La fracture identitaire

De
Publié par


     Ce qui ne se dit pas: une fracture identitaire ébranle le fragile équilibre de la nation, héritière d'une vieille histoire partagée. Nous sommes aujourd'hui à la croisée des chemins. Si rien ne vient rapidement mettre fin au processus de déculturation et de défrancisation enclenchée par une école amnésique et un multiculturalisme impensé, la France risque, avant la fin de ce siècle, de  n'être plus qu'un Etat additionnant des communautés claquemurées, désunies, voire hostiles. Le glacial Hexagone a déjà remplacé la douce France dans le vocabulaire journalistique. L'amenuisement du sentiment national donne prise aux exigences identitaires des minorités et, singulièrement, aux surenchères de l'islam politique qui cherche à tirer profit du déracinement de l 'immigration musulmane. Un séparatisme ethnique apparaît déjà ici et là. Il cherche à opposer les "Souchiens", c'est ainsi que les "Indigènes de la République " nomment les "Français de souche",  aux "Franciens", ces nouveaux compatriotes dont certains estiment qu'une carte d'identité française suffit à valoir identité française. Si l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République doit beaucoup à son discours sur l'identité nationale, le problème soulevé attend toujours ses solutions. Elles sont pourtant à portée de main. Seule une adhésion sans failles à l'esprit des Lumières permettra à notre pays de rester ouvert et solidaire.

     Ivan Rioufol est l'auteur du Bloc-notes du Figaro.

Publié le : mercredi 31 octobre 2007
Lecture(s) : 34
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213658483
Nombre de pages : 206
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

     Ce qui ne se dit pas: une fracture identitaire ébranle le fragile équilibre de la nation, héritière d'une vieille histoire partagée. Nous sommes aujourd'hui à la croisée des chemins. Si rien ne vient rapidement mettre fin au processus de déculturation et de défrancisation enclenchée par une école amnésique et un multiculturalisme impensé, la France risque, avant la fin de ce siècle, de  n'être plus qu'un Etat additionnant des communautés claquemurées, désunies, voire hostiles. Le glacial Hexagone a déjà remplacé la douce France dans le vocabulaire journalistique. L'amenuisement du sentiment national donne prise aux exigences identitaires des minorités et, singulièrement, aux surenchères de l'islam politique qui cherche à tirer profit du déracinement de l 'immigration musulmane. Un séparatisme ethnique apparaît déjà ici et là. Il cherche à opposer les "Souchiens", c'est ainsi que les "Indigènes de la République " nomment les "Français de souche",  aux "Franciens", ces nouveaux compatriotes dont certains estiment qu'une carte d'identité française suffit à valoir identité française. Si l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République doit beaucoup à son discours sur l'identité nationale, le problème soulevé attend toujours ses solutions. Elles sont pourtant à portée de main. Seule une adhésion sans failles à l'esprit des Lumières permettra à notre pays de rester ouvert et solidaire.


     Ivan Rioufol est l'auteur du Bloc-notes du Figaro.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.