L'Un sans l'autre

De
Publié par

Pendant quarante-cinq ans, le monde a vécu sous la tutelle de deux empires aux ambitions radicalement contradictoires, encore que contraints, par leur commune peur de l'apocalypse nucléaire, à un minimum de complicité. Cette époque est révolue. Le putsch manqué de Moscou a précipité la déroute d'une Union soviétique en passe de perdre jusqu'à son nom.

Suivant de près celle qu'il venait de remporter sur l'Irak de Saddam Hussein, c'est pour Georges Bush une formidable victoire: le voilà désormais " sans l'autre ", débarrassé de la super-puissance que ses prédécesseurs n'avait cessé, depuis 1945, de trouver en travers de leur route. S'ils conservent, avec le Japon et l'Allemagne, d'opulents rivaux commerciaux, les Etats-Unis n'ont plus pour le moment d'ennemi, et aucun de leurs partenaires ne paraît vraiment de taille à beaucoup influencer leurs décisions.

Jamais, au cours des siècles, puissance n'a été aussi près d'exercer l'hégémonie mondiale. Il est grand temps pour l'Europe de se réveiller si elle ne veut pas que le " nouvel ordre international " en gestation consacre son effacement.

Pendant dix-huit ans chef du service étranger, puis rédacteur en chef (1969-1985) et directeur (1985-1991), André Fontaine a consacré au Monde l'essentiel de sa carrière. On lui doit une Histoire de la Guerre froide en deux volumes et une Histoire de la Détente (Un seul lit pour deux rêves) publiées chez Fayard et rééditées l'une et l'autre au Seuil (coll. Points-Histoire), ainsi que plusieurs essais.
Publié le : mercredi 2 octobre 1991
Lecture(s) : 58
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213658957
Nombre de pages : 380
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Pendant quarante-cinq ans, le monde a vécu sous la tutelle de deux empires aux ambitions radicalement contradictoires, encore que contraints, par leur commune peur de l'apocalypse nucléaire, à un minimum de complicité. Cette époque est révolue. Le putsch manqué de Moscou a précipité la déroute d'une Union soviétique en passe de perdre jusqu'à son nom.

Suivant de près celle qu'il venait de remporter sur l'Irak de Saddam Hussein, c'est pour Georges Bush une formidable victoire: le voilà désormais " sans l'autre ", débarrassé de la super-puissance que ses prédécesseurs n'avait cessé, depuis 1945, de trouver en travers de leur route. S'ils conservent, avec le Japon et l'Allemagne, d'opulents rivaux commerciaux, les Etats-Unis n'ont plus pour le moment d'ennemi, et aucun de leurs partenaires ne paraît vraiment de taille à beaucoup influencer leurs décisions.

Jamais, au cours des siècles, puissance n'a été aussi près d'exercer l'hégémonie mondiale. Il est grand temps pour l'Europe de se réveiller si elle ne veut pas que le " nouvel ordre international " en gestation consacre son effacement.

Pendant dix-huit ans chef du service étranger, puis rédacteur en chef (1969-1985) et directeur (1985-1991), André Fontaine a consacré au Monde l'essentiel de sa carrière. On lui doit une Histoire de la Guerre froide en deux volumes et une Histoire de la Détente (Un seul lit pour deux rêves) publiées chez Fayard et rééditées l'une et l'autre au Seuil (coll. Points-Histoire), ainsi que plusieurs essais.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.