Habiter sa maison intérieure

De
Publié par

«Je me sens vide», «J’ai l’impression d’être à côté de moi-même». Jamais auparavant de telles plaintes – que les patients ne parviennent pas vraiment à définir – n’ont été aussi souvent exprimées. D’où vient ce sentiment ? Que signifie-t-il ? Comment l’élaborer et le transformer ?

Valentina Supino-Viterbo utilise la maison intérieure comme métaphore de la psyché humaine. Reconnaissons-nous notre maison intérieure, en habitons-nous toutes les pièces (les différentes parties de notre personnalité, nos pulsions, nos désirs ou nos rêves) ? Savons-nous encore nous confronter aux personnages qui soit nous parasitent, soit aident à notre épanouissement ? A l’extérieur de soi, les références familiales, sociales, politiques, sont-elles suffisamment stables pour nous permettre de nous structurer ?

Apprendre à apprivoiser son vide, à se réconcilier avec son passé, à s’affranchir des entraves qui nous empêchent de circuler d’une pièce à l’autre... A la lumière de nombreux cas psychanalytiques, Valentina Supino-Viterbo aborde avec une rare sensibilité un sujet malheureusement très symptomatique de notre société.
Publié le : mercredi 19 mai 2004
Lecture(s) : 29
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213658636
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
«Je me sens vide», «J’ai l’impression d’être à côté de moi-même». Jamais auparavant de telles plaintes – que les patients ne parviennent pas vraiment à définir – n’ont été aussi souvent exprimées. D’où vient ce sentiment ? Que signifie-t-il ? Comment l’élaborer et le transformer ?

Valentina Supino-Viterbo utilise la maison intérieure comme métaphore de la psyché humaine. Reconnaissons-nous notre maison intérieure, en habitons-nous toutes les pièces (les différentes parties de notre personnalité, nos pulsions, nos désirs ou nos rêves) ? Savons-nous encore nous confronter aux personnages qui soit nous parasitent, soit aident à notre épanouissement ? A l’extérieur de soi, les références familiales, sociales, politiques, sont-elles suffisamment stables pour nous permettre de nous structurer ?


Apprendre à apprivoiser son vide, à se réconcilier avec son passé, à s’affranchir des entraves qui nous empêchent de circuler d’une pièce à l’autre... A la lumière de nombreux cas psychanalytiques, Valentina Supino-Viterbo aborde avec une rare sensibilité un sujet malheureusement très symptomatique de notre société.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.