La Chute de Nicolas S.

De
Publié par

Paris, juillet 2020. Paris s'apprête à fêter avec éclat l'ouverture des Jeux Olympiques dans une atmosphère de liesse et de fierté retrouvée. Mais des événements inquiétants se produisent au beau milieu des architectures splendides érigées pour manifester au monde le renouveau du pays. La cohésion de la nation, si merveilleusement renforcée par une immigration très choisie, semble menacée par une mystérieuse conspiration.
En l'espace d'une semaine décisive, le Président Nicolas S. doit réagir vigoureusement afin de sauver son oeuvre, dont l'avenir repose désormais sur un ministre imaginatif, une femme de ménage sans illusions, un homme qui a tout perdu, et la jeune lauréate d'un concours d'amour de la France.


À quoi ressemblerait le pays si Nicolas S. en devenait le Président ? Réussirait-il à le sauver de lui-même et à sortir ses compatriotes de leur long gémissement morose, en faisant appel aux meilleurs des candidats à l'émigration ? Comment choisir judicieusement ceux-ci ?

La chute de Nicolas S. est un conte d'anticipation dont l'ambition est de dévoiler la véritable nature du projet porté par l'homme qui affirme avoir renoncé aux renoncements. C'est aussi une variation lucide et ironique sur les rapports contradictoires que nourrissent le recours à l'immigration et le sanglot mélancolique du déclin.


Publié le : lundi 1 janvier 2007
Lecture(s) : 60
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9999998630
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Prologue Le fonctionnaire nen croyait pas ses yeux. Il venait dimprimer les fiches des lauréats désignés par lordinateur, et lune dentre elles était stupéfiante. Jamais jusqualors on navait dépassé à ce point la note de quatre-vingts qui suffisait en général à être reçu. Aussi restait-il incrédule devant la feuille quil tenait entre ses mains. Selon le document issu des entrailles de linfaillible machine, une candidate avait obtenu quatre vingt seize sur cent, dépassant très largement les records établis depuis linstauration du concours dix ans plus tôt. À chacune des épreuves, elle avait obtenu la note maximale. La maîtrise de la langue, la connaissance de lhistoire, de la géographie et des coutumes françaises étaient impression-nantes pour quelquun qui navait jamais vécu en métropole. Lui-même, pourtant diplômé dune prestigieuse école, aurait été bien incapable de répondre aux questions. Il ignorait en effet tout des rois mérovingiens et des affluents de la Garonne. Il avait oublié depuis longtemps la composition de léquipe de football victorieuse lors de la coupe du monde de 1998, naurait pas reconnu la chanson de Charles Trenet et aurait été éga-lement bien incapable de réciter de mémoire la réplique de Titus à Bérénice.
9
Habitué depuis longtemps aux correcteurs orthographiques sophistiqués des ordinateurs, il ignorait que le mot « tentacule » était masculin, et navait jamais su conjuguer limparfait du subjonctif. Il navait aucune connaissance en héraldique, et ne pouvait réciter non plus la liste des grands crus du bordelais et des différents fromages normands. Peu doué pour les envolées lyriques, il naurait sans doute pas eu assez dinspiration pour rédiger un poème épique à la gloire dun grand patriote. Sans doute eût-il été également bien en peine de répondre aux questions posées cette année-là :En vous aidant dexemples tirés de lhistoire et du génie national, développez votre perception du destin de la France ; Décrivez la nature à lautomne dans une pro-vince de votre choix.Heureusement, il navait pas à répondre à toutes ses ques-tions. De par sa naissance, il naurait en effet jamais à passer, comme cette jeune fille, lexamen damour de la France. Un instant, lidée lui vint que personne ne pouvait connaître à ce point son pays. Les tests avaient pu être truqués par un informaticien génial et corruptible. Il regarda les informations administratives contenues dans le dossier et ny décela rien danormal. Elle avait dix-huit ans et était Algérienne. Sa mère était une saisonnière sans diplôme universitaire déclaré, et lidentité de son père nétait même pas mentionnée. Décidément, cela relevait du miracle, se dit-il, en scrutant à nouveau les photos numériques, y cherchant vainement des signes annonciateurs du génie. Son visage, plutôt joli, restait relativement anodin. Tout juste trouva-t-il à son regard un air de détermination, mais peut-être était-ce leffet de son désir de trouver à tout prix une explication. Jaugeant avec ce quil
10
estimait être une grande objectivité le corps de la jeune fille, vêtue seulement dune petite culotte et dun soutien-gorge sur la photo prise lors de son examen médical, il samusa à détailler son grand nez, ses bras trop maigres et sa poitrine timide, quelle sefforçait de cacher en ramenant vers elle ses épaules. Une idée le frappa soudain. Dans quelques jours devait être inauguré le nouveau musée de limmigration. Toute la presse mondiale avait été conviée pour assister à cet événement qui allait affirmer la profonde mutation du pays, en célébrant avec magnificence lapport des étrangers à leur nouvelle patrie. Et, à cette occasion, le Président serait sans nul doute ravi de pou-voir annoncer à la presse que le record damour de la France avait été battu, ce qui démontrerait la justesse de son auda-cieuse politique. Nicolas S. ne manquerait pas non plus de décerner à la jeune fille, devant les caméras, le précieux sésame qui lui ouvrirait les portes du pays de son cur, et il serait sans nul doute recon-naissant à lauteur de cette heureuse initiative. Lidée de la probable gratitude présidentielle le fit saliver par avance, et il songea avec délices à lavancement quil était en droit despérer. Il savait bien quil était inutile de passer certains concours si lon navait pas léchine souple et le goût du service des puissants. Après quelques minutes de ces douces et bureau-cratiques rêveries, il se leva et emporta avec lui le dossier de Roxanne, la jeune fille dont le nom était devenu à ses yeux si riche de promesses.
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.