Paysages de campagne

De
Publié par

"Une campagne électorale est une pathétique et inénarrable comédie. Dès que retentissent les trois coups, je note avec fièvre des épisodes grandioses ou minuscules dont je ne doute pas que, mis bout à bout, ils constitueront une épopée. Mais le soir venu, de peur de blesser les militants, de choquer les courtisans ou de vexer les futurs présidents, une indulgence en forme d'autocensure me fait jeter mon maudit carnet dans un placard. Le délai de décence étant passé, en voici, à l'état brut, des extraits : scènes, portraits, mots, esquisses et impressions qui dessinent le paysage de la France à l'heure de ses clochers électoraux. On y trouvera de ces vérités vues et entendues qui d'habitude ne sont pas bonnes à dire. Mais les vainqueurs tout à leur bonheur ne vont pas se plaindre. Et les vaincus seront trop occupés à soigner leurs plaies pour protester. Dans cette histoire, la morale est sauve. Car si prodigieuses que soient la malice et la maîtrise des candidats, à la fin, c'est le peuple, plus malin, qui gagne." Ph. A.
Publié le : mercredi 5 octobre 1988
Lecture(s) : 11
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246794639
Nombre de pages : 210
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
"Une campagne électorale est une pathétique et inénarrable comédie. Dès que retentissent les trois coups, je note avec fièvre des épisodes grandioses ou minuscules dont je ne doute pas que, mis bout à bout, ils constitueront une épopée. Mais le soir venu, de peur de blesser les militants, de choquer les courtisans ou de vexer les futurs présidents, une indulgence en forme d'autocensure me fait jeter mon maudit carnet dans un placard. Le délai de décence étant passé, en voici, à l'état brut, des extraits : scènes, portraits, mots, esquisses et impressions qui dessinent le paysage de la France à l'heure de ses clochers électoraux. On y trouvera de ces vérités vues et entendues qui d'habitude ne sont pas bonnes à dire. Mais les vainqueurs tout à leur bonheur ne vont pas se plaindre. Et les vaincus seront trop occupés à soigner leurs plaies pour protester. Dans cette histoire, la morale est sauve. Car si prodigieuses que soient la malice et la maîtrise des candidats, à la fin, c'est le peuple, plus malin, qui gagne." Ph. A.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi