Histoire de l'Aquitaine

De
Publié par

L'histoire de l'Aquitaine est une fresque, mais une fresque dont les statues sont vivantes. Une tapisserie, mais qu'agite un vent furieux. Dès le premier instant où un chasseur, quelque 35 000 ans avant J.-C., applique le sceau de sa main enduite d'ocre contre la paroi d'une caverne périgourdine, commence cette très longue épopée d'une région modelée par l'homme au long des siècles.
Car l'Aquitaine n'est pas une fatalité géographique, mais une permanente conquête. Zone élective d'échange entre la haute terre et l'océan, balafrée par l'énorme blessure de l'estuaire de la Garonne, l'Aquitaine a dû à sa seule volonté de devenir un pays aux limites mouvantes, mais à la spécificité inébranlable.
Avant-poste de la romanité en Gaule, royaume mérovingien, puis carolingien, duché, possession anglaise, province française enfin, ravagée d'invasions, labourée de migrations, déchirée de conflits religieux, l'Aquitaine a su demeurer fidèle à son destin et ne perdre dans tous ces avatars ni son identité, ni son âme. Et c'est elle qui, pour finir, a conquis ses conquérants. D'étonnantes figures sont venues la symboliser et marquer son histoire éclatante ou secrète : la reine Aliénor, le Prince Noir, l'archevêque Pey-Berland, Montaigne, les ducs d'Epernon, les grands Intendants du xviiie siècle, Montesquieu, ont servi et exalté son génie. Mais l'histoire de l'Aquitaine, c'est celle, aussi et surtout, d'une prise de conscience collective : des mouvements populaires comme la Commune de Guyenne au xvie, l'Ormée au xviie, le fédéralisme des Girondins sous la Révolution, ont puissamment affirmé une personnalité qui a fait de cette terre frondeuse un étonnant miroir de l'aventure humaine.
Publié le : vendredi 1 avril 1994
Lecture(s) : 46
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782702150955
Nombre de pages : 314
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
I
CENDRE ET POUSSIERE : Des Origines à 56 avant Jésus-Christ
La voilà bien la seule véritable « histoire non événementielle » ; des millénaires d'hommes ont passé sur la terre comme la pluie sur la mer. D'innombrables générations n'ont pas laissé plus de trace que les feuilles mortes. De l'humus. Tant de milliards d'êtres humains — déjà humains — dont la seule raison de vivre semble avoir été d'entretenir le cycle organique du carbone et de l'azote.
Il y eut des batailles pourtant, et des amours, et des passions, et des ambitions, et des terreurs — tout le tissu de l'histoire individuelle et collective. Mais, de tout cela, rien, aucun indice ; ou plutôt si : de la cendre et de la poussière. De l'espace compris entre cent vingt et quarante millénaires avant Jésus-Christ, c'est là tout ce qui demeure. Et aussi quelques éclats de pierre et quelques esquilles d'os.
La sépulture matricielle
Ils ont survécu à la grande glaciation mindélienne. Le noir des forêts faisait naître en eux cette peur qui fut peut-être, avant de s'appeler l'angoisse, le premier de tous les sentiments humains.
Attirés par le bruit des eaux, ils sont descendus vers les rives des grands fleuves. Un autre grand fleuve renversé, au-dessus d'eux, s'emplissait peu à peu de la palpitation des mondes inconnus. Une vague lumière montait toujours des eaux, descendait toujours des astres. La nuit n'était jamais aussi noire que le sang d'une bête égorgée.
Là, ils se sont rassemblés. Là, ils ont apprivoisé le feu. Là, gisent encore leurs semblants d'outils — ou leurs ébauches d'armes : de grossiers silex bifaces arrachés au percuteur. Ils ont appris à tuer — l'ennemi, le gibier, ce qui menace, ce qui se mange, ce qui bouge, ce qui n'a pas de nom. Des centaines de siècles durant, ils ont eu pour seule pensée de mourir le plus tard possible, animaux nus et vulnérables perdus parmi les animaux caparaçonnés de plumes, d'écailles, de cuir, de toison, armés de défenses, de crocs, de griffes, de cornes, de becs, de venins.
Et puis, mystérieusement, tout a changé : leur réalité, leur être profond n'ont plus été tout à fait les mêmes dès l'instant où, par une insaisissable modification de leurs nerfs, la mort elle-même est devenue une ennemie, puis une obscure espérance. Dès lors, les morts — morts — n'ont plus été des charognes que l'on jette ou abandonne, mais des êtres mystérieux qui, tout en n'étant plus, doivent inexplicablement continuer à être. Ils ont entrevu dans un repli d'eux-mêmes cette immense vérité qui achèvera de faire d'eux des hommes et va continuer, au long des âges futurs, à féconder l'humanité : ce qui donne un sens à la mort donne aussi un sens à la vie.leurs
Les premiers édifices construits de leurs mains furent destinés à cette prescience d'éternité : des sépultures. Cela est symptomatique. A Cro-Magnon, à Combe-Capelle, à Chancelade, à Laussel, à Saint-Germain-la-Rivière, on retrouve ces matrices de terre et de pierre où le mort est endormi comme une graine, toujours dans la même position fœtale, les genoux repliés contre la poitrine, enfant dans le ventre maternel, attendant une autre naissance. Parfois, quelques pauvres objets disposés autour de lui (collier de coquilles percées, fragments d'os gravés, dents de rennes) semblent attester de cette invincible humanité qui dictera, beaucoup plus tard, le funèbre bric-à-brac des chambres pharaoniques. Et le sourire des Et le sourire des anges.korés.
Tuer ou être tué : le restait rudimentaire pour l'homme de Neanderthal. Tour à tour chasseur et chassé, il avait trouvé son refuge dans les grottes naturelles. Longtemps, ces vagues sépultures de ses morts provisoires servirent à franchir l'espace effroyable des nuits. Chaque matin, une résurrection venait, pour le rendre à la lumière, au danger, à l'incertitude, à cette chose sans nom que devait être la vie avant la conscience du vivant.to be or not to be
A quoi ressemblait cette ébauche de l'homme — ou à qui ? Sans doute assez peu au King-Kong de granit que le sculpteur Dardé érigea en 1932 sur la terrasse du musée des Eyzies. Ce genre de portrait-robot est une péremptoire invention de notre ignorance, de notre impuissance à imaginer les racines de notre espèce. Toute la distance entre le et le est le fruit d'une évolution qui modèle d'abord l'invisible avant de le refléter sur cette petite surface de chair et d'os.facièsvisage
Enfance de l'art, naissance de l'homme
L'homme, cependant, n'est qu'une moisissure qui rêve. Les brusques modifications du climat, l'alternance des glaciations le stérilisent et l'éliminent, par générations entières, de cette superficie de roches, de marais et de steppes où il s'accroche, s'incruste. Sa survie est illogique. Pourtant, la mort collective des espèces inadaptées n'élimine jamais entièrement une préhumanité encore inconsciente de son identité, mais travaillée d'un sourd désir de durer. Pareille résistance à une fatalité, n'est-elle pas le par quoi, très précocement, se définit le « phénomène humain » ?miracle
Là où sombrent sans rémission des races animales soumises à la seule loi biologique, un indéfinissable instinct, à la fois viscéral et cérébral, préserve de l'extinction totale cette bête nue et vulnérable. Un refus. Elle s'obstine, ruse, triche, se terre. Elle fait la morte. Le roc raboté par le gel, le ciel glacé comme une eau noire, le silence du temps encore immobile et stagnant, toutes les formidables agressions géologiques ne parviennent pas à user la résistance d'une insignifiante plante sans racines, la moins faite pour durer. Et voici qu'elle découvre cette autre vérité qui ne s'éteindra plus : pour dominer le monde, pour être au monde, il faut rêver le monde.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.