Le déshonneur de Valéry Giscard d'Estaing

De
Publié par

A l’occasion du trentième anniversaire de son accession à la présidence de la République, Valéry Giscard d’Estaing, invité à commenter une vingtaine de photos prises durant son septennat, tombe sur celle de Christian Ranucci. L’ex-Chef de l’Etat et nouvel académicien appuie sur le couperet en 2004 : « En 1976, je n’ai pas gracié Ranucci et je ne le regrette pas. » Au vu des arguments invoqués par cette belle conscience pour se soulager, Gilles Perrault s’est senti bouillir. Il n’a pu retenir ce livre, long cri d’indignation d’un formidable écrivain. Il fait écho à ceux de Robert Badinter sur la peine de mort et, comme eux, fera date.
Publié le : mercredi 29 septembre 2004
Lecture(s) : 30
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213656625
Nombre de pages : 96
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
A l’occasion du trentième anniversaire de son accession à la présidence de la République, Valéry Giscard d’Estaing, invité à commenter une vingtaine de photos prises durant son septennat, tombe sur celle de Christian Ranucci. L’ex-Chef de l’Etat et nouvel académicien appuie sur le couperet en 2004 : « En 1976, je n’ai pas gracié Ranucci et je ne le regrette pas. » Au vu des arguments invoqués par cette belle conscience pour se soulager, Gilles Perrault s’est senti bouillir. Il n’a pu retenir ce livre, long cri d’indignation d’un formidable écrivain. Il fait écho à ceux de Robert Badinter sur la peine de mort et, comme eux, fera date.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

J'ai fait un rêve - article ; n°1 ; vol.21, pg 71-74

de AUTRES_TEMPS-_LES_CAHIERS_DU_CHRISTIANISME_SOCIAL

N'oublie pas de vivre

de editions-flammarion

Nous sommes Charlie

de le-livre-de-poche