Sans la nation le chaos

De
Publié par

Chaque jour, il semble que la France se rapproche inexorablement de son intégration, on pourrait même dire de sa lente dilution, dans l’Union Européenne. Chaque jour sonne le CAC 40. Chaque jour, les agences de notation viennent nous rappeler qu’elles tiennent notre avenir entre leurs mains. Privatisations et abandons de souveraineté sont notre horizon nécessaire. Et nos « élites » soutiennent ce mouvement en nous suggérant depuis longtemps que la patrie c’est le passé, même parfois un passé qui a fauté.
Est-ce bien la vérité ? La patrie doit-elle vraiment s’effacer ?
Jean-Claude Barreau répond par la négative. Il s'appuie sur l’Histoire pour démontrer point par point tous les arguments de la « doxa » mondialiste. Il montre qu’il n’y a pas de démocratie sans nation et que la patrie des Droits de l’Homme doit par conséquent changer d’Europe pour se sauver elle-même.
Publié le : mercredi 11 janvier 2012
Lecture(s) : 33
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782810004966
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Chaque jour, il semble que la France se rapproche inexorablement de son intégration, on pourrait même dire de sa lente dilution, dans l’Union Européenne. Chaque jour sonne le CAC 40. Chaque jour, les agences de notation viennent nous rappeler qu’elles tiennent notre avenir entre leurs mains. Privatisations et abandons de souveraineté sont notre horizon nécessaire. Et nos « élites » soutiennent ce mouvement en nous suggérant depuis longtemps que la patrie c’est le passé, même parfois un passé qui a fauté.
Est-ce bien la vérité ? La patrie doit-elle vraiment s’effacer ?
Jean-Claude Barreau répond par la négative. Il s'appuie sur l’Histoire pour démontrer point par point tous les arguments de la « doxa » mondialiste. Il montre qu’il n’y a pas de démocratie sans nation et que la patrie des Droits de l’Homme doit par conséquent changer d’Europe pour se sauver elle-même.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant