//img.uscri.be/pth/649878e5dc4b7b2f970612759d2f4e62b0d6a1c2
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

L'évolution vue par un botaniste

De
344 pages
L’évolution est pour Jean-Marie Pelt une longue histoire. Dans les années 1960, quand il suivait les cours de botanique de la faculté de Nancy, on apprenait encore par cœur la disposition respective des pétales, des étamines et des pistils. L’émergence et l’évolution de ces formes et de ces structures au cours des temps géologiques n’étaient jamais évoquées. Et pourtant, l’évolution des espèces n’est pas l’apanage du monde animal, loin de là ! En comparant les sociétés végétales et les sociétés humaines, Jean-Marie Pelt est l’un des premiers scientifiques à faire des plantes de « vrais » êtres vivants pour le commun des mortels. Au fil de ses observations, le doute s’insinue malgré tout : comment un mécanisme aussi simple que la sélection naturelle pourrait-il tout expliquer ? Comment, par exemple, certaines orchidées peuvent-elles se modifier au point de donner à un de leurs pétales l’apparence visuelle et olfactive d’un insecte ? Aucun botaniste ne s’était jusqu’ici vraiment exprimé sur les mécanismes de l’évolution et sur ses « orientations » dans le règne végétal : cette lacune est désormais comblée.
Voir plus Voir moins
L’évolution est pour Jean-Marie Pelt une longue histoire. Dans les années 1960, quand il suivait les cours de botanique de la faculté de Nancy, on apprenait encore par cœur la disposition respective des pétales, des étamines et des pistils. L’émergence et l’évolution de ces formes et de ces structures au cours des temps géologiques n’étaient jamais évoquées. Et pourtant, l’évolution des espèces n’est pas l’apanage du monde animal, loin de là ! En comparant les sociétés végétales et les sociétés humaines, Jean-Marie Pelt est l’un des premiers scientifiques à faire des plantes de « vrais » êtres vivants pour le commun des mortels. Au fil de ses observations, le doute s’insinue malgré tout : comment un mécanisme aussi simple que la sélection naturelle pourrait-il tout expliquer ? Comment, par exemple, certaines orchidées peuvent-elles se modifier au point de donner à un de leurs pétales l’apparence visuelle et olfactive d’un insecte ? Aucun botaniste ne s’était jusqu’ici vraiment exprimé sur les mécanismes de l’évolution et sur ses « orientations » dans le règne végétal : cette lacune est désormais comblée.