Marx et Darwin, le grand affrontement

De
Publié par

Dans le domaine de la pensée, le XXe siècle n'est pas né en 1900, mais en 1859. Une année bien remplie : Napoléon III s'active, Cavour aussi, qui va unifier l'Italie. Mais, plus important encore, Marx publie sa Contribution à la critique de l'économie politique et Darwin, De l'origine des espèces. Le XXe siècle vient de naître. Les grandes idéologies, qui le secoueront d'une façon parfois terrifiante, vont trouver dans les évènements intellectuels de cette année 1859 leurs racines métapolitiques : une double révolution, biologique et sociale, vient de s'accomplir. À travers l'étude des relations entre Marx et Darwin, ce sont les idéologies d'aujourd'hui qui montrent leur vrai visage.

Tout, croirait-on, devait rapprocher les deux grands précurseurs, mais le destin contribua à les séparer sans cesse davantage. En apparence, tout avait été dit sur cette question. Mais aucune des vérités admises ne résiste à l'enquête des historiens des sciences. Une enquête qu'Yves Christen a suivie pas à pas.

On apprend ainsi que Marx n'a jamais proposé à Darwin de lui dédicacer l'édition anglaise du Capital, que le darwinisme social était plus une idéologie de gauche que de droite ; que Darwin était moins raciste que Marx ; que ce dernier s'enticha, conte le biologiste, d'un pseudo-évolutionniste français pour élaborer une vision raciste complète de l'histoire jusqu'alors inconnue, etc.

Le grand affrontement entre le marxisme et le darwinisme contraint toutes les idéologies à se situer dans un camps ou dans l'autre. Il force galement les successeurs de l'auteur du Capital à renoncer à la science pour rejoindre le camp de la métaphysique.

Publié le : mercredi 19 novembre 2014
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782226337306
Nombre de pages : 272
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Dans le domaine de la pensée, le XXe siècle n'est pas né en 1900, mais en 1859. Une année bien remplie : Napoléon III s'active, Cavour aussi, qui va unifier l'Italie. Mais, plus important encore, Marx publie sa Contribution à la critique de l'économie politique et Darwin, De l'origine des espèces. Le XXe siècle vient de naître. Les grandes idéologies, qui le secoueront d'une façon parfois terrifiante, vont trouver dans les évènements intellectuels de cette année 1859 leurs racines métapolitiques : une double révolution, biologique et sociale, vient de s'accomplir. À travers l'étude des relations entre Marx et Darwin, ce sont les idéologies d'aujourd'hui qui montrent leur vrai visage.
Tout, croirait-on, devait rapprocher les deux grands précurseurs, mais le destin contribua à les séparer sans cesse davantage. En apparence, tout avait été dit sur cette question. Mais aucune des vérités admises ne résiste à l'enquête des historiens des sciences. Une enquête qu'Yves Christen a suivie pas à pas.
On apprend ainsi que Marx n'a jamais proposé à Darwin de lui dédicacer l'édition anglaise du Capital, que le darwinisme social était plus une idéologie de gauche que de droite ; que Darwin était moins raciste que Marx ; que ce dernier s'enticha, conte le biologiste, d'un pseudo-évolutionniste français pour élaborer une vision raciste complète de l'histoire jusqu'alors inconnue, etc.
Le grand affrontement entre le marxisme et le darwinisme contraint toutes les idéologies à se situer dans un camps ou dans l'autre. Il force galement les successeurs de l'auteur du Capital
à renoncer à la science pour rejoindre le camp de la métaphysique.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.