La France en panne

De
Publié par

La France est en panne. Le chômage a cessé de régresser pour reprendre une ascension qui laisse planer la menace de compter trois millions de chômeurs sous peu. La croissance ne cesse, quant à elle, de se ralentir non seulement dans l'absolu mais aussi par comparaison avec l'Allemagne et l'Italie. Si cette situation se poursuit jusqu'à la fin de la décennie, la France ne sera plus que la troisième puissance économique de l'Europe, dépassée par sa soeur latine. Plus grave encore, une crise profonde d'identité nationale se profile à l'horizon. La France en tant que nation ne paraît plus avoir de projets collectifs, industriel, économique, social ou culturel, capables de l'animer.

Comment en est-on arrivé là en dix ans? Pourquoi la France est-elle, aujourd'hui, ligotée? Le principal responsable est un monétarisme dogmatique qui s'est lentement substitué à tout autre forme de politique économique.

Nous devons écarter les deux mâchoires, germanique et latine, de la tenaille qui se resserre autour de nous.

Nous devons, le plus vite possible, nous réinstaller le long d'un sentier de croissance d'au moins 3% en pratiquant une politique de déficit budgétaire de plus grande ampleur.

Nous devons à bref délai refuser que la politique de la France soit faite à Francfort sous le prétexte d'un système monétaire européen qui a vécu, à moins que nous ne restions les seuls à accepter de la confondre avec une " zone mark " qu'il vaudrait mieux réduire au plus tôt à sa plus simple expression.

Retrouver une croissance durable implique que nous restaurions une économie publique qui a toujours constitué une de nos forces les plus vives. En dépit des coups multiples et injustes qui lui auront été portés par un pouvoir dit socialiste, cette restauration est indispensable pour redonner aux Français des projets collectifs qui soient à la mesure de leur passé et leur fassent envisager l'avenir autrement que remboursés par la Sécurité sociale sans ticket modérateur...
Publié le : mercredi 2 octobre 1991
Lecture(s) : 62
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213653624
Nombre de pages : 204
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La France est en panne. Le chômage a cessé de régresser pour reprendre une ascension qui laisse planer la menace de compter trois millions de chômeurs sous peu. La croissance ne cesse, quant à elle, de se ralentir non seulement dans l'absolu mais aussi par comparaison avec l'Allemagne et l'Italie. Si cette situation se poursuit jusqu'à la fin de la décennie, la France ne sera plus que la troisième puissance économique de l'Europe, dépassée par sa soeur latine. Plus grave encore, une crise profonde d'identité nationale se profile à l'horizon. La France en tant que nation ne paraît plus avoir de projets collectifs, industriel, économique, social ou culturel, capables de l'animer.

Comment en est-on arrivé là en dix ans? Pourquoi la France est-elle, aujourd'hui, ligotée? Le principal responsable est un monétarisme dogmatique qui s'est lentement substitué à tout autre forme de politique économique.

Nous devons écarter les deux mâchoires, germanique et latine, de la tenaille qui se resserre autour de nous.

Nous devons, le plus vite possible, nous réinstaller le long d'un sentier de croissance d'au moins 3% en pratiquant une politique de déficit budgétaire de plus grande ampleur.

Nous devons à bref délai refuser que la politique de la France soit faite à Francfort sous le prétexte d'un système monétaire européen qui a vécu, à moins que nous ne restions les seuls à accepter de la confondre avec une " zone mark " qu'il vaudrait mieux réduire au plus tôt à sa plus simple expression.

Retrouver une croissance durable implique que nous restaurions une économie publique qui a toujours constitué une de nos forces les plus vives. En dépit des coups multiples et injustes qui lui auront été portés par un pouvoir dit socialiste, cette restauration est indispensable pour redonner aux Français des projets collectifs qui soient à la mesure de leur passé et leur fassent envisager l'avenir autrement que remboursés par la Sécurité sociale sans ticket modérateur...
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.