incontestable, chiffres de l’ONU à l’appui, qu’aujourd’hui la planète tout entière ou presque a cessé de « remplacer la génération » : les femmes en âge de procréer ne sont plus assez nombreuses ; dans les décennies à venir, la population mondiale va certes continuer à augmenter, mais ensuite elle va nécessairement décroître. Dans le tiers monde, dans les pays occidentaux, notamment en Europe (sauf peut-être en France et chez un ou deux de ses voisins), un malthusianisme primaire a presque partout triomphé. Comment des actifs de moins en moins nombreux pourront-ils faire vivre des inactifs de plus en plus nombreux ?
L’humanité se trouve engagée dans un processus qu’elle n’a jamais connu. Elle doit le savoir, c’est la moindre des choses. Peut-être n’est-il pas encore tout à fait trop tard…

Pierre Chaunu, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, est professeur émérite à l’université de Paris-IV-Sorbonne ; Jacques Renard, docteur en histoire, est ingénieur d’études à l’université de Paris-IV-Sorbonne.

Publié le : mercredi 4 juin 2003
Lecture(s) : 28
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213652009
Nombre de pages : 282
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le difficile et douloureux débat en cours sur le financement des retraites le montre bien : les effets des phénomènes démographiques sont à la fois inévitables et irréversibles. De même que le fléchissement de la natalité dès le début des années 1960 n’a guère été remarqué à l’époque hors des milieux spécialisés, sinon par Alfred Sauvy, Michel Debré, Peter Mac Donald et déjà Pierre Chaunu, de même il est incontestable, chiffres de l’ONU à l’appui, qu’aujourd’hui la planète tout entière ou presque a cessé de « remplacer la génération » : les femmes en âge de procréer ne sont plus assez nombreuses ; dans les décennies à venir, la population mondiale va certes continuer à augmenter, mais ensuite elle va nécessairement décroître. Dans le tiers monde, dans les pays occidentaux, notamment en Europe (sauf peut-être en France et chez un ou deux de ses voisins), un malthusianisme primaire a presque partout triomphé. Comment des actifs de moins en moins nombreux pourront-ils faire vivre des inactifs de plus en plus nombreux ?

L’humanité se trouve engagée dans un processus qu’elle n’a jamais connu. Elle doit le savoir, c’est la moindre des choses. Peut-être n’est-il pas encore tout à fait trop tard…

Pierre Chaunu, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, est professeur émérite à l’université de Paris-IV-Sorbonne ; Jacques Renard, docteur en histoire, est ingénieur d’études à l’université de Paris-IV-Sorbonne.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.