Le Vétéran

De
Publié par

Remisé dans un grenier depuis soixante ans, ce manuscrit constitue un témoignage historique de première importance sur l'univers concentrationnaire et les détenus. Carl Schrade a en effet passé 11 ans dans les différents camps de concentration du régime nazi. Arrêté en 1934 à la sortie d'un déjeuner pour quelques propos critiques lancés à table, ce jeune ingénieur suisse décrit avec une précision extraordinaire la vie quotidienne des détenus et de leurs geôliers. Travaux épuisants, humiliations, crimes gratuits mais aussi épidémies, maladies, rapports humains réduits le plus souvent à la brutalité et à la violence. Déplacé dans les principaux camps - de Dachau à Buchenwald ou Flossenburg - au gré des contraintes de l'effort de guerre, Schrade livre une radiographie sans concession. Seule l'amitié de quelques camarades - dont le grand Résistant français à qui il confiera son manuscrit - et le désir de témoigner le font tenir. A bien des côtés, ce texte entre en résonnance avec ceux de Primo Levi ou d’Irène Nemirovsky.
Publié le : mercredi 2 mars 2011
Lecture(s) : 72
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213663968
Nombre de pages : 368
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Remisé dans un grenier depuis soixante ans, ce manuscrit constitue un témoignage historique de première importance sur l'univers concentrationnaire et les détenus. Carl Schrade a en effet passé 11 ans dans les différents camps de concentration du régime nazi. Arrêté en 1934 à la sortie d'un déjeuner pour quelques propos critiques lancés à table, ce jeune ingénieur suisse décrit avec une précision extraordinaire la vie quotidienne des détenus et de leurs geôliers. Travaux épuisants, humiliations, crimes gratuits mais aussi épidémies, maladies, rapports humains réduits le plus souvent à la brutalité et à la violence. Déplacé dans les principaux camps - de Dachau à Buchenwald ou Flossenburg - au gré des contraintes de l'effort de guerre, Schrade livre une radiographie sans concession. Seule l'amitié de quelques camarades - dont le grand Résistant français à qui il confiera son manuscrit - et le désir de témoigner le font tenir. A bien des côtés, ce texte entre en résonnance avec ceux de Primo Levi ou d’Irène Nemirovsky.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Rapport Pilecki

de editions-champ-vallon