Sarkozy, ses balivernes et ses fanfaronnades

De
Publié par

«Monsieur le Président,

Non, contrairement à ce que vous pensez, l’agitation dans tous les sens, la fébrilité permanente, les gesticulations les plus désordonnées n’ont jamais constitué une politique ni permis de régler le moindre problème.
En deux ans, vous n’avez tenu aucune de vos promesses. Ni sur l’emploi, ni sur le pouvoir d’achat, ni sur la dette, ni sur la réduction des prélèvements obligatoires.
Et on est bien obligé de constater que vous avez tout raté. Vos réformes –de la justice, des 35 heures ou de la Constitution– n’ont été que des gadgets mal ficelés et sans intérêt.
Votre présidence de l’Union européenne a été catastrophique: l’Union pour la Méditerranée a été un fiasco, les Russes ont définitivement annexé les provinces géorgiennes d’Ossétie du sud et d’Abkhazie, nous sommes fâchés avec Pékin, et l’Europe n’a jamais été aussi divisée qu’aujourd’hui.
Face à la crise, vous avez fait preuve d’une totale incohérence, hésitant entre libéralisme et étatisme, investissements et consommation, recherche d’une gouvernance européenne et protectionnisme.
Par vos manières, votre présomption et vos volte-face, vous êtes devenu la risée de vos homologues à travers la planète, et les Français qui voient chaque jour leur vie quotidienne se dégrader ne supportent plus ni vos bali-vernes ni vos fanfaronnades.
Il ne vous reste plus que trois ans. Et il reste trois ans à la droite pour se trouver un nouveau champion.»

T. D.

Thierry Desjardins est ancien rédacteur en chef du Figaro.

Publié le : mercredi 1 avril 2009
Lecture(s) : 37
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213652948
Nombre de pages : 360
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
«Monsieur le Président,

Non, contrairement à ce que vous pensez, l’agitation dans tous les sens, la fébrilité permanente, les gesticulations les plus désordonnées n’ont jamais constitué une politique ni permis de régler le moindre problème.
En deux ans, vous n’avez tenu aucune de vos promesses. Ni sur l’emploi, ni sur le pouvoir d’achat, ni sur la dette, ni sur la réduction des prélèvements obligatoires.
Et on est bien obligé de constater que vous avez tout raté. Vos réformes –de la justice, des 35 heures ou de la Constitution– n’ont été que des gadgets mal ficelés et sans intérêt.
Votre présidence de l’Union européenne a été catastrophique: l’Union pour la Méditerranée a été un fiasco, les Russes ont définitivement annexé les provinces géorgiennes d’Ossétie du sud et d’Abkhazie, nous sommes fâchés avec Pékin, et l’Europe n’a jamais été aussi divisée qu’aujourd’hui.
Face à la crise, vous avez fait preuve d’une totale incohérence, hésitant entre libéralisme et étatisme, investissements et consommation, recherche d’une gouvernance européenne et protectionnisme.
Par vos manières, votre présomption et vos volte-face, vous êtes devenu la risée de vos homologues à travers la planète, et les Français qui voient chaque jour leur vie quotidienne se dégrader ne supportent plus ni vos bali-vernes ni vos fanfaronnades.

Il ne vous reste plus que trois ans. Et il reste trois ans à la droite pour se trouver un nouveau champion.»

T. D.

Thierry Desjardins est ancien rédacteur en chef du Figaro.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.