Misère de la pensée économique

De
Publié par

Suite à la parution de Le Capitalisme à l’agonie, la question m’a souvent été posée : « Que faudra-t-il mettre à sa place ? » Je m’en étais tenu jusque-là au constat depuis mon avertissement qu’une crise gravissime allait éclater dans le secteur des subprimes. Il fallait maintenant passer à la prospective. Je n’avais pas de réponse toute prête (la réforme sociale n’est pas mon métier !), aussi me suis-je plongé dans l'examen de la question, laquelle est loin d’être simple. Car la crise actuelle en réunit en réalité trois, qui se combinent de manière particulièrement toxique : une crise due au fait que notre espèce se conduit comme une malpropre à la surface de la planète qui l'héberge, une crise due au fait que la maîtrise de la complexité nous a désormais totalement échappé (c’était déjà le cas avant l’invention de l’ordinateur, mais celui-ci a amplifié le problème), enfin la crise financière et économique, conséquence de la « machine à concentrer la richesse » qui constitue le cœur de nos sociétés, dont nous avons en général tiré une grande fierté jusqu’à ce qu’elle nous explose comme aujourd’hui à la figure. Avant de pouvoir dire ce qu’il faudra mettre à la place du capitalisme, bien des questions doivent être résolues : Pourquoi nous sommes-nous satisfaits d’une "science" économique incapable de voir venir une crise de l’ampleur de celle qui est en train de nous engloutir et de prôner ensuite les mesures nécessaires pour nous permettre d’en sortir ? Comment distribuer équitablement la richesse créée ? Poser les bonnes questions, dit-on, c’est déjà y avoir à moitié répondu
Publié le : mercredi 3 octobre 2012
Lecture(s) : 24
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213667539
Nombre de pages : 360
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Suite à la parution de Le Capitalisme à l’agonie, la question m’a souvent été posée : « Que faudra-t-il mettre à sa place ? » Je m’en étais tenu jusque-là au constat depuis mon avertissement qu’une crise gravissime allait éclater dans le secteur des subprimes. Il fallait maintenant passer à la prospective. Je n’avais pas de réponse toute prête (la réforme sociale n’est pas mon métier !), aussi me suis-je plongé dans l'examen de la question, laquelle est loin d’être simple. Car la crise actuelle en réunit en réalité trois, qui se combinent de manière particulièrement toxique : une crise due au fait que notre espèce se conduit comme une malpropre à la surface de la planète qui l'héberge, une crise due au fait que la maîtrise de la complexité nous a désormais totalement échappé (c’était déjà le cas avant l’invention de l’ordinateur, mais celui-ci a amplifié le problème), enfin la crise financière et économique, conséquence de la « machine à concentrer la richesse » qui constitue le cœur de nos sociétés, dont nous avons en général tiré une grande fierté jusqu’à ce qu’elle nous explose comme aujourd’hui à la figure. Avant de pouvoir dire ce qu’il faudra mettre à la place du capitalisme, bien des questions doivent être résolues : Pourquoi nous sommes-nous satisfaits d’une "science" économique incapable de voir venir une crise de l’ampleur de celle qui est en train de nous engloutir et de prôner ensuite les mesures nécessaires pour nous permettre d’en sortir ? Comment distribuer équitablement la richesse créée ? Poser les bonnes questions, dit-on, c’est déjà y avoir à moitié répondu
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.