Le regard du gorille

De
Publié par

Eugène Rutagarama est un Tutsi, l’une des deux principales ethnies rwandaises. Il a miraculeusement échappé au génocide qui, en 1994, s’est abattu sur les Tutsis : en cent jours, 800 000 d’entre eux ont été traqués et massacrés, souvent à l’arme blanche et à la machette. De sa famille n’ont survécu que deux de ses frères. Après le génocide, Eugène a regagné le Rwanda. Refusant la vengeance, il a préféré consacrer sa vie à sauver les gorilles de montagne. Car c’est dans une forêt à cheval sur le Rwanda, le Congo et l’Ouganda que vivent les derniers représentants de cette espèce menacée d’extinction. L’Américaine Dian Fossey, assassinée en 1985, a donné sa vie pour les protéger. Après sa mort, leur destin est devenu encore plus tragique et leur population a chuté jusqu’à moins de 300 individus. Eugène a décidé de leur offrir la sécurité. Pendant des années, il a structuré le domaine des parcs nationaux au Rwanda et mené une lutte sur deux fronts : réduire le braconnage, et surtout obtenir que collaborent ces trois pays, qui ont souvent été en guerre. Eugène a réussi. Le parc des gorilles est devenu un lieu de tourisme de luxe et une source de revenus importante pour les trois pays qui le gèrent. Ce livre, bouleversant récit d’une vie hors normes, raconte à la fois la douloureuse histoire personnelle d’Eugène et des siens, et son long et dangereux combat pour arriver à offrir aux gorilles une terre où ils soient en sécurité chez eux. Depuis la création du parc, la population des gorilles de montagne a presque doublé.
Publié le : mercredi 23 janvier 2013
Lecture(s) : 12
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213667553
Nombre de pages : 248
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Eugène Rutagarama est un Tutsi, l’une des deux principales ethnies rwandaises. Il a miraculeusement échappé au génocide qui, en 1994, s’est abattu sur les Tutsis : en cent jours, 800 000 d’entre eux ont été traqués et massacrés, souvent à l’arme blanche et à la machette. De sa famille n’ont survécu que deux de ses frères. Après le génocide, Eugène a regagné le Rwanda. Refusant la vengeance, il a préféré consacrer sa vie à sauver les gorilles de montagne. Car c’est dans une forêt à cheval sur le Rwanda, le Congo et l’Ouganda que vivent les derniers représentants de cette espèce menacée d’extinction. L’Américaine Dian Fossey, assassinée en 1985, a donné sa vie pour les protéger. Après sa mort, leur destin est devenu encore plus tragique et leur population a chuté jusqu’à moins de 300 individus. Eugène a décidé de leur offrir la sécurité. Pendant des années, il a structuré le domaine des parcs nationaux au Rwanda et mené une lutte sur deux fronts : réduire le braconnage, et surtout obtenir que collaborent ces trois pays, qui ont souvent été en guerre. Eugène a réussi. Le parc des gorilles est devenu un lieu de tourisme de luxe et une source de revenus importante pour les trois pays qui le gèrent. Ce livre, bouleversant récit d’une vie hors normes, raconte à la fois la douloureuse histoire personnelle d’Eugène et des siens, et son long et dangereux combat pour arriver à offrir aux gorilles une terre où ils soient en sécurité chez eux. Depuis la création du parc, la population des gorilles de montagne a presque doublé.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi