//img.uscri.be/pth/235a40718bc6b4f2556c7bf29272d95037efddde
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

La fabrique des terroristes

De
288 pages
Le massacre des Yazidis par l’État islamique n’a pas d’autre nom : c’est un génocide.
Dans les camps de réfugiés du Kurdistan irakien, Le Père Desbois et Nastasie Costel ont interviewé plus de cent survivants. Ces esclaves de Daech ont observé leurs tortionnaires et vu les lieux tenus secrets de l’organisation.
Sexe, meurtres et argent, leurs révélations fracassent les apparences. Ceux qui se présentent comme des « soldats de Dieu » n’ont pour ambition que le pouvoir. L’EI ne promet pas le Paradis après la mort, elle l’offre sur terre.
Pour cela, il leur faut des outils : les Yazidis. Les hommes, inutiles lorsqu’ils refusent de prêter allégeance, sont éliminés. Les femmes deviennent esclaves sexuelles ou reproductrices, dont la progéniture viendra grossir les rangs de l’organisation. Les enfants, des soldats.
 
Avec retenue, émotion et intelligence, le Père Desbois se penche une fois de plus sur la mémoire des oubliés des guerres, nous plongeant au cœur de ce qu’il convient bien d’appeler par son nom : un génocide « utilitaire ». La voix, humaine, qu’il manquait.
 
Le Père Desbois, président de Yahad in Unum, a consacré sa vie aux recherches sur la Shoah, au combat contre l’antisémitisme et à l’enracinement des relations entre catholiques et Juifs. Il est l’auteur de Porteurs de mémoire : Sur les traces de la Shoah par balles (Michel Lafon, 2007).
Nastasie Costel est originaire de Roumanie. Descendant de déportés, il dirige aujourd’hui les recherches de l’association sur le génocide des Roms. Il préside Roma Dignity.
Tous deux ont initié ce qu’ils appellent : Action Yazidis.
Voir plus Voir moins
Le massacre des Yazidis par l’État islamique n’a pas d’autre nom : c’est un génocide.
Dans les camps de réfugiés du Kurdistan irakien, Le Père Desbois et Nastasie Costel ont interviewé plus de cent survivants. Ces esclaves de Daech ont observé leurs tortionnaires et vu les lieux tenus secrets de l’organisation.
Sexe, meurtres et argent, leurs révélations fracassent les apparences. Ceux qui se présentent comme des « soldats de Dieu » n’ont pour ambition que le pouvoir. L’EI ne promet pas le Paradis après la mort, elle l’offre sur terre.
Pour cela, il leur faut des outils : les Yazidis. Les hommes, inutiles lorsqu’ils refusent de prêter allégeance, sont éliminés. Les femmes deviennent esclaves sexuelles ou reproductrices, dont la progéniture viendra grossir les rangs de l’organisation. Les enfants, des soldats.

Avec retenue, émotion et intelligence, le Père Desbois se penche une fois de plus sur la mémoire des oubliés des guerres, nous plongeant au cœur de ce qu’il convient bien d’appeler par son nom : un génocide « utilitaire ». La voix, humaine, qu’il manquait.

Le Père Desbois, président de Yahad in Unum, a consacré sa vie aux recherches sur la Shoah, au combat contre l’antisémitisme et à l’enracinement des relations entre catholiques et Juifs. Il est l’auteur de Porteurs de mémoire : Sur les traces de la Shoah par balles (Michel Lafon, 2007).
Nastasie Costel est originaire de Roumanie. Descendant de déportés, il dirige aujourd’hui les recherches de l’association sur le génocide des Roms. Il préside Roma Dignity.
Tous deux ont initié ce qu’ils appellent : Action Yazidis.