Petit lexique d'optimisme officiel

De
Publié par

Ne dites pas « précarité », dites « flexibilité ». Ne dites pas « antitechnicien », dites « obscurantiste ». Ne dites pas « réforme », dites « modernisation ». Ne dites pas « empoisonner » ni « polluer », dites « fertiliser ».

Nier l'évidence, rassurer à tout prix, même et surtout quand l'incendie fait rage, tel semble être l'objectif du pouvoir et des « communicants » face aux questions soulevées par des situations ou des risques de plus en plus inquiétants. En particulier dans le domaine sensible de l'« environnement », la réponse est toujours la même : tout va bien, les mauvais signes apparents sont trompeurs, anodins, inexistants.

Dans un monde où les paysans sont devenus « exploitants agricoles » et les patrons « entrepreneurs », où la charité se déguise en « action humanitaire », où derrière un « plan social » se cache un licenciement massif, ce Petit lexique nous aide à saisir comment la sémantique officielle s'applique à ne pas voir la réalité, à minimiser les périls, à désigner en termes positifs les phénomènes qui le sont le moins. Il relève à la fois les « faux amis » et les paradoxes qui signifient autre chose que ce qu'ils désignent, voire le contraire (abondance, liberté, croissance, bonne nouvelle…), les conduites aberrantes constituées en véritables syndromes (de l'autruche, du Père Noël…) ou en directives (s'obstiner dans l'erreur, jouer avec le feu…) et la contamination du langage par l'économisme (gérer ses relations, optimiser…).

L'« élimination des mots indésirables » (et donc des concepts interdits) que craignait Orwell est-elle en train de triompher ?
Publié le : mercredi 17 janvier 2007
Lecture(s) : 74
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213657394
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Ne dites pas « précarité », dites « flexibilité ». Ne dites pas « antitechnicien », dites « obscurantiste ». Ne dites pas « réforme », dites « modernisation ». Ne dites pas « empoisonner » ni « polluer », dites « fertiliser ».

Nier l'évidence, rassurer à tout prix, même et surtout quand l'incendie fait rage, tel semble être l'objectif du pouvoir et des « communicants » face aux questions soulevées par des situations ou des risques de plus en plus inquiétants. En particulier dans le domaine sensible de l'« environnement », la réponse est toujours la même : tout va bien, les mauvais signes apparents sont trompeurs, anodins, inexistants.

Dans un monde où les paysans sont devenus « exploitants agricoles » et les patrons « entrepreneurs », où la charité se déguise en « action humanitaire », où derrière un « plan social » se cache un licenciement massif, ce Petit lexique nous aide à saisir comment la sémantique officielle s'applique à ne pas voir la réalité, à minimiser les périls, à désigner en termes positifs les phénomènes qui le sont le moins. Il relève à la fois les « faux amis » et les paradoxes qui signifient autre chose que ce qu'ils désignent, voire le contraire (abondance, liberté, croissance, bonne nouvelle…), les conduites aberrantes constituées en véritables syndromes (de l'autruche, du Père Noël…) ou en directives (s'obstiner dans l'erreur, jouer avec le feu…) et la contamination du langage par l'économisme (gérer ses relations, optimiser…).

L'« élimination des mots indésirables » (et donc des concepts interdits) que craignait Orwell est-elle en train de triompher ?
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.